En 2015, François Hollande c'est 900 euros de dette publique supplémentaire par français !
Wednesday  20 September  2017
Bonne lecture !
Chronique 61 - Friday 11 June 2010 Claude Eidelstein but le calice budgétaire jusqu'à la lie Chronique 60 - Thursday 3 June 2010 Claude Eidelstein ne jettera pas la pierre... Chronique 59 - Tuesday 1 June 2010 Tourmente poitevine ou la pression fiscale décomplexée Chronique 58 - Saturday 29 May 2010 0,9 de Pâques : cap, cap, cap, codex ! Chronique 57 - Wednesday 26 May 2010 Fibre budgétaire : cachez cette taxe qu'un rigoureux socialiste ne saurait voir ! Chronique 56 - Sunday 23 May 2010 Le transport gratuit d'une exaspération budgétaire Chronique 55 - Sunday 18 April 2010 0,9% : l'Impôt d'un passé de l'Imprévoyance Chronique 54 - Friday 16 April 2010 Alain Claeys a sauvé la CAP de la faillite ! Chronique 53 - Thursday 15 April 2010 La Sarkozie transporte la CAP à grande vitesse Chronique 52 - Friday 2 April 2010 Poitiers, une héritière un peu gauche Chronique 51 - Tuesday 30 March 2010 Poitiers s'enlise dans la précarité Chronique 50 - Wednesday 3 February 2010 La CAP revisite le quart d'heure poitevin Chronique 49 - Thursday 7 January 2010 Le Grand Poitiers fait son chemin et ses tuyaux Chronique 48 - Sunday 3 January 2010 Ryanair : Alain Claeys retrouve le CAP de l'intérêt général et fend l'armure Chronique 47 - Monday 28 December 2009 Poitiers choisit les régressifs de Total pour Toumaï Chronique 46 - Thursday 24 December 2009 Un tunnel pour la Ganterie, parce que Poitiers le vaut bien Chronique 45 - Monday 21 December 2009 Poitiers, si chère à leur cœur... Chronique 44 - Wednesday 16 December 2009 Poitiers en lutte contre la négligence et l'abandon Chronique 43 - Thursday 3 December 2009 Les mille et une couleuvres de l'impôt LGV avalisé par la CAP Chronique 42 - Tuesday 1 December 2009 CAP : le devoir d'exemplarité en question Chronique 41 - Sunday 29 November 2009 Alain Claeys contraint et forcé à jouer Collectif Chronique 40 - Wednesday 25 November 2009 Poitiers-sécurité : « Logiparc-SIPEA » a la hache, elle aime Chronique 39 - Monday 23 November 2009 Quand Alain Claeys caresse la démocratie participative Chronique 38 - Thursday 19 November 2009 Poitiers paupérisée ! Chronique 37 - Thursday 15 October 2009 PLU de Poitiers : un bourgeois, une poule, assis sur un tabouret... Chronique 36 - Sunday 11 October 2009 Le bourgeois transparent Chronique 35 - Friday 9 October 2009 Le CCJ et le bon bourgeois Chronique 34 - Tuesday 29 September 2009 Is not CAP sexy ? Chronique 33 - Sunday 27 September 2009 CAP sur LGV : le côté obscur de la transparence Chronique 32 - Tuesday 14 July 2009 CAP : frondaisons estivales de « la réserve d'indiens » Chronique 31 - Sunday 12 July 2009 Claude Thibault et le CAP de la verte fronde Chronique 30 - Wednesday 8 July 2009 Chauffage des Couronneries : Alain Claeys s'émancipe de Jacques Santrot Chronique 29 - Saturday 4 July 2009 Poitiers-Jeunes : Alain Claeys s'émancipe de Jacques Santrot Chronique 28 - Saturday 27 June 2009 CAP : l'attelle du 18 juin (acte 2) Chronique 27 - Thursday 25 June 2009 CAP : l'attelle du 18 juin (acte 1) Chronique 26 - Thursday 11 June 2009 LGV : l'État Sarkozy c'est la CAP ...itulation ! (acte 2) Chronique 25 - Tuesday 9 June 2009 LGV : l'État c'est la CAP ! (acte 1) Chronique 24 - Tuesday 2 June 2009 Poitiers et le poing d'honneur d'Aurélien Tricot Chronique 23 - Saturday 30 May 2009 Huis clos de Poitiers, une certaine idée de la transparence (acte 2) Chronique 22 - Wednesday 27 May 2009 Huis clos de Poitiers, une certaine idée de la transparence (acte 1) Chronique 21 - Tuesday 5 May 2009 Entre Rachida Dati et Alain Claeys, un lapin rose se pose (acte 2) Chronique 20 - Sunday 3 May 2009 Entre Rachida Dati et Alain Claeys, un lapin rose se pose (acte 1) Chronique 19 - Saturday 25 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 5) Chronique 18 - Thursday 23 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 4)
Chronique 17 - Monday 20 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 3)
Chronique 17 - Monday 20 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 3) Chronique 16 - Saturday 18 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 2) Chronique 15 - Wednesday 15 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 1) Chronique 14 - Saturday 11 April 2009 Conseil CAP : Philippe Brottier, dignité fontenoise (acte 3) Chronique 13 - Wednesday 8 April 2009 Conseil CAP : Philippe Brottier, dignité fontenoise (acte 2) Chronique 12 - Friday 3 April 2009 Conseil CAP : Philippe Brottier, dignité fontenoise (acte 1) Chronique 11 - Wednesday 4 March 2009 Cantine de Poitiers : Alain Claeys très soupe au lait ! Chronique 10 - Tuesday 3 March 2009 Poitiers sereine... Mais que fait Alain Claeys ? Il investit... Chronique 9 - Saturday 21 February 2009 Alain Claeys, président de la CAP, ne créera pas de nouvel impôt Chronique 8 - Sunday 8 February 2009 Coeur d'agglo : Poitiers accroche un Lion de plus à son blason (acte 2) Chronique 7 - Thursday 5 February 2009 Coeur d'agglo : Poitiers accroche un Lion de plus à son blason (acte 1) Chronique 6 - Friday 16 January 2009 Rires sous CAP : déboires à plus soif du Poitiers fiscal ! Chronique 5 - Monday 12 January 2009 Mauvais CAP à la Communauté d'agglomération de Poitiers Chronique 4 - Monday 5 January 2009 Poitiers, paix sociale en ordre de bataille Chronique 3 - Saturday 3 January 2009 Tandem pictave Claeys-Desbourdes : « je t'aime moi non plus ! » Chronique 2 - Wednesday 3 December 2008 Poitiers, délicate démocratie locale selon Alain Claeys Chronique 1 - Monday 1 December 2008 Poitiers d'Alain Claeys, si bien en son Conseil...
 
17ème Chronique

Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 3)

Kritix, le Monday 20 April 2009 - 2309 consultations - Commenter la chronique

« Est-ce que tout le monde est éclairé ? », s'exclama le maire de Poitiers, se tournant vers l'opposition, un brun provocateur et fausse candeur.

L'opposant UMP, Stéphane Braconnier, s'avança avec un ton qui monta crescendo « Ce budget est pour l'UMP assez contrasté ; le point principal c'est l'Investissement comme si entendu. La ville de Poitiers adopte un plan ambitieux. La ville pourra doubler sa dotation de l'État pour ses équipements. Autre satisfaction pour la gestion de la dette. Donc, bon point pour l'Investissement. Mais il y a inquiétude sur la pression fiscale. La hausse d'impôts ne finance pas l'Investissement. C'est de bonne guerre, le désengagement de l'État n'a pas convaincu : la DGF croît de 2,1% en 2009. Poitiers invente le théorème plus de dette et plus d'investissements donne plus d'impôts ! Nous devons rechercher une meilleur bonne gestion. »

Le maire Alain Claeys irrité rompit les rangs, « Ne criez pas ! » Stéphane Braconnier enclin à l'auto-dérision, en faisant référence au conseil de CAP ayant eu lieu quelques jours plus tôt « Je prends un micro à la différence du maire de Fontaine-le-Comte ». Le conseiller UMP s'encanailla, « Vous avez un héritage à assumer... » Pris de spasmes, d'un rire nerveux par secousses, Alain Claeys s'agaça de l'impertinent, « Cela n'a rien à voir !
       Je peux continuer ?
       Oui, oui.
       On invoque l'argument massif de la qualité du service public, mais moi aussi je suis pour mais au meilleur coût. Les subventions baissent de 2,4%, disons qu'il s'agit d'une inflexion dans la méthode. Sans ressentiments, la politique est centrée sur la recette fiscale : pas de ligne directrice ! Nous voterons contre ce budget !
 » L'UMP enfonça les lignes, mais la majorité contre-attaqua... peu.
       Seul le conseiller communiste Patrick Coronas manifesta une timide répartie, « les taux de fiscalité et les investissements sont des outils essentiels de solidarité. Le désengagement de l'État a des effets dramatiques sur les hommes et l'environnement. » Le maire hocha de la tête, la mauvaise foi, le mauvais esprit n'étant plus circonstancié.

« La seule finalité du capitalisme c'est le fric ! », Maryse Desbourdes.

L'irréductible opposante de gauche Maryse Desbourdes fut très remontée devant un unanimisme qui eût pu faire pâlir d'envie le camarade Staline, une caricature qui garde toujours son fond de vérité, « Je ne pensais pas que la hausse des taux était un jeu concours ! [ Elle fit référence à une présentation comparative du maire entre la fiscalité de Poitiers et celle tenue en d'autres villes françaises : la plupart plus importante qu'à Poitiers ] La seule finalité du capitalisme c'est le fric ! [en référence à la moralisation prétendue du capitalisme par la volonté du président de la république Nicolas Sarkozy] On explique cette politique par un calcul laborieux et quelque peu spécieux, pour justifier les hausses d'impôts ! Je suis désolée, j'ai la même page que Stéphane Braconnier, mais on n'est pas d'accord sur le reste ! » Alors que la salle des Échevins n'en finissait pas de rire de l'ouverture de l'UMP qui irait jusqu'à l'extrême gauche sur certaines questions, le maire s'essaya en des réponses simples et concrètes sur le désengagement de l'État. En somme, on fait le sourd, l'aveugle, en avant toute !

« des poitevins qui sont, passez moi l'expression, dans la MERDE ! » Maryse Desbourdes.

Alain Claeys, maire de Poitiers, lors du conseil municipal du 30 mars 2009.
© kritix.com

La conseillère Maryse Desbourdes, impassible, reprit « L'augmentation aurait pu être pire ! On ne va pas vous dire merci : Poitiers fait partie des villes les plus endettées ! » On ricana dans la majorité qui préféra la forme au fond ! Haussant la voix, la conseillère s'indigna, « Les revenus disponibles vont baisser pour les Poitevins ! Établir des priorités pour réduire l'impôt ayant des conséquences pour des poitevins qui sont, passez moi l'expression, dans la MERDE ! »
       Depuis un certain temps, sur sa réserve, le maire fulminait. Soudainement n'y tenant plus, le coup allusif porté sur la crise et ses victimes l'amena à s'expliquer, « Il y a beaucoup de sincérité, mais il y a une chose que je ne sais pas faire, c'est augmenter les dépenses tout en baissant les recettes. Je dis que je ne suis pas capable de faire les "il faudrait !" »

« C'est injuste pour le pouvoir d'achat des Poitevins. », Philippe Mahou.

L'opposant Modem Philippe Mahou, « On n'a pas de propos dogmatiques. La DGF... ». Le maire l'interrompit, « Techniquement vous vous trompez ! » Philippe Mahou continua avec détachement, « ...Avec l'augmentation des bases, le pouvoir d'achat de la ville augmente ; vous retenez l'inflation pour justifier la dépense... Une inflation de 1 % ne justifie pas tout. C'est injuste pour le pouvoir d'achat des Poitevins. On peut citer les moins bons élèves, mais nous pensons évaluer le montant des recettes à taux constant. Le budget est trop lourd. »

Le conseiller de la majorité Yves Jean, « C'est un budget de rigueur et de méthode ; un budget d'investissement et de solidarité. Je ne voulais pas intervenir car je suis pour une vision objective de la situation [sous-entendu, je suis suis plus raisonnable que vous autres]. Désolé Maryse, les élus sont confrontés au même problème de désengagement de l'État. C'est une méthode rigoureuse qui devrait acter cela pour une position commune. Ensuite, on trouve les investissements travaux, humains [médiateurs de quartiers entre autres choses] avec le plan de relance de l'État. Grâce au bilan de Jacques Santrot [prédécesseur d'Alain Claeys], il y a des banlieues calmes. La dette est maîtrisée, l'épargne brute qui progresse. Tout cela devrait être acté... Enfin, c'est un budget de solidarité sociale et géographique »

Le conseiller de la majorité Bernard Cornu, « C'est un budget clair dans sa présentation. L'épargne brute, c'est une manière de rendre durable un budget. Un investissement qui augmente de 20% est signe de confiance. C'est une vision financière, technique mais surtout politique. C'est un budget de gauche qui prend en compte des valeurs. De tous bords on regrette le désengagement de l'État : réalité arithmétique aux conséquences politiques. Lorsqu'on augmente les impôts, c'est que l'on en est contraint d'y faire ; aucun élu n'aime le faire. C'est un budget qui rétablit, promet un équilibre entre usagers et contribuables. Pour résumer, c'est un bon budget, maîtrisé, de gauche, juste, solidaire, qui respecte les engagements pris. Il est dynamique, c'est un budget de confiance dans la politique locale. »

« De Gaulle disait "le pire en politique c'est d'être petit !" », Georges Stupar.

Le conseiller de la majorité Georges Stupar plaisanta amicalement sur le chargé des finances, « Victime d'allergies respiratoires, à moins que ce ne soit la moquette... Pauvre Francis Chalard qui a été empêché de dormir ! » Puis le conseiller Vert passa aux choses sérieuses, « Arrêtons de nous focaliser sur l'impôt, j'aimerai que tous les poitevins puissent payer l'impôt : c'est le droit, l'espoir du mieux vivre ensemble. Les interventions, déplacements de Sarkozy coutent cher alors que un communiqué internet coûte peu et est tout aussi efficace [politiquement]. De Gaulle disait "le pire en politique c'est d'être petit !" [En référence au déplacement présidentiel châtelleraudais ; de plus le président français n'est pas connu pour sa grande taille mais pour ses réformes médiatiques à courtes vues : les élus UMP s'offusquent, le élus PS jubilent] C'est un vote de salut public municipal ! Qu'il est dommage de rater la marche de l'Homme ! » Applaudissements dans la majorité municipale.

Tour Maubergeon du palais Comtal à Poitiers, en mars 2009
© kritix.com

Le conseiller de la majorité Aurélien Tricot dénonça, « Licencier pour faire des économies ?![l'Homme appelé pudiquement capital humain, dernière variable d'ajustement] », quand le chef de file UMP Stéphane Braconnier l'interpella pour lui signifier que ce qu'il dit est, selon lui, bien différent de ce qu'a dit Gerges Stupar. Le maire vola au secours de son second couteau, « Parle à tout le monde ! Ne sois pas confus ! » La correction permit au conseiller Aurélien Tricot de sortir de l'embarras pour lancer une salve bien sentie à l'UMP, sous le regard attendri du maire à qui le spectacle semblait bien plaire, « Vous êtes l'ami des libéraux. Dans une société où les inégalités s'accroissent, il faut une politique culturelle, sportive, sociale. La droite libérale regarde toujours les recettes pour décider des dépenses de sécurité sociale, urbaine... » Le conseiller Stéphane Braconnier atterré, « C'est du pragmatisme ! »

« Tous les services travaillent à faire bouger les lignes. C'est votre expression monsieur le maire. », Régine Laprie.

L'adjointe au maire à l'action sociale Régine Laprie, « Pour ce qui concerne le CCAS, la ville s'engage sur plus de 7 millions d'euros. Il nous faut ne rien diminuer et nous adapter à l'augmentation des besoins des poitevins. Il faut concourir à la mutualisation des moyens des personnels de mairie et de ceux du CCAS. Tous les services travaillent à faire bouger les lignes. C'est votre expression monsieur le maire [oui... enfin, il faudrait rendre à Sarkozy ce qui à Sarkozy...]. La petite enfance, la restauration scolaire, le foyer personnes âgées, le bien manger, tout ceci est une dynamique comprise dans la maîtrise du budget. »

Le conseiller de la majorité Michel Berthier, « Je n'avais pas prévu, moi non plus d'intervenir [leitmotiv de tous les intervenants de la majorité]. C'est un excellent budget avec la mutualisation des approvisionnements, celle des formations des personnels, des bénévoles... Limiter les coûts ! Sans polémiques, il y a une inflexion avec le passé ! » sous-entendu : on ne gaspille plus comme sous l'ère Jacques Santrot...

« Je comprends la révolte de Maryse. La différence, c'est que j'ai décidé. », Alain Claeys.

Le maire se félicita honnêtement de ce débat riche et long, « [i]Je comprends la révolte de Maryse. La différence, c'est que j'ai décidé. » Puis de faire une récupération discutable, « Décider, c'est choisir ! », dixit Mendès France. Comme pour défendre ce qui ne l'était peut-être pas assez, le conseiller Bernard Cornu reprit la parole, « C'est un budget de confiance. Nous avons tenu nos engagements, fait bouger les lignes, notre élection fait une nouvelle étape dans la ville de Poitiers. »

Le maire s'emporta avec virulence, monsieur consensus ne s'appartenant plus, « A l'UMP, quand, sur le bouclier fiscal, l'on peut recevoir des chèques de 300 000 € qui ne participent même pas au RSA, vous n'êtes pas qualifiés pour voter les dépenses, monsieur le militant de l'UMP ! Je suis ici pour gérer une ville pour tous les poitevins. Donner un peu de confiance aux poitevins. » Alain Claeys fit réprimandes de sa colère noire, « J'espère que vous aurez le courage de ne pas voter les prochaines dépenses ! », s'écria-t-il.

Les familiarités permises avec ce ton doucereux à la violence contenue, hautaine, voire méprisante à l'endroit de certains élus du Conseil, avaient pour un temps définitivement quitté les débats...


       [Suite du conseil dans l'acte 4]


Trombinoscope de la municipalité de Poitiers (2014-...) [pdf]
Trombinoscope de la Communauté d'Agglomération de Poitiers (2014-...) [externe]
Trombinoscope de la municipalité de Poitiers (2008-2014) [pdf]
Trombinoscope de la Communauté d'Agglomération de Poitiers (2008-2014) [pdf]

Pour commenter cette chronique, connectez-vous...
Pour s'inscrire, cliquez-ici.
Pseudonyme
Mot de passe
Mémoriser


Mot de passe oublié ?
 
Regrets éternels en langue de bois d'un Bourget
Sans dents et sans reproches
Élan patriotique pour un 11 janvier 2015 en « balles tragiques » à mille temps
Pragmatique
Phrygien d'airain
Gastronome en talonnette courte
PPP ou l'impuissance du Politique
Jean-Marc Ayrault, payeur de Notre-Dame-des-Landes
Lepage Corinne, courage Parménide
'Shame on you' américano-hollandais
Livre tournois de Valençay
Commandement normatif
Bilderberg, la pieuvre
Bipartisme défait
Lumières de Hollande

Être tenu informé des dernières chroniques publiées en s'abonnant à ce flux RSS

Follow kritix on Twitter