En 2015, François Hollande c'est 900 euros de dette publique supplémentaire par français !
Saturday  16 December  2017
Bonne lecture !
Chronique 61 - Friday 11 June 2010 Claude Eidelstein but le calice budgétaire jusqu'à la lie Chronique 60 - Thursday 3 June 2010 Claude Eidelstein ne jettera pas la pierre... Chronique 59 - Tuesday 1 June 2010 Tourmente poitevine ou la pression fiscale décomplexée Chronique 58 - Saturday 29 May 2010 0,9 de Pâques : cap, cap, cap, codex ! Chronique 57 - Wednesday 26 May 2010 Fibre budgétaire : cachez cette taxe qu'un rigoureux socialiste ne saurait voir ! Chronique 56 - Sunday 23 May 2010 Le transport gratuit d'une exaspération budgétaire Chronique 55 - Sunday 18 April 2010 0,9% : l'Impôt d'un passé de l'Imprévoyance Chronique 54 - Friday 16 April 2010 Alain Claeys a sauvé la CAP de la faillite ! Chronique 53 - Thursday 15 April 2010 La Sarkozie transporte la CAP à grande vitesse Chronique 52 - Friday 2 April 2010 Poitiers, une héritière un peu gauche Chronique 51 - Tuesday 30 March 2010 Poitiers s'enlise dans la précarité Chronique 50 - Wednesday 3 February 2010 La CAP revisite le quart d'heure poitevin Chronique 49 - Thursday 7 January 2010 Le Grand Poitiers fait son chemin et ses tuyaux Chronique 48 - Sunday 3 January 2010 Ryanair : Alain Claeys retrouve le CAP de l'intérêt général et fend l'armure
Chronique 47 - Monday 28 December 2009 Poitiers choisit les régressifs de Total pour Toumaï
Chronique 47 - Monday 28 December 2009 Poitiers choisit les régressifs de Total pour Toumaï Chronique 46 - Thursday 24 December 2009 Un tunnel pour la Ganterie, parce que Poitiers le vaut bien Chronique 45 - Monday 21 December 2009 Poitiers, si chère à leur cœur... Chronique 44 - Wednesday 16 December 2009 Poitiers en lutte contre la négligence et l'abandon Chronique 43 - Thursday 3 December 2009 Les mille et une couleuvres de l'impôt LGV avalisé par la CAP Chronique 42 - Tuesday 1 December 2009 CAP : le devoir d'exemplarité en question Chronique 41 - Sunday 29 November 2009 Alain Claeys contraint et forcé à jouer Collectif Chronique 40 - Wednesday 25 November 2009 Poitiers-sécurité : « Logiparc-SIPEA » a la hache, elle aime Chronique 39 - Monday 23 November 2009 Quand Alain Claeys caresse la démocratie participative Chronique 38 - Thursday 19 November 2009 Poitiers paupérisée ! Chronique 37 - Thursday 15 October 2009 PLU de Poitiers : un bourgeois, une poule, assis sur un tabouret... Chronique 36 - Sunday 11 October 2009 Le bourgeois transparent Chronique 35 - Friday 9 October 2009 Le CCJ et le bon bourgeois Chronique 34 - Tuesday 29 September 2009 Is not CAP sexy ? Chronique 33 - Sunday 27 September 2009 CAP sur LGV : le côté obscur de la transparence Chronique 32 - Tuesday 14 July 2009 CAP : frondaisons estivales de « la réserve d'indiens » Chronique 31 - Sunday 12 July 2009 Claude Thibault et le CAP de la verte fronde Chronique 30 - Wednesday 8 July 2009 Chauffage des Couronneries : Alain Claeys s'émancipe de Jacques Santrot Chronique 29 - Saturday 4 July 2009 Poitiers-Jeunes : Alain Claeys s'émancipe de Jacques Santrot Chronique 28 - Saturday 27 June 2009 CAP : l'attelle du 18 juin (acte 2) Chronique 27 - Thursday 25 June 2009 CAP : l'attelle du 18 juin (acte 1) Chronique 26 - Thursday 11 June 2009 LGV : l'État Sarkozy c'est la CAP ...itulation ! (acte 2) Chronique 25 - Tuesday 9 June 2009 LGV : l'État c'est la CAP ! (acte 1) Chronique 24 - Tuesday 2 June 2009 Poitiers et le poing d'honneur d'Aurélien Tricot Chronique 23 - Saturday 30 May 2009 Huis clos de Poitiers, une certaine idée de la transparence (acte 2) Chronique 22 - Wednesday 27 May 2009 Huis clos de Poitiers, une certaine idée de la transparence (acte 1) Chronique 21 - Tuesday 5 May 2009 Entre Rachida Dati et Alain Claeys, un lapin rose se pose (acte 2) Chronique 20 - Sunday 3 May 2009 Entre Rachida Dati et Alain Claeys, un lapin rose se pose (acte 1) Chronique 19 - Saturday 25 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 5) Chronique 18 - Thursday 23 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 4) Chronique 17 - Monday 20 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 3) Chronique 16 - Saturday 18 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 2) Chronique 15 - Wednesday 15 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 1) Chronique 14 - Saturday 11 April 2009 Conseil CAP : Philippe Brottier, dignité fontenoise (acte 3) Chronique 13 - Wednesday 8 April 2009 Conseil CAP : Philippe Brottier, dignité fontenoise (acte 2) Chronique 12 - Friday 3 April 2009 Conseil CAP : Philippe Brottier, dignité fontenoise (acte 1) Chronique 11 - Wednesday 4 March 2009 Cantine de Poitiers : Alain Claeys très soupe au lait ! Chronique 10 - Tuesday 3 March 2009 Poitiers sereine... Mais que fait Alain Claeys ? Il investit... Chronique 9 - Saturday 21 February 2009 Alain Claeys, président de la CAP, ne créera pas de nouvel impôt Chronique 8 - Sunday 8 February 2009 Coeur d'agglo : Poitiers accroche un Lion de plus à son blason (acte 2) Chronique 7 - Thursday 5 February 2009 Coeur d'agglo : Poitiers accroche un Lion de plus à son blason (acte 1) Chronique 6 - Friday 16 January 2009 Rires sous CAP : déboires à plus soif du Poitiers fiscal ! Chronique 5 - Monday 12 January 2009 Mauvais CAP à la Communauté d'agglomération de Poitiers Chronique 4 - Monday 5 January 2009 Poitiers, paix sociale en ordre de bataille Chronique 3 - Saturday 3 January 2009 Tandem pictave Claeys-Desbourdes : « je t'aime moi non plus ! » Chronique 2 - Wednesday 3 December 2008 Poitiers, délicate démocratie locale selon Alain Claeys Chronique 1 - Monday 1 December 2008 Poitiers d'Alain Claeys, si bien en son Conseil...
 
47ème Chronique

Poitiers choisit les régressifs de Total pour Toumaï

Kritix, le Monday 28 December 2009 - 3155 consultations - Commenter la chronique

À 20h35, le 14 décembre 2009, lors d'un nouvel intérim, madame la première adjointe Christine Sarrazin-Baudoux dirigeait les débats... La question touristique fut discutée : la taxe de séjour chercherait d'autres voies que le forfait pour correspondre à un principe de réalité...

Boulevard Solférino, grande passerelle et Espace Toumaï sous la neige à Poitiers, le 6 janvier 2009.
© kritix.com

Puis, vint le temps de la turbulente association « Poitiers-jeunes »... La conseillère Magali Barc signifia l'achat d'un logiciel de gestion, comme si, par le passé, la rigueur n'eut jamais effleuré quelque esprit chagrin... Les intermittents du spectacle, pierre angulaire du spectacle de rue, sont ici concernés au premier chef. On rationalise enfin des comptes laissés au gré des vents.
       Alain Claeys, revenant de loin, soulagé, « Merci Magali, on en voit le bout ! »
       Stéphane Braconnier, « Poitiers-jeunes et la lisibilité, on s'y perd ! On veut des positions fermes, après l'audit désastreux... »
       Alain Claeys, « C'est un dossier difficile. Au début, on disait qu'on voulait tuer Poitiers-jeunes. Ils ont cumulé deux choses : un déficit et se séparer du directeur. [La litote est toujours de bon secours... NDR] Une jeune femme a accepté la direction. Les nouveaux statuts sont conformes à la réglementation. Nous n'augmentons pas la subvention des Expressifs [attribuée à Poitiers-jeunes]. Ils devaient faire le joint : payer l'indemnité et payer l'efficace nouvelle directrice. [...] Monsieur Braconnier, ne me compliquez pas la tâche ! »
       Stéphane Braconnier vitupéra, ferme, intransigeant, « Je ne suis pas là pour vous aider ! »

Alain Claeys avait dit que les accès au parking de Blossac étaient « nuls » ! Maintenant, les gestions passées enveniment les meilleurs volontés de rigueurs budgétaires. De grâce, n'en jetez plus ! Le président député-maire s'en prend en effet aux réalisations de son prédécesseur et ami Jacques Santrot... Comme quoi, l'amitié est impétueuse, à géométries variables ; à l'aube d'une nouvelle ère poitevine ?

Parking de l'espace multimodal de la gare de Poitiers, dédié aux générations futures...
© kritix.com

Alain Claeys, christique, « Les règles du jeu, nous les tiendrons ! »
       Philippe Mahou, indulgent, « Pour le Carnaval, il faudra les unifier... »
       Alain Claeys, « En 2010, avec l'aide aux projets, c'est coordonner, mutualiser [...]. Les expressifs, c'est le cœur de métier de Poitiers-jeunes ! » Allez ! On y croit encore...
       Magali Barc fit part de sa lassitude devant une histoire si laborieuse, « Après le courrier au commissaire aux comptes, j'en ai assez fait depuis l'année dernière. [...] Suite aux évènements d'octobre [Les violences urbaines, NDR], il y aura la phase B. » Encore un secourable euphémisme qui permet au tabou de glisser sur les crispations... les amalgames étant palpables...
       C'est alors qu'Alain Claeys se lâcha, ria, la fatigue peut-être... ; et regardant son conseiller Patrick Coronas, lui lança, le taquinant parce que un peu trop tatillon à son goût, « Tu nous préviens si il y a des guillemets qui manquent. » Le conseiller ne laissa rien paraître...
       Alain Claeys conclut, « C'est la politique par la preuve. Les quartiers ne sont pas oubliés. [...] On fera une conférence de presse. »

20h55, on parla instances de concertations, depuis les accords des comités de quartier du 8 octobre dernier... Philippe Mahou, scrupuleux, « Ces découpages sont discutables : [associer] Montbernage et les Couronneries ne va pas de soi ! C'est une délibération peu cohérente. »

Bernard Cornu, délibération 47, « Nous figeons les exigences pour les promoteurs ? Suite au transfert ANRU du préfet, le cahier des charges est renégocié : exigences architecturales, environnementales avec l'architecte de la ZAC, ilot par ilot. Il y a cohérence en terme de nature des logements : cette mixité évolue. Il y a une mise en place de pénalités dans le cahier des charges et une procédure de chantier vert. »

Tour médiévale de la Porte de Paris, à Poitiers, en septembre 2009.
© kritix.com

Maxime Huille, flegmatique, avec une grande maîtrise de l'intonation, « Nous avions trouvé les éco-quartiers : c'est un projet cohérent avec son temps. Mais plus rien des maisons passives ! Sont-elles ou non maintenues ? Elles sont financièrement rentables à long terme. "Éco-quartier" fonctionne par le [principe] "pollueur-payeur". Sur la place de la voiture, il n'y a pas de cohérence. Le projet de déplacement doux n'est pas complété par des garages communautaires. »
       Les verts de Poitiers, « Ce projet est de bonne facture. [...] On s'était fait engueulé ! On ne peut que s'en féliciter que la ville ait une politique écologique. »
       Alain Claeys, goguenard, « Enfin une bonne nouvelle ! »
       Bernard Cornu, imperturbable, « La norme [...] est un réel progrès en terme énergétique. [...] Les recommandations qui tendent à améliorer les collectes sont bien à prendre en compte. [...] Au 15 rue Carnot, il s'agit des avantages fiscaux loi Malraux : c'est d'intérêt public avec deux loyers à vocation très sociale. » La délibération 48 montre cette volonté de mixité sociale tout en densifiant un hyper-centre jusqu'à présent anarchique en terme urbanistique.

À la délibération 49, il s'est agit du remboursement par le conseil général de la moitié du prix des Feuillants : 21h08, la conseillère Maryse Desbourdes s'indigna, « Ce dossier a été présenté au dernier moment, sans que l'on ait pu en prendre connaissance ! L'achat de ce lycée est uniquement de la compétence de l'État. C'est à l'État de payer. Il y a quelque chose qui ne va pas dans cette gestion ! Si la cité judiciaire se fait, est-ce que ce sera donné ? »
       Alain Claeys marqua un temps et, sur la réserve, se défendit ; après avoir souligner qu'il assumait l'héritage de Jacques Santrot, parfois douloureusement, « J'ai suivi ce dossier avant d'être maire : c'était 50% pour Poitiers. [Au final,] Poitiers paiera 1,5 millions d'euros. En ce qui concerne la salle des Pas-perdus, nous négocions. J'espère que les Poitevins auront une bonne surprise ! » En tout cas, ce serait le retour du prestige patrimonial tant méprisé depuis si longtemps par un cortège d'ignorances. Ignorances qui appauvrirent Poitiers, en la reléguant dans l'habit d'une gueuse provinciale. Les richesses ont besoin de zones attractives et de prestiges : voilà ce que certains responsables nient à leurs dépens. L'Histoire jugera ces régressifs.

Hôtel de Ville de Poitiers, décembre 2009.
© kritix.com

Le Conseil parla stratégie du parc social avec SIPEA. Lors d'une recapitalisation de l'institution, en discutant avec la caisse des dépôts, Poitiers restera majoritaire. « Ce n'est pas un chèque en blanc, mais un nouveau pacte. »
       Les délibérations s'enchainèrent, dont la 67ème sur l'utilisation du domaine public par les chevalets et les tarifs des étalages. C'est avec un sens bureaucratique aigu, que le président député-maire joua la mécanique, machine infernale des adoptions.

Comme toujours, l'opposante Maryse Desbourdes fit honneur au débat démocratique. Elle stigmatisa un affligeant interdit municipal à deux vitesses, tout en sous-entendant que les délibérations devraient être lues par ceux qui les adoptent... « J'ai lu la délibération. En centre-ville, on a du mal à accepter la publicité. La publicité est attractive nulle part ! En périphérie, les habitants n'ont pas à supporter les publicités ! »
       Le conseiller Jean Claude Bonnefon, argua l'esprit du procès d'intention, « On oppose pas les lieux publics les uns aux autres ; il ne faut pas interdire, mais proposer d'autres lieux... » Alain Claeys ne commenta pas, se retranchant derrière la minceur de l'argument.

Le conseiller Bernard Cornu, intègre et très consciencieux, « Nous avons délibéré trop rapidement. » L'ingrat labeur de l'urbanisme, n'étant pas aux yeux de certains élus du plus bel attrait, tant les exigences des dossiers excluaient toutes approximations... « Je dois rappeler une indication importante sur le PLH [...] »

Les conseillers abordèrent la question des parkings municipaux. Le conseiller Jean Jacques Guérin, « On va homogénéiser les tarifs, avec la création d'un abonnement mieux adapté à la ville, pour arriver à une carte parking. Le tarif horaire ne bouge pas, car le principe de tarif de base ne fonctionne plus, ne coïncide pas. On entre dans les travaux de Cœur d'Agglo. Nous voulons mettre en place la circulation en boucle. Il n'est pas opportun de procéder à des augmentations [de tarif]. Il aurait fallu le faire l'année dernière et attendre la fin des travaux, pour se conformer au principe de transports en boucles. On fait baisser les tarifs annuels pour homogénéiser. » Le conseiller eut comme un malaise, sa voix trembla, il bafouillait, « La carte Total demande 1 %... »

Le Troll des Dunes scrutant Poitiers, surpris en décembre 2009...
© kritix.com

L'opposant Stéphane Braconnier passa à l'offensive, « Le partenaire d'Autolis, c'est Avia. Le partenaire de Toumaï, c'est Total ! Je ne reviens pas sur la rénovation du cheminement. En dehors des aspects cosmétiques relevant des parkings, le problème est structurel. Ce n'est pas la voie la mieux adaptée. Il faut une politique de gratuité plus large et mieux située. La recherche de l'égalité n'est pas la bonne solution. Mais plutôt préféré une gradation de la plage de gratuité.
       Sur le service de Toumaï, il y a des problèmes de queues. Il faut anticiper sur Cœur d'Agglo et le lier aux tarifications sur la voie publique. Comme par exemple, pour le trafic avec le stationnement que d'un côté. Il faut une série de réflexions sur les parkings et la gradation de la gratuité. »

       Robert Rochaud fit un lapsus, « En 2006, l'ancienne majorité... »
       Alain Claeys eut un haut le cœur, agacé, « C'est la même majorité avec des hommes différents ! » Et il ajouta avec une ironie mordante « Je veille, j'ai l'œil ouvert... »
       Robert Rochaud tenta de reprendre sa contenance, « Je parlais de la municipalité. [...] Je souhaiterai qu'on revienne à l'équilibre... » Puis on confondit les prénoms : Jean marc remplaçant Jean Jacques... Le trouble se dissémina parmi les rires gênés...

Maryse Desbourdes, la tête haute, « La politique de stationnement n'est pas un élément essentiel. Il ne faut pas des parkings, mais une politique de déplacements. Cœur d'Agglo, c'est une belle vitrine avec des parkings pour remplir les caisses de la ville. [...] Il faut une politique de transports gratuits pour modifier les comportements. L'automobiliste est une vache à lait, sans alternatives ! On n'a pas à faire payer les modes de déplacements.
       En ce qui concerne le parking Toumaï, on propose la carte Total ! Mais, je rêve !!! On va donner de l'argent à Total et on nous parle d'écologie !?! Il ne faut pas avoir 36 000 discours. [...]
[Il est vrai que certains n'ont pas beaucoup de principes... en tout cas chez Total, NDR] On ne paie pas plus cher dans les parkings privés que dans ceux publiques. C'est une contradiction que de vouloir remplir des parkings et vouloir moins de voitures. »
       Alors que certains élus s'offusquaient, Alain Claeys respecta l'opposition, « Calmez vous ! Laissez madame Desbourdes s'exprimer. [...] Vous interviendrez après. »
       Maryse Desbourdes s'écria, « C'est toujours les mêmes qui payent. [...] Pour les parkings, c'est un manque de cohérence. [...] En centre-ville, l'augmentation est de 7 %. Sauf pour les bourgeois qui ont des garages. Je ne comprends pas cette politique. »
       Par la propriété, les bourgeois, ou habitants de la ville de Poitiers, contributeurs de la solidarité, concourent à la lutte contre les gaspillages en optimisant les coûts dont ils ont la charge ; ce que trop souvent, malheureusement, des administrations sclérosées n'arrivent plus à conduire. Les bourgeois, ou élus du Conseil, auront évidemment toujours à l'esprit cette exigence républicaine...

Arrière de l'Hôtel de Ville de Poitiers, décembre 2009.
© kritix.com

Après l'intervention cyclonique, Alain Claeys chuchota, susurra, ironique, « Je vous remercie pour ce panorama complet. Les parkings ne remplissent pas les caisses. [...] On écoute sagement monsieur Ayrault ! »
       L'opposant UMP Daniel Ayrault, « Les politiques [sont] différentes en terme tarifaire et de service. Est-ce qu'au parking Blossac, on va payer avec la carte bancaire et Moneo ? »
       Alain Caeys, « Les panneaux indiqueront en temps réel l'occupation des parkings : c'est une harmonisation de la signalisation dynamique. Blossac est tout à fait nul ! » Alain Claeys tacla une nouvelle fois une réalisation de Jacques Santrot.
       Philippe Mahou, constructif, « Pour rentabiliser les parkings, il faut rationaliser et adapter les tarifs à la fonction. Pour [le parking] De Gaulle, les accès piétons ont été amélioré. Il faudrait un autre point d'accès. En ce qui concerne le TAP, il y a un problème de fréquentation, sauf pendant les spectacles. »
       Jean Jacques Guérin, « Il faut se replacer dans Cœur d'Agglo. [Si cher à son cœur... NDR] On a la chance d'avoir un centre historique. L'harmonisation est une réponse. En septembre 2009, on expérimentera le plan de déplacement. Celui de la rue Boncenne sera réglé, puisqu'il y en aura plus. »
       Alain Claeys se languit, il se faisait si tard, « Je pense que vous avez tous des bonnes réflexions. [...] [Daniel Ayrault attendit vainement une réponse, NDR] Les questions qui n'ont pas de réponses, c'est le fin du fin ! [Regardant sa montre, il roula des yeux... NDR] Il ne faut pas dépasser trois heures [pour délibérer]. On en est tous responsables ! » déclara-t-il enfin, dans un sourire, las...

Le portail du musée Rupert de Chièvres eut droit à une subvention de restauration de la municipalité et de la DRAC, après avoir été tant d'années laissé à l'abandon... Il y eut ensuite la reprise de concessions funéraires, puis le rachat de matériels vétustes... Les délibérations étaient d'un sinistre, quand soudain ! La conseillère Éliane Rousseau, gouailleuse, « J'ai été sage, ce soir ! Poitiers est sollicité au sujet d'une voie où SIPEA construit 13 maisons : il y a un rachat d'un bout de rue... » Elle se perdit, s'égara... la majorité décrocha et rit...

Église sainte Radegonde et cathédrale saint Pierre de Poitiers, en décembre 2009.
© kritix.com

Alain Claeys, le regard lointain et stupéfait, « Martine, tu as un foulard du Modem ! » La conseillère socialiste Martine Gaboreau s'était parée d'un beau foulard orange... intense. Ce qui n'échappa pas à l'œil rieur d'un expert en étoffes militantes... La conseillère, compréhensive, mit la remarque sur le compte de l'humour, en toute amitié...
       Alain Claeys porta ensuite son dévolu sur son administration. Les « postes seront à moyens constants. [...] Je félicite les services, [leur ponctualité, leur rigueur, leur implication] » C'est que les cadres des services avaient été réquisitionnés tout au long de la séance publique... Certains de ces fonctionnaires, les paupières lourdes, firent bonne figure avec un enthousiasme professionnel.

La délibération 89 traina... L'adjoint aux finances Francis Chalard sollicita une coquette aide pour maintenir les handicapés dans l'administration municipale, « [On se doit de] banaliser le handicap, recruter les personnes handicapées, travailler à une logique de mobilité professionnelle. L'exemplarité de la municipalité [est notre finalité] »
       Le président député-maire salua, remercia sa DRH madame Montalvillo, dont l'objectif est d'atteindre les 6% de fonctionnaires handicapés en 2012, par 12 recrutements. Il fut dit, « Pour Poitiers, c'est éviter une amende ! »
       Abderrazak Halloumi, « La lutte contre les discriminations, c'est exemplaire. [...] Exemplaire que Poitiers garde ses personnels en souffrance. »
       Maryse Desbourdes, « Je n'ai pas l'habitude, mais là je le dis, c'est bien ! Quand c'est pas bien, je le dis. Quand c'est bien je le dis aussi. [...] Je souhaite un plein succès ! »
       Alain Claeys, ébahi, les yeux écarquillés, « Merci Beaucoup ! » Le couple infernal venait de faire une trêve...

22h04, le président député-maire, harassé, leva la séance.


Trombinoscope de la municipalité de Poitiers (2014-...) [pdf]
Trombinoscope de la Communauté d'Agglomération de Poitiers (2014-...) [externe]
Trombinoscope de la municipalité de Poitiers (2008-2014) [pdf]
Trombinoscope de la Communauté d'Agglomération de Poitiers (2008-2014) [pdf]

Pour commenter cette chronique, connectez-vous...
Pour s'inscrire, cliquez-ici.
Pseudonyme
Mot de passe
Mémoriser


Mot de passe oublié ?
 
Regrets éternels en langue de bois d'un Bourget
Sans dents et sans reproches
Élan patriotique pour un 11 janvier 2015 en « balles tragiques » à mille temps
Pragmatique
Phrygien d'airain
Gastronome en talonnette courte
PPP ou l'impuissance du Politique
Jean-Marc Ayrault, payeur de Notre-Dame-des-Landes
Lepage Corinne, courage Parménide
'Shame on you' américano-hollandais
Livre tournois de Valençay
Commandement normatif
Bilderberg, la pieuvre
Bipartisme défait
Lumières de Hollande

Être tenu informé des dernières chroniques publiées en s'abonnant à ce flux RSS

Follow kritix on Twitter