En 2015, François Hollande c'est 900 euros de dette publique supplémentaire par français !
Monday  18 December  2017
Bonne lecture !
Chronique 31 - Saturday 4 February 2006 Pingres banlieues : Azouz Begag pourquoi te caches-tu ? Chronique 30 - Friday 20 February 2004 Nul ne saurait Haigneré la "recherche fondamentale" ! Chronique 29 - Friday 30 January 2004 RMA : le Fillon de la discorde ! Chronique 28 - Tuesday 13 January 2004 Raffarin a la LEN mauvaise ! Chronique 27 - Monday 6 October 2003 Raffarin, crise ! Tr'affarien... Chronique 26 - Monday 26 May 2003 Le peuple bat le pavé... Raffarin bat en retraite ! Chronique 25 - Monday 28 April 2003 Raffarin débridé par un viral colin-maillard ! Chronique 24 - Monday 7 April 2003 Désordre : la SECU part en... OUILLE ! Sarkozybavures... Chronique 23 - Monday 31 March 2003 Cancer : tolérance zéro pour les fumistes ! Chronique 22 - Monday 24 March 2003 Monsieur 49-3 neutralise les jacobins parisianistes !
Chronique 21 - Monday 17 March 2003 Monsieur 49-3 est en cure !
Chronique 21 - Monday 17 March 2003 Monsieur 49-3 est en cure ! Chronique 20 - Monday 10 February 2003 Hallucinations Raffarin ! Chronique 19 - Monday 3 February 2003 Sagesse JOSPINcendiaire ! Chronique 18 - Monday 20 January 2003 Bayrou raille le train-train Chiraco-Schröder ! Chronique 17 - Monday 13 January 2003 Ce n’est pas la Mer à boire, Francis ! Chronique 16 - Thursday 2 January 2003 Sur la longue route du bon De Robien ! Chronique 15 - Monday 9 December 2002 Accusé Juppé, avancez ! Chronique 14 - Monday 25 November 2002 UMP en apnée ! Chronique 13 - Monday 11 November 2002 Villepin : le Tri ' poli vietnamien ! Chronique 12 - Monday 4 November 2002 Caries chiraquistes ! Chronique 11 - Monday 28 October 2002 Sarkozy ne CNIL pas des yeux ! Chronique 10 - Monday 21 October 2002 Perverse exception française ! Chronique 9 - Monday 14 October 2002 SECU sous perfusion ! Chronique 8 - Monday 7 October 2002 Papon, le révisionniste ! Chronique 7 - Monday 16 September 2002 "Terroir Raffarin": Budget flambé Chronique 6 - Tuesday 10 September 2002 Le "6 SMIC en 1" de Fillon Chronique 5 - Monday 2 September 2002 Chirac bouscule les "G8 compromissions ! Chronique 4 - Monday 2 September 2002 Le conjuré Chirac mortifie la CPI ! Chronique 3 - Sunday 28 July 2002 La plaie des nantis ! Chronique 2 - Monday 15 July 2002 Aux armes, Raffarin ! Chronique 1 - Monday 17 June 2002 Polémique chasseresse !
 
21ème Chronique

Monsieur 49-3 est en cure !

Kritix, le Monday 17 March 2003 - 2002 consultations - Commenter la chronique

Amaigrissement en vue ! Gouffre du déficit publique français , impose à notre sorcier de Matignon, d'élaborer de nouvelles raffarinades, que les Dieux du mont Bruxellois scrutent avec force grosse commission ! Oui, oui, oui, on prépare un plan de rigueur et Francis Mer (ministre français de l'Economie et des finances) de vouloir un meilleur service publique en diminuant par coupes drastiques le nombre de fonctionnaires en ne remplaçant pas les départs en retraite. Fonctionnaires devant une carotte mirifique: recevez une augmentation salariale si les départs en retraite ne sont pas remplacés... BOOM ! Le sorcier de la rue de Varennes à trouver la formule ! Et d'annoncer en guise d'oracle que les prochaines baisses d'impôts (issues du démagogiques programme présidentiel de la présidence Chirac) seront opérées suivant une croissance minimale de 2,5 %... Autant vous dire, jamais... Ne jurez pas ! Ne soyez pas confus, matignonesques gouapes ! A moins que la France du sous-sol ne fasse séisme parmi la France d'en bas, jusqu'à celle d'en haut !

Jean-Pierre Raffarin s'est dit préoccupé par l'évolution du chômage en France et veut faire de la conférence sur l'emploi du 16 mars 2003 un "appel à la mobilisation générale" sur ce sujet. "Nous savons que l'année 2003 sera difficile. Notre objectif, c'est d'enrayer la hausse du chômage", déclare le Premier ministre dans une interview parue le 17 mars dans le quotidien économique Les Echos. Le rendez-vous de demain avec les partenaires sociaux, "est pour moi un appel à la mobilisation générale sur l'emploi", souligne-t-il. "C'est une invitation ferme à activer les négociations sociales, notamment sur la formation professionnelle."

J.P. Raffarin devrait participer à une partie de cette conférence, si la crise irakienne ne vient pas bousculer ses projets. Il a annoncé la semaine passée qu'il soumettrait alors aux partenaires sociaux des "initiatives" visant à faire face aux conséquences économiques et sociales de cette crise et à la multiplication des plans sociaux. "La création d'emplois par les entreprises (...) reste évidemment le socle de notre politique", explique-t-il. "Mais il va de soi qu'à partir du moment où le tissu social peut se déchirer, il faut aussi éviter que les plus fragiles soient les premières victimes du ralentissement économique." Le gouvernement entend ainsi mobiliser tous les dispositifs d'emplois aidés, indique-t-il. "Je pense notamment à de nouvelles formes de contrats emploi-solidarité (CES) et de contrats emploi-consolidé, à la création du revenu minimum d'activité à partir du RMI et à celle du contrat d'insertion dans la vie sociale (CIVIS)." Il précise que le gouvernement espère pouvoir faire bénéficier à terme 25.000 jeunes de ces CIVIS dans les associations. "Nous allons aussi redonner de la puissance au contrat intiative-emploi en entreprise, qui avait été créé en 1995 par le gouvernement Juppé", ajoute-t-il.

Il se dit attentif à ne pas "provoquer des déchirures sociales". Il affirme ainsi que la décision d'augmenter les tarifs d'EDF de plus de 4% au 1er avril, comme le souhaite le groupe public, n'a pas encore été prise "à ce jour". Il invite d'autre part le patronat à avoir un discours "moins idéologique, moins politique et plus près des réalités du terrain" - "Les performances techniques des ouvriers et des ingénieurs français ne sont pas assez mises en valeur." Serait-ce une "fenêtre" pour de potentielles privatisations ? Il ne faudrait pas que la France d'en bas réalise que le gouvernement Raffarin roule, et désormais court pour la France d'en haut: Raffarin réforme la société en la fracturant...

Le bougre du Poitou confirme d'autre part son intention de boucler la réforme des retraites avant l'été. "La réforme des retraites est la réforme prioritaire du printemps et elle sera discutée par le Parlement en juin, avant la session extraordinaire qui a été envisagée pour juillet", dit-il. "Le projet de loi sera donc présenté en conseil des ministres à la mi-mai." Il affirme à ce propos que l'alignement de la durée de cotisation du secteur public sur le secteur privé n'a pas encore été arbitré et reste "ouvert à la discussion". "Qu'il n'y ait aucun doute : c'est la justice et l'équité qui primeront", ajoute-t-il cependant. Notre provincial souligne que la réforme des retraites des fonctionnaires s'inscrit dans une "perspective plus large" de réforme de la fonction publique et laisse entendre qu'il y aura bien à terme une diminution des effectifs. "A l'horizon de 10 ans, il est sûr que nous aurons moins de fonctionnaires en raison des évolutions démographiques et de la réorganisation de l'Etat", dit-il. Il donne également raison au ministre de l'Economie, qui affirme ne vouloir remplacer qu'un fonctionnaire sur deux à Bercy au fur et à mesure des départs en retraite. Francis Mer "s'inscrit dans une logique de réforme de son administration", dit le Premier ministre. "Dans ce cadre, cette évolution est possible."

Enfin, en matière de privatisations, J.P.Raffarin affirme qu'elles reprendront dès que le gouvernement aura pour ce faire une "fenêtre économique". "Dès que nous aurons une fenêtre économique, nous reprendrons les ouvertures de capital", dit-il. "Avec Air France en priorité ; ce dossier avance bien. Sur EDF, nous ne sommes par prêts pour l'instant sur le statut mais nous travaillons pour réformer dans l'année qui vient."

J.P.Raffarin évalue désormais à 1,3% seulement la croissance de l'économie française en 2003, mais juge possible de ramener les déficits publics sous la barre des 3% du PIB en 2004. "Pour le moment nos estimations sont articulées autour de quatre chiffres", déclare le Premier ministre dans une interview à paraître lundi dans Les Echos: "Une croissance de 1,3%, une prévision de déficit public égal à 3,4% du PIB sur l'année 2003 et de 2,9% en 2004 et un volume d'économies budgétaires de 1,4 milliards d'euros." Il précise qu'il a signé vendredi le décret annulant 1,4 milliards d'euros de crédits, annulation qui avait été annoncée par le ministre des Finances, Francis Mer. Le gouvernement avait initialement bâti son budget 2003 sur l'hypothèse d'une croissance de 2,5% du PIB. "L'accélération de l'effondrement de la Bourse, à l'automne, a été pour nous le signal que nous étions entrés en situation de crise et qu'il fallait déclencher un processus de précaution, semestre par semestre, pour essayer de maintenir malgré tout une certaine lisibilité", explique le Premier ministre. "Nous verrons dans six mois." Il souligne que le chiffre de 1,3% de croissance est un "chiffre très prudent". Parce qu'il ne l'était pas avant ?

"Beaucoup de phénomènes peuvent l'affecter, notamment l'évolution de la parité euro/dollar, qui sera un des éléments clefs de la situation d'un éventuel après-guerre", ajoute-t-il en faisant allusion à la crise irakienne. La question est notamment de savoir si une intervention militaire américaine contre l'Irak fera flamber le dollar. "En réalité, il y aurait autant de raisons, aujourd'hui, de tabler sur une prévision de croissance de 1,5% mais nous avons voulu être prudents car nous tenons à la sincérité de notre politique", explique notre bon samaritain UMP.

Il assure que le gouvernement ne cherche pas à "utiliser" la probable guerre contre l'Irak "à des fin intérieures, ni sur le plan économique, ni sur le plan politique". "Il y a aujourd'hui une incertitude réelle, un attentisme fort, même si les industriels ne sont pas catastrophistes", dit-il. "Tant que nous n'aurons pas levé les hypothèques internationales, nous devons veiller à la crédibilité de notre position économique."

Notre bonhomme assure également que, malgré l'Irak et cette situation, les réformes continueront. "Nous ne changeons pas de ligne économique; je dirais même que moins nous avons de marges financières, plus nous avons d'exigences en matière de réformes", dit-il. "Je veux aller puiser dans toutes les réserves de croissance en développant la formation, l'innovation, en lançant la décentralisation et la réforme de l'Etat." Il promet que l'impôt sur le revenu diminuera en 2003 comme prévu et que les baisses fiscales seront poursuivies ensuite en fonction de la croissance, selon que celle-ci sera "autour" de 2,5% ou inférieure. Il exclut en revanche une hausse de la contribution sociale généralisée (CSG) pour enrayer la dérive des déficits. "Je peux vous assurer que la hausse de la CSG ne fait pas partie de nos intentions", déclare J.P.Raffarin. "Quant aux baisses d'impôts, l'évolution de la croissance sera évidemment déterminante." "Si elle tourne autour d'un rythme de 2,5%, nous continuerons notre programme d'allègement fiscal tel que nous l'avions envisagé, en poursuivant la baisse de l'impôt sur le revenu", explique-t-il. "Si en revanche la crise devait être plus longue, nous ferions en sorte que les allègements d'impôts soient ciblés encore davantage sur nos objectifs économiques et sociaux." Il cite à cet égard l'emploi, la création d'entreprises, l'investissement, le soutien aux secteurs du bâtiment et de la restauration. "En tout état de cause, nous garderons l'objectif de baisser globalement le niveau des charges et des impôts parce que c'est nécessaire pour l'emploi durable", souligne le Premier ministre. Pourvu que l'actuelle et extraordinaire popularité chiraquienne préserve quelque temps le fusible de Matignon, avant la prochaine bourrasque...


Pour commenter cette chronique, connectez-vous...
Pour s'inscrire, cliquez-ici.
Pseudonyme
Mot de passe
Mémoriser


Mot de passe oublié ?
 
Regrets éternels en langue de bois d'un Bourget
Sans dents et sans reproches
Élan patriotique pour un 11 janvier 2015 en « balles tragiques » à mille temps
Pragmatique
Phrygien d'airain
Gastronome en talonnette courte
PPP ou l'impuissance du Politique
Jean-Marc Ayrault, payeur de Notre-Dame-des-Landes
Lepage Corinne, courage Parménide
'Shame on you' américano-hollandais
Livre tournois de Valençay
Commandement normatif
Bilderberg, la pieuvre
Bipartisme défait
Lumières de Hollande

Être tenu informé des dernières chroniques publiées en s'abonnant à ce flux RSS

Follow kritix on Twitter