En 2015, François Hollande c'est 900 euros de dette publique supplémentaire par français !
Thursday  19 October  2017
Bonne lecture !
Chronique 39 - Sunday 28 March 2010 TER : Poitou-Charentes a un train cadencé d'avance Chronique 38 - Wednesday 24 March 2010 Ségolène Royal et l'avenir d'Heuliez : une question d'honneur Chronique 37 - Sunday 14 March 2010 Heuliez : Christian Estrosi se rachète du saccage de Luc Chatel Chronique 36 - Saturday 13 March 2010 Sarkozysme : le calvaire du monde agricole
Chronique 35 - Friday 12 March 2010 Agriculture bio : le retour aux sources
Chronique 35 - Friday 12 March 2010 Agriculture bio : le retour aux sources Chronique 34 - Sunday 7 March 2010 Remontrances faites à Ségolène Royal Chronique 33 - Wednesday 3 March 2010 Les roses au poing Chronique 32 - Saturday 27 February 2010 Jury-citoyen : l'expertise de la sagesse populaire Chronique 31 - Monday 22 February 2010 Pass'contraception : Ségolène Royal dans les pas de Michelle Bachelet Chronique 30 - Friday 19 February 2010 Apprentissage selon Daniel Opic : insulte sarkozyste Chronique 29 - Monday 15 February 2010 Les coopératives ouvrières : l'Emploi autrement en Poitou-Charentes Chronique 28 - Saturday 13 February 2010 Polémiques moins Royal que Leroy Chronique 27 - Sunday 7 February 2010 L'essor du modèle artisanal picto-charentais Chronique 26 - Friday 5 February 2010 Poitou-Charentes ne subira pas le désengagement de l'État Chronique 25 - Wednesday 20 January 2010 Sarkozy vu par Jacques Santrot, « Il ne lui manque que quelques centimètres ! » Chronique 24 - Monday 18 January 2010 Quand Henri de Richemont flamboie... en Poitou-Charentes Chronique 23 - Saturday 16 January 2010 Les sentinelles du milieu Royal Chronique 22 - Thursday 14 January 2010 Louise Michel chez Ségolène Royal Chronique 21 - Tuesday 12 January 2010 Région : vérité nue de l'Ordre juste Chronique 20 - Sunday 10 January 2010 Ségolène Royal maîtrise la dette et les impôts Chronique 19 - Monday 7 December 2009 Que les trains et moutons photovoltaïques de Ségolène Royal vous comblent d'énergie ! Chronique 18 - Saturday 5 December 2009 Determinatio magistralis de Ségolène Royal Chronique 17 - Tuesday 27 October 2009 Tomasini le gaulliste ne but pas du petit lait chez son hôte Royal Chronique 16 - Thursday 22 October 2009 La Belle et la Dette Chronique 15 - Tuesday 6 October 2009 Ségolène Royal et l'actif-coquin Henri de Richemont Chronique 14 - Sunday 4 October 2009 Domina Ségolène Royal dolorosa Chronique 13 - Wednesday 22 July 2009 Pionnière et adroite Poitou-Charentes : le désenchantement de Sarkozy Chronique 12 - Friday 17 July 2009 Ségolène Royal, mère des New Fabris Chronique 11 - Thursday 2 July 2009 Croissance verte et polémique Bernard Tomasini chez Ségolène Royal Chronique 10 - Wednesday 1 July 2009 Remboursement de la dette selon Ségolène Royal Chronique 9 - Wednesday 13 May 2009 Terre saine : Ségolène Royal part en croisade contre les pesticides Chronique 8 - Tuesday 12 May 2009 Heuliez l'oeil ouvert, Ségolène Royal veille (acte 2) Chronique 7 - Monday 11 May 2009 Heuliez l'oeil ouvert, Ségolène Royal veille (acte 1) Chronique 6 - Sunday 29 March 2009 Heuliez et Vincent Bolloré : les foudres de Ségolène Royal Chronique 5 - Friday 20 February 2009 Poitou-Charentes, cette exemplarité européenne de Ségolène Royal Chronique 4 - Wednesday 11 February 2009 Ségolène Royal, intrépide présidente de Région Poitou-charentes Chronique 3 - Monday 9 February 2009 Poitou-Charentes : Ségolène Royal avance sa pionnière politique ! Chronique 2 - Thursday 29 January 2009 Ségolène Royal et sa miraculeuse péréquation budgétaire ! Chronique 1 - Sunday 25 January 2009 Poitou-Charentes : le préfet Bernard Tomasini invité par la présidente Ségolène Royal
 
35ème Chronique

Agriculture bio : le retour aux sources

Kritix, le Friday 12 March 2010 - 2546 consultations - Commenter la chronique

Voici quelques mois, les gouvernements Fillon pérennisaient un moratoire OGM. Dans le même temps, Poitou-Charentes innova, adaptant sa politique « Terre saine » aux talents et aux contextes ; nous parlons d'une région qui ne pratique pas les plaquages politiques trop souvent constatés dans les communes. La présidente Ségolène Royal illustra ironiquement les mérites grenello-compatibles...

Lors de la séance publique du 22 février 2010 (voir la chronique précédente), la présidente Ségolène Royal vanta les mérites du plan « bio régional » :
       « C'est un rapport très important avec un investissement majeur sur la région. Puisque comme vous le savez, le plan "bio régional" a été adopté par notre commission permanente du 25 février 2008, de manière à atteindre en 2012 une part importante de la surface agricole utile régionale convertie à l'agriculture biologique. C'est donc l'ensemble de la filière que nous mettons en place. Nous avons procédé dans cette filière comme pour les autres filières d'excellence de la région, par un appel à projets ; notamment dans le domaine des éco-industries qui a été lancé en septembre 2009. Et à ce titre aujourd'hui, 43 dossiers de candidatures ont été reçu en région, démontrant ainsi le dynamisme de notre région, son avance dans le cadre de la filière agricole et agro-alimentaire pour les produits issus de l'agriculture biologique. [...] Pour une première étape, ce sont douze dossiers qui sont présentés dans le cadre de cette commission permanente, dont 9 sont accompagnés dans le cadre des actions économiques de la région. Il s'agit d'Atlantique Alimentaire, de Fiorella qui fabrique des pattes, […] et d'un projet de création d'une unité de fabrication de beurre bio. Ces projets, je dois le dire, ont pu émerger grâce à une mobilisation forte de l'ensemble des acteurs de la filière sur le sujet, des entreprises et des partenaires — notamment du CRID pour les industries agroalimentaires — […] et les élus et les référents du territoire. »

Séance publique du Conseil régional de Poitou-Charentes du 22 février 2010.
© kritix.com

« Cet appel à projet a permis de faire émerger un projet présenté par la coopérative régionale d'agriculture biologique — je félicite le travail de Françoise Ménard et du référent de Saint Jean d'Angély, la Corab — pour la création, via un outil de collecte, de séchage, de triage, de stockage et de préparation de vin biologique. Ce projet sera porté par la Sica Silo Bio Ouest. Il constitue un véritable tournant de l'agriculture biologique parce que il a un véritable caractère structurant pour le développement de cette filière. C'est un investissement massif : 3,2 millions d'euros. La région intervenant en subventions et en capital résistance à travers le Poitou-Charentes Expansion. Et bien évidemment je voudrais rendre hommage à l'ensemble des agriculteurs bio qui se sont regroupés autour de ce projet et qui, grâce à cette énergie humaine, à cette conviction, à cette passion, font passer à la région Poitou-Charentes un nouveau seuil vers l'avenir et vers cette mutations agricoles et économiques vers l'écologie.
       Je vais passer la parole à Françoise Mesnard pour qu'elle nous donne le descriptif de cet important projet qui va structurer toute la filière dans la région et qui, je crois, on peut le dire, est unique en France. »

La conseillère Françoise Mesnard qui ne compte pas son énergie :
       « Oui, merci madame la présidente. [...] C'est à partir de l'engagement des agriculteurs du territoire qui ont su créer, d'ailleurs, la seule et unique coopérative exclusivement bio de France... autour des céréales... Et qui ont construit un modèle économique tout à fait innovant, à la fois par le conventionnement avec les transformateurs qui vont fabriquer des packs bio, d'huile de tournesol bio, et puis des biscuits bio... Et des distributeurs avec une discussion autour de la répartition de la valeur ajoutée en toute transparence ; et qui va permettre aux agriculteurs du territoire, effectivement, de vivre décemment de leur production agricole. Et en plus d'une production agricole qui va respecter l'environnement.
       Donc pour nous c'est vraiment une chance extraordinaire et, vraiment, la possibilité pour un territoire durement touché par le chômage, de retrouver espoir. Et c'est bien grâce au travail de soutien de la filière bio depuis 2004 — souvenez-vous nous avions déclaré la région anti-OGM — et c'est grâce à ce travail-là que les agriculteurs bio ont pu donc, construire ce projet. Donc merci beaucoup, madame la présidente ! »

la présidente Ségolène Royal et la conseillère Françoise Mesnard, entourées d'un Jury Citoyen, lors du Conseil régional Poitou-Charentes du 18 janvier 2010.
© kritix.com

Le conseiller de l'opposition et doyen Jean-Louis Frot souhaita intervenir :
       « C'est une affaire très importante et je suis heureux de voir que le département de Charente-Maritime et la région sont présents ensemble dans cette opération. [La gauche et la droite unie pour l'intérêt général des territoires... NDLR] Et je crois que c'était nécessaire : il le fallait eu égard aux ambitions qui sont affichées ! Et le premier volet qui est à deux doigts de décoller maintenant avec la construction des premiers silos... La sociétés d'économie mixte de l'Aunis et de la Saintonge, est engagée dans l'étude de concrétisation de cette affaire. Toutefois, il y a et c'est normal, il y a encore des interrogations. Sur les contrats que vous évoquiez à la fin du rapport... [...] Je me demande si vous ne serez pas amené, dans un délai relativement rapproché, à modifier un peu le cours des choses. Est-ce qu'il ne faudrait pas, dés maintenant, faire figurer dans le rapport la possibilité d'un réexamen juridique et probablement financier de ce dossier ? [...] En tout cas, je crois comme madame Mesnard, que cette affaire a une importance peut-être qui déborde du cadre de la région et qu'il faut absolument que tout le monde soit au coude à coude pour lui apporter la plus grande réussite possible ! »

La conseillère Roselyne COUTANT-BENIER (opposition) lors du Conseil régional Poitou-Charentes du 22 février 2010.
© kritix.com

L'opposant UMP Henri de Richemont compléta :
       « Sur cette politique, il est bien évident que l'on ne peut qu'y souscrire. Si il y a une demande de produits bio, eh bien il faut la satisfaire... Et malheureusement la demande est supérieure à l'offre au niveau nationale et c'est la raison pour laquelle il y a malheureusement une importation trop importante de produits bio. Donc augmenter la production de produits bio ne peut être qu'encouragée. Toutefois, il faut prendre en considération que l'agriculture bio ce n'est même pas 2% de la surface agricole de notre région... moi je déplore qu'il y ait, au cours des dernières années, une baisse substantielle de nos subventions à l'agriculture en général. Nous arrivons aujourd'hui par cette coopérative, à développer la filière, la production de grains bio...
       Et pour la petite histoire, j'étais à côté de Roselyne COUTANT-BENIER
[Non-inscrit de la Dynamique Régionale emmenée par l'UMP, NDLR] tout à l'heure... Et elle m'a dit qu'elle est ravie, parce qu'elle n'arrive pas à trouver de grains bio pour ses poules ! Grâce à la politique de la région, maintenant, elle trouvera du grain pour ses poules ! » ricanements... les poules UMP remercient les bonnes grâces de Ségolène Royal...

« Cela étant... cela étant, cela étant dit, je pense, madame la présidente, qu'il y a un risque ! continua Henri de Richemont. Le risque, c'est de laisser entendre à l'opinion, qu'il aurait un produit bio qui représenterait la qualité d'un côté et les produits non bio qui ne seraient pas de qualité, de l'autre. C'est cette dichotomie qui me paraît être à moi un véritable risque... Et c'est la raison pour laquelle, je pense que à côté d'encouragements aux produits bio, encore une fois si nécessaire parce qu'elle répond à un besoin, il faut véritablement tout faire et s'engager une politique de recherche très importante pour faire en sorte que on arrive à développer une agriculture raisonnée pour faire en sorte que tous les produits qui soient non bio, soient également des produits qui soient de sécurité alimentaire... Afin que tout le monde puisse retrouver une qualité d'alimentation qui préserve la santé publique. Je pense qu'il est fondamentale de préserver cette image, et qu'il ne faut pas laisser entendre que la région ne s'intéresserait qu'aux produits bio au détriment du reste de l'agriculture ; qui est facteur de développement économique tout à fait considérable pour notre région. »


Agriculture biologique : une priorité en Poitou-Charentes
envoyé par kritixTV.
La présidente-candidate Ségolène Royal défend la priorité donnée à l'agriculture biologique en région. Extrait de la séance publique du conseil régional Poitou-Charentes du 22 février 2010.

» En Poitou-Charentes, on a peu de moyens, mais on a des idées

La présidente répondit, agacée :
       « Bien je vous remercie. Je crois qu'il faut éviter de caricaturer la politique agricole de la région. La région, elle intervient en appui d'une politique agricole qui, hélas, fait si peu au niveau nationale et au niveau du gouvernement actuel qui laisse vraiment dans la misère les éleveurs laitiers de la région ! Je vais y revenir tout à l'heure, parce que nous allons soutenir la filière industrielle du lait équitable... Et ça, ça devrait être des politiques nationales ! [Sous-entendu, la région supporte indûment les obligations de l'État... NDLR] Donc la région est très en avance par rapport à ce qui ne se fait pas au niveau national.
       La seconde chose, c'est que ne caricaturez pas les choses : comme je viens de vous le dire, notre objectif est de consacrer 5% de la surface agricole utile à la culture biologique... Bien évidemment l'agriculture de qualité en général, qui n'est pas bio, est également puissamment aidée par la région ; ne serait-ce que par la reconnaissance des marques de qualité, que par tout le travail que fait l'Ircam. »

« Enfin je voudrais dire qu'en ce qui concerne les OGM, continua la présidente. Vous avez dit une chose inexacte et donc il me plaît de la relever... C'est que la région Poitou-Charentes a été la première région à avoir le courage de se déclarer région hors OGM. Et si dés 2004, si aujourd'hui il n'y a pas d'OGM, ce n'est pas grâce à une décision venue d'ailleurs.... Je vous rappèle qu'en 2004, le préfet de région avait assigné au tribunal tous les maires de notre région qui avaient pris des arrêtés municipaux pour décider que, sur leur territoire, il n'y aurait pas de cultures OGM...
       Et donc le gouvernement que vous soutenez, a envoyé les préfets assigner les maires au tribunal, pour finalement reconnaître aujourd'hui qu'en effet nous avions eu raison d'anticiper...
       — Ce n'est pas aussi simple que ça, madame la présidente !
rétorqua Henri de Richement.
       — ...d'anticiper la protection de la santé publique. Et je crois que c'est important de le reconnaître et de le souligner aujourd'hui. »
poursuivit Ségolène Royal, imperturbable.

La présidente Ségolène Royal et son vice-président Bernard Grasset, lors du Conseil régional Poitou-Charentes du 22 février 2010.
© kritix.com

« Quant à l'évolution de l'agriculture... Je pense qu'on ne rend pas service aux agriculteurs comme vous le faîtes, en leur disant que ce n'est pas la peine de bouger et que ce n'est pas la peine de lutter contre les pesticides et que ce n'est pas la peine d'évoluer... Parce qu'il arrivera un moment où sous la pression des consommateurs, l'exigence absolue sera faite d'accéder à une alimentation saine, sans pesticides. Et c'est la raison pour laquelle la région a mis aussi son objectif "Terre saine"... Je me réjouis de voir que plus d'une centaine de communes ont déjà signé l'objectif "Terre saine", et même jour après jour ils sont de plus en plus nombreux... J'espère que ce plan "Terre saine" va s'étendre aux agriculteurs [...]. Et notre rôle, c'est d'accompagner cette mutation agricole et certainement pas de la freiner. C'est ce que nous faisons aussi avec les contrats de diversifications agricoles : puisque plus de 2 000 contrats ont été signé avec des agriculteurs de l'agriculture conventionnelle, qui ne sont pas des agriculteurs bio, mais que nous encourageons à évoluer vers une agriculture beaucoup plus respectueuse de l'environnement et de la qualité de l'eau en général. »

La présidente Ségolène Royal fit adopter cette délibération à l'unanimité et poursuivit :
       « Nous passons à une délibération concomitante si j'ose dire, qui est la valorisation économique et industrielle du chanvre. Et ce second rapport porte aussi sur les retombées de l'appel à projets de la région Poitou-Charentes, portant sur la valorisation économique et industrielle du chanvre avec notamment [...] le soutien aux projets d'adaptation des structures porté par le pôle compétitivité des éco-industries... Le projet que je vous propose de soutenir est porté par une entreprise spécialiste de la substitution des pièces métalliques par des pièces en matières composites complexe... en réalisant les études, la conception, la fabrication des outillages, le moulage par injection, les finitions par soudure ultra-son, le marquage ainsi que les montages de toutes les pièces.
       Ces matériaux composites à matrice polymère sont de plus en plus utilisée dans les industries du transport. Car ils offrent à la fois la légèreté, la rigidité et de bonnes résistances mécaniques... Toutefois, ces matériaux sont actuellement constitués de renforts synthétiques en fibres de verres, en fibres de carbones, qui présentent de nombreux inconvénients en matière de respect de l'environnement et d'éco-bilan... Alors que les fibres d'origines végétales ont les avantages d'être renouvelables, d'être ni nocives, ni abrasives, de posséder une faible densité, de présenter de bonnes caractéristiques mécaniques et d'être biodégradables ! Et en plus d'offrir un débouché à des activités agricoles ! »

La présidente Ségolène Royal lors du Conseil régional Poitou-Charentes du 22 février 2010.
© kritix.com

« La SEM régionale Valagro Carbone Renouvelable Poitou-Charentes, le CRITT Matériaux de Rochefort, FUTURAMAT, le pôle des eco-Industries et la société BTC Participation ont choisi de se regrouper sur ce projet qui est un projet d'avenir très puissant. Et là aussi la capacité de ces entreprises, à la fois de recherche et de fabrication, est tout à fait exemplaire... Et dans le même rapport je vous propose de soutenir le projet de production de carbone renouvelable, porté par le pôle des éco-industries [...].
       Les objectifs de ce projet sont d'une part d'identifier toutes les cultures qui permettent de préserver les ressources en eau et de capture du carbone pour un bénéfice environnemental et agronomique en veillant bien évidemment à maintenir viables les exploitations agricoles de la région... Et également de produire localement des matières qui produiront du carbone végétal venant en substitution du carbone fossile, dans des valorisations énergétiques ou en produits issus de la chimie verte ; pour réduire la dépendance vis à vis des importations d'hydrocarbures, tout en développant les emplois et les activités en région. Il faut donc voir à partir de ces deux exemples, une fois de plus, la montée en puissance du pôle des éco-industries, des capacités de recherche, à partir de mises en synergie des entreprises éco-industrielles qui se mettent les unes avec les autres pour réaliser la totalité de la chaîne de la production vers la transformation et la commercialisation. »

Jean-François Macaire souligna :
       « L'entreprise qui rentre dans ce partenariat et qui s'appelle BTC Participation [...]. [C'est] une petite entreprise qui est en grande difficulté, qui a reçu le soutien de la région... Mais le meilleur soutien que nous pouvions lui apporter, finalement, c'était de lui apporter des aides économiques dans le cadre du développement des éco-industries, mais surtout de lui offrir de nouveaux débouchés et de nouvelles perspectives. Et c'est ce qui est en train de se passer. Ce qui nous montre un exemple à travers lequel la croissance verte peut offrir des perspectives nouvelles aux entreprises existantes, et permettre à des entreprises qui sont sur des marchés déclinants ou qui rencontrent des problèmes de compétitivité, de se redresser et de retrouver un avenir à travers cette politique de croissance verte. »

[La suite de la séance publique du 22 février 2010 : Sarkozysme : le calvaire du monde agricole]


Pour commenter cette chronique, connectez-vous...
Pour s'inscrire, cliquez-ici.
Pseudonyme
Mot de passe
Mémoriser


Mot de passe oublié ?
 
Regrets éternels en langue de bois d'un Bourget
Sans dents et sans reproches
Élan patriotique pour un 11 janvier 2015 en « balles tragiques » à mille temps
Pragmatique
Phrygien d'airain
Gastronome en talonnette courte
PPP ou l'impuissance du Politique
Jean-Marc Ayrault, payeur de Notre-Dame-des-Landes
Lepage Corinne, courage Parménide
'Shame on you' américano-hollandais
Livre tournois de Valençay
Commandement normatif
Bilderberg, la pieuvre
Bipartisme défait
Lumières de Hollande

Être tenu informé des dernières chroniques publiées en s'abonnant à ce flux RSS

Follow kritix on Twitter