En 2015, François Hollande c'est 900 euros de dette publique supplémentaire par français !
Friday  23 June  2017
Bonne lecture !
Chronique 61 - Friday 11 June 2010 Claude Eidelstein but le calice budgétaire jusqu'à la lie Chronique 60 - Thursday 3 June 2010 Claude Eidelstein ne jettera pas la pierre... Chronique 59 - Tuesday 1 June 2010 Tourmente poitevine ou la pression fiscale décomplexée Chronique 58 - Saturday 29 May 2010 0,9 de Pâques : cap, cap, cap, codex ! Chronique 57 - Wednesday 26 May 2010 Fibre budgétaire : cachez cette taxe qu'un rigoureux socialiste ne saurait voir ! Chronique 56 - Sunday 23 May 2010 Le transport gratuit d'une exaspération budgétaire Chronique 55 - Sunday 18 April 2010 0,9% : l'Impôt d'un passé de l'Imprévoyance Chronique 54 - Friday 16 April 2010 Alain Claeys a sauvé la CAP de la faillite ! Chronique 53 - Thursday 15 April 2010 La Sarkozie transporte la CAP à grande vitesse Chronique 52 - Friday 2 April 2010 Poitiers, une héritière un peu gauche Chronique 51 - Tuesday 30 March 2010 Poitiers s'enlise dans la précarité Chronique 50 - Wednesday 3 February 2010 La CAP revisite le quart d'heure poitevin Chronique 49 - Thursday 7 January 2010 Le Grand Poitiers fait son chemin et ses tuyaux Chronique 48 - Sunday 3 January 2010 Ryanair : Alain Claeys retrouve le CAP de l'intérêt général et fend l'armure Chronique 47 - Monday 28 December 2009 Poitiers choisit les régressifs de Total pour Toumaï Chronique 46 - Thursday 24 December 2009 Un tunnel pour la Ganterie, parce que Poitiers le vaut bien Chronique 45 - Monday 21 December 2009 Poitiers, si chère à leur cœur... Chronique 44 - Wednesday 16 December 2009 Poitiers en lutte contre la négligence et l'abandon Chronique 43 - Thursday 3 December 2009 Les mille et une couleuvres de l'impôt LGV avalisé par la CAP Chronique 42 - Tuesday 1 December 2009 CAP : le devoir d'exemplarité en question Chronique 41 - Sunday 29 November 2009 Alain Claeys contraint et forcé à jouer Collectif Chronique 40 - Wednesday 25 November 2009 Poitiers-sécurité : « Logiparc-SIPEA » a la hache, elle aime Chronique 39 - Monday 23 November 2009 Quand Alain Claeys caresse la démocratie participative Chronique 38 - Thursday 19 November 2009 Poitiers paupérisée ! Chronique 37 - Thursday 15 October 2009 PLU de Poitiers : un bourgeois, une poule, assis sur un tabouret... Chronique 36 - Sunday 11 October 2009 Le bourgeois transparent Chronique 35 - Friday 9 October 2009 Le CCJ et le bon bourgeois Chronique 34 - Tuesday 29 September 2009 Is not CAP sexy ? Chronique 33 - Sunday 27 September 2009 CAP sur LGV : le côté obscur de la transparence Chronique 32 - Tuesday 14 July 2009 CAP : frondaisons estivales de « la réserve d'indiens » Chronique 31 - Sunday 12 July 2009 Claude Thibault et le CAP de la verte fronde Chronique 30 - Wednesday 8 July 2009 Chauffage des Couronneries : Alain Claeys s'émancipe de Jacques Santrot Chronique 29 - Saturday 4 July 2009 Poitiers-Jeunes : Alain Claeys s'émancipe de Jacques Santrot Chronique 28 - Saturday 27 June 2009 CAP : l'attelle du 18 juin (acte 2) Chronique 27 - Thursday 25 June 2009 CAP : l'attelle du 18 juin (acte 1) Chronique 26 - Thursday 11 June 2009 LGV : l'État Sarkozy c'est la CAP ...itulation ! (acte 2) Chronique 25 - Tuesday 9 June 2009 LGV : l'État c'est la CAP ! (acte 1) Chronique 24 - Tuesday 2 June 2009 Poitiers et le poing d'honneur d'Aurélien Tricot Chronique 23 - Saturday 30 May 2009 Huis clos de Poitiers, une certaine idée de la transparence (acte 2) Chronique 22 - Wednesday 27 May 2009 Huis clos de Poitiers, une certaine idée de la transparence (acte 1) Chronique 21 - Tuesday 5 May 2009 Entre Rachida Dati et Alain Claeys, un lapin rose se pose (acte 2) Chronique 20 - Sunday 3 May 2009 Entre Rachida Dati et Alain Claeys, un lapin rose se pose (acte 1) Chronique 19 - Saturday 25 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 5) Chronique 18 - Thursday 23 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 4) Chronique 17 - Monday 20 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 3) Chronique 16 - Saturday 18 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 2) Chronique 15 - Wednesday 15 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 1) Chronique 14 - Saturday 11 April 2009 Conseil CAP : Philippe Brottier, dignité fontenoise (acte 3) Chronique 13 - Wednesday 8 April 2009 Conseil CAP : Philippe Brottier, dignité fontenoise (acte 2) Chronique 12 - Friday 3 April 2009 Conseil CAP : Philippe Brottier, dignité fontenoise (acte 1) Chronique 11 - Wednesday 4 March 2009 Cantine de Poitiers : Alain Claeys très soupe au lait !
Chronique 10 - Tuesday 3 March 2009 Poitiers sereine... Mais que fait Alain Claeys ? Il investit...
Chronique 10 - Tuesday 3 March 2009 Poitiers sereine... Mais que fait Alain Claeys ? Il investit... Chronique 9 - Saturday 21 February 2009 Alain Claeys, président de la CAP, ne créera pas de nouvel impôt Chronique 8 - Sunday 8 February 2009 Coeur d'agglo : Poitiers accroche un Lion de plus à son blason (acte 2) Chronique 7 - Thursday 5 February 2009 Coeur d'agglo : Poitiers accroche un Lion de plus à son blason (acte 1) Chronique 6 - Friday 16 January 2009 Rires sous CAP : déboires à plus soif du Poitiers fiscal ! Chronique 5 - Monday 12 January 2009 Mauvais CAP à la Communauté d'agglomération de Poitiers Chronique 4 - Monday 5 January 2009 Poitiers, paix sociale en ordre de bataille Chronique 3 - Saturday 3 January 2009 Tandem pictave Claeys-Desbourdes : « je t'aime moi non plus ! » Chronique 2 - Wednesday 3 December 2008 Poitiers, délicate démocratie locale selon Alain Claeys Chronique 1 - Monday 1 December 2008 Poitiers d'Alain Claeys, si bien en son Conseil...
 
10ème Chronique

Poitiers sereine... Mais que fait Alain Claeys ? Il investit...

Kritix, le Tuesday 3 March 2009 - 2779 consultations - Commenter la chronique

Il a une bonne mémoire, celle de son histoire... Subséquente, divine, son histoire sera celle de la rigueur politique, rigueur morale. Monsieur le maire sera personne vertueuse ou ne sera pas. Poitiers vit en lui un héritier, Poitiers devra saluer un réformateur. Réformer les finances, l'urbanité, les solidarités. Le temps politique sonne autrement, les cloches tinteront finement ; celles de Poitiers ne lui seront pas de trop...

« C'est un budget responsable, solidaire et ambitieux... ce n'est pas simple... », Alain Claeys.

Conseil municipal de Poitiers, le 16 février 2009.
© kritix.com

Ce lundi 16 février 2009 fut de ces journées lentes, laborieuses, que l'on connut si souvent durant l'ère Jacques Santrot... Le conseil municipal si mal installé dans cette salle des Échevins entra promptement en matière, le maire y tenant... Les pesanteurs du monde tourmentaient déjà le peu d'entrain de chacun. Le maire de Poitiers en fut bien inspiré et sans détours, aucun, planta le décor conjoncturel avec cette acuité d'esprit aux bienveillantes circonvolutions attribuées selon son bon vouloir, hors les murs de sa vénérable localité... Investir son Poitiers, ville à vil prix, le maire veut y « faire 26 millions d'euros d'investissements en 2009... C'est un budget responsable, solidaire et ambitieux... ce n'est pas simple... c'est difficile pour l'équipe du directeur financier. Ce qui correspond aux engagements pris il y a, ça passe vite, un an. » Il fut décidé des « arbitrages fiscaux » sur la base d'une inflation majorée faiblement.

L'adjoint aux finances et au personnel, Francis Chalard, déplora le désengagement de l'État, afin de stabiliser la situation en vue « d'équilibrer l'âme des services publics dans un plan pluriannuel » en 3 axes forts :
       - Limiter l'impact du respect des engagements
       - Limiter la pression fiscale en tenant compte de l'intégration de certains subsides.
       - Dégager une variable (i.e. marge de manoeuvre) de 8 à 10 millions d'euros : la commission Balladur (dont l'objectif est de proposer au corps législatif une nouvelle partition des collectivités locales françaises) impose la vigilance... Aussi, à ses yeux, doit-on maîtriser la dépense de personnels et améliorer la capacité d'investissement (dans le cas où les subsides nationaux seraient perçus). Le recours à l'emprunt sera stabilisé entre 93 et 98 millions d'euros selon les opportunités. Enfin, aller jusqu'à 26 millions d'investissements en 2009, le tout sera structuré par le projet « coeur d'agglo ».

Le budget devrait satisfaire les grands équilibres des principes financiers. Faire évoluer les ratios pour un excédent budgétaire et un encours de dette maîtrisé. Ne pas mobiliser indûment les encours sur le dos du contribuable. L'important est une dette saine, sans emprunt toxique. Les taux fixes sont parfois un risque quand ils ne profitent pas des opportunités conjoncturelles sur le prix global de la dette ; l'effort devrait permettre une gestion prudentielle comme pratiquée jusqu'à maintenant. « Je tiens à ce que les adjoints illustrent notre politique d'exemples concrets... fin juin, quelques soient les aléas ministériels, une délibération sur l'acquisition des Feuillants dans le cadre de la cité judiciaire sera présentée », annonça Alain Claeys.

« Il y a des promesses électorales que vous n'êtes pas obligé de tenir ! », Maryse Desbourdes.

Salle des échevins en travaux, le 16 février 2009.
© kritix.com

La conseillère Maryse Desbourdes pugnace, « Face au milliards d'euros sortis des caisses vides de l'État, le budget sera une nouvelle fois mis à contribution pour payer le désengagement de l'État... c'est une double peine : les habitants seront taxer de droite comme de gauche... Il y a des promesses électorales que vous n'êtes pas obliger de tenir : les compensations ne devraient pas être supportées par le même contribuable à cause d'une politique de faire mieux avec moins... l'emploi comme variable d'ajustement. Il nous parait urgent de soutenir les associations, les usagers fragilisés... rééchelonner la dette pour baisser la pression sur le budget de fonctionnement... concourir à une meilleur répartition des richesses... il faut voter contre ces orientations gouvernementales ». Il faut noter que la maire de Paris, Bertrand Delanoé, s'est dit dans l'incapacité de répondre à la loi de service minimum, ce qui n' a pas été le cas du maire de Poitiers Alain Claeys qui s'est retranché derrière l'aspect règlementaire, non l'aspect politique...

Le maire Alain Claeys sur la défensive, tentant de se maitriser, « Je ne chercherai pas à vous provoquer comme vous avez essayé de la faire, toutefois... Il y a les faiseux et les diseux : on va essayer de faire ! Nous laissons les cantines pour les plus défavorisés... Si il y a désengagement de la CAF, nous compenserons notamment sur les vacances : c'est une politique de solidarité. Nous, nous fonctionnons à périmètre constant, à la différence de la droite... Jouer avec la dette ? Pas ici ! Je ne ferai pas payer aux générations futures le poids de la dette. La ville de Poitiers sera la ville qui augmentera le moins les impôts. C'est toujours trop mais je pense que la politique de solidarité est une priorité. Pour la politique de Sarkozy, ça se passe au parlement. Au conseil municipal, je respecte la confiance qui m'a été faite au premier tour par les Poitevins ! »

« Investir, c'est trouver des financements. », Philippe Mahou.

Actuel logo de la ville de Poitiers, salle des échevins, le 16 février 2009.
© kritix.com

Le conseiller Mahou, « Pendant la campagne vous aviez promis de ne pas augmenter les impôts ; est-ce une fatalité ? ». « Sortez de votre papier, monsieur Mahou ! », explosa le maire. Cette méthode de déstabilisation est parfois utilisée aussi par la présidente de Région Poitou-Charentes, Ségolène Royal, à l'endroit de ses opposants. En effet, notre actuelle classe politique peinent à discourir sans notes : la place laissée au Verbe est réduite à sa portion congrue, une sorte de caricature grotesque qui ferait pleurer un cirque ! Sauf exception, les tribuns ne sont plus en cour, quand le slogan publicitaire écarte le discours spontané, loin des charlatans en communication ! Notre classe politique est infestée de ces pratiques qui nuisent à la démocratie, à l'intérêt général : les citoyens ne pouvant plus s'exprimer librement en l'absence d'informations fiables, d'informations contradictoires et conformes à la réalité structurelle de la population.

Baissant d'un ton, le conseiller Mahou enchaîna « Un maintien strict de la fiscalité serait souhaitable : les taux sont déjà très haut. Quelque soit le désengagement de l'État, les poitevins ont déjà assez payé. Les développements d'économies d'échelles sont cruciales... Lille et Pau [apparentées PS] avec ou sans l'apport du Modem, n'ont pas augmenté la fiscalité ; elles ont adoptée une politique de fort désendettement... La mairesse de Pau a baissé les charges en maintenant l'Investissement. Lille et Pau ont une certaine maîtrise de la dépense par un gel croissant de la fiscalité... En 8 ans, Poitiers a augmenté les impôts de près de 40 % : c'est le pouvoir d'achat des poitevins qui est atteint... c'est un héritage lourd avec une absence de marges de manoeuvres... Pourquoi ne pas baisser nos indemnités d'élus ? Ce serait un beau symbole... » Son intervention leva des bancs de l'assemblée un brouhaha, cette humeur délétère convenant aux situations les plus désagréables...

« Des indemnités ?! J'en parle librement puisque je suis plafonné », Alain Clayes, maire de Poitiers. Pour la gouverne, le plafond indemnitaire est de 8 165,42 € au 1er octobre 2008, selon la circulaire ministérielle du 9 octobre 2008 (voir copie ci-contre).

Extrait de la circulaire ministérielle du 9 octobre 2008, relative aux indemnités de fonction des titulaires de mandats locaux.

Le député-maire n'y tint plus, laissa éclater sa fureur, son honneur ayant été souillé ! « Je n'aime pas la démagogie ! », s'écria-t-il ! « Des indemnités ?! J'en parle librement puisque je suis plafonné sur mes indemnités. Vous faîtes peut-être des voix [avec cette démagogie]... Je suis prêt à entendre toute critique mais je veux que chaque citoyen puisse devenir conseiller... Vous faîtes du mal ! Je veux un service publique de qualité. Vous serez le premier à me le rappeler... Je ne vous laisserai pas insulter le conseil municipal : c'est tout ce que je déteste en politique ! Ce que vous faites c'est du populisme, avec votre petit sourire ! A travers cette remarque... n'insultez pas la représentation locale ! C'est la deuxième fois que je met en colère, après que votre collègue eut mis en doute la transparence de ma politique... Je veux que tout poitevin puisse devenir un conseiller municipal. Un travail doit être rémunéré. » Une conseillère de la majorité fit remarquer avec regrets, « la chasse au gaspi se heurtera à des charges incompressibles...nous souhaitons un développement responsable ».

Tension extrême, colère homérique, Alain Claeys fut digne et ferme, se défendit du mieux qu'il le put, sans toutefois revenir sur les choix financiers parfois discutables de son prédécesseur et ami Jacques Santrot. La brutalité de la manière trouve son fondement en ce que le maire plaida en la démocratie représentative et non pas dans une démocratie censitaire, où la gestion du bien public tiendrait à des rentes de situations ou patrimoniale ou relationnelles.

La suite de la séance dans la chronique "Cantine de Poitiers : Alain Claeys très soupe au lait !"


Trombinoscope de la municipalité de Poitiers (2014-...) [pdf]
Trombinoscope de la Communauté d'Agglomération de Poitiers (2014-...) [externe]
Trombinoscope de la municipalité de Poitiers (2008-2014) [pdf]
Trombinoscope de la Communauté d'Agglomération de Poitiers (2008-2014) [pdf]

Pour commenter cette chronique, connectez-vous...
Pour s'inscrire, cliquez-ici.
Pseudonyme
Mot de passe
Mémoriser


Mot de passe oublié ?
 
Regrets éternels en langue de bois d'un Bourget
Sans dents et sans reproches
Élan patriotique pour un 11 janvier 2015 en « balles tragiques » à mille temps
Pragmatique
Phrygien d'airain
Gastronome en talonnette courte
PPP ou l'impuissance du Politique
Jean-Marc Ayrault, payeur de Notre-Dame-des-Landes
Lepage Corinne, courage Parménide
'Shame on you' américano-hollandais
Livre tournois de Valençay
Commandement normatif
Bilderberg, la pieuvre
Bipartisme défait
Lumières de Hollande

Être tenu informé des dernières chroniques publiées en s'abonnant à ce flux RSS

Follow kritix on Twitter