En 2015, François Hollande c'est 900 euros de dette publique supplémentaire par français !
Monday  24 July  2017
Bonne lecture !
Chronique 61 - Friday 11 June 2010 Claude Eidelstein but le calice budgétaire jusqu'à la lie Chronique 60 - Thursday 3 June 2010 Claude Eidelstein ne jettera pas la pierre... Chronique 59 - Tuesday 1 June 2010 Tourmente poitevine ou la pression fiscale décomplexée Chronique 58 - Saturday 29 May 2010 0,9 de Pâques : cap, cap, cap, codex ! Chronique 57 - Wednesday 26 May 2010 Fibre budgétaire : cachez cette taxe qu'un rigoureux socialiste ne saurait voir ! Chronique 56 - Sunday 23 May 2010 Le transport gratuit d'une exaspération budgétaire Chronique 55 - Sunday 18 April 2010 0,9% : l'Impôt d'un passé de l'Imprévoyance Chronique 54 - Friday 16 April 2010 Alain Claeys a sauvé la CAP de la faillite ! Chronique 53 - Thursday 15 April 2010 La Sarkozie transporte la CAP à grande vitesse Chronique 52 - Friday 2 April 2010 Poitiers, une héritière un peu gauche Chronique 51 - Tuesday 30 March 2010 Poitiers s'enlise dans la précarité Chronique 50 - Wednesday 3 February 2010 La CAP revisite le quart d'heure poitevin Chronique 49 - Thursday 7 January 2010 Le Grand Poitiers fait son chemin et ses tuyaux Chronique 48 - Sunday 3 January 2010 Ryanair : Alain Claeys retrouve le CAP de l'intérêt général et fend l'armure Chronique 47 - Monday 28 December 2009 Poitiers choisit les régressifs de Total pour Toumaï Chronique 46 - Thursday 24 December 2009 Un tunnel pour la Ganterie, parce que Poitiers le vaut bien Chronique 45 - Monday 21 December 2009 Poitiers, si chère à leur cœur... Chronique 44 - Wednesday 16 December 2009 Poitiers en lutte contre la négligence et l'abandon Chronique 43 - Thursday 3 December 2009 Les mille et une couleuvres de l'impôt LGV avalisé par la CAP Chronique 42 - Tuesday 1 December 2009 CAP : le devoir d'exemplarité en question Chronique 41 - Sunday 29 November 2009 Alain Claeys contraint et forcé à jouer Collectif Chronique 40 - Wednesday 25 November 2009 Poitiers-sécurité : « Logiparc-SIPEA » a la hache, elle aime Chronique 39 - Monday 23 November 2009 Quand Alain Claeys caresse la démocratie participative Chronique 38 - Thursday 19 November 2009 Poitiers paupérisée ! Chronique 37 - Thursday 15 October 2009 PLU de Poitiers : un bourgeois, une poule, assis sur un tabouret... Chronique 36 - Sunday 11 October 2009 Le bourgeois transparent Chronique 35 - Friday 9 October 2009 Le CCJ et le bon bourgeois Chronique 34 - Tuesday 29 September 2009 Is not CAP sexy ? Chronique 33 - Sunday 27 September 2009 CAP sur LGV : le côté obscur de la transparence Chronique 32 - Tuesday 14 July 2009 CAP : frondaisons estivales de « la réserve d'indiens » Chronique 31 - Sunday 12 July 2009 Claude Thibault et le CAP de la verte fronde Chronique 30 - Wednesday 8 July 2009 Chauffage des Couronneries : Alain Claeys s'émancipe de Jacques Santrot
Chronique 29 - Saturday 4 July 2009 Poitiers-Jeunes : Alain Claeys s'émancipe de Jacques Santrot
Chronique 29 - Saturday 4 July 2009 Poitiers-Jeunes : Alain Claeys s'émancipe de Jacques Santrot Chronique 28 - Saturday 27 June 2009 CAP : l'attelle du 18 juin (acte 2) Chronique 27 - Thursday 25 June 2009 CAP : l'attelle du 18 juin (acte 1) Chronique 26 - Thursday 11 June 2009 LGV : l'État Sarkozy c'est la CAP ...itulation ! (acte 2) Chronique 25 - Tuesday 9 June 2009 LGV : l'État c'est la CAP ! (acte 1) Chronique 24 - Tuesday 2 June 2009 Poitiers et le poing d'honneur d'Aurélien Tricot Chronique 23 - Saturday 30 May 2009 Huis clos de Poitiers, une certaine idée de la transparence (acte 2) Chronique 22 - Wednesday 27 May 2009 Huis clos de Poitiers, une certaine idée de la transparence (acte 1) Chronique 21 - Tuesday 5 May 2009 Entre Rachida Dati et Alain Claeys, un lapin rose se pose (acte 2) Chronique 20 - Sunday 3 May 2009 Entre Rachida Dati et Alain Claeys, un lapin rose se pose (acte 1) Chronique 19 - Saturday 25 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 5) Chronique 18 - Thursday 23 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 4) Chronique 17 - Monday 20 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 3) Chronique 16 - Saturday 18 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 2) Chronique 15 - Wednesday 15 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 1) Chronique 14 - Saturday 11 April 2009 Conseil CAP : Philippe Brottier, dignité fontenoise (acte 3) Chronique 13 - Wednesday 8 April 2009 Conseil CAP : Philippe Brottier, dignité fontenoise (acte 2) Chronique 12 - Friday 3 April 2009 Conseil CAP : Philippe Brottier, dignité fontenoise (acte 1) Chronique 11 - Wednesday 4 March 2009 Cantine de Poitiers : Alain Claeys très soupe au lait ! Chronique 10 - Tuesday 3 March 2009 Poitiers sereine... Mais que fait Alain Claeys ? Il investit... Chronique 9 - Saturday 21 February 2009 Alain Claeys, président de la CAP, ne créera pas de nouvel impôt Chronique 8 - Sunday 8 February 2009 Coeur d'agglo : Poitiers accroche un Lion de plus à son blason (acte 2) Chronique 7 - Thursday 5 February 2009 Coeur d'agglo : Poitiers accroche un Lion de plus à son blason (acte 1) Chronique 6 - Friday 16 January 2009 Rires sous CAP : déboires à plus soif du Poitiers fiscal ! Chronique 5 - Monday 12 January 2009 Mauvais CAP à la Communauté d'agglomération de Poitiers Chronique 4 - Monday 5 January 2009 Poitiers, paix sociale en ordre de bataille Chronique 3 - Saturday 3 January 2009 Tandem pictave Claeys-Desbourdes : « je t'aime moi non plus ! » Chronique 2 - Wednesday 3 December 2008 Poitiers, délicate démocratie locale selon Alain Claeys Chronique 1 - Monday 1 December 2008 Poitiers d'Alain Claeys, si bien en son Conseil...
 
29ème Chronique

Poitiers-Jeunes : Alain Claeys s'émancipe de Jacques Santrot

Kritix, le Saturday 4 July 2009 - 3094 consultations - Commenter la chronique

A Poitiers, participer à la curée est maintenant activité bien entamée... Le langage compassé de la diplomatie, la langue de bois qui fait feu de tout... a vécu ! Nous sommes entrés dans la real politik à la manière claeysienne...

Ce 29 juin 2009, temps caniculaire, salle en surchauffe prompte à l'énervement, petites tenues de rigueur, le conseil municipal de Poitiers initiait l'ultime chorum avant la pause estivale. Le maire Alain Claeys égraina les Pouvoirs. 18H05. L'atmosphère lourde du dehors empesa le Conseil au dedans ; du moins pour ceux qui ne manquèrent pas à leurs responsabilités. Le chorum exécuta le labeur des délibérations, à la sueur de son front !

Blason de Poitiers, rue Carnot. Juin 2009.
© kritix.com

Le maire de Poitiers, Alain Claeys, « Exceptionnellement, je vous quitterai à 19h. En ce qui concerne l'annonce d'Eric Besson [ndr : le ministre de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire] sur l'accueil de réfugiés de la corne de l'Afrique, 80 vont être accueillis en France. [...] Ce que je regrette, c'est que le maire de Poitiers n'a pas été informé de cette opération humanitaire. Selon Eric Besson, que j'ai eu au téléphone, il s'agit de malgaches. Il faut que ces femmes et enfants soient accueillis dans de bonnes conditions. Il faut qu'à l'initiative de l'État, ils soient accueillis dans de bonnes conditions. [S'y ajoute] les problèmes sur le RSA, ceux sur les épiceries sociales. J'ai eu gain de cause sur le passage de 40 à 20 personnes [ndr : le nombre de réfugiés accueillis par Poitiers a été réduit de moitié]. Avec le préfet [Bernard Tomasini, nous allons] faire le travail en amont. Poitiers fera ce qu'elle a toujours sut faire ! »

« Deuxième chose : en appel, nous avons perdu sur les pièces d'identités [ndr : passeports biométriques], correspondant à 600 000 €. Troisième chose : sur le basket, nous annoncerons les décisions avant le 14 juillet. On a deux types de problèmes : d'une part, la subvention ; ils partent sur un budget qui sera le plus petit de la pro A. Il n'y aura pas de problèmes pour répondre présent, les autres collectivités pourront le faire ! D'autre part, les sponsors [ndr : la délicate question], on s'est mis d'accord : le basket ne doit pas porter ombrage au Volley. Je n'accepterai pas le moindre déficit d'un club ! Un club... je tairai le club ! Nous avons fait un travail de transparence [ndr : tiens, la revoilà...]. [...] Nous travaillons sur une seule hypothèse, les arènes. [...] Si il y a à acheter, il y a une réunion cette semaine ; on a le parking, il faut le remplir avec 5 000 personnes. Il faut faire un investissement pour un équipement correct. L'hypothèse Lawson Body : la ville ne peut plus faire le travail d'une salle communautaire. Vous serez informés, il faudra jongler avec le calendrier [basket-volley]. [...] Voilà ce que je pouvais dire ! »

Stéphane Braconnier, « Les arènes sont la solution à privilégier. Elles constituent la solution à une salle de capacité suffisante pour l'accueil de manifestations. »
       Le maire de Poitiers fit la récréation, « Si ça marche, nous ferons une équipe de basket au conseil municipal ! » Puis redevint sérieux, « Les études acoustiques ne sont pas parfaites. [...] Je suis d'accord, mais si l'utilisation est sport-concert, il y a aussi des salons, des opérations gratuites : elles ont tout pour accueillir les différentes opérations. Le problème est technique : si nous voulons que notre personnel monte les arènes... Euuuh ! Les tribunes » On gloussa d'aise...

Alain Claeys, maire de Poitiers, lors de la séance publique du conseil municipal du 29 juin 2009.
© kritix.com

Le maire Alain Claeys se tourna vers son opposition timorée au visage renouvelé : une nouvelle conseillère venait siéger en remplacement d'une autre démissionnaire, « Je salue la remplaçante madame Apercé ! » Puis, moqueur à l'endroit d'un autre opposant, celui-ci Modem, qui s'était levé pour oxygéner une salle qui suait à grosses gouttes... Alain Caeys, « Vous êtes un homme d'altitude ! ». Le conseiller Philippe Mahou, juste revenu des cimes himalayennes, incrédule, encore transformé par son voyage intérieur, « J'aère ! », fit-il ouvrant une porte sur le grand vestibule.

Redescendre dans l'arène politique est autrement plus abrupt ! On entra dans le vif du sujet avec la délibération Poitiers-jeunes. La conseillère de la majorité socialiste Magali Barc s'employa à traiter le très sensible dossier d'une association aux abois, trop longtemps en dérives comptables... La conseillère Magali Barc est une enfant de l'école de l'ancien maire Jacques Santrot. Elle participa à la précédente équipe municipale, aussi était-il légitime qu'elle assuma les conséquences politiques des choix de la précédente mandature, sous l'œil exigent et impitoyable du nouveau maire de Poitiers Alain Claeys qui saluera son travail. Il y a des dossiers qui mettent à l'épreuve quelques amitiés politiques... passées. Ne présageons pas de l'avenir...
      
       Magali Barc, d'une voix hésitante, alors qu'elle est coutumière d'un parler plutôt tranché et franc, « Les premiers comptes rendus apportent un regard nouveau sur les choses qui méritent de mieux fonctionner. Cela a permis de montrer les choses à améliorer dans la recherche de partenariat avec les choses présentées début mai, relatives à l'évaluation des projets. Ce n'est pas forcément un reproche que le manque de partenariats avec les différentes associations. [...] Les statuts ne prévoient pas qu'il y ait d'adhérents ; le statut doit être clair pour éviter des prises d'intérêts. Le bureau est élu depuis un an. Le projet [de redressement], sur 6 mois [...]. Il faut des adhérents, même si c'est pour un euro symbolique. Le volet financier sera étudié lors du conseil d'administration. 60 000 € de déficits : on l'a apprit par le commissaire aux comptes [ndr : on nous fait le classique je-suis-responsable-mais-pas-coupable ; désinvolture et fiscalité locale font bon ménage !]. Une enquête est en cours pour une somme retirée sans justifications. [ndr : il semblerait que la jeune conseillère ait été bien briffée par le maire Alain Claeys qui use avec intelligence de ce que l'on appelle un fusible : monsieur le maire nouveau n'est pas comptable des erreurs commises en dehors de son vote...] La solution : régler le déficit en 2 ans, déficit qui s'explique par des charges non provisionnées. C'est au conseil d'administration de se prononcer dans les semaines qui viennent pour rester dans les financements. »

Chapelle du collège Henri IV de Poitiers, en juin 2009.
© kritix.com

« Les Expressifs [ndr : manifestation populaire organisée par l'obscure association Poitiers-jeunes] sont une image forte de Poitiers [ndr : surtout très utile en terme de clientèlisme politique]. Il y aura la prochaine édition des Expressifs. Il faudra retravailler sur une mission d'intérêt général [ndr : voilà qui serait plus constructif !]. Compte tenu du DLA, des négociations sur les personnels sont en cours. L'association Poitiers-jeunes va résilier le bail de la chapelle des Gaillards qui serait dédiée au travail des artistes. Les documents et les statuts financiers sont consultables à l'association suivant leur accord. » Il est fâcheux que ces statuts ne soient pas consultables en mairie, compte tenue de la situation... et selon la transparence tant espérée par le maire.
       Alain Claeys paternel, « C'est un dossier difficile pour une jeune élue, pour Magali. [...] Il est hors de question de verser un euro symbolique ; il serait dommage de verser un euro de plus ! »

L'opposant UMP Stéphane Braconnier, dépité, « nous sommes très réservés sur la signature d'un chèque en blanc. Le diagnostic est fonction de dysfonctionnements, de malversations ; on demande des efforts. Le discours est différent sur Poitiers-jeunes et sur le sport depuis 15 ans ! Alors que les moyens ne sont pas en cause, il serait préférable de verser de manière graduée les subventions [ndr : en plusieurs tranches] et aboutir à un effet incitatif. Toutes les réponses n'ont pas été apportées. »
       Alain Claeys sortit de son silence, visiblement irrité, « Il n'y a aucun chèque en blanc ! Je ne veux pas tuer Poitiers-jeunes, très utile à Poitiers ! J'avais promis la transparence [ndr : tiens la revoilà...], vous l'avez ! La subvention 2009, ils l'auront ! Celle de 2010 sera, elle, à voter par vous ! Je ne parle pas de malversations : je suis prudent [ndr : ça fleure bon les irrégularités, sans aller jusqu'aux inenvisageables prises illégales d'intérêts...] [...]. La subvention dépendra du contrat d'objectifs, à analyser en commissions. L'une des actions fortes, à titre personnel... les Expressifs est important [ndr : il ne faudrait pas l'oublier...]. Transparence et fermeté [ndr : il fallait le préciser, l'évidence s'étant un moment travestie...] »

L'opposant Stéphane Braconnier, plus chasseur que jamais, « Je note que vous laissiez l'association prendre ses décisions [seule] ! »
       L'indulgent opposant modem Philippe Mahou, « Sur ce sujet, nous nous abstiendrons... »
       Alain Claeys, « Je me faisais engueuler par la presse ! Le DLA montre que l'association n'a pas prit en compte les enjeux, depuis les années 2000 difficiles à la situation délicate d'aujourd'hui ! »
       La conseillère Magali Barc, ragaillardie par le salvateur soutien du maire, « Poitiers-Jeunes ne représente pas toute la politique de la jeunesse ! Une partie fut votée en janvier et mars. Le solde est versé pour faire venir les compagnies [ndr : pour ressusciter les Expressifs] ».

Vue de l'église Saint-Jean de Montierneuf à Poitiers, en juin 2009.
© kritix.com

Le fabiusien maire de Poitiers, résolu et amer, fit amende honorable, devant une opposition, sombre, « Arrêter aujourd'hui la subvention, c'est tuer Poitiers-jeunes. Même si l'équipe précédente n'a pas prit toutes les précautions, je le reconnais. 2010 sera conditionné ! Je ne changerai pas mon attitude. »
       Le ségolèniste Jean François Macaire botta en touche, « C'est une vision gestionnaire, mais l'apport de l'association est humainement aussi important. [...] Poitiers doit beaucoup à cette association ! »
       La socialiste Magali Barc, « Sur la préconisation du DLA, 30 à 40 jeunes y viennent annuellement »

Alain Claeys, fébrile, « Jules ! »
       Le conseiller socialiste Jules Aimé, d'un ton sérieux, d'une voix hésitante « Je voudrais plus parler du présent que du passé. [ndr : parce qu'il faut taire l'héritage de Jacques Santrot ?] L'association a beaucoup changé. Je me suis étonné de la relation de défiance envers notre équipe [ndr : l'équipe municipale actuelle]. Ils se sont remis en cause... »
       La conseillère socialiste Magali Barc d'une voix éteinte, « L'objectif est que les nouveaux statuts soient faits en janvier 2010 ».

[Suite et fin du Conseil dans Chauffage des Couronneries : Alain Claeys s'émancipe de Jacques Santrot]


Trombinoscope de la municipalité de Poitiers (2014-...) [pdf]
Trombinoscope de la Communauté d'Agglomération de Poitiers (2014-...) [externe]
Trombinoscope de la municipalité de Poitiers (2008-2014) [pdf]
Trombinoscope de la Communauté d'Agglomération de Poitiers (2008-2014) [pdf]

Pour commenter cette chronique, connectez-vous...
Pour s'inscrire, cliquez-ici.
Pseudonyme
Mot de passe
Mémoriser


Mot de passe oublié ?
 
Regrets éternels en langue de bois d'un Bourget
Sans dents et sans reproches
Élan patriotique pour un 11 janvier 2015 en « balles tragiques » à mille temps
Pragmatique
Phrygien d'airain
Gastronome en talonnette courte
PPP ou l'impuissance du Politique
Jean-Marc Ayrault, payeur de Notre-Dame-des-Landes
Lepage Corinne, courage Parménide
'Shame on you' américano-hollandais
Livre tournois de Valençay
Commandement normatif
Bilderberg, la pieuvre
Bipartisme défait
Lumières de Hollande

Être tenu informé des dernières chroniques publiées en s'abonnant à ce flux RSS

Follow kritix on Twitter