En 2015, François Hollande c'est 900 euros de dette publique supplémentaire par français !
Thursday  19 October  2017
Bonne lecture !
Chronique 39 - Sunday 28 March 2010 TER : Poitou-Charentes a un train cadencé d'avance Chronique 38 - Wednesday 24 March 2010 Ségolène Royal et l'avenir d'Heuliez : une question d'honneur Chronique 37 - Sunday 14 March 2010 Heuliez : Christian Estrosi se rachète du saccage de Luc Chatel Chronique 36 - Saturday 13 March 2010 Sarkozysme : le calvaire du monde agricole Chronique 35 - Friday 12 March 2010 Agriculture bio : le retour aux sources Chronique 34 - Sunday 7 March 2010 Remontrances faites à Ségolène Royal Chronique 33 - Wednesday 3 March 2010 Les roses au poing Chronique 32 - Saturday 27 February 2010 Jury-citoyen : l'expertise de la sagesse populaire Chronique 31 - Monday 22 February 2010 Pass'contraception : Ségolène Royal dans les pas de Michelle Bachelet Chronique 30 - Friday 19 February 2010 Apprentissage selon Daniel Opic : insulte sarkozyste Chronique 29 - Monday 15 February 2010 Les coopératives ouvrières : l'Emploi autrement en Poitou-Charentes
Chronique 28 - Saturday 13 February 2010 Polémiques moins Royal que Leroy
Chronique 28 - Saturday 13 February 2010 Polémiques moins Royal que Leroy Chronique 27 - Sunday 7 February 2010 L'essor du modèle artisanal picto-charentais Chronique 26 - Friday 5 February 2010 Poitou-Charentes ne subira pas le désengagement de l'État Chronique 25 - Wednesday 20 January 2010 Sarkozy vu par Jacques Santrot, « Il ne lui manque que quelques centimètres ! » Chronique 24 - Monday 18 January 2010 Quand Henri de Richemont flamboie... en Poitou-Charentes Chronique 23 - Saturday 16 January 2010 Les sentinelles du milieu Royal Chronique 22 - Thursday 14 January 2010 Louise Michel chez Ségolène Royal Chronique 21 - Tuesday 12 January 2010 Région : vérité nue de l'Ordre juste Chronique 20 - Sunday 10 January 2010 Ségolène Royal maîtrise la dette et les impôts Chronique 19 - Monday 7 December 2009 Que les trains et moutons photovoltaïques de Ségolène Royal vous comblent d'énergie ! Chronique 18 - Saturday 5 December 2009 Determinatio magistralis de Ségolène Royal Chronique 17 - Tuesday 27 October 2009 Tomasini le gaulliste ne but pas du petit lait chez son hôte Royal Chronique 16 - Thursday 22 October 2009 La Belle et la Dette Chronique 15 - Tuesday 6 October 2009 Ségolène Royal et l'actif-coquin Henri de Richemont Chronique 14 - Sunday 4 October 2009 Domina Ségolène Royal dolorosa Chronique 13 - Wednesday 22 July 2009 Pionnière et adroite Poitou-Charentes : le désenchantement de Sarkozy Chronique 12 - Friday 17 July 2009 Ségolène Royal, mère des New Fabris Chronique 11 - Thursday 2 July 2009 Croissance verte et polémique Bernard Tomasini chez Ségolène Royal Chronique 10 - Wednesday 1 July 2009 Remboursement de la dette selon Ségolène Royal Chronique 9 - Wednesday 13 May 2009 Terre saine : Ségolène Royal part en croisade contre les pesticides Chronique 8 - Tuesday 12 May 2009 Heuliez l'oeil ouvert, Ségolène Royal veille (acte 2) Chronique 7 - Monday 11 May 2009 Heuliez l'oeil ouvert, Ségolène Royal veille (acte 1) Chronique 6 - Sunday 29 March 2009 Heuliez et Vincent Bolloré : les foudres de Ségolène Royal Chronique 5 - Friday 20 February 2009 Poitou-Charentes, cette exemplarité européenne de Ségolène Royal Chronique 4 - Wednesday 11 February 2009 Ségolène Royal, intrépide présidente de Région Poitou-charentes Chronique 3 - Monday 9 February 2009 Poitou-Charentes : Ségolène Royal avance sa pionnière politique ! Chronique 2 - Thursday 29 January 2009 Ségolène Royal et sa miraculeuse péréquation budgétaire ! Chronique 1 - Sunday 25 January 2009 Poitou-Charentes : le préfet Bernard Tomasini invité par la présidente Ségolène Royal
 
28ème Chronique

Polémiques moins Royal que Leroy

Kritix, le Saturday 13 February 2010 - 3220 consultations - Commenter la chronique

Madame la présidente de région Poitou-Charentes se montra à la hauteur de la dignité républicaine à laquelle elle se doit de répondre. Lors de la séance publique du conseil régional du 18 janvier 2010 (voir chronique précédente), madame la présidente s'appliqua à respecter scrupuleusement les droits de l'opposition, afin que le Conseil puisse être éclairé de manière contradictoire sur l'un des enjeux majeurs en région : la pérennité de l'emploi artisanal sur l'ensemble du territoire. Cette politique humaniste fut votée à l'issue du débat, suivant le code d'honneur d'une République française affranchie des sectarismes, affranchie de tous les freins à l'innovation politique ; un artisanat renforcé étant l'intérêt de tous.

la présidente Ségolène Royal, lors du Conseil régional Poitou-Charentes du 18 janvier 2010.
© kritix.com

Le conseiller et opposant Alain Garcia, pondéré et vigilant sur l'intérêt général :
       « Je crois que le problème qui me parait essentiel et sur lequel il faut mettre le maximum d'efforts, c'est dans les reprises d'entreprises. C'est un problème qui nous interpèle depuis toujours en région. C'est vrai que l'on a l'impression que c'est presque plus facile de créer une entreprise, que d'assurer la reprise de l'entreprise. [...] Et là je crois qu'il faut apporter les outils maximums pour aider à ces reprises d'entreprises ; et combien on voit d'entreprises artisanales, que se soit dans les services ou autres, disparaître faute de repreneurs, avec souvent des licenciement à la clé ! Et ça, c'est très dommageable à la qualité de l'activité artisanale sur notre territoire. Alors je souhaiterais que l'on insiste vraiment beaucoup sur les politiques en faveur de la reprise de ces entreprises. Et d'accompagnement bien sûr... »

La présidente répondit, songeuse :
       « D'accord. Alors il y a deux réponses dans ce plan. Il y a l'expérimentation sur les territoires, un territoire par département. Et puis, il y a l'annuaire électronique sur les bourses aux entreprises : ça c'est une demande des professionnels eux-mêmes. C'est vrai qu'on se rend compte que c'est tellement de travail que après la journée de travail, ils n'ont pas le temps de prospecter et même de connaître souvent les artisans — qui ne sont pas de la même profession mais sur le même territoire — avec des mises en commun de service et de prestations possibles. Donc, si il y a une dynamique à la fois de la région et de la chambre professionnelle, nous allons réussir de grandes avancées ! »

Puis intervinrent les polémiques du conseiller frontiste Alain Leroy :
       « Je crois que le laïus qui précède à la décision concernant [...] la CRMA [Chambre Régionale de Métiers et de l'Artisanat, NDLR], méconnait totalement l'esprit d'entreprise qui anime des artisans. Ce sont des hommes libres qui n'acceptent pas d'être embrigadés dans quoi que ce soit. Je vais donner pour exemple cette remise de galette officielle. Pour la première fois de la mandature, il se fait juste avant les élections, dans la salle de restaurant officielle du conseil régional ! » Le Conseil s'anima, l'opposition vitupérant... Pour apaiser la séance, la présidente intervint alors que le brouhaha se faisait envahissant.

la présidente Ségolène Royal, lors du Conseil régional Poitou-Charentes du 18 janvier 2010.
© kritix.com

Après avoir vanter les mérites des céréales régionales et de la galette de Rois, madame la présidente :
       « Cette question se retourne contre vous. Ayez au moins l'élégance de l'admettre !
       — Je dois admettre que je ne vais pas être élégant. Mais peu importe... »
Le conseiller frontiste était décidé à tenir la dragée haute à la reine des médias. Il continua, haletant :
       « Je ne pense pas que [ce plan] soit tout à fait adapté aux besoins des artisans. [...] Il faut ne pas connaître la comptabilité des entreprises pour considérer qu'ils vont se réfugier vers une solution administrative pour faire face à leurs problèmes ! […] Quand il y a des difficultés avec le banquier, c'est ni la région, ni le département, ni la commune qui va les aider : ce sont eux-mêmes ! [...] Donc je trouve que c'est de la démagogie.
       Les accès à internet... Comme ce sont des hommes libres, ils accèdent librement à Internet. Ce qu'il faut mettre à leur disposition, [...] c'est l'ADSL partout ! »
L'élu préfèrerait un accès pour tous, pour que les artisans décident librement d'y accéder : le FN exècre les règlementations administratives systématiques.

La présidente de région, très respectueuse des droits de l'opposition, répondra franchement pied à pied, sans détours aucun, les yeux dans les yeux. Parfois, l'ironie passait à la volée le filet des échanges. La majorité s'indigna devant les polémiques qui, par moment, firent rire aux éclats tout le conseil ; tandis que le conseiller frontiste contait sa « parabole du coiffeur, parce que l'on est pas très loin de Noël ». L'élu Alain Leroy aura siégé plus d'une décennie dans cette noble assemblée, qu'il quittera après les élections de 2010. Il s'agissait pour lui de faire ses adieux à l'assemblée, en provoquant l'hilarité de madame la présidente, pour une fois moins Royal que Leroy.


Polémiques moins Royal que Leroy
envoyé par kritixTV.
La présidente-candidate Ségolène Royal défend son plan d'aide à l'artisanat en région Poitou-Charentes et ses coopératives ouvrières, face au conseiller FN Alain Leroy. Extrait de la séance publique du conseil régional Poitou-Charentes du 18 janvier 2010.

Le débat se déportait alors sur les malheureuses transmissions des entreprises en région, dans ce cadre du plan d'aide à l'artisanat...

Le galant conseiller Henri de Richemont fut, comme à son habitude, chevaleresque :
       « Oui, madame, tout d'abord un peu d'humour. Moi, je regrette de ne pas avoir tiré la fève parce que j'adore choisir une reine !
       — Vous n'avez que l'embarras du choix,
fit madame la présidente, rieuse et flattée...
       — Sur le dossier qui nous préoccupe, bien entendu, je me félicite d'une nouvelle disposition qui va être votée prochainement par le parlement ; c'est de créer un patrimoine d'affectation pour les artisans [...]. Parce que aujourd'hui, il y a véritablement une injustice : les artisans et commerçants qui exercent souvent en nom propre et sans créer de société, lorsqu'il y a des difficultés, c'est tout leur patrimoine qui se trouve aujourd'hui garanti des créanciers. Le fait de pouvoir, demain, permettre aux artisans d'avoir un patrimoine d'affectation, au point de renforcer les PME, de renforcer les artisans ; [nous le soutenons].
       — Merci. Monsieur Macaire ?
fit la présidente.
       — Merci madame la présidente. En complément, pour répondre à la question de savoir la transmission de notre collègue Garcia. Moi je voudrais dire aussi que nous avons aussi beaucoup d'actions sur la transmission, qui ne figurent pas forcément dans ce document-là. Puisque à travers les garanties que nous apportons [...], nous continuons très souvent à garantir des reprises ; et c'est très fréquent ! Je voulais le dire, parce que c'est un vrai problème. Je suis tout à fait d'accord pour dire que c'est un problème qui n'est pas résolu, loin s'en faut : il y a encore beaucoup à faire ! Mais, aujourd'hui, quand un artisan manifeste le désir de transmettre et qu'il rentre dans une logique de partenariat avec une institution : il y a des moyens de l'aider ! Souvent ce qu'il se passe c'est qu'il n'y a pas d'informations et ça s'arrête un petit peu brutalement et dans ces cas-là, effectivement, il peut arriver que l'entreprise ne poursuive pas son activité. »

la présidente Ségolène Royal, lors du Conseil régional Poitou-Charentes du 18 janvier 2010.
© kritix.com

Madame la présidente remercia son conseiller :
       « Merci Beaucoup. Oui, monsieur Charbonneau ?
       — Oui, madame la présidente,
fit l'élu Jean-Romée Charbonneau (FN). En ce qui concerne l'artisanat : le tissu extrêmement important qui fait vivre nos territoires. Je vous donne les chiffres de 30 000 entreprises, 70 000 [picto-charentais] qui y travaillent. Je trouve que c'est assez peu les 125 000 euros, par rapport aux 5 millions qui ont été donné à une seule entreprise, qu'est Heuliez [...].
       — Oui, çà c'est juste un supplément,
rétorqua madame la présidente, piquée au vif. [...] [Il y a l'apprentissage] dont le montant financier global est 19 millions d'euros et ça c'est vraiment le soutien massif ; plus les subventions au centre de formation des apprentis ; plus les attributions […], c'est à dire la prise en charge gratuite de tous les matériels des apprentis, des manuels dont ils disposent, d'aides aux permis de conduire pour tous les jeunes en région qui sont reçus au CAP — 1200 euros pour passer le permis de conduire, nous sommes la seule région à faire ça. Donc, il y a toute cette aide directe et indirecte dans le secteur de l'apprentissage et bien évidemment ce que nous allons [voter] aujourd'hui, ce n'est qu'un complément des actions qui sont en partenariat avec la chambre régionale de l'artisanat. »


Ségolène Royal : «La subvention publique n'est pas un droit»
envoyé par kritixTV.
La présidente-candidate Ségolène Royal réaffirme la souveraineté d'une région sur les subventions qu'elle octroie. Extrait de la séance publique du conseil régional Poitou-Charentes du 18 janvier 2010.

L'élu Jean-Romée Charbonneau continua :
       « Personne n'est oublié, évidement ! [...] Personne n'est oublié finalement !
       — Faudrait savoir ce que vous voulez ! Si vous voulez que nous donnions plus à l'artisanat, je vous réponds ! Ce n'est pas que personne n'est oublié. C'est que tous ceux qui ont besoin d'un soutien public pour avancer, en contrepartie, il y a des droits et des devoirs ! La subvention publique n'est pas un droit, et elle donne des devoirs !
[Responsabilité républicaine doctement prescrite à tous ceux qui prônent l'assistanat, NDLR] Quand nous aidons un secteur économique, en contrepartie, nous contrôlons l'usage de ces subventions, nous les conditionnons […] à l'interdiction de licencier ou à l'interdiction de délocalliser si l'entreprise fait des bénéfices. Nous contrôlons désormais, avant [d'accorder] une subvention, si il y a des réserves financières ou des réserves bancaires : parce qu'on est pas là pour servir de banquiers ! [...] Auparavant, on recevaient des subventions sans même [qu'il y ait un contrôle], alors qu'elles avaient des réserves et qu'elles pouvaient faire face elles-mêmes […]. Nous contrôlons l'utilisation de l'argent public, et nous apportons des moyens là où il y a du potentiel de création d'activité ou d'emplois ou là où il y des problèmes de difficultés économiques.
       — En ce qui concerne les délocalisations, il n'y aura plus jamais de cas de Chiré-en-Montreuil qui se posera ? »
demanda Jean-Romée Charbonneau.

la présidente Ségolène Royal, lors du Conseil régional Poitou-Charentes du 18 janvier 2010.
© kritix.com

La présidente répondit précisément :
       « Toutes les entreprises qui délocalisent et qui ont reçues des subventions régions, sont obligées de les rembourser. Quand la région n'est pas intervenue dans des entreprises, c'est très difficile d'intervenir. Mais nous avons empêché un certain nombre de délocalisation !
       Déjà, d'abord, en aidant certaines entreprises. Nous allons passer à l'aide à la création des coopératives ouvrières. J'étais il y a quelques jours dans la SCOP — coopérative ouvrière textile à Chizé —, on a empêché la délocalisation de cette entreprise en donnant les moyens aux ouvrières de reprendre leur entreprise. Aujourd'hui elles ont des carnets de commandes pleins, et une entreprise qui devait être délocalisée, qui devait partir en Chine, est restée en Poitou-Charentes avec les ouvrières qui ont reprit le travail ; et qui fabriquent pour de grands façonniers et qui ont aujourd'hui une collection complète à fabriquer.
       Parce qu'aujourd'hui les choses sont parfois en train de se retourner ! C'est à dire que les fabricants, les créateurs, préfèrent avoir à faire à une entreprise dont ils savent qu'elle ne va pas être délocalisée, dans laquelle il n'y a pas d'abus de fonctionnement, ou de financement de tel ou tel responsable, dés que le travail est en région, est soutenu par la région et que l'entreprise ne va pas disparaitre. Donc vous voyez, il y a aussi des solutions et des façons aussi d'espérer remonter la pente ! »

Quelques contributions s'ajoutèrent, puis le plan régional picto-charentais d'aide à l'artisanat fut adopté avec l'aimable et douce approbation d'Henri de Richemont.

[La suite du conseil régional : Les coopératives ouvrières : l'Emploi autrement en Poitou-Charentes]


Pour commenter cette chronique, connectez-vous...
Pour s'inscrire, cliquez-ici.
Pseudonyme
Mot de passe
Mémoriser


Mot de passe oublié ?
 
Regrets éternels en langue de bois d'un Bourget
Sans dents et sans reproches
Élan patriotique pour un 11 janvier 2015 en « balles tragiques » à mille temps
Pragmatique
Phrygien d'airain
Gastronome en talonnette courte
PPP ou l'impuissance du Politique
Jean-Marc Ayrault, payeur de Notre-Dame-des-Landes
Lepage Corinne, courage Parménide
'Shame on you' américano-hollandais
Livre tournois de Valençay
Commandement normatif
Bilderberg, la pieuvre
Bipartisme défait
Lumières de Hollande

Être tenu informé des dernières chroniques publiées en s'abonnant à ce flux RSS

Follow kritix on Twitter