En 2015, François Hollande c'est 900 euros de dette publique supplémentaire par français !
Friday  23 June  2017
Bonne lecture !
Chronique 61 - Friday 11 June 2010 Claude Eidelstein but le calice budgétaire jusqu'à la lie Chronique 60 - Thursday 3 June 2010 Claude Eidelstein ne jettera pas la pierre... Chronique 59 - Tuesday 1 June 2010 Tourmente poitevine ou la pression fiscale décomplexée Chronique 58 - Saturday 29 May 2010 0,9 de Pâques : cap, cap, cap, codex ! Chronique 57 - Wednesday 26 May 2010 Fibre budgétaire : cachez cette taxe qu'un rigoureux socialiste ne saurait voir ! Chronique 56 - Sunday 23 May 2010 Le transport gratuit d'une exaspération budgétaire Chronique 55 - Sunday 18 April 2010 0,9% : l'Impôt d'un passé de l'Imprévoyance Chronique 54 - Friday 16 April 2010 Alain Claeys a sauvé la CAP de la faillite ! Chronique 53 - Thursday 15 April 2010 La Sarkozie transporte la CAP à grande vitesse Chronique 52 - Friday 2 April 2010 Poitiers, une héritière un peu gauche Chronique 51 - Tuesday 30 March 2010 Poitiers s'enlise dans la précarité Chronique 50 - Wednesday 3 February 2010 La CAP revisite le quart d'heure poitevin Chronique 49 - Thursday 7 January 2010 Le Grand Poitiers fait son chemin et ses tuyaux Chronique 48 - Sunday 3 January 2010 Ryanair : Alain Claeys retrouve le CAP de l'intérêt général et fend l'armure Chronique 47 - Monday 28 December 2009 Poitiers choisit les régressifs de Total pour Toumaï Chronique 46 - Thursday 24 December 2009 Un tunnel pour la Ganterie, parce que Poitiers le vaut bien Chronique 45 - Monday 21 December 2009 Poitiers, si chère à leur cœur... Chronique 44 - Wednesday 16 December 2009 Poitiers en lutte contre la négligence et l'abandon Chronique 43 - Thursday 3 December 2009 Les mille et une couleuvres de l'impôt LGV avalisé par la CAP Chronique 42 - Tuesday 1 December 2009 CAP : le devoir d'exemplarité en question Chronique 41 - Sunday 29 November 2009 Alain Claeys contraint et forcé à jouer Collectif Chronique 40 - Wednesday 25 November 2009 Poitiers-sécurité : « Logiparc-SIPEA » a la hache, elle aime Chronique 39 - Monday 23 November 2009 Quand Alain Claeys caresse la démocratie participative Chronique 38 - Thursday 19 November 2009 Poitiers paupérisée ! Chronique 37 - Thursday 15 October 2009 PLU de Poitiers : un bourgeois, une poule, assis sur un tabouret... Chronique 36 - Sunday 11 October 2009 Le bourgeois transparent Chronique 35 - Friday 9 October 2009 Le CCJ et le bon bourgeois Chronique 34 - Tuesday 29 September 2009 Is not CAP sexy ? Chronique 33 - Sunday 27 September 2009 CAP sur LGV : le côté obscur de la transparence Chronique 32 - Tuesday 14 July 2009 CAP : frondaisons estivales de « la réserve d'indiens » Chronique 31 - Sunday 12 July 2009 Claude Thibault et le CAP de la verte fronde Chronique 30 - Wednesday 8 July 2009 Chauffage des Couronneries : Alain Claeys s'émancipe de Jacques Santrot Chronique 29 - Saturday 4 July 2009 Poitiers-Jeunes : Alain Claeys s'émancipe de Jacques Santrot Chronique 28 - Saturday 27 June 2009 CAP : l'attelle du 18 juin (acte 2) Chronique 27 - Thursday 25 June 2009 CAP : l'attelle du 18 juin (acte 1) Chronique 26 - Thursday 11 June 2009 LGV : l'État Sarkozy c'est la CAP ...itulation ! (acte 2) Chronique 25 - Tuesday 9 June 2009 LGV : l'État c'est la CAP ! (acte 1) Chronique 24 - Tuesday 2 June 2009 Poitiers et le poing d'honneur d'Aurélien Tricot Chronique 23 - Saturday 30 May 2009 Huis clos de Poitiers, une certaine idée de la transparence (acte 2) Chronique 22 - Wednesday 27 May 2009 Huis clos de Poitiers, une certaine idée de la transparence (acte 1) Chronique 21 - Tuesday 5 May 2009 Entre Rachida Dati et Alain Claeys, un lapin rose se pose (acte 2) Chronique 20 - Sunday 3 May 2009 Entre Rachida Dati et Alain Claeys, un lapin rose se pose (acte 1) Chronique 19 - Saturday 25 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 5) Chronique 18 - Thursday 23 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 4) Chronique 17 - Monday 20 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 3)
Chronique 16 - Saturday 18 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 2)
Chronique 16 - Saturday 18 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 2) Chronique 15 - Wednesday 15 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 1) Chronique 14 - Saturday 11 April 2009 Conseil CAP : Philippe Brottier, dignité fontenoise (acte 3) Chronique 13 - Wednesday 8 April 2009 Conseil CAP : Philippe Brottier, dignité fontenoise (acte 2) Chronique 12 - Friday 3 April 2009 Conseil CAP : Philippe Brottier, dignité fontenoise (acte 1) Chronique 11 - Wednesday 4 March 2009 Cantine de Poitiers : Alain Claeys très soupe au lait ! Chronique 10 - Tuesday 3 March 2009 Poitiers sereine... Mais que fait Alain Claeys ? Il investit... Chronique 9 - Saturday 21 February 2009 Alain Claeys, président de la CAP, ne créera pas de nouvel impôt Chronique 8 - Sunday 8 February 2009 Coeur d'agglo : Poitiers accroche un Lion de plus à son blason (acte 2) Chronique 7 - Thursday 5 February 2009 Coeur d'agglo : Poitiers accroche un Lion de plus à son blason (acte 1) Chronique 6 - Friday 16 January 2009 Rires sous CAP : déboires à plus soif du Poitiers fiscal ! Chronique 5 - Monday 12 January 2009 Mauvais CAP à la Communauté d'agglomération de Poitiers Chronique 4 - Monday 5 January 2009 Poitiers, paix sociale en ordre de bataille Chronique 3 - Saturday 3 January 2009 Tandem pictave Claeys-Desbourdes : « je t'aime moi non plus ! » Chronique 2 - Wednesday 3 December 2008 Poitiers, délicate démocratie locale selon Alain Claeys Chronique 1 - Monday 1 December 2008 Poitiers d'Alain Claeys, si bien en son Conseil...
 
16ème Chronique

Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 2)

Kritix, le Saturday 18 April 2009 - 2509 consultations - Commenter la chronique
Poitiers : Veillée de Notre-Dame-la-Grande.
© kritix.com

Brusquement, la porte s'ouvrit ! Deux étudiantes en droit firent irruption. Et c'est non sans une certaine insolence qu'elles interrompirent le conseil municipal de ce 30 mars 2009. Hors de lui, le maire se fâcha tout rouge, « on n'interrompt pas comme ça ! […] Je décide donc de suspendre la séance ! », le maire étant dépositaire de la police de l'assemblée. Avant qu'il ne les laissa intervenir durant ce qu'il convient d'appeler un incident de séance, le maire ajouta « Je ne vous ai pas attendu pour prendre parti ! » Les deux étudiantes dédaignèrent répondre au maire qui leur demanda à plusieurs reprises leurs appartenances idéologiques. Cette opposition frontale ne bougea pas pendant trois longues minutes, puis le maire céda, acceptant d'écouter les doléances des deux requérantes. L'une d'elle porta un billet de revendications à la tribune, l'autre parla au micro devant la porte de la salle des Échevins.

« Je ne vous ai pas attendu pour prendre parti ! », Alain Claeys.

La seconde étudiante en droit à la faculté de Poitiers tint bon, malgré les tentatives de déstabilisations du maire, elle ne manqua de s'indigner contre le blocus de l'Université de Poitiers qui, à ses yeux, n'a que trop duré : la réputation de la faculté étant désormais remis en cause par l'absence durable de cours. Elle demanda au maire d'agir pour que les cours puissent reprendre. L'université de Poitiers a en effet la fâcheuse habitude d'être en grève presque chaque année. Mais en 2009, les professeurs s'ajoutent aux étudiants. Évidemment, il leur fut répondu que c'était dû à la politique du gouvernement. En attendant, le nombre d'étudiants baissent dangereusement, en même temps que la réputation de l'université ; comme presque partout en France. N'oublions pas qu'une université est un acteur économique décisif dans une capitale comme Poitiers. Le maire Alain Claeys s'appliqua à leur répondre méthodiquement avec passion (voir la vidéo ci-dessous). Après qu'il eut répondu, il fera remarquer le courage dont elles firent preuve en apportant à la tribune leurs doléances. Les deux étudiantes restèrent cordiale et partirent après les remerciements d'usage. Le cours normal de la séance reprit à 18h53.

Dans une salle des Échevins qui semble toujours menacer ruine, la vétusté étant partout, Alain Claeys s'inquiéta faussement de son fidèle chargé des finances Francis Chalard, « Il va s'étouffer ! », victime d'allergies, de rhumes des foins peut-être, il tint bon, continua, exposa les travaux du budget primitif. Il rappela avec préoccupation, « l'impôt est le meilleur outil redistributif de richesse : c'est un principe de solidarité. » Le maire se leva et s'installa en fond de salle parmi le public pour mieux voir et commenter ci et là les les documents affichés par le vidéo-projecteur, auxquels la tribune tourne le dos.

« N'y voyez pas de malice, le département [dirigé par la droite UMP] est à 2,4% d'augmentation », Francis Chalard.

Francis Chalard rappela qu'un point d'impôt sur la commune équivaut à 499 900 € et que la dotation de l'État se monte à près de 31,2 millions € ; que les recettes de fonctionnement se montent à près de 71,3 millions € et que, dans le cadre des capacités financières de la fiscalité mixte qui permet de percevoir, en plus de la taxe professionnelle, une fiscalité additionnelle sur les trois autres taxes directes locales que sont les taxes foncières (propriétés bâties et non bâties) et d'habitation, la DGF est aujourd'hui figée. Le maire s'en félicita, « c'est une bonne chose ! » En effet, Poitiers ne devrait plus risquer une évolution à la baisse de cette contribution de l'État aux recettes de la ville. Le maire exprima quelques inquiétudes sur le produit fiscal que constituent les taxes liées aux droits de mutation (sur la propriété immobilière). Des dispositions techniques furent développées. Y fut précisé que l'abattement général des bases correspondaient à un manque à gagner pour Poitiers de 4 050 000 € lié aux faibles revenus et de 1 700 000 lié à la conjoncture. On justifia une certaine modération fiscale à la hausse, soit 2% d'augmentation, par l'inflation et un désengagement de l'État chronique, sous couvert d'une décentralisation, délégations de services publiques sans contreparties. Francis Chalard illustra la bonne volonté des services municipaux en terme de rigueur budgétaire par une baisse des dépenses de gestion de 1,7%, malgré un recours à la dette, « N'y voyez pas de malice, le département [dirigé par la droite UMP] est à 2,4% d'augmentation ». Il rappela que la charge nette de personnelle correspondait à 48 % du budget général en 2009, quand il était à 47 % en 2008, « on reste relativement stables ».

Alain Claeys ne voulant pas que l'on s'éternise sur le délicat sujet des rémunérations et de la qualité du service public lié à une masse salariale fournie : « Accélère un peu ! ».
       « Ah, monsieur le maire, je suis concis ! » rétorqua le chargé des finances surpris par la vive recommandation. Francis chalard ne fait que se cantonner à la rigueur des règles comptables répondant aussi des choix politiques initiés par le maire et son conseil. Le grand argentier de Poitiers sait que sa place est de tous les instants pris sous les feux nourris des désidératas du maire.

« Ne sois pas désagréable avec certains fonctionnaires ! », Alain Claeys.

Alain Claeys, maire de Poitiers, lors du conseil municipal du 30 mars 2009.
© kritix.com

A périmètre équivalent, le budget associations évolue à la hausse de 1%. Les dépenses de fonctionnement évolue à la hausse de 0,5 % pour un total de 97 millions d'euros, alors qu'en 2008 une baisse de 2 % avait été enregistrée. Francis Chalard interpella l'assistance : « On ne pourra pas faire ces efforts de rupture [modérations], tous les ans ».
       « Ne sois pas désagréable avec certains fonctionnaires » lança ironique le maire.
       Le conseiller Chalard sourit mais ne commenta pas. L'opposition municipale ne broncha pas non plus sur les 20 millions d'euros alloués au budget culture. Le chargé des finances fit valoir une lente évolution de l'épargne brute à près de 800 000 euros qu'il qualifia de point faible : seule marge de manœuvre budgétaire viable à moyen terme. Alain Claeys rectifia mi-ironique, « On a aucun points faibles, on y est arrivé ».

On put remarquer les quelques 700 000 euros d'amendes de police enregistrées par le trésor municipal. L'encours de la dette passe de 94 à 96 millions d'euros, sans emprunts toxiques. Les taxes variables étaient de 4,24 %, aujourd'hui ils sont à 3,94%. Nous avons une gestion de la dette inversement proportionnelle à la tendance des autres villes. Le maire Alain Claeys d'une voix articulée : « Accélère !
       - Je vais vite
, répondit le malmené Francis Chalard
       - Nous faisons des investissements lourds dans cette maison sur un programme informatif et un programme nouveau de réorganisation, précisa doctement le maire. »

Le chargé des finances termina son approche conclusive : l'épargne brute est à 8 millions d'euros, l'excèdent budgétaire est à 6 millions d'euros, la dette à 98 millions d'euros. « Merci Francis Chalard pour cette présentation très complète », fit savoir le maire, comme soulagé, retournant à la tribune.


       [Suite du conseil dans l'acte 3]


Trombinoscope de la municipalité de Poitiers (2014-...) [pdf]
Trombinoscope de la Communauté d'Agglomération de Poitiers (2014-...) [externe]
Trombinoscope de la municipalité de Poitiers (2008-2014) [pdf]
Trombinoscope de la Communauté d'Agglomération de Poitiers (2008-2014) [pdf]

Pour commenter cette chronique, connectez-vous...
Pour s'inscrire, cliquez-ici.
Pseudonyme
Mot de passe
Mémoriser


Mot de passe oublié ?
 
Regrets éternels en langue de bois d'un Bourget
Sans dents et sans reproches
Élan patriotique pour un 11 janvier 2015 en « balles tragiques » à mille temps
Pragmatique
Phrygien d'airain
Gastronome en talonnette courte
PPP ou l'impuissance du Politique
Jean-Marc Ayrault, payeur de Notre-Dame-des-Landes
Lepage Corinne, courage Parménide
'Shame on you' américano-hollandais
Livre tournois de Valençay
Commandement normatif
Bilderberg, la pieuvre
Bipartisme défait
Lumières de Hollande

Être tenu informé des dernières chroniques publiées en s'abonnant à ce flux RSS

Follow kritix on Twitter