En 2015, François Hollande c'est 900 euros de dette publique supplémentaire par français !
Tuesday  25 April  2017
Bonne lecture !
Chronique 61 - Friday 11 June 2010 Claude Eidelstein but le calice budgétaire jusqu'à la lie Chronique 60 - Thursday 3 June 2010 Claude Eidelstein ne jettera pas la pierre... Chronique 59 - Tuesday 1 June 2010 Tourmente poitevine ou la pression fiscale décomplexée Chronique 58 - Saturday 29 May 2010 0,9 de Pâques : cap, cap, cap, codex ! Chronique 57 - Wednesday 26 May 2010 Fibre budgétaire : cachez cette taxe qu'un rigoureux socialiste ne saurait voir ! Chronique 56 - Sunday 23 May 2010 Le transport gratuit d'une exaspération budgétaire Chronique 55 - Sunday 18 April 2010 0,9% : l'Impôt d'un passé de l'Imprévoyance Chronique 54 - Friday 16 April 2010 Alain Claeys a sauvé la CAP de la faillite ! Chronique 53 - Thursday 15 April 2010 La Sarkozie transporte la CAP à grande vitesse Chronique 52 - Friday 2 April 2010 Poitiers, une héritière un peu gauche Chronique 51 - Tuesday 30 March 2010 Poitiers s'enlise dans la précarité Chronique 50 - Wednesday 3 February 2010 La CAP revisite le quart d'heure poitevin Chronique 49 - Thursday 7 January 2010 Le Grand Poitiers fait son chemin et ses tuyaux
Chronique 48 - Sunday 3 January 2010 Ryanair : Alain Claeys retrouve le CAP de l'intérêt général et fend l'armure
Chronique 48 - Sunday 3 January 2010 Ryanair : Alain Claeys retrouve le CAP de l'intérêt général et fend l'armure Chronique 47 - Monday 28 December 2009 Poitiers choisit les régressifs de Total pour Toumaï Chronique 46 - Thursday 24 December 2009 Un tunnel pour la Ganterie, parce que Poitiers le vaut bien Chronique 45 - Monday 21 December 2009 Poitiers, si chère à leur cœur... Chronique 44 - Wednesday 16 December 2009 Poitiers en lutte contre la négligence et l'abandon Chronique 43 - Thursday 3 December 2009 Les mille et une couleuvres de l'impôt LGV avalisé par la CAP Chronique 42 - Tuesday 1 December 2009 CAP : le devoir d'exemplarité en question Chronique 41 - Sunday 29 November 2009 Alain Claeys contraint et forcé à jouer Collectif Chronique 40 - Wednesday 25 November 2009 Poitiers-sécurité : « Logiparc-SIPEA » a la hache, elle aime Chronique 39 - Monday 23 November 2009 Quand Alain Claeys caresse la démocratie participative Chronique 38 - Thursday 19 November 2009 Poitiers paupérisée ! Chronique 37 - Thursday 15 October 2009 PLU de Poitiers : un bourgeois, une poule, assis sur un tabouret... Chronique 36 - Sunday 11 October 2009 Le bourgeois transparent Chronique 35 - Friday 9 October 2009 Le CCJ et le bon bourgeois Chronique 34 - Tuesday 29 September 2009 Is not CAP sexy ? Chronique 33 - Sunday 27 September 2009 CAP sur LGV : le côté obscur de la transparence Chronique 32 - Tuesday 14 July 2009 CAP : frondaisons estivales de « la réserve d'indiens » Chronique 31 - Sunday 12 July 2009 Claude Thibault et le CAP de la verte fronde Chronique 30 - Wednesday 8 July 2009 Chauffage des Couronneries : Alain Claeys s'émancipe de Jacques Santrot Chronique 29 - Saturday 4 July 2009 Poitiers-Jeunes : Alain Claeys s'émancipe de Jacques Santrot Chronique 28 - Saturday 27 June 2009 CAP : l'attelle du 18 juin (acte 2) Chronique 27 - Thursday 25 June 2009 CAP : l'attelle du 18 juin (acte 1) Chronique 26 - Thursday 11 June 2009 LGV : l'État Sarkozy c'est la CAP ...itulation ! (acte 2) Chronique 25 - Tuesday 9 June 2009 LGV : l'État c'est la CAP ! (acte 1) Chronique 24 - Tuesday 2 June 2009 Poitiers et le poing d'honneur d'Aurélien Tricot Chronique 23 - Saturday 30 May 2009 Huis clos de Poitiers, une certaine idée de la transparence (acte 2) Chronique 22 - Wednesday 27 May 2009 Huis clos de Poitiers, une certaine idée de la transparence (acte 1) Chronique 21 - Tuesday 5 May 2009 Entre Rachida Dati et Alain Claeys, un lapin rose se pose (acte 2) Chronique 20 - Sunday 3 May 2009 Entre Rachida Dati et Alain Claeys, un lapin rose se pose (acte 1) Chronique 19 - Saturday 25 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 5) Chronique 18 - Thursday 23 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 4) Chronique 17 - Monday 20 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 3) Chronique 16 - Saturday 18 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 2) Chronique 15 - Wednesday 15 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 1) Chronique 14 - Saturday 11 April 2009 Conseil CAP : Philippe Brottier, dignité fontenoise (acte 3) Chronique 13 - Wednesday 8 April 2009 Conseil CAP : Philippe Brottier, dignité fontenoise (acte 2) Chronique 12 - Friday 3 April 2009 Conseil CAP : Philippe Brottier, dignité fontenoise (acte 1) Chronique 11 - Wednesday 4 March 2009 Cantine de Poitiers : Alain Claeys très soupe au lait ! Chronique 10 - Tuesday 3 March 2009 Poitiers sereine... Mais que fait Alain Claeys ? Il investit... Chronique 9 - Saturday 21 February 2009 Alain Claeys, président de la CAP, ne créera pas de nouvel impôt Chronique 8 - Sunday 8 February 2009 Coeur d'agglo : Poitiers accroche un Lion de plus à son blason (acte 2) Chronique 7 - Thursday 5 February 2009 Coeur d'agglo : Poitiers accroche un Lion de plus à son blason (acte 1) Chronique 6 - Friday 16 January 2009 Rires sous CAP : déboires à plus soif du Poitiers fiscal ! Chronique 5 - Monday 12 January 2009 Mauvais CAP à la Communauté d'agglomération de Poitiers Chronique 4 - Monday 5 January 2009 Poitiers, paix sociale en ordre de bataille Chronique 3 - Saturday 3 January 2009 Tandem pictave Claeys-Desbourdes : « je t'aime moi non plus ! » Chronique 2 - Wednesday 3 December 2008 Poitiers, délicate démocratie locale selon Alain Claeys Chronique 1 - Monday 1 December 2008 Poitiers d'Alain Claeys, si bien en son Conseil...
 
48ème Chronique

Ryanair : Alain Claeys retrouve le CAP de l'intérêt général et fend l'armure

Kritix, le Sunday 3 January 2010 - 2796 consultations - Commenter la chronique

Ciel neigeux et bas... La soirée du 18 décembre 2009 débutait à peine... Les rues de Poitiers, toutes immaculées. La circulation se faisait tant bien que mal, silencieuse. Place d'armes, la patinoire ne désemplissait pas... sous les lumières de la ville caressantes, le feutre blanc aidant.

Toits enneigés du collège Henri IV de Poitiers. Décembre 2009.
© kritix.com

Nul ne sait si Poitiers, pour longtemps, sera transie... en attendant, la féérie gouverne le ralenti du blanc manteau, au dehors. Le débat au dedans. Salle des Échevins bientôt rénovée : les plâtres à essuyer en 2010. Petits et grands élus arrivent, emplissent les souvenirs de l'ère Santrot... De toutes parts, les intempéries hivernales venant contrarier les « délibérations aéroportées » de Poitiers-Biard. Quelle qu'en soit l'issue, la décision semble déjà prise : les déjà-arrivés sont déjà au rendez-vous, téméraires. Rien n'arrêtera des élus décidés à en découdre avec l'irlandaise Ryanair, en délicatesse avec le contribuable poitevin.

18h04, la séance du conseil de la Communauté d'Agglomération de Poitiers (CAP) tarde toujours ; la question Ryanair, c'est l'honneur d'un Conseil en mal de souveraineté... À grand Conseil, grand prélude... Les comportements de la préfectorale ne sont pas là pour calmer les esprits. En coulisse, le consensus semble être arrêté... Affluence des grands jours, le niveau sonore monte, signature.

18h10, le président député-maire prend place. 18H15, Alain Claeys se décide, « On va commencer ! Si vous voulez prendre place, s'il vous plaît. [...] Vous êtes bien énervé : c'est la neige ! » Un peu de neige, rien ne va plus...
       18h18, avec les « Est-là ! Est pas là ! », les empêchements se succèdent malgré la bonne volonté de beaucoup.
       18H25, le chorum est enfin réuni.

Le président de la CAP, embarrassé, avança un détour pour aborder un énième tourment, d'une voix anxiogène, « Avant de passer à l'ordre du jour : demain, le syndicat mixte qui gèrera l'aéroport votera son budget. C'est important pour la CAP. J'ai été amené à réfléchir, dans la mesure où Ryanair prend le prétexte de Poitiers-Barcelone, de réévaluer les subventions. J'ai eu des propos assez durs. C'est une forme de racket ! [L'aéroport] a été mal géré. Je pense à la CAP [Et au fatalisme du président Jacques Santrot, NDR], au conseil général. [...]
       Je ne suis pas contre l'aéroport. J'ai eu une réunion avec le préfet dans mon bureau, avec Anthony Sirault maire de biard, et André Sénécheau conseiller général. [...] Je forme une question : l'aéroport de Poitiers serait-il déclassé ? La réponse a été négative. […] Ayant cette garantie, je fais des propositions :
       - Un moratoire rendant exigible que la subvention 2010 soit identique à celle de 2009. C'est un principe de précaution dans le respect de nos engagements.
       - Nous saisissons l'État. »

       Alain Claeys fit lecture du courrier envoyé au préfet de région Bernard Tomasini, dans laquelle la CAP requiert les subsides de l'État.

Parvis de Notre-Dame la Grande de Poitiers, le 6 janvier 2009.
© kritix.com

Le président continua, « Au point où nous en sommes, il faut que la CAP fasse une table ronde avec les collectivités territoriales de la Vienne et la région pour prendre une décision commune [L'union fait la force, NDR]. Cette coopération n'est pas suffisante. C'est une action pas simple. Si nous continuons, nous serons prisonniers par une seule compagnie ! Je ne veux pas que nous soyons un jour contraint par la loi. Globalement c'est un modèle économique [Celui de Ryanair, NDR] qui n'est pas acceptable.
       J'ai vu Claude Bertaud
[Le président du conseil général de la Vienne, ancien collègue d'Alain Claeys. Les deux présidents semblent toujours avoir l'un pour l'autre une estime réciproque. NDR] et la chambre de commerce : je ne vois pas d'autres solutions si l'on veut avoir une position juste, d'avenir. Ça ne sera jamais le moment [Éviter les impasses est toujours ingrat... NDR]. [...] Pour la petite histoire, j'ai toujours été contre le désengagement de l'État : j'ai toujours trouvé scandaleux le dossier de la LGV Tours-Bordeaux [Les idées font leur chemin : la sagesse semble prendre le dessus... NDR]. Mais c'était utile pour Poitiers.
       [Pour la CAP,] c'est 12 années de subventions à Ryanair !
[C'est dire le racket ! NDR] Je souhaite être mandaté par la CAP. Ce n'est pas qu'une question d'argent ; mais c'est la question de la légalité des fonds. [...] Le préfet a eu la gentillesse de venir. Il m'a dit que ce n'était pas à lui de donner la stratégie. Je ne veux pas la politique du pire : c'est un rapport de force... »

Le maire de Biard, Anthony Sirault, d'une petite voix, « On est passé de 90 000 à 300 000 euros : c'est un cercle vicieux, sans fin. C'est une course à toujours plus, une course à arrêter par :
       - Le maintien d'un aéroport garanti par l'État pour la capitale régionale.
       - La volonté d'une négociation réelle avec d'autres compagnies.
       - Un tour de table large : au-delà des gestionnaires de chef-lieux.
       C'est un point important à mettre en œuvre dans l'offre territoriale pour une plus grande efficacité de la dépense publique, avec un mandat [de gestion de l'aéroport] clair. Je forme un souhait de Noël pour que la CAP soit unie. Le budget 2010 sera voté demain par une régie directe. [Il faudra] démarrer avec un budget, une régie, une situation saine. »

Poitiers, parc de Blossac enneigé, décembre 2009.
© kritix.com

Claude Eidelstein, maire de Chasseneuil du Poitou, l'allure rassurante et paternaliste, « Il ne faudrait pas sacrifier ce qui a été fait. Ce sera une bonne gestion pour nos finances publiques. »
       Le conseiller Jean Jacques Guérin rappela ses augures, « L'aéroport, j'en suis partisan. Ce que je déclarais il y a quelques années sur le chantage permanent, était qu'il fallait à la CAP une entente pour ne plus se faire avoir au coin du bois. Ce sont des méthodes de voyous, de requins ! Le PDG est devenu milliardaire en quelques années ! En 2003, il y a eu un doute sur la légalité du procédé : la cour d'appel de Nancy avait rejeté ce type de financements. »

La conseillère Christiane Fraysse et son accent ensoleillé, indignée, « C'est une subvention disproportionnée. Le billet à un euro pour Londres : où est la réalité économique ? »
       Le maire de Saint-Benoît, Dominique Clément, ami de Jean Pierre Raffarin, « Un aéroport est nécessaire, mais aujourd'hui l'élastique finit par casser. La posture du rapport de force est légitime, collectivement avec d'autres villes ! »
       Décidément, il semble que la régulation soit redevenue une vertu de la droite française : voilà qui est bon pour la France. L'UMP s'honore à dénoncer l'ultra-libéralisme. Mais quel cruel déferlement éthique que cet acharnement populaire à l'endroit de lamentables opportunistes ; ces pauvres prêcheurs de la dérégulation économique... Jean Pierre Raffarin saura, n'en doutons pas, soutenir son ami Dominique Clément qui a toujours su rester gentleman...

Le conseiller Jean-François Macaire, s'adressant malicieusement au président député-maire, « Je t'apporte mon soutien. Ce bras de fer est nécessaire. C'est courageux ! Je propose une piste... [Il y eu des rires, NDR] de réflexion supplémentaire. [...] Quand on est à Paris et qu'on va à Roissy, on prend un train puis un autobus. On n'a pas de situations comparables [à Poitiers]. Aucune ville ne présente nos caractéristiques. Le coût d'utilisation [de Roissy] est très onéreux. Les compagnies n'auraient-t-elles pas intérêt à délester sur Poitiers ? Le troisième aéroport de Paris ne se fera pas. Est-ce que l'on ne pourrait pas préférer des moyens-courriers en partance pour l'Europe de l'Est ? Poitiers peut avoir cette vision [...] de l'aéroport-gare. »

Poitiers, son bonhomme de neige au parc de Blossac, décembre 2009.
© kritix.com

Le conseiller Serge Rouquette, « Il faut faire preuve de pragmatisme, regarder les retombées économiques et ouvrir la voie des négociations. »
       Le maire de Fontaine-le-Comte Philippe Brottier, d'une voix de centaure, « Le maintien est une bonne chose : un fer de lance de la chambre d'industrie. [...] Pour l'État, c'est un rôle de médiateur qui lui revient pour maintenir l'activité aéroportuaire. »
       Le conseiller El Mustapha Belgsir, prudent, « C'est un outil économique important et intéressant qui doit se développer dans nos conditions financières et des rapatriements d'autres lignes pour faire un contre-poids. Je suis tout à fait solidaire. Je pense qu'il y a moyen de développer l'aéroport en piochant d'autres moyens pour d'autres lignes. Les retombées évidentes profitent beaucoup au département. On ne peut plus supporter ce chantage aux pratiques désuètes. La négociation portait sur la ligne Poitiers-Barcelone, mais le comportement de Ryanair est ni logique, ni régulier, ni honnête. »

Le conseiller Robert Rochaud, « Je me félicite des propositions du président. Ce sont des propositions déjà faites. Nous faisons partie de l'association des grandes villes de France » Il présenta l'exemple de Metz, puis continua, « En matière de développement économique, les Verts n'ont jamais contesté les retombées. Pourquoi ne pas subventionner le train ? Sur le bilan carbone, il n'y a pas photo ! Si tout le mode vivait comme nous, il faudrait trois terres. Avec nos comportements, demain, les vols diminueront forcément. En terme de développement, c'est faire fausse route. Il faut mettre un arrêt au chantage des Low-Cost qui auront vocation à disparaître ! »

Saint Pierre et sa coiffe de neige, veillant sur sa bonne cathédrale de Poitiers, le 6 janvier 2009.
© kritix.com

Le conseiller Jean-Daniel Blusseau, très au fait du racket de Ryanair, « Ce partage est positif. La position est offensive, non de repli sur soi. On évitera le piège du "ils vont faire mourir l'aéroport". [...] On ne peut pas faire n'importe quoi avec l'argent du contribuable ! [Voilà qui est bien et dignement dit ! NDR] Cette position me paraît intéressante. Le conseil général pourra être serein [Le conseiller Blusseau est aussi conseiller général de la Vienne, NDR] »

Alain Claeys, très indulgent, « Je ne jète la pierre à personne ! C'est une continuité. Le dossier des infrastructures est essentiel. Il y a une cohérence entre LGV et aéroport. On est une ville qui doit se désenclaver : je voudrais saluer Jacques Santrot. L'avion sera toujours utile ; sur les moyennes distances, le train c'est un vrai bonheur ! Faire bouger les lignes est notre meilleure garantie. Il n'y a aucune intention partisane : l'État prend conscience de cette surenchère. »

Et le président député-maire, devant ses conseillers, les yeux dans les yeux, proclama, « Adoptée à l'unanimité ! » Les élus applaudirent : l'intérêt général étant enfin dignement défendu.

[Prochainement, la suite du Conseil de la CAP...]


Trombinoscope de la municipalité de Poitiers (2014-...) [pdf]
Trombinoscope de la Communauté d'Agglomération de Poitiers (2014-...) [externe]
Trombinoscope de la municipalité de Poitiers (2008-2014) [pdf]
Trombinoscope de la Communauté d'Agglomération de Poitiers (2008-2014) [pdf]

Pour commenter cette chronique, connectez-vous...
Pour s'inscrire, cliquez-ici.
Pseudonyme
Mot de passe
Mémoriser


Mot de passe oublié ?
 
Regrets éternels en langue de bois d'un Bourget
Sans dents et sans reproches
Élan patriotique pour un 11 janvier 2015 en « balles tragiques » à mille temps
Pragmatique
Phrygien d'airain
Gastronome en talonnette courte
PPP ou l'impuissance du Politique
Jean-Marc Ayrault, payeur de Notre-Dame-des-Landes
Lepage Corinne, courage Parménide
'Shame on you' américano-hollandais
Livre tournois de Valençay
Commandement normatif
Bilderberg, la pieuvre
Bipartisme défait
Lumières de Hollande

Être tenu informé des dernières chroniques publiées en s'abonnant à ce flux RSS

Follow kritix on Twitter