En 2015, François Hollande c'est 900 euros de dette publique supplémentaire par français !
Friday  23 June  2017
Bonne lecture !
Chronique 61 - Friday 11 June 2010 Claude Eidelstein but le calice budgétaire jusqu'à la lie Chronique 60 - Thursday 3 June 2010 Claude Eidelstein ne jettera pas la pierre... Chronique 59 - Tuesday 1 June 2010 Tourmente poitevine ou la pression fiscale décomplexée Chronique 58 - Saturday 29 May 2010 0,9 de Pâques : cap, cap, cap, codex ! Chronique 57 - Wednesday 26 May 2010 Fibre budgétaire : cachez cette taxe qu'un rigoureux socialiste ne saurait voir ! Chronique 56 - Sunday 23 May 2010 Le transport gratuit d'une exaspération budgétaire Chronique 55 - Sunday 18 April 2010 0,9% : l'Impôt d'un passé de l'Imprévoyance Chronique 54 - Friday 16 April 2010 Alain Claeys a sauvé la CAP de la faillite ! Chronique 53 - Thursday 15 April 2010 La Sarkozie transporte la CAP à grande vitesse Chronique 52 - Friday 2 April 2010 Poitiers, une héritière un peu gauche Chronique 51 - Tuesday 30 March 2010 Poitiers s'enlise dans la précarité Chronique 50 - Wednesday 3 February 2010 La CAP revisite le quart d'heure poitevin Chronique 49 - Thursday 7 January 2010 Le Grand Poitiers fait son chemin et ses tuyaux Chronique 48 - Sunday 3 January 2010 Ryanair : Alain Claeys retrouve le CAP de l'intérêt général et fend l'armure Chronique 47 - Monday 28 December 2009 Poitiers choisit les régressifs de Total pour Toumaï Chronique 46 - Thursday 24 December 2009 Un tunnel pour la Ganterie, parce que Poitiers le vaut bien Chronique 45 - Monday 21 December 2009 Poitiers, si chère à leur cœur... Chronique 44 - Wednesday 16 December 2009 Poitiers en lutte contre la négligence et l'abandon Chronique 43 - Thursday 3 December 2009 Les mille et une couleuvres de l'impôt LGV avalisé par la CAP Chronique 42 - Tuesday 1 December 2009 CAP : le devoir d'exemplarité en question Chronique 41 - Sunday 29 November 2009 Alain Claeys contraint et forcé à jouer Collectif Chronique 40 - Wednesday 25 November 2009 Poitiers-sécurité : « Logiparc-SIPEA » a la hache, elle aime Chronique 39 - Monday 23 November 2009 Quand Alain Claeys caresse la démocratie participative Chronique 38 - Thursday 19 November 2009 Poitiers paupérisée ! Chronique 37 - Thursday 15 October 2009 PLU de Poitiers : un bourgeois, une poule, assis sur un tabouret... Chronique 36 - Sunday 11 October 2009 Le bourgeois transparent Chronique 35 - Friday 9 October 2009 Le CCJ et le bon bourgeois Chronique 34 - Tuesday 29 September 2009 Is not CAP sexy ? Chronique 33 - Sunday 27 September 2009 CAP sur LGV : le côté obscur de la transparence Chronique 32 - Tuesday 14 July 2009 CAP : frondaisons estivales de « la réserve d'indiens » Chronique 31 - Sunday 12 July 2009 Claude Thibault et le CAP de la verte fronde Chronique 30 - Wednesday 8 July 2009 Chauffage des Couronneries : Alain Claeys s'émancipe de Jacques Santrot Chronique 29 - Saturday 4 July 2009 Poitiers-Jeunes : Alain Claeys s'émancipe de Jacques Santrot Chronique 28 - Saturday 27 June 2009 CAP : l'attelle du 18 juin (acte 2) Chronique 27 - Thursday 25 June 2009 CAP : l'attelle du 18 juin (acte 1)
Chronique 26 - Thursday 11 June 2009 LGV : l'État Sarkozy c'est la CAP ...itulation ! (acte 2)
Chronique 26 - Thursday 11 June 2009 LGV : l'État Sarkozy c'est la CAP ...itulation ! (acte 2) Chronique 25 - Tuesday 9 June 2009 LGV : l'État c'est la CAP ! (acte 1) Chronique 24 - Tuesday 2 June 2009 Poitiers et le poing d'honneur d'Aurélien Tricot Chronique 23 - Saturday 30 May 2009 Huis clos de Poitiers, une certaine idée de la transparence (acte 2) Chronique 22 - Wednesday 27 May 2009 Huis clos de Poitiers, une certaine idée de la transparence (acte 1) Chronique 21 - Tuesday 5 May 2009 Entre Rachida Dati et Alain Claeys, un lapin rose se pose (acte 2) Chronique 20 - Sunday 3 May 2009 Entre Rachida Dati et Alain Claeys, un lapin rose se pose (acte 1) Chronique 19 - Saturday 25 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 5) Chronique 18 - Thursday 23 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 4) Chronique 17 - Monday 20 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 3) Chronique 16 - Saturday 18 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 2) Chronique 15 - Wednesday 15 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 1) Chronique 14 - Saturday 11 April 2009 Conseil CAP : Philippe Brottier, dignité fontenoise (acte 3) Chronique 13 - Wednesday 8 April 2009 Conseil CAP : Philippe Brottier, dignité fontenoise (acte 2) Chronique 12 - Friday 3 April 2009 Conseil CAP : Philippe Brottier, dignité fontenoise (acte 1) Chronique 11 - Wednesday 4 March 2009 Cantine de Poitiers : Alain Claeys très soupe au lait ! Chronique 10 - Tuesday 3 March 2009 Poitiers sereine... Mais que fait Alain Claeys ? Il investit... Chronique 9 - Saturday 21 February 2009 Alain Claeys, président de la CAP, ne créera pas de nouvel impôt Chronique 8 - Sunday 8 February 2009 Coeur d'agglo : Poitiers accroche un Lion de plus à son blason (acte 2) Chronique 7 - Thursday 5 February 2009 Coeur d'agglo : Poitiers accroche un Lion de plus à son blason (acte 1) Chronique 6 - Friday 16 January 2009 Rires sous CAP : déboires à plus soif du Poitiers fiscal ! Chronique 5 - Monday 12 January 2009 Mauvais CAP à la Communauté d'agglomération de Poitiers Chronique 4 - Monday 5 January 2009 Poitiers, paix sociale en ordre de bataille Chronique 3 - Saturday 3 January 2009 Tandem pictave Claeys-Desbourdes : « je t'aime moi non plus ! » Chronique 2 - Wednesday 3 December 2008 Poitiers, délicate démocratie locale selon Alain Claeys Chronique 1 - Monday 1 December 2008 Poitiers d'Alain Claeys, si bien en son Conseil...
 
26ème Chronique

LGV : l'État Sarkozy c'est la CAP ...itulation ! (acte 2)

Kritix, le Thursday 11 June 2009 - 2201 consultations - Commenter la chronique

Ce que la CAP a caché au contribuable de Poitiers ! Publié par le Canard Enchaîné du 10 juin 2009 dans « Les bétonneurs bloquent les TGV de Sarko » signé par Hervé Liffran, « [Le partenariat public-privé] permet aux groupes industriels de construire puis de gérer [...] des lignes de TGV [...] en échange d'un loyer versé par la collectivité pendant des dizaines d'années [...] Le gouvernement a fait voter une loi qui autorise l'État à garantir à hauteur de 80 % [...] les emprunts levés par les partenaires privés [Ce partenariat sera une charge pour la dette nationale alors que l'opération devrait être neutre pour le contribuable ! ndr] [...] Le plus gros chantier, celui de la ligne TGV Tours-Bordeaux (7,2 milliards), pourrait être financé à 50 % par le gouvernement et les collectivités locales. [...] Les groupes Eiffage, Vinci et Bouygues [...] exigent [...] de profiter de la garantie de l'État. [...] Les éventuels bénefs pour eux, les risques pour le trésor public ». La CAP collabore avec l'ultra-libéralisme du gouvernement Fillon !

Dans le même temps, voyez citoyens à quoi ressemble un débat public en France provinciale de 2009.

Tour de la gare de Poitiers, en mai 2009.
© kritix.com

Madame le maire de Migné-Auxances Florence Jardin (divers gauche), membre du bureau de la CAP, prit la parole en ce début de débat formel du 29 mai 2009 à Poitiers, « Pour Migné c'est douloureux, mais après débats, au moment où on s'inquiète de l'état du service public et de l'absence d'engagements écrits de RFF [Réseau Ferré de France, ndr], pour ma part, je m'opposerai symboliquement en m'abstenant sur la délibération. » Monsieur le maire de Chasseneuil-du-Poitou Claude Eidelstein (divers droite), membre du bureau de la CAP, fut le second à exprimer la position officielle d'une commune de la CAP, « Il y a un progrès, des avancées sur le viaduc de l'Auxances. Les élus de Chasseneuil du Poitou voteront pour ce protocole. »

Monsieur le maire de Biard Anthony Siraut (élu sans étiquette sur la liste vitalité et unité pour Biard, en étant de gauche), membre du bureau de la CAP, la voix serrée, étranglé par la douloureuse discipline de vote et les pressions de la Communauté d'Agglomération, « J'émets un regret sur le déroulement des échanges avec RFF : son incompréhension et son manque d'écoute ! Je ne remercierai pas le préfet [Bernard Tomasini, ndr] : il oublie Biard à la table des négociations alors que la commune est parcourue de part en part ! Nous sommes devant des questions sans réponses. Je suis interrogatif sur le site de Larnay et les cheminements qui restent sans réponses. Je voterai pour [d'une voix fluette, tremblante, traumatisée par la loi du plus fort, ndr] grâce à la nouvelle rédaction. » La réécriture avait été exécutée durant la commission à huis clos qui précéda la séance publique et qui s'éternisa... On comprend mieux pourquoi : Poitiers ne voulait pas de schismes parmi des élus de sensibilités de gauche. Une certaine vision de la solidarité dans l'inter-communalité ; un piteux état des lieux que l'Omerta entérina de bonne grâce...

L'inoxydable conseillère Maryse Desbourdes (élue de gauche alternative) sut parler sans langue de bois, « Pour les habitants, ça ne s'arrêtera pas à la CAP, mais à la région et au département sur un même calendrier ! [Le ministre Jean Louis] Borloo en Limousin [sur la question de la ligne ferrovière Nantes-Limoges, ndr] fera aussi ce marchandage ; ce qui ne devrait pas se faire ! Les collectivités vont s'endetter sur 40 ans, au détriment du TER [Train Express Régional, ndr] ! La LGV c'est la vitrine ; côté cour c'est la friche, avec les fermetures de gares ! Cette délibération n'est pas à la hauteur ! Plus négatif : est-ce que les communes peuvent abandonner ? Non ! De quelles réserves parle-t-on ?! En votant pour, vous allez entériner un concessionnaire privé : les communes ne sont pas propriétaires des réseaux, qu'elles [les collectivités, ndr] récupèreront à l'issue [du remboursement] de la dette ! » En un mot, le scandale n'est pas tant la ligne LGV que son plan de financement.

« On assistera à une recrudescence d'accidents dans le fret. Dans ce dossier, il n' y a aucune transparence ! Il faut respecter nos concitoyens, ne serait-ce que par son coût démesuré. Dans le Limousin, la Creuse, les élus vont-ils passer outre la colère des citoyens ? Nous disons Non à ce projet en lequel nous avons aucune confiance ! De quel progrès parlons-nous ?! Le courage politique serait de reconnaître que nous nous sommes trompés... » Maryse Desbourdes montra avec intégrité que de négociations, il n'y en eut pas ! L'ambiance était électrique, le malaise palpable, dans un silence de mort... Peu d'élus se manifestèrent, par peur des représailles partisanes que la solidarité implique...

La préfecture de Région irradie Poitiers, en mai 2009.
© kritix.com

Monsieur le maire de Buxerolles, Jean-Marie Paratte (socialiste), membre du bureau de la CAP, « Cela fait 140 ans qu'une collectivité ne s'est pas prononcée sur le ferroviaire. [...] En moins de 30 ans, le pays a équipé, a traumatisé les populations ! En Espagne, on construit à marche forcée des lignes à grande vitesse. Que sont les lignes Madrid-Leòn [dans le réseau ferroviaire arc atlantique [pdf], ndr] ? Une construction à marche forcée du LGV.
       Pour illustrer les questions graves et importantes soumises à notre assemblée : jusqu'en 1938, les compagnies étaient privées en France.
       Ce sont des enjeux en terme de développement durable. C'est un projet qui soulève un formidable espoir !
 » Monsieur le maire de Saint-Benoît, Dominique Clément (UMP), membre du bureau de la CAP, ce gentleman, un brin snobe, « La beauté politique est que nous avons l'obligation de regarder à 360 degrés, l'impact de nos décisions. [La délibération] s'inscrit dans une logique temporelle qui nous dépasse. Pour terminer, malgré cette décision difficile, on n'a pas le droit de tourner le dos à l'avenir ! »

Le fidèle conseiller socialiste Aurélien Tricot, membre du bureau de la CAP, « Nous faisons face à une décision historique ! Poitiers, la Vienne, est un territoire tertiaire public. Si les élus du XIXème siècle avaient voulu l'industrie, Poitiers n'aurait pas le visage qu'elle a aujourd'hui. [La LGV] marque en terme d'industrie. Cette décision doit être faite à 100-150 ans ! Il faut voter oui : les perspectives de développement s'imposent. Le débat rail-route ne nous permet pas le recul. La structure économique de Poitiers en dépend ! » Présage d'erreurs... Le TGV est à Poitiers et l'industrie ne s'y installe pas, alors que la technopole du Futuroscope sait faire rougir de honte la Belle endormie... Le transport n'est donc pas, à lui seul, la variable d'ajustement du développement, surtout quand c'est à l'échelle internationale et donc dépasse de loin les intérêts de Poitiers qui peinera à ramasser les miettes de la grande vitesse. Une politique économique se pense dans un programme politique. Observez les programmes politiques qui se donnent les moyens de cette ambition et vous serez extrêmement surpris de l'absence d'ambition de certains barons locaux en la matière. La richesse attendra pour Poitiers !

Le conseiller Jean Jacques Guérin (communiste), membre du bureau de la CAP, « J'approuve cette délibération. Ces volontés de rééquilibrer les modes de transports sont autant de réponses à la sécurité, l'aménagement du territoire. Poitiers, capitale régionale, a ce besoin de rayonnement et de développement. Nous avons la chance d'avoir une gare de centre-ville : je crois qu'il ne faut pas oublier l'optimisation du TER.
       Je ne suis pas satisfait du montage financier. Je crains la privatisation de RFF depuis que l'ouverture à la concurrence est une réalité depuis 2005
[le président Alain Claeys sourit, pensif, désabusé, ndr]. Ce choix de politique nationale est devenu un choix de politique locale. L'éclatement possible de la SNCF sera très grave si c'est comme EDF, la poste... avec la logique du processus : changement de statut, ouverture du capital, privatisation. Cette volonté de transférer ce qui est profitable : ça ne manque pas d'air ! On ne voit pas le bout du tunnel ! Je voudrai demander au gouvernement d'assumer ses responsabilités... qu'il assume ses responsabilités. La solution, je la donne comme éclairage : comme dirait monsieur le président [Alain Claeys, ndr], l'État et l'UE doivent augmenter leur participation. Les collectivités sont ces vaches à lait, possiblement tournées vers la privatisation ! »

Poitiers, hôtel de ville en avril 2009.
© kritix.com

Le conseiller Robert Rochaud (Verts), membre du bureau de la CAP, « Nous les Verts, nous sommes devant un dilemme : nous sommes très attachés au service public et pourtant devant cette novlangue de la privatisation ! La puissance publique ne sera pas maître de la ligne : ce n'est pas acceptable ! Ce maillon est essentiel pour l'UE qui ne consacre que peu de moyens à cette compétence. Avec la baisse des impôts sur les revenus, l'État n'a plus les moyens de sa politique. La situation financière de la CAP impliquera une hausse des impôts locaux ! Nous devrions voter contre, mais nous nous abstiendrons. » Le dépit que constitue la discipline de vote, assomme aussi l'honnête homme.

Le conseiller Yves Jean (majorité socialiste), d'une voix posée, « La politique de l'État, de la SNCF, n'est pas inscrite dans la morale : […] la loi peut changer ! […] Sur la finalité [de la LGV], il y a une mobilisation. Je suis déçu par l'absence de politique européenne que constitue l'enjeu fondamental de l'attractivité. » Le conseiller El Mustapha Belgsir (majorité socialiste), membre du bureau de la CAP, discret, « Nous votons pour un projet structurant. Je n'oublierai pas de militer. J'avais un rêve, celui de l'unanimité, parce que ce projet le vaut bien ! » le président Alain Claeys esquissa un large sourire de contentement cosmétique.

Monsieur le maire de Fontaine-le-Comte, Philippe Brottier, membre du bureau de la CAP, « Le projet a été mal mené, mais est financé. Heureusement que les élus n'ont pas oublié l'humain ! Il y a une urgence à ce que ça se fasse. Les sacrifices pour la Nation, les citoyens savent le faire ! Ce beau projet sera un moyen de revendiquer. » Poitevins, vous l'aurez compris : sacrifiez vous, on vous l'ordonne ! Et perclus, le sort jeté, vous pourrez quémander...

Le conseiller Maurice Monange (socialiste), membre du bureau de la CAP, « Il est rare qu'un petit élu local comme moi... » « Ooooooooh ! » fit, condescendante, l'assemblée délibérante. Ce vétéran de la politique poitevine est très amère du peu de considération que beaucoup lui ont porté en le déchargeant de la plupart des hautes responsabilités... Maurice Monange reprit, imperturbable, avec ce ton calme, très au-dessus de la mêlée, « Il est rare qu'un petit élu local comme moi, puisse avoir la possibilité de peser sur ce dossier. Il n'est pas univoque. Il va coûter aux populations, pèsera sur les contribuables, va peser sur le plan humain. Mais l'enjeu est vital ! Si nous ne faisons rien, l'Atlantique sera marginalisé : en marge de l'UE ! Si cette LGV se fait, […] Limoges sera une amorce vers le centre de l'UE. C'est le choix entre rien et un tremplin de développement. Au nom de l'intérêt suprême, je voterai pour cette délibération ! »

Une petite voix de la commune de Montamisé, « Montamisé votera pour ! C'est la première fois que je prends la parole. Montamisé est dans l'embarras : cette délibération pose question en terme de solidarité vis à vis de la commune de Migné-Auxances. On cherche l'État, on cherche l'UE ! J'ai l'impression de laisser des élus sur le carreau. Cela me gêne terriblement ! » Il fut rappelé que la commune de Migné-Auxances ne votait pas contre la LGV, mais contre les engagements pris !

Poitiers : le président de la CAP songeant aux transparences de l'histoire de sa capitale.
© kritix.com

Le président de la CAP Alain Claeys, affectant une gravité de circonstance, « Je crois que ce débat a été utile, large et illustre bien le combat mené. La solidarité est positive pour la CAP. Je ne me résigne pas du démantèlement du service public. Il va y avoir un besoin de service public. On est à la fin d'un cycle !
       Je suis fatigué... Je remercie le ton de ce débat : la démocratie représentative en sort grandie !
 » Il semble que le ton ait dû être bien différent à huis clos : le linge sale, il se lave en famille, par solidarité...
      
       Le collège de la CAP passa au vote solennel... Le président malicieusement, « Monsieur Tricot, vous n'avez pas de compliments ! » (le conseiller venait de faire quelques erreurs sur le comptage des voix des nonistes sur ladite délibération) Le président, sentencieux au décompte de ce vote à mains levées, « 6 Non, 8 Abstentions... [le comptage des Oui tarda, avec gravité et humour, on se donna du mal à égrainer le nombre de mains levée que le président fit baisser par tranches, de droite à gauche, ndr] On n'est pas en Corse ! 51 Oui ! On est d'accord ! Merci ! » Voilà comment fut adoptée cette séculaire délibération sur laquelle notre bonne Aliénor d'Aquitaine saura nous porter quelque secours, l'amour courtois aidant. Une même antienne que nous sauront toujours psalmodier : Protège notre commune...

21h38, le président joueur, « Je manque à tous mes devoirs ! Je vous présente la responsable de l'urbanisme qui vient de la communauté de Rodez ». Deux délibérations s'en suivirent... Puis le président Alain Claeys, aimant, chérissant ses condisciples « Vraiment, merci beaucoup ! »

21h40, comme sonné, le président de la CAP resta là, dans son fauteuil, hébété, comme prostré, immobile, les yeux perdus dans le lointain, ce vague à l'âme, cette mélancolie de l'aboutissement ; ne semblant plus trop y croire. Lui qui travailla jusqu'à l'ultime commission le détail du dossier... LGV : ça y est, c'est fait ! De guerre lasse, Alain Claeys est un homme soulagé par le devoir accompli et chargé comme un sherpa de ces nouvelles responsabilités devant l'histoire... Depuis son élection, un peu plus d'un an a passé, et déjà son empreinte imprime durablement les comptes de la capitale du Poitou : les poitevins jugeront. Dans les cieux poitevins, l'épée de Damoclès serait perceptible...


       Vous pouvez aussi consulter : LGV Sud Atlantique : Conseils express en Vienne


Trombinoscope de la municipalité de Poitiers (2014-...) [pdf]
Trombinoscope de la Communauté d'Agglomération de Poitiers (2014-...) [externe]
Trombinoscope de la municipalité de Poitiers (2008-2014) [pdf]
Trombinoscope de la Communauté d'Agglomération de Poitiers (2008-2014) [pdf]

Pour commenter cette chronique, connectez-vous...
Pour s'inscrire, cliquez-ici.
Pseudonyme
Mot de passe
Mémoriser


Mot de passe oublié ?
 
Regrets éternels en langue de bois d'un Bourget
Sans dents et sans reproches
Élan patriotique pour un 11 janvier 2015 en « balles tragiques » à mille temps
Pragmatique
Phrygien d'airain
Gastronome en talonnette courte
PPP ou l'impuissance du Politique
Jean-Marc Ayrault, payeur de Notre-Dame-des-Landes
Lepage Corinne, courage Parménide
'Shame on you' américano-hollandais
Livre tournois de Valençay
Commandement normatif
Bilderberg, la pieuvre
Bipartisme défait
Lumières de Hollande

Être tenu informé des dernières chroniques publiées en s'abonnant à ce flux RSS

Follow kritix on Twitter