En 2015, François Hollande c'est 900 euros de dette publique supplémentaire par français !
Thursday  24 August  2017
Bonne lecture !
Chronique 61 - Friday 11 June 2010 Claude Eidelstein but le calice budgétaire jusqu'à la lie Chronique 60 - Thursday 3 June 2010 Claude Eidelstein ne jettera pas la pierre... Chronique 59 - Tuesday 1 June 2010 Tourmente poitevine ou la pression fiscale décomplexée Chronique 58 - Saturday 29 May 2010 0,9 de Pâques : cap, cap, cap, codex ! Chronique 57 - Wednesday 26 May 2010 Fibre budgétaire : cachez cette taxe qu'un rigoureux socialiste ne saurait voir ! Chronique 56 - Sunday 23 May 2010 Le transport gratuit d'une exaspération budgétaire Chronique 55 - Sunday 18 April 2010 0,9% : l'Impôt d'un passé de l'Imprévoyance Chronique 54 - Friday 16 April 2010 Alain Claeys a sauvé la CAP de la faillite ! Chronique 53 - Thursday 15 April 2010 La Sarkozie transporte la CAP à grande vitesse Chronique 52 - Friday 2 April 2010 Poitiers, une héritière un peu gauche Chronique 51 - Tuesday 30 March 2010 Poitiers s'enlise dans la précarité Chronique 50 - Wednesday 3 February 2010 La CAP revisite le quart d'heure poitevin Chronique 49 - Thursday 7 January 2010 Le Grand Poitiers fait son chemin et ses tuyaux Chronique 48 - Sunday 3 January 2010 Ryanair : Alain Claeys retrouve le CAP de l'intérêt général et fend l'armure Chronique 47 - Monday 28 December 2009 Poitiers choisit les régressifs de Total pour Toumaï Chronique 46 - Thursday 24 December 2009 Un tunnel pour la Ganterie, parce que Poitiers le vaut bien Chronique 45 - Monday 21 December 2009 Poitiers, si chère à leur cœur... Chronique 44 - Wednesday 16 December 2009 Poitiers en lutte contre la négligence et l'abandon Chronique 43 - Thursday 3 December 2009 Les mille et une couleuvres de l'impôt LGV avalisé par la CAP Chronique 42 - Tuesday 1 December 2009 CAP : le devoir d'exemplarité en question Chronique 41 - Sunday 29 November 2009 Alain Claeys contraint et forcé à jouer Collectif Chronique 40 - Wednesday 25 November 2009 Poitiers-sécurité : « Logiparc-SIPEA » a la hache, elle aime Chronique 39 - Monday 23 November 2009 Quand Alain Claeys caresse la démocratie participative Chronique 38 - Thursday 19 November 2009 Poitiers paupérisée ! Chronique 37 - Thursday 15 October 2009 PLU de Poitiers : un bourgeois, une poule, assis sur un tabouret... Chronique 36 - Sunday 11 October 2009 Le bourgeois transparent Chronique 35 - Friday 9 October 2009 Le CCJ et le bon bourgeois Chronique 34 - Tuesday 29 September 2009 Is not CAP sexy ?
Chronique 33 - Sunday 27 September 2009 CAP sur LGV : le côté obscur de la transparence
Chronique 33 - Sunday 27 September 2009 CAP sur LGV : le côté obscur de la transparence Chronique 32 - Tuesday 14 July 2009 CAP : frondaisons estivales de « la réserve d'indiens » Chronique 31 - Sunday 12 July 2009 Claude Thibault et le CAP de la verte fronde Chronique 30 - Wednesday 8 July 2009 Chauffage des Couronneries : Alain Claeys s'émancipe de Jacques Santrot Chronique 29 - Saturday 4 July 2009 Poitiers-Jeunes : Alain Claeys s'émancipe de Jacques Santrot Chronique 28 - Saturday 27 June 2009 CAP : l'attelle du 18 juin (acte 2) Chronique 27 - Thursday 25 June 2009 CAP : l'attelle du 18 juin (acte 1) Chronique 26 - Thursday 11 June 2009 LGV : l'État Sarkozy c'est la CAP ...itulation ! (acte 2) Chronique 25 - Tuesday 9 June 2009 LGV : l'État c'est la CAP ! (acte 1) Chronique 24 - Tuesday 2 June 2009 Poitiers et le poing d'honneur d'Aurélien Tricot Chronique 23 - Saturday 30 May 2009 Huis clos de Poitiers, une certaine idée de la transparence (acte 2) Chronique 22 - Wednesday 27 May 2009 Huis clos de Poitiers, une certaine idée de la transparence (acte 1) Chronique 21 - Tuesday 5 May 2009 Entre Rachida Dati et Alain Claeys, un lapin rose se pose (acte 2) Chronique 20 - Sunday 3 May 2009 Entre Rachida Dati et Alain Claeys, un lapin rose se pose (acte 1) Chronique 19 - Saturday 25 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 5) Chronique 18 - Thursday 23 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 4) Chronique 17 - Monday 20 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 3) Chronique 16 - Saturday 18 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 2) Chronique 15 - Wednesday 15 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 1) Chronique 14 - Saturday 11 April 2009 Conseil CAP : Philippe Brottier, dignité fontenoise (acte 3) Chronique 13 - Wednesday 8 April 2009 Conseil CAP : Philippe Brottier, dignité fontenoise (acte 2) Chronique 12 - Friday 3 April 2009 Conseil CAP : Philippe Brottier, dignité fontenoise (acte 1) Chronique 11 - Wednesday 4 March 2009 Cantine de Poitiers : Alain Claeys très soupe au lait ! Chronique 10 - Tuesday 3 March 2009 Poitiers sereine... Mais que fait Alain Claeys ? Il investit... Chronique 9 - Saturday 21 February 2009 Alain Claeys, président de la CAP, ne créera pas de nouvel impôt Chronique 8 - Sunday 8 February 2009 Coeur d'agglo : Poitiers accroche un Lion de plus à son blason (acte 2) Chronique 7 - Thursday 5 February 2009 Coeur d'agglo : Poitiers accroche un Lion de plus à son blason (acte 1) Chronique 6 - Friday 16 January 2009 Rires sous CAP : déboires à plus soif du Poitiers fiscal ! Chronique 5 - Monday 12 January 2009 Mauvais CAP à la Communauté d'agglomération de Poitiers Chronique 4 - Monday 5 January 2009 Poitiers, paix sociale en ordre de bataille Chronique 3 - Saturday 3 January 2009 Tandem pictave Claeys-Desbourdes : « je t'aime moi non plus ! » Chronique 2 - Wednesday 3 December 2008 Poitiers, délicate démocratie locale selon Alain Claeys Chronique 1 - Monday 1 December 2008 Poitiers d'Alain Claeys, si bien en son Conseil...
 
33ème Chronique

CAP sur LGV : le côté obscur de la transparence

Kritix, le Sunday 27 September 2009 - 2565 consultations - Commenter la chronique

Salle des Échevins, les esprits étaient en ébullition. L'atmosphère desséchait les voix. Ce 25 septembre 2009, la conseillère suppléante Maryse Desbourdes emmena à sa suite un cortège de citoyens très remontés, outrés, désabusés. Le collectif « Non à la LGV Poitiers-Limoges » s'imposa au conseil de la Communauté d'Agglomération de Poitiers. Le président alla au-devant de ces sans-grades assemblés en fond de salle, parlementa et s'en retourna présider, « Bon, s'il vous plaît, que les uns et les autres prennent place ! »

Trois membres du collectif "Non à la LGV Poitiers-Limoges", lors de la suspension de la séance publique du conseil de la CAP du 25 septembre 2009.
© kritix.com

Cette effraction citoyenne laissa coi la plupart des élus qui, fébriles, se rangèrent derrière l'autorité de la chose jugée ; derrière leur délibération. Le théâtre des apparences précéda celui des ombres et, ombrageux, le président Alain Claeys se présenta en parangon de vertu républicaine. Il rappela sa promesse de suspension de séance, s'inclina devant les récalcitrants, malotrus désignés avec toute la politesse qu'un digne notable sait administrer par devers lui : « Vous êtes ici les bienvenus ! […] Comme je m'y suis engagé, je suspends la séance. [...] C'est le débat démocratique ; c'est bien normal ! »

Songeur, en patriarche, il scruta ces bonnes âmes qui, agitées, prirent place. L'appel des élus s'étira... Le réunion du chorum tarda... La députée européenne et conseillère Bernadette Vergnaud brilla par son absence, peut-être occupée à nettoyer sa permanence maculée de lait, depuis que nos bons producteurs locaux se sont élevés devant cette complicité passive, cette trahison électorale, cette complaisance politique que l'abstention du PSE sur le vote Jose Manuel Barroso ne saurait édulcorer. Alain Claeys agacé, « On est nombreux. Je demande le calme pour que l'on puisse s'exprimer ! »

Le collectif lut un communiqué sur le ton de la colère. Il s'indigna des méthodes employées pour décider du tracé de la LGV Poitiers-Limoges, depuis les menées d'une élue locale corrézienne, une certaine Bernadette Chirac... « Le projet est politique. […] Nous avons pour preuve la discrétion avec laquelle [le projet] fut voté ! C'est un siècle qu'il faudra pour la rentabiliser, pas 50 ans ! […] Le mépris de RFF [à notre encontre] est intolérable ! […] Nous demandons l'abandon de ce projet somptuaire pour être à l'écoute des citoyens dans un monde matérialiste qui nous étouffe ! […] Ce projet ne nous apparait pas d'intérêt publique ! » Les insurgés dénonceront enfin le développement ferroviaire privé pour les grands centres urbains au détriment de la ruralité : l'aménagement ferroviaire du territoire est essentiellement marqué par la rentabilité, non par le service publique ; le service rendu à tout citoyen, sur tout le territoire. Il est intéressant de constater que les prétendus défenseurs du service publique peuvent avoir un discours purement électoraliste, très loin de l'intérêt général, de la trop fameuse solidarité tant déclamée sur tous les bans !

Le président Alain Claeys à la gauche de son vice-président Claude Eidelstein, lors de la séance publique du conseil de la CAP du 25 septembre 2009.
© kritix.com

Le président, solennel, tandis que le collectif se faisait rabrouer, « L'ensemble des maires de la CAP rendra sa position commune la semaine prochaine. » Puis le député Alain Claeys s'invita, fit effraction « J'ai voté le Grenelle de l'Environnement, […] je renouvelle ma position ! […] Je pense que la liaison Est-Ouest est une chance pour le pays. […] Pour être tout à fait honnête, la concertation a commencé avant mon mandat[celui de son ami Jacques Santrot, ndr] »

A la bonne heure ! L'argument du palais bourbon de l'Environnement souligne un certain conflit de compétences en région, où l'élu local doit répondre de la politique locale, non de la politique nationale, à la merci des palais nationaux ! Lassé, le collectif voulut intervenir... Mais lors de ce type d'échange, la réponse est impossible : c'est pourquoi on laisse le contradicteur tirer le premier feu, puisqu'il n'y en aura pas de second. C'est cela l'écoute et la bienvenue, lors d'une suspension de séance publique...

Le président, martial, « Je continue même si vous voulez m'empêcher de parler ! […] La concertation avec RFF n'est pas satisfaisante, […] [mais] les conditions ne sont pas réunies pour débattre [ici]. [...] Je respecte toutes les positions honnêtes. Il faut de la clarté, de la transparence : la lettre des maires [répondant aux questions du Collectif] sera rendue publique. […] [Mais nous avons toujours pensé que] c'est à l'État d'être maître d'ouvrage. » Quel unanimisme ! Quel unanimité pour une lettre de réponse publique qui permet opportunément de fondre les responsabilités et de confondre les uns et les autres pour mieux les soumettre ! La docilité est de mise ; impérieuse.

Se tournant vers l'élue incrédule Maryse Desbourdes, le président, le regard sombre : « Je crois avoir respecté les engagements des uns et des autres. » Tout se faisant en catimini, hors séances publiques, avec débat formel (ladite concertation...) à postériori ; il semble que les marchandages de toutes sortes soient, ici, bien en cour...

Avaler des couleuvres est la condition du courtisan fasciné par un pouvoir qui l'oblige peu, pour une république française qui abandonne toujours plus de souveraineté, tant les affres de la dette sarkozyste se font saignants...

Ornement de la salle du Blason de l'hôtel de ville de Poitiers, en 2009.
© kritix.com

Alain Claeys en grand ordonnateur, se pose en gardien de la démocratie représentative. Mais la question est-elle bien celle là ? N'oublions jamais que la représentation nationale répond de programmes électoraux ; n'oublions jamais que les promesses ne s'étendent jamais aux non-dits ! En l'espèce, les aménagements choisis de lignes LGV n'ont pas fait l'objet de débats publiques dans le cadre de l'élection municipale... Gouverner revêt tous les possibles. Celui qui gouverne est responsable devant tous les électeurs et devra assumer ses actes ; il devra discerner, parmi le champ décisionnel, ce qui est démocratique de ce qui ne l'est pas. Si les citoyens rebelles se sentent trahis par la représentation nationale, ils sauront toujours contourner les manœuvres échafaudées dans les arcanes d'une élite déchue de facto. Le juridique du statut n'est que le socle des ombres...

En bon Goupil, la CAP sert en after une concertation que son service de communication, son service juridique et politique, saura mener avec le parler juste et vrai du vaste commentaire de la chose jugée et décidée dans la plus grande discrétion. Face à cette démission, ne reste plus que le respect dû à la représentation nationale... tant que la majorité des électeurs en décidera ainsi.

Non, vraiment, la transparence ne dérange personne...

[le conseil à la manœuvre, dans Is not CAP sexy ?]


Trombinoscope de la municipalité de Poitiers (2014-...) [pdf]
Trombinoscope de la Communauté d'Agglomération de Poitiers (2014-...) [externe]
Trombinoscope de la municipalité de Poitiers (2008-2014) [pdf]
Trombinoscope de la Communauté d'Agglomération de Poitiers (2008-2014) [pdf]

Pour commenter cette chronique, connectez-vous...
Pour s'inscrire, cliquez-ici.
Pseudonyme
Mot de passe
Mémoriser


Mot de passe oublié ?
 
Regrets éternels en langue de bois d'un Bourget
Sans dents et sans reproches
Élan patriotique pour un 11 janvier 2015 en « balles tragiques » à mille temps
Pragmatique
Phrygien d'airain
Gastronome en talonnette courte
PPP ou l'impuissance du Politique
Jean-Marc Ayrault, payeur de Notre-Dame-des-Landes
Lepage Corinne, courage Parménide
'Shame on you' américano-hollandais
Livre tournois de Valençay
Commandement normatif
Bilderberg, la pieuvre
Bipartisme défait
Lumières de Hollande

Être tenu informé des dernières chroniques publiées en s'abonnant à ce flux RSS

Follow kritix on Twitter