En 2015, François Hollande c'est 900 euros de dette publique supplémentaire par français !
Wednesday  28 June  2017
Bonne lecture !
Chronique 61 - Friday 11 June 2010 Claude Eidelstein but le calice budgétaire jusqu'à la lie Chronique 60 - Thursday 3 June 2010 Claude Eidelstein ne jettera pas la pierre... Chronique 59 - Tuesday 1 June 2010 Tourmente poitevine ou la pression fiscale décomplexée Chronique 58 - Saturday 29 May 2010 0,9 de Pâques : cap, cap, cap, codex ! Chronique 57 - Wednesday 26 May 2010 Fibre budgétaire : cachez cette taxe qu'un rigoureux socialiste ne saurait voir ! Chronique 56 - Sunday 23 May 2010 Le transport gratuit d'une exaspération budgétaire Chronique 55 - Sunday 18 April 2010 0,9% : l'Impôt d'un passé de l'Imprévoyance Chronique 54 - Friday 16 April 2010 Alain Claeys a sauvé la CAP de la faillite ! Chronique 53 - Thursday 15 April 2010 La Sarkozie transporte la CAP à grande vitesse Chronique 52 - Friday 2 April 2010 Poitiers, une héritière un peu gauche Chronique 51 - Tuesday 30 March 2010 Poitiers s'enlise dans la précarité Chronique 50 - Wednesday 3 February 2010 La CAP revisite le quart d'heure poitevin Chronique 49 - Thursday 7 January 2010 Le Grand Poitiers fait son chemin et ses tuyaux Chronique 48 - Sunday 3 January 2010 Ryanair : Alain Claeys retrouve le CAP de l'intérêt général et fend l'armure Chronique 47 - Monday 28 December 2009 Poitiers choisit les régressifs de Total pour Toumaï Chronique 46 - Thursday 24 December 2009 Un tunnel pour la Ganterie, parce que Poitiers le vaut bien Chronique 45 - Monday 21 December 2009 Poitiers, si chère à leur cœur... Chronique 44 - Wednesday 16 December 2009 Poitiers en lutte contre la négligence et l'abandon Chronique 43 - Thursday 3 December 2009 Les mille et une couleuvres de l'impôt LGV avalisé par la CAP Chronique 42 - Tuesday 1 December 2009 CAP : le devoir d'exemplarité en question Chronique 41 - Sunday 29 November 2009 Alain Claeys contraint et forcé à jouer Collectif Chronique 40 - Wednesday 25 November 2009 Poitiers-sécurité : « Logiparc-SIPEA » a la hache, elle aime Chronique 39 - Monday 23 November 2009 Quand Alain Claeys caresse la démocratie participative Chronique 38 - Thursday 19 November 2009 Poitiers paupérisée ! Chronique 37 - Thursday 15 October 2009 PLU de Poitiers : un bourgeois, une poule, assis sur un tabouret... Chronique 36 - Sunday 11 October 2009 Le bourgeois transparent Chronique 35 - Friday 9 October 2009 Le CCJ et le bon bourgeois Chronique 34 - Tuesday 29 September 2009 Is not CAP sexy ? Chronique 33 - Sunday 27 September 2009 CAP sur LGV : le côté obscur de la transparence Chronique 32 - Tuesday 14 July 2009 CAP : frondaisons estivales de « la réserve d'indiens » Chronique 31 - Sunday 12 July 2009 Claude Thibault et le CAP de la verte fronde Chronique 30 - Wednesday 8 July 2009 Chauffage des Couronneries : Alain Claeys s'émancipe de Jacques Santrot Chronique 29 - Saturday 4 July 2009 Poitiers-Jeunes : Alain Claeys s'émancipe de Jacques Santrot Chronique 28 - Saturday 27 June 2009 CAP : l'attelle du 18 juin (acte 2) Chronique 27 - Thursday 25 June 2009 CAP : l'attelle du 18 juin (acte 1) Chronique 26 - Thursday 11 June 2009 LGV : l'État Sarkozy c'est la CAP ...itulation ! (acte 2) Chronique 25 - Tuesday 9 June 2009 LGV : l'État c'est la CAP ! (acte 1) Chronique 24 - Tuesday 2 June 2009 Poitiers et le poing d'honneur d'Aurélien Tricot Chronique 23 - Saturday 30 May 2009 Huis clos de Poitiers, une certaine idée de la transparence (acte 2) Chronique 22 - Wednesday 27 May 2009 Huis clos de Poitiers, une certaine idée de la transparence (acte 1) Chronique 21 - Tuesday 5 May 2009 Entre Rachida Dati et Alain Claeys, un lapin rose se pose (acte 2) Chronique 20 - Sunday 3 May 2009 Entre Rachida Dati et Alain Claeys, un lapin rose se pose (acte 1) Chronique 19 - Saturday 25 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 5) Chronique 18 - Thursday 23 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 4) Chronique 17 - Monday 20 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 3) Chronique 16 - Saturday 18 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 2) Chronique 15 - Wednesday 15 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 1) Chronique 14 - Saturday 11 April 2009 Conseil CAP : Philippe Brottier, dignité fontenoise (acte 3) Chronique 13 - Wednesday 8 April 2009 Conseil CAP : Philippe Brottier, dignité fontenoise (acte 2) Chronique 12 - Friday 3 April 2009 Conseil CAP : Philippe Brottier, dignité fontenoise (acte 1) Chronique 11 - Wednesday 4 March 2009 Cantine de Poitiers : Alain Claeys très soupe au lait ! Chronique 10 - Tuesday 3 March 2009 Poitiers sereine... Mais que fait Alain Claeys ? Il investit... Chronique 9 - Saturday 21 February 2009 Alain Claeys, président de la CAP, ne créera pas de nouvel impôt Chronique 8 - Sunday 8 February 2009 Coeur d'agglo : Poitiers accroche un Lion de plus à son blason (acte 2) Chronique 7 - Thursday 5 February 2009 Coeur d'agglo : Poitiers accroche un Lion de plus à son blason (acte 1) Chronique 6 - Friday 16 January 2009 Rires sous CAP : déboires à plus soif du Poitiers fiscal ! Chronique 5 - Monday 12 January 2009 Mauvais CAP à la Communauté d'agglomération de Poitiers Chronique 4 - Monday 5 January 2009 Poitiers, paix sociale en ordre de bataille Chronique 3 - Saturday 3 January 2009 Tandem pictave Claeys-Desbourdes : « je t'aime moi non plus ! »
Chronique 2 - Wednesday 3 December 2008 Poitiers, délicate démocratie locale selon Alain Claeys
Chronique 2 - Wednesday 3 December 2008 Poitiers, délicate démocratie locale selon Alain Claeys Chronique 1 - Monday 1 December 2008 Poitiers d'Alain Claeys, si bien en son Conseil...
 
2ème Chronique

Poitiers, délicate démocratie locale selon Alain Claeys

Kritix, le Wednesday 3 December 2008 - 2543 consultations - Commenter la chronique

La nuit bien noire devenue, les décorations de noël à peine installées Place d'Armes, faisant écrin à la patinoire festive, on tira l'un des deux rideaux de la salle des échevins... pour se protéger du monde occulte ?

« Marx se vend très bien ! », Alain Claeys

Mairie de Poitiers, salle des échevins, siège du conseil municipal.
© kritix.com

On poursuivit la tenue du conseil municipal de Poitiers du 17 novembre 2008 (voir la chronique précédente "Poitiers d'Alain Claeys, si bien en son Conseil...") dans une atmosphère « révolutionnaire » par le concours d'une figure au pittoresque décoiffant : pertinente dans sa logique, mais irréalisable dans les engagements programmatiques du maire Alain Claeys. Tenant à l'expression de cette opposition de gauche, le maire présenta avec détours, l'intervention qui déjà se profila : « Marx se vend très bien aujourd'hui ! »... hilarité générale. Il s'agissait de madame la conseillère Maryse Desbourdes (LCR et alternatifs), dont les propos souvent décalés donneraient pour bonnes des solutions étrangères aux engagements électoraux de la majorité municipale.


       Cette opposante peu banale commença par citer le philosophe Aristote qui proclamait que l'argent se devait d'être au service du Réel. Elle fit le parallèle avec notre épique époque où la « mondialisation financière se pratique au détriment du Capital industriel :  l'Economie réelle se retourne contre la finance ». Le maire actuel souscrivit à cet état des lieux et constata avec satisfaction que la « Troisième voie du social-libéralisme » bottait en touche, comme ce qu'il advint de la non-synthèse au congrès socialiste de Reims du weekend dernier.

Puis la conseillère Maryse Desbourdes s'en prit aux publicitaires, s'acharna sur la sulfureuse banque Dexia : montrant les dérapages de gestions libérales. Pour sa défense le maire constatant que son opposante commençait à tordre le coup à l'ordre du jour de la séance plénière, le député-maire rappela qu'il « fait la loi et l'applique même quand il vote NON (en référence à sa position noniste fabiusienne sur la question du référendum constitutionnelle européen), mais avec des réserves quant à son application ». Sur la question du mobiler urbain le maire lança « Allez-y madame Desbourdes, mais je crois que votre intervention est un peu décalée » en parlant des restrictions de l'ordre du jour ; Elle s'indigna contre la publicité non sollicitée, sur le domaine public, qui finance le mobilier urbain.

Par suite, on en vint à une délibération sur le sport défendue par Aurélien Tricot, adjoint au maire. Il défendit un sponsoring : le retour sur le ring d'une gloire nationale et locale ; celle du boxeur Mahyar Monshipour . Cherchant la brièveté, il amusa le maire qui trouva quelque langueur en son conseil. « Vous voyez qu'un socialiste peut faire la synthèse! » La référence au congrès de Reims fit son effet, et le rire redressa tout ce petit monde qui s'était imperceptiblement avachi ! La LCR considéra que l'argent public ne devait pas financer le « sport spectacle », mais la pratique sportive pour tous. Ce à quoi le maire répondit que « le dynamisme d'une ville se fait aussi par l'Exemplarité de sportifs locaux quand c'est possible ».

« Je condamne votre discours fielleux ! », Alain Claeys

Alain Claeys en séance publique du 17 novembre 2008.
© kritix.com

Une autre partie de l'opposition municipale entra en lice avec une intervention très remarquée du conseiller MODEM Maxime Huille qui après avoir usé d'une redoutable « méthode déductive » pour démonstration, fit naitre un argument pour le moins polémique et qui fit sortir de ses gonds la tête du conseil. Le MODEM montra que l'activité de l'incinérateur de Saint Eloi produisait des lichens en centre ville et plus particulièrement au parc de Blossac. Le maire Jacques Santrot n'aurait pas informé les poitevins de tout l'impact induit par l'exploitation dudit incinérateur (l'ensemble du contenu du rapport n'aurait pas été dévoilé aux Poitevins), déjà stigmatisé par une ancienne ministre de l'Environnement qui l'avait fait arrêter au grand damne du maire Santrot qui voyait dans la décision une manœuvre politicienne. Les parallèles allusifs, du conseiller municipal d'opposition, ajustés aux défaillances de l'État sur les questions de l'accident de Tchernobyl et de l'affaire du sang contaminé, en référence à l'ère Mitterrand et Fabius, finirent par heurter le député-maire de Poitiers. Piqué au vif, son sang ne fit qu'un tour, l'ire du premier magistrat éclata :
       « Je condamne votre discours fielleux », répondit vertement Alain Claeys, tout en ajoutant avant et après « ce n'est pas dans mes habitudes de parler sur ce ton, [...] je rend hommage à l'équipe municipale précédente ».
       Il n'était surtout pas dans ses habitudes de perdre son sang froid. Il ne pouvait laisser planer le discrédit, déshonorer le bilan du maire Santrot, de son administration municipale, héritière de ce même passé ; aussi fit-il l'éloge du respect des normes et du professionnalisme des services municipaux : il ménagea ses troupes. Seulement il ne répondit pas de la présence manifeste des lichens en centre ville...


       Le MODEM demanda à ce que des parents puissent exprimer leur mécontentement , n'ayant pas été associés au débat sur la mutualisation des coûts de structures de la restauration scolaire poitevine. Ils s'inquiétaient de la mutualisation de la « restauration bio pour la petite enfance » et du devenir des crèches poitevines. Le maire lança à l'adresse du Modem qu'il ne voulait pas rouvrir le débat arguant que son Conseil est une « assemblée délibérante ayant pour objet la prise de décision ». Présents debout, depuis une heure pour certains, assis pour d'autres , les parents ne purent pas manifester leurs inquiétudes. Lassés par la longueur des délibérations, ils renoncèrent à s'exprimer en fin de séance. Le maire souligna qu'il serait vigilant quant au respect de l'aspect règlementaire des normes.

L'UMP s'exprima sur le service des eaux et le coût de la pollution, par le conseiller Braconnier. Le député maire Alain Claeys salua non sans ironie sa qualité de professeur de droit à Poitiers, lui rappelant non sans mauvaise foi, les vertus de la répétition dans la pédagogie, après que les affres de la fatigue eurent tôt fait de bégayer l'adresse dudit professeur et conseiller. La question de la pollution est en effet une « vielle Arlésienne », un peu facile, entendue de tous, dépassant les clivages les plus tenaces.


       « C'est une délibération limace ! », Maurice Monange

Alain Claeys fit un aparté, se disant choqué de l'utilisation, la récupération politicienne d'un fait divers par le garant de nos institutions nationales. Il s'agissait d'un fou qui poignarda gratuitement le premier venu qui fut en l'espèce un doctorant en biologie musculaire. Alain Claeys s'éleva donc contre le président de la république française Nicolas Sarkozy qui ne doit pas en tant que dépositaire de nos règles républicaines, légiférer « sous le coup de l'émotion, tout comme le fait divers ne doit relever que de la loi actuelle et du Médical ». La récupération sarkozienne est pour notre spécialiste de la bioéthique un affront, une outrance faite à l'esprit de nos Lois.

Quelque peu perturbé par le spirituel Maurice Monange, le rythme soutenu des délibérations déclina. Ledit sage conseiller délégué (ancien premier adjoint du maire Santrot et actuel conseiller municipal délégué) trouva que la délibération « limace » portait bien son nom : il s'agissait d'une subvention allouée à l'association limace. La fatigue faisant, on se perdit en lectures ! L'affaire fut entendue, mais surtout détendue. L'ennui éthéré, la séance étirée. La salle s'esclaffa et fraternisa ! Avec l'humour tout passa. Maurice Monange en a la dextérité d'un troubadour ; les pictaves ne savent pas ce qui lui doivent, lui la salamandre, lui le caméléon poitevin sachant toujours terrasser de nouvelles « grand-goules ». Maudit par tous les pictaves, le monstre damné, achevé par la sainte reine poitevine Radegonde, peut rôtir en enfer ! Que Poitiers nous préserve !

22H00 : la séance fut levée.


Trombinoscope de la municipalité de Poitiers (2014-...) [pdf]
Trombinoscope de la Communauté d'Agglomération de Poitiers (2014-...) [externe]
Trombinoscope de la municipalité de Poitiers (2008-2014) [pdf]
Trombinoscope de la Communauté d'Agglomération de Poitiers (2008-2014) [pdf]

Pour commenter cette chronique, connectez-vous...
Pour s'inscrire, cliquez-ici.
Pseudonyme
Mot de passe
Mémoriser


Mot de passe oublié ?
 
Regrets éternels en langue de bois d'un Bourget
Sans dents et sans reproches
Élan patriotique pour un 11 janvier 2015 en « balles tragiques » à mille temps
Pragmatique
Phrygien d'airain
Gastronome en talonnette courte
PPP ou l'impuissance du Politique
Jean-Marc Ayrault, payeur de Notre-Dame-des-Landes
Lepage Corinne, courage Parménide
'Shame on you' américano-hollandais
Livre tournois de Valençay
Commandement normatif
Bilderberg, la pieuvre
Bipartisme défait
Lumières de Hollande

Être tenu informé des dernières chroniques publiées en s'abonnant à ce flux RSS

Follow kritix on Twitter