En 2015, François Hollande c'est 900 euros de dette publique supplémentaire par français !
Thursday  19 October  2017
Bonne lecture !
Chronique 31 - Saturday 4 February 2006 Pingres banlieues : Azouz Begag pourquoi te caches-tu ? Chronique 30 - Friday 20 February 2004 Nul ne saurait Haigneré la "recherche fondamentale" ! Chronique 29 - Friday 30 January 2004 RMA : le Fillon de la discorde ! Chronique 28 - Tuesday 13 January 2004 Raffarin a la LEN mauvaise !
Chronique 27 - Monday 6 October 2003 Raffarin, crise ! Tr'affarien...
Chronique 27 - Monday 6 October 2003 Raffarin, crise ! Tr'affarien... Chronique 26 - Monday 26 May 2003 Le peuple bat le pavé... Raffarin bat en retraite ! Chronique 25 - Monday 28 April 2003 Raffarin débridé par un viral colin-maillard ! Chronique 24 - Monday 7 April 2003 Désordre : la SECU part en... OUILLE ! Sarkozybavures... Chronique 23 - Monday 31 March 2003 Cancer : tolérance zéro pour les fumistes ! Chronique 22 - Monday 24 March 2003 Monsieur 49-3 neutralise les jacobins parisianistes ! Chronique 21 - Monday 17 March 2003 Monsieur 49-3 est en cure ! Chronique 20 - Monday 10 February 2003 Hallucinations Raffarin ! Chronique 19 - Monday 3 February 2003 Sagesse JOSPINcendiaire ! Chronique 18 - Monday 20 January 2003 Bayrou raille le train-train Chiraco-Schröder ! Chronique 17 - Monday 13 January 2003 Ce n’est pas la Mer à boire, Francis ! Chronique 16 - Thursday 2 January 2003 Sur la longue route du bon De Robien ! Chronique 15 - Monday 9 December 2002 Accusé Juppé, avancez ! Chronique 14 - Monday 25 November 2002 UMP en apnée ! Chronique 13 - Monday 11 November 2002 Villepin : le Tri ' poli vietnamien ! Chronique 12 - Monday 4 November 2002 Caries chiraquistes ! Chronique 11 - Monday 28 October 2002 Sarkozy ne CNIL pas des yeux ! Chronique 10 - Monday 21 October 2002 Perverse exception française ! Chronique 9 - Monday 14 October 2002 SECU sous perfusion ! Chronique 8 - Monday 7 October 2002 Papon, le révisionniste ! Chronique 7 - Monday 16 September 2002 "Terroir Raffarin": Budget flambé Chronique 6 - Tuesday 10 September 2002 Le "6 SMIC en 1" de Fillon Chronique 5 - Monday 2 September 2002 Chirac bouscule les "G8 compromissions ! Chronique 4 - Monday 2 September 2002 Le conjuré Chirac mortifie la CPI ! Chronique 3 - Sunday 28 July 2002 La plaie des nantis ! Chronique 2 - Monday 15 July 2002 Aux armes, Raffarin ! Chronique 1 - Monday 17 June 2002 Polémique chasseresse !
 
27ème Chronique

Raffarin, crise ! Tr'affarien...

Kritix, le Monday 6 October 2003 - 2330 consultations - Commenter la chronique

Le ministre de l'économie et des finances Francis Mer ainsi que son acolyte le ministre du budget Alain Lambert, font grise mine et dit-on, depuis le 2 octobre 2003, on ne parle plus de Réforme à Matignon (dixit un ministre du gouvernement sous couvert de l'anonymat: le mot "réforme" est désormais prohibé du vocable raffarinien...).

Bougres qu'ils sont ! Casse syndicale en règle viendra ! La "Tatchérisation de la France" est lancée, tandis qu'ils jaugent l'opinion publique française pour renverser les "35 heures", coupables selon eux de tous les maux... Le ministre des affaires sociales, François Fillon voilà un an, plus modéré que jamais, s'était refusé à toute suppression de ces dernières (les 35 hics !), disant que l'économie française n'avait point besoin d'une nouvelle source de désordre, discorde: la continuité politique semblait acquise; cétait sans compter les "ploucs turpitudes" de l'immodéré sieur de Chasseneuil du Poitou... à l'ombre de Bonilait... la ploutocratie règnant sur notre pauvre France ! République, où es-tu ? Et que la "France d'en haut" liquide l'intérêt général !

"France d'en haut, France d'en bas": jamais premier ministre ne s'était enorgueuilli d'une telle formule discriminante ! A ces mots aujourd'hui, la fracture sociale, tout comme celle de la répartition des Richesses, est béante, abyssale, à l'image du defficit public: insondable, un an après le 21 avril 2002... L'impôt sur les plus aisés diminue, tandis que la pression fiscale augmente de plus de 2 % ! Le tour de passe-passe n'échappe à personne et certainement pas aux français, dans leur très grande majorité: voilà pourquoi la réforme n'a plus lieu d'être, si tenté qu'elle effleura un seul jour, le tout petit esprit de notre ineffable premier ministre; moscovite devenu, un 6 octobre 2003 !

Ce matignonesque "prestidigitateur de budget" a désarçonné l'UE fin septembre 2003, et l'on entendait à l'encan, Raffarin l'imposteur ! Caractère caractérisé bien trempé... détrempé, suant,... c'est en passe de se faire sans ambages, une question brute de décoffrage au caractère bien trempé, vous disais-je: la com' de Raffarin, cette "coquille vide" à la funeste propagande !

Avec un chômage en hausse, des perspectives qui ne redécollent pas vraiment pour les entrepreneurs et une consommation en chute libre en août, "2003" a toutes les apparences d'une année économique à oublier, avec une croissance qui n'atteindrait même pas les 0,5% dernièrement envisagés par le gouvernement. Pour autant, Francis Mer a préféré souligner que "la conjoncture a l'air de s'améliorer", comme l'estime dans son rapport trimestriel la Commission européenne, qui met en avant "des signes clairs montrant que la zone euro est sur le point de retrouver la reprise longtemps attendue".

Initialement, le budget avait été construit sur une hypothèse de 2,5%, déjà presque divisée par deux en mars à 1,3%. Le 30 septembre dernier, au matin, le ministre du Budget Alain Lambert semblait lui-même mettre un bémol à ce modeste 0,5%, en reconnaissant sur la radio BFM : " J'y crois encore, mais nous ne ferons pas mieux". Quelques minutes plus tard, l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) publiait les résultats détaillés des comptes nationaux du deuxième trimestre, avec un "acquis de croissance" pour l'année révisé à -0,1% fin juin, soit le pire résultat depuis 1993.

Mathématiquement, il faudrait que les deux derniers trimestres atteignent une croissance de 0,8% chacun pour arriver à 0,5% sur l'année, et, au vu de l'effondrement de la consommation des ménages au mois d'août (-2,7% par rapport à juillet), le troisième trimestre n'en prend pas le chemin.

Du côté des affairistes on s'étonne de l'icompétence du gouvernement. Laure Maillard, de CDC Ixis, pense que la croissance sera de 0,3% cette année, Nicolas Claquin, du CCF, de 0,2%, et Philippe Waechter (Natexis Asset management) la craint même "proche de zéro". Cela rendrait de nouveau trop optimiste la prévision du gouvernement pour 2004 (+1,7%). Marc Touati, de Natexis Banques populaires, pense que le déficit public sera "d'au moins 4,2% du PIB" cette année, au lieu de 4% déjà notifiés à Bruxelles, et "restera proche de 4% l'an prochain" alors que le gouvernement espère redescendre à 3,6%.

Les autres données économiques ne permettent pas l'optimisme. Le nombre de chômeurs a de nouveau augmenté en août, de 0,5% par rapport à juillet, soit 11.300 personnes supplémentaires, pour un taux de 9,6% de la population active au sens du Bureau international du travail (BIT).Le PS a fait état de "ses craintes de voir le pays dépasser le seuil de 10% de la population active au chômage avant la fin de l'année".Enfin, le moral des entreprises ne s'améliore pas vraiment, l'indicateur le calculant passant de 92 en juillet à 93 en septembre, malgré les rumeurs de reprise.

L'espoir se lit dans la meilleure tenue "des perspectives générales" et des "perspectives personnelles" de production des entrepreneurs. Mais la réalité est toujours là: la production de ces tout derniers mois est nettement en-dessous de son niveau moyen, et les carnets de commande se dégarnissent, surtout pour la demande intérieure, traduisant le fléchissement de la consommation des ménages, moteur de la croissance ces dernières années.

Par un effet de spirale infernale, ceux-ci s'inquiètent en effet du chômage, et préfèrent l'épargne, (comme le montre la remontée du taux de celle-ci au deuxième trimestre, signalée mardi par l'Insee) à la consommation. Les différents indicateurs ne permettent pas de lever complètement les incertitudes concernant la reprise en fin d'année, même s'il semble que le point bas soit derrière nous.

Messieurs de l'Union des Mal-Pensants (UMP), songez à la postérité ! Sinon le retour de balancier vous révolutionnera... dans le putride sillon, d'un Raffarin à la calamiteuse polpularité ! Démagogie, quand tu ne dupe plus personne...
      


Pour commenter cette chronique, connectez-vous...
Pour s'inscrire, cliquez-ici.
Pseudonyme
Mot de passe
Mémoriser


Mot de passe oublié ?
 
Regrets éternels en langue de bois d'un Bourget
Sans dents et sans reproches
Élan patriotique pour un 11 janvier 2015 en « balles tragiques » à mille temps
Pragmatique
Phrygien d'airain
Gastronome en talonnette courte
PPP ou l'impuissance du Politique
Jean-Marc Ayrault, payeur de Notre-Dame-des-Landes
Lepage Corinne, courage Parménide
'Shame on you' américano-hollandais
Livre tournois de Valençay
Commandement normatif
Bilderberg, la pieuvre
Bipartisme défait
Lumières de Hollande

Être tenu informé des dernières chroniques publiées en s'abonnant à ce flux RSS

Follow kritix on Twitter