En 2015, François Hollande c'est 900 euros de dette publique supplémentaire par français !
Thursday  19 October  2017
Bonne lecture !
Chronique 61 - Friday 11 June 2010 Claude Eidelstein but le calice budgétaire jusqu'à la lie Chronique 60 - Thursday 3 June 2010 Claude Eidelstein ne jettera pas la pierre... Chronique 59 - Tuesday 1 June 2010 Tourmente poitevine ou la pression fiscale décomplexée Chronique 58 - Saturday 29 May 2010 0,9 de Pâques : cap, cap, cap, codex ! Chronique 57 - Wednesday 26 May 2010 Fibre budgétaire : cachez cette taxe qu'un rigoureux socialiste ne saurait voir ! Chronique 56 - Sunday 23 May 2010 Le transport gratuit d'une exaspération budgétaire Chronique 55 - Sunday 18 April 2010 0,9% : l'Impôt d'un passé de l'Imprévoyance Chronique 54 - Friday 16 April 2010 Alain Claeys a sauvé la CAP de la faillite ! Chronique 53 - Thursday 15 April 2010 La Sarkozie transporte la CAP à grande vitesse Chronique 52 - Friday 2 April 2010 Poitiers, une héritière un peu gauche Chronique 51 - Tuesday 30 March 2010 Poitiers s'enlise dans la précarité Chronique 50 - Wednesday 3 February 2010 La CAP revisite le quart d'heure poitevin Chronique 49 - Thursday 7 January 2010 Le Grand Poitiers fait son chemin et ses tuyaux Chronique 48 - Sunday 3 January 2010 Ryanair : Alain Claeys retrouve le CAP de l'intérêt général et fend l'armure Chronique 47 - Monday 28 December 2009 Poitiers choisit les régressifs de Total pour Toumaï Chronique 46 - Thursday 24 December 2009 Un tunnel pour la Ganterie, parce que Poitiers le vaut bien Chronique 45 - Monday 21 December 2009 Poitiers, si chère à leur cœur... Chronique 44 - Wednesday 16 December 2009 Poitiers en lutte contre la négligence et l'abandon Chronique 43 - Thursday 3 December 2009 Les mille et une couleuvres de l'impôt LGV avalisé par la CAP Chronique 42 - Tuesday 1 December 2009 CAP : le devoir d'exemplarité en question Chronique 41 - Sunday 29 November 2009 Alain Claeys contraint et forcé à jouer Collectif Chronique 40 - Wednesday 25 November 2009 Poitiers-sécurité : « Logiparc-SIPEA » a la hache, elle aime Chronique 39 - Monday 23 November 2009 Quand Alain Claeys caresse la démocratie participative Chronique 38 - Thursday 19 November 2009 Poitiers paupérisée ! Chronique 37 - Thursday 15 October 2009 PLU de Poitiers : un bourgeois, une poule, assis sur un tabouret... Chronique 36 - Sunday 11 October 2009 Le bourgeois transparent Chronique 35 - Friday 9 October 2009 Le CCJ et le bon bourgeois Chronique 34 - Tuesday 29 September 2009 Is not CAP sexy ? Chronique 33 - Sunday 27 September 2009 CAP sur LGV : le côté obscur de la transparence Chronique 32 - Tuesday 14 July 2009 CAP : frondaisons estivales de « la réserve d'indiens » Chronique 31 - Sunday 12 July 2009 Claude Thibault et le CAP de la verte fronde Chronique 30 - Wednesday 8 July 2009 Chauffage des Couronneries : Alain Claeys s'émancipe de Jacques Santrot Chronique 29 - Saturday 4 July 2009 Poitiers-Jeunes : Alain Claeys s'émancipe de Jacques Santrot Chronique 28 - Saturday 27 June 2009 CAP : l'attelle du 18 juin (acte 2) Chronique 27 - Thursday 25 June 2009 CAP : l'attelle du 18 juin (acte 1) Chronique 26 - Thursday 11 June 2009 LGV : l'État Sarkozy c'est la CAP ...itulation ! (acte 2) Chronique 25 - Tuesday 9 June 2009 LGV : l'État c'est la CAP ! (acte 1)
Chronique 24 - Tuesday 2 June 2009 Poitiers et le poing d'honneur d'Aurélien Tricot
Chronique 24 - Tuesday 2 June 2009 Poitiers et le poing d'honneur d'Aurélien Tricot Chronique 23 - Saturday 30 May 2009 Huis clos de Poitiers, une certaine idée de la transparence (acte 2) Chronique 22 - Wednesday 27 May 2009 Huis clos de Poitiers, une certaine idée de la transparence (acte 1) Chronique 21 - Tuesday 5 May 2009 Entre Rachida Dati et Alain Claeys, un lapin rose se pose (acte 2) Chronique 20 - Sunday 3 May 2009 Entre Rachida Dati et Alain Claeys, un lapin rose se pose (acte 1) Chronique 19 - Saturday 25 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 5) Chronique 18 - Thursday 23 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 4) Chronique 17 - Monday 20 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 3) Chronique 16 - Saturday 18 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 2) Chronique 15 - Wednesday 15 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 1) Chronique 14 - Saturday 11 April 2009 Conseil CAP : Philippe Brottier, dignité fontenoise (acte 3) Chronique 13 - Wednesday 8 April 2009 Conseil CAP : Philippe Brottier, dignité fontenoise (acte 2) Chronique 12 - Friday 3 April 2009 Conseil CAP : Philippe Brottier, dignité fontenoise (acte 1) Chronique 11 - Wednesday 4 March 2009 Cantine de Poitiers : Alain Claeys très soupe au lait ! Chronique 10 - Tuesday 3 March 2009 Poitiers sereine... Mais que fait Alain Claeys ? Il investit... Chronique 9 - Saturday 21 February 2009 Alain Claeys, président de la CAP, ne créera pas de nouvel impôt Chronique 8 - Sunday 8 February 2009 Coeur d'agglo : Poitiers accroche un Lion de plus à son blason (acte 2) Chronique 7 - Thursday 5 February 2009 Coeur d'agglo : Poitiers accroche un Lion de plus à son blason (acte 1) Chronique 6 - Friday 16 January 2009 Rires sous CAP : déboires à plus soif du Poitiers fiscal ! Chronique 5 - Monday 12 January 2009 Mauvais CAP à la Communauté d'agglomération de Poitiers Chronique 4 - Monday 5 January 2009 Poitiers, paix sociale en ordre de bataille Chronique 3 - Saturday 3 January 2009 Tandem pictave Claeys-Desbourdes : « je t'aime moi non plus ! » Chronique 2 - Wednesday 3 December 2008 Poitiers, délicate démocratie locale selon Alain Claeys Chronique 1 - Monday 1 December 2008 Poitiers d'Alain Claeys, si bien en son Conseil...
 
24ème Chronique

Poitiers et le poing d'honneur d'Aurélien Tricot

Kritix, le Tuesday 2 June 2009 - 3430 consultations - Commenter la chronique

Point par point, on montra les poings ; une mise au point du conseiller Tricot qui ne manqua pas de doigté, qui prend du galon...

Campanile de l'hôtel de ville de Poitiers, le 25 mai 2009.
© kritix.com

Quelques temps plus tôt, lors de cette séance publique du 25 mai 2009, le maire de Poitiers fut des plus surpris par l'abstention de sa très dévouée conseillère Magali Barc (13ème adjointe déléguée à l’animation dans la ville, à la jeunesse et à la vie étudiante) répugnant le vote positif sur une subvention pour les sélections au jeu télévisé Questions pour un Champion. Sous les yeux médusés du maire, très attaché à la discipline de vote, elle fit valoir qu'une aide publique ne devait pas être allouée : une ville n'a pas à subventionner un jeu télévisé... Le conseiller Abderrazak Halloumi (délégué à l’accessibilité, au handicap et à la sécurité des établissements recevant du public) s'amusa avec sérieux, « C'est une subvention exceptionnelle sur un bon jeu de culture générale ! » Et, le maire Alain Claeys, finalement peu mécontent de l'agrément séance tenante, « Magali, tu es contre la culture générale ! », fit-il savoir tout sourire...

Aurélien Tricot (6ème adjoint, délégué aux sports) bomba le torse et d'une voix affirmée aux accélérations et ralentis marqués, « En propos liminaires, […] félicitations aux clubs play off […] il en coutera, Francis Chalard nous en excusera. » adressa-t-il taquin avant de continuer, « [il faut] Accompagner les clubs avec des subventions ; il faut aller au-delà de ce que demande la Loi, par une convention entre Poitiers et les clubs. […] La subvention évolue en fonction de la montée ou de la descente d'un club... Les subventions à l'ASPTT restent importantes »

Le conseiller de l'opposition Stéphane Braconnier, « Nous nous réjouissons du travail important de subventionnement des associations sportives. On peut aller plus loin, mais en donnant des perspectives ; qu'il y ait ambition ou pas. Moins d'approximations c'est toujours un élément positif. Le soutien au sport de haut niveau, la question de subventionnement du boxeur Mahyar Monshipour et l'analyse rétrospective du dossier que l'on peut en faire : compte tenu de l'évolution, la ville n'a pas à voter une opération commerciale. La position [de l'UMP] est celle de l'adjoint, nous nous en réjouissons ! » L'opposant continua ensuite sur le délabrement de l'une des piscines municipales, « Nous ne revenons pas sur la Ganterie ! La municipalité doit être totalement transparente sur ce dossier sportif. Par la création, la demande d'une commission sur les équipements sportifs, associant élus de la majorité et de l'opposition. Il ne faut pas de cafouillages, j'ose le dire, sur la sécurité des équipements. »

Alain Claeys, martial, « Ce n'est pas de la compétence de la ville mais de la CAP ! L'expert indépendant, entendu par les journalistes, m'a amené à prendre les décisions qu'il fallait... » Aurélien Tricot reprit avec allant, « Poitiers a été très clair sur Monshipour. Le conseil général a mis sa participation financière, la région une partie aussi... »

Entrée du Palais de Justice de Poitiers. Avril 2009.
© kritix.com

Le député-maire, résolument plus scrupuleux que jamais, « Poitiers met à disposition les équipements, mais ne versera pas d'argent à l'organisation pour le cachet des joueurs. [...] Je souhaite à Mahyar Monshipour plein de succès. » « Sur les équipements de la CAP, je ferai une analyse de tout avec Aurélien, puis l'analyse des mesures à prendre, desquelles nous devrons répondre pour nous prononcer sur leurs financements. [...] A certains grands clubs nous demandons des éclaircissements... »

« La 40 ! […] Francis Chalard est à la manœuvre ; [nos opposants] seraient capables de dire que nous n'avons pas d'ambition ! Si le basket club passe en N1, le budget double : ce sera considérable, il faudrait s'y préparer ! » Certains conseillers se gaussèrent... Alain Claeys, sur sa lancée, « Dans le cadre d'un match entre les élus, tu seras désigné d'office comme arbitre, Aurélien », les conseillers s'esclaffèrent...

Aurélien Tricot regretta que l'on passa par la presse pour poser des questions sur son domaine de compétence, le sport... Puis, déchaîné, fit une pointe de vitesse en paroles... Le maire de Poitiers amusé par la prouesse, « Pour moi, tu le referas doucement ! » Jovial, lisant toujours de manière expéditive, le maire le tança avec bienveillance, notant qu'il ne se laissait pas décontenancer tandis qu'il transpirait à grosses gouttes...

« La 52 ! », claqua le maire. Relevant le défi, Aurélien Tricot sut plaire, « Tout cela a été vu en commission ! » Alain Claeys ravi de la bonne inclinaison du poulain de l'ancien maire de Poitiers Jacques Santrot, « C'est très bien ! » Le maire le titilla malicieusement sur des détails techniques, le questionnant par le décalé de renseignements anecdotiques... Aurélien Tricot, comme essoufflé mais toujours affable, « Je vois que vous êtes espiègle monsieur le maire ! » Pour écarter tout malentendu s'entend...

Salle des Pas Perdus du Palais de Justice de Poitiers et ancienne grande salle du Palais Comtal. Avril 2009.
© kritix.com

Le maire fit un bref historique des golfs de Mignaloux et de Saint Cyr, où les financements publics et privés furent épiques... Aurélien Tricot, taquin, « Avec mon ami Francis Chalard, pour demander de l'argent... » Alain Claeys l'interrompit, inspiré, riant, « C'est vraiment radical socialiste ! » Aurélien Tricot, de bonne composition, afficha une connivence affichée, affectée, « Je te remercie, monsieur le maire... » On rappela que quelques célébrités sportives fréquentèrent les équipements de Vouneuil-sous-Biard, tel Jo Wilfried Tsonga ou Cédric Pioline... Le maire, paternel, « Je me réjouis d'avoir choisi Aurélien Tricot. Il a eu le tour de force de faire adopter à l'unanimité sa politique ! » Disons, la politique acceptée dans le bureau du maire avant le passage de ladite politique au vote publique... Aurélien Tricot triomphant, radieux, « J'associe mes services à vos applaudissements ! » La condescendance fonctionna à plein, les applaudissements furent au rendez-vous... L'unanimité du Conseil couronna une nouvelle fois Monsieur Consensus, « Sur la politique du sport, nous sommes d'accord ! » Au conseil municipal de Poitiers, on peine souvent dans l'art de la litote...

Le maire, la gouaillerie alerte, se tournant vers Francis Chalard (2e adjoint délégué aux finances, au personnel, à l’informatique et télécommunication et au Centre Technique Municipal), « Il faudra que tu nous dises combien ça nous coutera ce que l'on a voté... » Monsieur le maire ne manque pas d'humour, lui qui compte au nombre de ses qualités celle de faire la chasse aux gaspillages, celle de cultiver la rigueur des budgets. Il ne saurait pas ne pas anticiper une future dépense municipale, comme il sut le montrer avec brio au siège du parti socialiste : autres temps, mêmes mœurs. Peu après le maire fera remarquer amicalement à Aurélien Tricot qu'il n'est plus tout à fait un jeune poitevin (après qu'il eut parler de la jeunesse à laquelle il s'associa par coquetterie) ; lui, jeune loup du cabinet de l'ancien maire Jacques Santrot.

« La 67 ! » Sur une subvention dédiée à l'association UFC Que choisir de la Vienne, le maire, dextre, « 1500 € ?! Pourquoi, quand la Vienne est à 500 € ? Poitiers est dans la Vienne ! » Le bon Maurice Monange, « il faut choisir ! » Ce vétéran conseiller aime à rendre l'usage spirituel, avec ce zeste de fantaisie ; chapeau l'artiste ! Et le rire fut ! Sa bonhomie est appréciée de tous, y compris des cyniques...

« La 73, Éliane ! », le maire reprit la main et lança à l'opposition, moqueur, « Vous voulez une explication ? Non ? C'était un peu monotone [...] Ils peuvent s'abstenir, quand même ! Adopté ! » Un peu plus tard, faisant référence à une subvention à la LPO, « Vous aimez les petits oiseaux ! » Quelques temps après, le maire fourbu, s'adressant à ses adjoints, « A qui avez vous donné la subvention... euh... la délibération ? » La séance prit une drôle de tournure. La sous-traitance fit un passage éclair : le conseiller Stéphane Braconnier alla à la recommandation d'externaliser « des emplois techniques »...

Détail de la verrière du grand escalier de l'hôtel de ville de Poitiers. Avril 2009.
© kritix.com

Le conseiller Robert Rochaud recommanda « l'élaboration de marchés pour le TAP et [l'espace] Toumaï ». Alain Claeys très professionnel, « En ce qui concerne le TAP, j'attends Maxim's sur le projet de la chapelle, dans le cadre de la confirmation des hôtels de centre-ville. [Aussi,] cet espace pourrait être loué : on risque une demande sur plusieurs activités. C'est comme la gare : j'ai pas convaincu, il faut être patient. Il faut trouver le bon équilibre. Il faut de l'hôtellerie autre, à la gare. Je crois que ce quartier va démarrer ! Le marchand de journaux souffre, la pharmacie qui râle, mais... Je pense que l'initiative privée va démarrer. Je ne vais pas jouer madame soleil ! Je remarque simplement que Bouygues s'intéresse à des friches... Il faut être patient [malgré la Crise]. Pour revenir à la restauration [i.e. le restaurant] du TAP, il me faut voir ce qui relève de la ville et de la maintenance... Il faut faire attention. »

20h45. Le maire, à l'occasion d'une délibération à l'enveloppe financière de 60 000 €, « je suis ce dossier de près ; le conseil général va bouger... » Puis Alain Claeys se permit ce surprenant impromptu à l'endroit d'un conseiller, « J'ai vu votre présidente, elle était en pleine forme ! Elle va bien : je l'ai vu en réunion. [...] Je vous informe c'est tout ! Vous étiez à la région, n'est-ce pas ? » Précisons un peu le contexte socialiste : Martine Aubry et Ségolène Royal font la trêve, non pas des confiseurs, mais des conflits de leadership. Les play off, éliminatoires in french, c'est pour plus tard : les français se détournent du papier glacé...

Le maire de Poitiers se voulut pédagogue sur le désert de la gare, « Je pense que le clivage de la gare se pose en termes idéologiques sur la question de l'emploi. Entre nous, je ne supprimerai pas un fonctionnaire sur deux ! Tu ne le ferais pas au CCAS, Serge [Rouquette, conseiller de l'opposition nouveau centre, faisant partie de la commission CCAS] ? » Et pour le torturer un peu plus, Alain Claeys ajouta, non sans humour, « je salue ton travail ! » Puis regardant droit dans les yeux son bon Conseil, « Vous aurez cette année un bilan régulier, avec avec lequel vous serez surpris de constater un recul de la précarité ». La 92 ! Délibération du dispositif CIFRE, bourse de doctorant en partenariat avec une entreprise, le maire commenta, « Selon l'évaluation de l'INSERM, il y aura une équipe, celle de Boué, qui peut être qualifiée... »

Les lions du Campanile de Poitiers. Mai 2009.
© kritix.com

En marge de l'ordre du jour, deux vœux furent exprimés. Le premier sur le soutien au franco-palestinien Salah Hamouri qui ne fait pas l'objet de soutien de la part du président de la république française, à l'image du soutien présidentiel porté au franco-israélien Gilad Shalit... Le député-maire Alain Claeys se fit bienveillant, « Il faut un traitement équilibré. Je suis prêt, en tant que parlementaire, à écrire sur le sujet au Quai d'Orsay... » Le second vœu fut porté par l'opposition. La conseillère de la majorité Magali Barc s'effaroucha que ce vœu n'ait pas été demandé en temps et en heure, avant la séance publique. Alain Claeys lui montra son mécontentement appuyé par un « Tu ne sais pas de quoi il s'agit ! » Fâché, il gronda, il rabroua, puis, magnanime, accorda la parole à l'opposition. Il s'agissait d'une campagne de don du sang qui se ferait aussi dans l'enceinte des services municipaux...

21h03. Le maire de Poitiers, provocateur désabusé à l'égard de l'opposition municipale, « On n'a plus qu'à les convaincre sur la gare et on aura gagné. Bonsoir ! » Beau site, sire provincial, que celui de la... docilité.


Trombinoscope de la municipalité de Poitiers (2014-...) [pdf]
Trombinoscope de la Communauté d'Agglomération de Poitiers (2014-...) [externe]
Trombinoscope de la municipalité de Poitiers (2008-2014) [pdf]
Trombinoscope de la Communauté d'Agglomération de Poitiers (2008-2014) [pdf]

Pour commenter cette chronique, connectez-vous...
Pour s'inscrire, cliquez-ici.
Pseudonyme
Mot de passe
Mémoriser


Mot de passe oublié ?
 
Regrets éternels en langue de bois d'un Bourget
Sans dents et sans reproches
Élan patriotique pour un 11 janvier 2015 en « balles tragiques » à mille temps
Pragmatique
Phrygien d'airain
Gastronome en talonnette courte
PPP ou l'impuissance du Politique
Jean-Marc Ayrault, payeur de Notre-Dame-des-Landes
Lepage Corinne, courage Parménide
'Shame on you' américano-hollandais
Livre tournois de Valençay
Commandement normatif
Bilderberg, la pieuvre
Bipartisme défait
Lumières de Hollande

Être tenu informé des dernières chroniques publiées en s'abonnant à ce flux RSS

Follow kritix on Twitter