En 2015, François Hollande c'est 900 euros de dette publique supplémentaire par français !
Monday  18 December  2017
Bonne lecture !
Chronique 31 - Saturday 4 February 2006 Pingres banlieues : Azouz Begag pourquoi te caches-tu ? Chronique 30 - Friday 20 February 2004 Nul ne saurait Haigneré la "recherche fondamentale" ! Chronique 29 - Friday 30 January 2004 RMA : le Fillon de la discorde ! Chronique 28 - Tuesday 13 January 2004 Raffarin a la LEN mauvaise ! Chronique 27 - Monday 6 October 2003 Raffarin, crise ! Tr'affarien... Chronique 26 - Monday 26 May 2003 Le peuple bat le pavé... Raffarin bat en retraite ! Chronique 25 - Monday 28 April 2003 Raffarin débridé par un viral colin-maillard ! Chronique 24 - Monday 7 April 2003 Désordre : la SECU part en... OUILLE ! Sarkozybavures... Chronique 23 - Monday 31 March 2003 Cancer : tolérance zéro pour les fumistes ! Chronique 22 - Monday 24 March 2003 Monsieur 49-3 neutralise les jacobins parisianistes ! Chronique 21 - Monday 17 March 2003 Monsieur 49-3 est en cure ! Chronique 20 - Monday 10 February 2003 Hallucinations Raffarin ! Chronique 19 - Monday 3 February 2003 Sagesse JOSPINcendiaire ! Chronique 18 - Monday 20 January 2003 Bayrou raille le train-train Chiraco-Schröder ! Chronique 17 - Monday 13 January 2003 Ce n’est pas la Mer à boire, Francis ! Chronique 16 - Thursday 2 January 2003 Sur la longue route du bon De Robien ! Chronique 15 - Monday 9 December 2002 Accusé Juppé, avancez ! Chronique 14 - Monday 25 November 2002 UMP en apnée ! Chronique 13 - Monday 11 November 2002 Villepin : le Tri ' poli vietnamien ! Chronique 12 - Monday 4 November 2002 Caries chiraquistes ! Chronique 11 - Monday 28 October 2002 Sarkozy ne CNIL pas des yeux ! Chronique 10 - Monday 21 October 2002 Perverse exception française ! Chronique 9 - Monday 14 October 2002 SECU sous perfusion ! Chronique 8 - Monday 7 October 2002 Papon, le révisionniste ! Chronique 7 - Monday 16 September 2002 "Terroir Raffarin": Budget flambé Chronique 6 - Tuesday 10 September 2002 Le "6 SMIC en 1" de Fillon Chronique 5 - Monday 2 September 2002 Chirac bouscule les "G8 compromissions ! Chronique 4 - Monday 2 September 2002 Le conjuré Chirac mortifie la CPI !
Chronique 3 - Sunday 28 July 2002 La plaie des nantis !
Chronique 3 - Sunday 28 July 2002 La plaie des nantis ! Chronique 2 - Monday 15 July 2002 Aux armes, Raffarin ! Chronique 1 - Monday 17 June 2002 Polémique chasseresse !
 
3ème Chronique

La plaie des nantis !

Kritix, le Sunday 28 July 2002 - 2219 consultations - Commenter la chronique

SANGATTE: le centre de réfugiés en France basé, ... FERME ! … ça se gatte pour tous ceux qui n'ont pas accès aux hautes études…ces différences de seconde zone, tourmentant la sécurité d'un Occident oxydé, aujourd'hui bien affolé ! Le monde parallèle des flux migratoires, anime les xénophobies, tandis que les difficultés politiques et économiques pointent parmi l'alibi générique de nos élites, l'excuse de tous leurs maux, sorte de paradigme pour toutes les conjugaisons politiciennes: cette Mondialisation dans tous ses états ! Trouvez un problème, et l'indéfectible diagnostic porte science sur la bien pratique Mondialisation !
       L'immigration de travailleurs peu qualifiés vers les pays riches ou industrialisés, s'inscrit dans un processus d' interdépendance inégale entre les différentes régions du monde. Mais aujourd'hui, beaucoup de pays d'immigration ont fermé leurs frontières ou limité l'accès de leur territoire aux nouveaux venus, à l'exception des regroupements familiaux. Ainsi, en Europe, les années 1973 et 1974 ont marqué la date de la suspension des flux migratoires de main-d'œuvre, provoquant progressivement l'installation durable d'une immigration familiale.

Depuis janvier 2000, pour l'ONU, l'immigration serait un remède au vieillissement de la population européenne ! Selon un rapport de la Division de la population de l'ONU intitulé "Migration de remplacement : une solution aux populations en déclin et vieillissantes ", l'Europe aurait besoin de 160 millions d'immigrés d'ici à 2025 pour rééquilibrer sa démographie. Pour les auteurs de cette étude, la baisse régulière de la natalité et l'allongement de la durée de vie, vont modifier sensiblement le rapport entre actifs et inactifs qui passerait, en cinquante ans, de plus de 4 pour 1 à seulement 2 pour 1. Si rien ne vient modifier les évolutions actuelles, en 2050 plus de 47% de la population de l'UE aura passé l'âge de la retraite. Celle-ci aurait, dès lors, besoin de près de 160 millions d'immigrés d'ici à 2025.
       Dans ce contexte la France devrait accueillir 760.000 immigrés par an contre 100.000 actuellement. Une analyse qui décoiffe quelque peu au moment où le " contre rapport " Teulade remis au premier ministre Jospin début 2000, se montre pour le moins apaisant. Il faut quand même noter pour nous rassurer, que ce rapport ne fait qu'une simple projection " mécanique " des données démographiques actuelles sur les 25 ans à venir (même taux de natalité, poursuite à l'identique du vieillissement, croissance identique et gains de productivité sans changement). L'équation est donc un peu trop simple…
       Mais pour l'un des auteurs, le démographe français Joseph-Alfred Grinblat, s'il est tout à fait irréaliste d'imaginer de remédier au vieillissement de la population par l'immigration, l'objectif est de " montrer qu'il est pourtant impossible que les choses continuent en l'état. Il va falloir changer les règles du jeu. Nous nous bornons à donner des paramètres de décisions qui incombent maintenant aux politiques ".

La publication du rapport onusien sur la situation démographique de la planète, est alarmante pour l'UE. L'Europe vieillie ne pourra régler son problème de retraite qu'en recourant à une immigration massive. Le poids relatif de la population européenne dans la population mondiale, connaît un déclin déjà ancien. En 1900, elle représentait 24,7 % de la population mondiale, elle en représente 12 % en l'an 2000 et, selon les prévisions, devrait n'en représenter que 5,4 % en 2100. Au cours du XXIème siècle, la population européenne pourrait même connaître un déclin en chiffres absolus. Ce qui semble intéresser davantage les rapporteurs de l'ONU, auteurs de ces travaux, ce sont les conséquences de ce déclin démographique, en particulier sur les systèmes de retraite. Certains pays européens, dont la France, ont la réputation d'être particulièrement généreux envers les retraités ; l'évolution démographique risque de remettre en cause cette attitude. Et l'ONU de tirer la sonnette d'alarme.
       La question n'est pas nouvelle, mais tandis que la plupart des analystes concluent à la nécessité de réformer le régime des retraites et d'abandonner la répartition pour la capitalisation, le rapport de l'ONU envisage une orientation nouvelle, qui éviterait peut-être aux Français " l'infamie " des fonds de pension. Voyez le trouble, le désarroi, de ceux qui avaient constitué leur épargne retraite, via des fonds de pensions outre atlantique, sur les entreprises américaines ENRON, ou WORLDCOM qui ont chacune déposée le bilan en 2002, après qu'elles fussent mal gérées, au sein d'un Libéralisme économique et financier plus que sauvage ! Quelle est donc cette proposition ?

L'ONU envisage la possibilité d'un recours massif à l'immigration, pour assurer la pérennité du système actuel des retraites par répartition. Selon le rapport, pour maintenir inchangé le ratio actifs/retraités, la population française devrait faire appel à 23 millions d'immigrés dans les années futures. Encore n'est-on pas sûr que cela suffise ! L'immigration, même envisagée à une échelle plus raisonnable, ne constitue pas une solution pour faire face aux difficultés du système actuel de retraite. La France a connu un afflux d'immigrés en hausse, ces dernières années (augmentation de 120 000 en 1998 par rapport à l'année précédente). Mais la part des actifs, dans l'ensemble des flux d'immigrés a diminué de 10 %. L'immigration pour motif de travail a relativement tendance à diminuer. Elle concerne, de plus, des populations peu qualifiées (les statistiques laissent penser que l'immigration des cerveaux ne se fait pas en direction de la France mais reste traditionnellement tournée vers les USA) ! Or, l'évolution structurelle de l'économie française, requiert des personnels de plus en plus qualifiés. Si une demande globale de travail non satisfaite se manifeste un jour, il est peu probable qu'elle pourra, puisse être résolue par des travailleurs immigrés, à moins que cette demande non satisfaite ne modifie profondément les conditions générales d'embauche et n'attire ainsi une main d'œuvre qualifiée.

Ce rapport de la "Division de la Population" des Nations-Unies suscite une vaste controverse à cause des solutions qu'il propose. Partant du constat, juste, que la situation démographique de l'Europe, au sens large, est inquiétante (1,6 enfant par femme en moyenne, alors que le seuil minimum pour assurer le renouvellement des générations est de 2,1 enfants par femme), l'ONU estime que la population européenne va baisser de 30 millions de personnes d'ici 2025. En constatant aussi que sur la période 1950-1990, l'accroissement de population dû à l'immigration a été de 13 millions, les auteurs du rapport extrapolent. Le titre même de l'étude de l'ONU, Migration de remplacement : une solution aux populations en déclin et vieillissantes, en dit la logique. Puisque désormais l'Europe ne voit plus sa population croître par accroissement naturel, il faut remplacer la population manquante par l'émigration. Pour maintenir le nombre des actifs dans la seule Union Européenne, il faudra, dit le rapport, accueillir 24 millions d'immigrés supplémentaires d'ici 2026. Et bien plus - 159 millions au total - si on veut maintenir le rapport actuel entre actifs et inactifs. Actuellement, la population de l'Europe, au sens large, est de 726 millions. Si l'indice de fécondité se maintient à son niveau actuel, insuffisant, la population de l'Europe aura baissé de plus de 100 millions d'habitants d'ici 2050. Si, en revanche (hypothèse peu vraisemblable), l'indice minimum de 2,1 enfants par femme était retrouvé, non seulement l'Europe ne perdrait plus d'habitants, mais elle en aurait gagné 14 millions…
       Aujourd'hui, ce mois de juillet 2002, l'UE rejète, après le sommet européen de Séville des 21 et 22 juin 2002, les appels à une suspension de son aide aux pays d'origine de l'immigration illégale qui ne font pas assez pour empêcher leurs ressortissants de tenter leur chance en Europe. Les ministres de l'Intérieur de l'UE ont apporté leur contribution en adoptant un plan de gestion des frontières extérieures qui devrait permettre de lutter plus efficacement contre les flux d'immigration clandestine. Les Quinze ont en effet décidé d'améliorer leur coopération dans toute une série de domaines, par exemple pour contrôler les frontières maritimes et les aéroports de l'UE. A Séville, fin juin 2002, les chefs d'Etat et de gouvernement se sont penchés sur l'opportunité de s'orienter vers une police des frontières commune, ce qui est loin de faire l'unanimité parmi les Etats membres, mais surtout sur les relations politiques et économiques avec les pays d'origine de l'immigration illégale. Le Royaume-Uni, l'Italie, l'Espagne, l'Allemagne et le Danemark estiment que ces pays doivent être tenus pour responsables s'ils ne font rien pour empêcher des flux qui pourraient concerner jusqu'à 500.000 personnes par an. Ils ont donc proposé que l'aide au développement ou l'assistance économique de l'UE soit ajustée en conséquence.
       Ces propositions ont suscité l'opposition de la France et de la plupart des autres petits pays, qui refusent un tel lien. "La France considère qu'on ne peut pas sanctionner les pays en développement parce que les malheureux qui n'ont aucun moyen de subsistance chez eux veulent venir chez nous", a ainsi déclaré le ministre français de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy.
       Ce débat s'est traduit à Séville, par un message beaucoup plus positif que celui que souhaitaient initialement lancer certains Etats membres (comme l'Espagne, le Royaume-Uni, l'Allemagne ou l'Italie). "La tonalité dominante est que nous voulons envoyer un message incitatif aux pays d'origine de l'immigration illégale", a souligné un diplomate qui note que le Royaume-Uni a changé de position depuis quelques semaines en s'alignant sur les modérés. "On est à la recherche de mesures véritablement efficaces, les sanctions posent des problèmes juridiques et politiques insurmontables", a-t-il ajouté.
       L'inefficacité d'une répression de l'immigration illégale semble donc admise, tandis que le même ministre de l'intérieur français, Nicolas Sarkozy, fera fermer le centre de réfugiés de la croix rouge de Sangatte, au plus tard au printemps 2003 ! On n'en est plus à un paradoxe près ! Les Quinze devraient donc proposer aux pays d'origine de l'immigration,une nouvelle relation contractuelle pour lutter contre le phénomène, notamment par l'insertion de clauses de réadmission des immigrés clandestins dans tous les accords de coopération avec l'UE, comme c'est déjà souvent le cas. L'UE se montrera également disposée à aider ces pays à améliorer leurs contrôles aux frontières et à retenir leurs ressortissants, le Premier ministre belge Guy Verhofstadt ayant proposé d'ouvrir les marchés européens à leurs produits. C'est donc avec sagesse que l'UE a renoncé à toute répression sauvage à l'encontre de l'immigration illégale.


Pour commenter cette chronique, connectez-vous...
Pour s'inscrire, cliquez-ici.
Pseudonyme
Mot de passe
Mémoriser


Mot de passe oublié ?
 
Regrets éternels en langue de bois d'un Bourget
Sans dents et sans reproches
Élan patriotique pour un 11 janvier 2015 en « balles tragiques » à mille temps
Pragmatique
Phrygien d'airain
Gastronome en talonnette courte
PPP ou l'impuissance du Politique
Jean-Marc Ayrault, payeur de Notre-Dame-des-Landes
Lepage Corinne, courage Parménide
'Shame on you' américano-hollandais
Livre tournois de Valençay
Commandement normatif
Bilderberg, la pieuvre
Bipartisme défait
Lumières de Hollande

Être tenu informé des dernières chroniques publiées en s'abonnant à ce flux RSS

Follow kritix on Twitter