En 2015, François Hollande c'est 900 euros de dette publique supplémentaire par français !
Thursday  19 October  2017
Bonne lecture !
Chronique 39 - Sunday 28 March 2010 TER : Poitou-Charentes a un train cadencé d'avance Chronique 38 - Wednesday 24 March 2010 Ségolène Royal et l'avenir d'Heuliez : une question d'honneur Chronique 37 - Sunday 14 March 2010 Heuliez : Christian Estrosi se rachète du saccage de Luc Chatel Chronique 36 - Saturday 13 March 2010 Sarkozysme : le calvaire du monde agricole Chronique 35 - Friday 12 March 2010 Agriculture bio : le retour aux sources Chronique 34 - Sunday 7 March 2010 Remontrances faites à Ségolène Royal Chronique 33 - Wednesday 3 March 2010 Les roses au poing Chronique 32 - Saturday 27 February 2010 Jury-citoyen : l'expertise de la sagesse populaire Chronique 31 - Monday 22 February 2010 Pass'contraception : Ségolène Royal dans les pas de Michelle Bachelet Chronique 30 - Friday 19 February 2010 Apprentissage selon Daniel Opic : insulte sarkozyste Chronique 29 - Monday 15 February 2010 Les coopératives ouvrières : l'Emploi autrement en Poitou-Charentes Chronique 28 - Saturday 13 February 2010 Polémiques moins Royal que Leroy Chronique 27 - Sunday 7 February 2010 L'essor du modèle artisanal picto-charentais Chronique 26 - Friday 5 February 2010 Poitou-Charentes ne subira pas le désengagement de l'État Chronique 25 - Wednesday 20 January 2010 Sarkozy vu par Jacques Santrot, « Il ne lui manque que quelques centimètres ! » Chronique 24 - Monday 18 January 2010 Quand Henri de Richemont flamboie... en Poitou-Charentes Chronique 23 - Saturday 16 January 2010 Les sentinelles du milieu Royal Chronique 22 - Thursday 14 January 2010 Louise Michel chez Ségolène Royal Chronique 21 - Tuesday 12 January 2010 Région : vérité nue de l'Ordre juste Chronique 20 - Sunday 10 January 2010 Ségolène Royal maîtrise la dette et les impôts Chronique 19 - Monday 7 December 2009 Que les trains et moutons photovoltaïques de Ségolène Royal vous comblent d'énergie ! Chronique 18 - Saturday 5 December 2009 Determinatio magistralis de Ségolène Royal Chronique 17 - Tuesday 27 October 2009 Tomasini le gaulliste ne but pas du petit lait chez son hôte Royal Chronique 16 - Thursday 22 October 2009 La Belle et la Dette Chronique 15 - Tuesday 6 October 2009 Ségolène Royal et l'actif-coquin Henri de Richemont Chronique 14 - Sunday 4 October 2009 Domina Ségolène Royal dolorosa Chronique 13 - Wednesday 22 July 2009 Pionnière et adroite Poitou-Charentes : le désenchantement de Sarkozy Chronique 12 - Friday 17 July 2009 Ségolène Royal, mère des New Fabris Chronique 11 - Thursday 2 July 2009 Croissance verte et polémique Bernard Tomasini chez Ségolène Royal Chronique 10 - Wednesday 1 July 2009 Remboursement de la dette selon Ségolène Royal Chronique 9 - Wednesday 13 May 2009 Terre saine : Ségolène Royal part en croisade contre les pesticides Chronique 8 - Tuesday 12 May 2009 Heuliez l'oeil ouvert, Ségolène Royal veille (acte 2) Chronique 7 - Monday 11 May 2009 Heuliez l'oeil ouvert, Ségolène Royal veille (acte 1) Chronique 6 - Sunday 29 March 2009 Heuliez et Vincent Bolloré : les foudres de Ségolène Royal Chronique 5 - Friday 20 February 2009 Poitou-Charentes, cette exemplarité européenne de Ségolène Royal Chronique 4 - Wednesday 11 February 2009 Ségolène Royal, intrépide présidente de Région Poitou-charentes Chronique 3 - Monday 9 February 2009 Poitou-Charentes : Ségolène Royal avance sa pionnière politique !
Chronique 2 - Thursday 29 January 2009 Ségolène Royal et sa miraculeuse péréquation budgétaire !
Chronique 2 - Thursday 29 January 2009 Ségolène Royal et sa miraculeuse péréquation budgétaire ! Chronique 1 - Sunday 25 January 2009 Poitou-Charentes : le préfet Bernard Tomasini invité par la présidente Ségolène Royal
 
2ème Chronique

Ségolène Royal et sa miraculeuse péréquation budgétaire !

Kritix, le Thursday 29 January 2009 - 2802 consultations - Commenter la chronique

Madame la présidente de région Poitou-Charentes Ségolène Royal fait des miracles, comme en attesta la commission permanente du 15 décembre 2008. Après que le préfet eut quitté l'assemblée délibérante à Poitiers, rue de l'Ancienne Comédie, invitation inédite et prometteuse (cf chronique précédente), la présidente en politicienne avisée fit hommage à ses services, avant que ladite session ne reprenne son cour. Ségolène Royal fit montre d'une grande maîtrise budgétaire soumettant à son assemblée un budget sans impôts supplémentaires : budget où la dette finance l'Investissement. La présidente montra combien sa promesse que chaque euro perçu par la région serait un euro utile pour la région, était une promesse tenue ! Elle cultive désormais l'exemplarité faisant de Poitou-Charentes un modèle de vertu de la dépense publique ! Ségolène Royal fait donc figure d'exception dans un milieu aux menées dispendieuses !

Ségolène Royal, lors du conseil régional d'octobre 2008
© kritix.com

Le vendredi qui précéda, il fut créé une entité régionale de l'Économie renouvelable répondant des leviers de la croissance verte, avec l'aimable concours de la « banque européenne d'investissement ». Le soutien régional à la Recherche pour ce qui concerne les engagements de 2007 fut tenu ! Le levier de croissance est pour la présidence Royal un pari sur l'investissement et non le fonctionnement des rouages régaliens. « Comme le soutien aux jeunes et moins jeunes », dixit Ségolène Royal qui enchaîna « Les fréquentations des TER sont en hausse de 33%. En prévision du trafic pour la période 2012-2015, a été proposé un investissement régional de 50 millions d'euros pour les matériels, à doubler d'ici 2015 ».

« La dette régionale baisse dés 2009 ! », Ségolène Royal.

En Février prochain, un nouveau programme de télémédecine sera opérationnel. Toujours en 2009, la licence Wimax sera mise à disposition des acteurs FAI qui œuvrent déjà sur le territoire picto-charentais. En milieu rural, l'internet sera financé par la région, via un pôle gratuit ouvert à tous, en collège puis via un véhicule itinérant allant donner accès à l'internet gratuit et logiciels libres utilisés par la région depuis janvier 2008 ! La continuité du service public mise en pratique auprès de tous les picto-charentais est une priorité dont peut se targuer la présidente Ségolène Royal, non un vœu pieux...

Dans un contexte économique défavorable, le budget 2009 est donc stable, grâce à des dépenses stables et une augmentation des crédits d'investissements de 20% (redéploiement + dettes). Les avances Région et UE sur budgets précédents permirent l'augmentation, la hausse des Investissements. C'est avec aplomb que la vertueuse présidente Ségolène Royal poursuivit « J'ai fait les fonds de tiroirs : j'ai fait des économies partout où cela a été possible. C'était un travail de fourmis. Dans ce contexte, la dette régionale baisse dés 2009 ! » Faire un procès d'intention est tentant, alors tentons... Bilan magnifique aux arrières pensées nationales, mais gère-t-on la France comme une Région ? « Pt'ête ben qu'oui, pt'ête ben qu'non ! », comme dirait un régional de l'étape normande... Faut voir, tout reste à voir... Fière de son travail budgétaire, dans ce contexte difficile pour une Croissance et un développement de la Région ; et ce, malgré la Crise ! En somme, la panacée d'un tableau idyllique ! 16h35, fin de la présentation du budget 2009. A la différence notable de la piètre Communauté d'Agglomération de Poitiers qui , à ce jour, n'a toujours pas définitivement voté le financement de son budget 2009 !

Conseil régional de Poitou-Charentes, au crépuscule, décembre 2008
© kritix.com

Le conseiller et opposant UMP Henri de Richemont sortit les crocs sur les choix budgétaires : « L'éco-industrie augmente en terme d'investissements, mais ce budget baisse les crédits de paiement des équipements et infrastructures ; ceux de l'agriculture et littoral et ceux des contrats de territoires ».« Récession-Dépression si absence de plan de relance du gouvernement. Remboursement de TVA par anticipation dans le cadre d'un budget difficile », dixit le conseiller Richemont.
      
       Dans le même temps, Ségolène Royal se garda de revenir sur les manœuvres de Jean Pierre Raffarin et de Dominique Bussereau à l'Élysée. Ce dernier étant ministre des transports... il ne fallait pas compromettre les subsides nationaux et européens. « Que m' avez vous dit que vous n'avez pas demander au préfet ! », Ségolène Royal. La présidente s'en tint à son champ de compétence, suffisamment large, étendu. Surtout avec ces compensations insuffisantes : les routes n'étant selon elle pas la priorité de l'État ; Elle en tint de la responsabilité du préfet ; on n'est assurément pas sorti des faux-semblants et amabilités d'usage. Henri de Richemont fit savoir qu'il travaille avec le conseiller Jacques Santrot en toute courtoisie, malgré leurs positions partisanes qui sembleraient les opposer sur l'échiquier politique : PS vs UMP.

« Monsieur de Richemont, vous êtes comme Saint Paul ! », Bernard Grasset, vice président.

La croissance des Investissements ralentie, tandis que celle des besoins en Investissements s'accélère ! Remettre en cause les Investissements n'est pas chose entendue : Ségolène Royal défendit son bilan, « Faire un budget avec la baisse de la dette, aucune autre collectivité territoriale ne l'a fait ». Ségolène Royal rappela son intransigeance : qu'elle sut récupérer les subventions alloués par son administration et non utilisées. Le maire de Rochefort-sur-mer et vice président Bernard Grasset versa dans les métaphores bibliques, à la surprise de tous ; l'incongruité de la circonstance fit sourire tout son monde, atténua la portée des propos censés être importants. « Monsieur de Richemont, vous êtes comme Saint Paul ! Nous ne sommes plus cigales, mais fourmis », Bernard Grasset assume ses choix de rigueur à la différence de la CAP et de la ville de Poitiers pour ce qui a trait à la gestion des finances publiques. « Je suis comme saint Thomas, j'attends pour voir », rétorqua non sans humour ou ironie c'est selon, Henri de Richemont. Citations évangéliques... ces curiosités rhétorique qui laissèrent la présidente Ségolène Royal songeuse.

Ségolène Royal, lors du conseil régional d'octobre 2008
© kritix.com

Henri de Richemont toujours plus incisif : « Quel est l'effort sur la relance dans le budget ? La compétence est-t-elle un argument ? Vous refusez la sortie de crise ! » Ségolène Royal toujours plus en confiance, rassérénée : « J'ai anticipé les éco-industries, il y a 4 ans, j'ai dénoncé le Grenelle de l'environnement. J'ai sollicité la caisse des dépôts et j'ai reconnu votre vote monsieur de Richemont. Si l'augmentation de la part de l'État passe à 50%, la Région sera loyale ; si loyauté sur l'augmentation, j'augmenterai les investissements dans les éco-industries ». Henri de Richement défendit, becs et ongles, son fief bien doté en éco-industries... Quels qu'en furent les moyens ! Ségolène Royal, sévère et tendue devant une évidente mauvaise foi, se reprenant : « Le paquet fiscal est supprimé pour 13% des français mais qui équivaut à 8 millions de salariés... Les scandales financiers US ont touché ce week-end les banques françaises ! Citons le scandale des crédits revolving », dixit ce parangon de vertu qui fut toujours contre le crédit à la consommation et sa publicité, Ségolène Royal honnissant les cyniques de la Sarkozie ! L'hebdomadaire satirique « le canard enchaîné » fit maintes fois référence aux positions présidentielles de Nicolas Sarkozy, visant à soutenir depuis l'été dernier l'augmentation de la consommation des ménages, pour une non assumée rentrée de tva, une hausse de la croissance heurtée à l'appauvrissement des français que ledit « revolving » voudrait accélérer pour le plus grand intérêt de la politique de court terme du président Sarkozy.

« Il y a scandale sur les nationalisations partielles sans contreparties des banques françaises ! », Ségolène Royal.

« Il devrait être fait des autorisations sur les 18 % de publicités télévisuelles que sont celles des crédits à la consommation ; cet abus de la crédulité populaire ! Quel cynisme ! » Ségolène Royal, loin d'être bourrue, plus volontaire que jamais, toujours plus éprise de cette colère froide «  Il y a scandale sur la mauvaise répartition des richesses ! Il y a scandale sur les nationalisations partielles sans contreparties des banques françaises ! ». Ségolène Royal se tue et laissa la parole à la conseillère Marie Legrand qui intervint sur notre empreinte écologique planétaire en inquiétante augmentation. Augmentation bien supérieur à l'absorption de nos polluants par la biomasse et les écosystèmes. Selon elle la contre-réaction seraient la « croissance du mieux-être ! Inépuisable ! » L'autonomie énergétique, les formations visant à réduire la volatilité de l'emploi. 1992 : conférence sur le développement durable à Rio où Ségolène Royal représentait la France. Le sujet Développement-Durable était méprisé en son temps par les grandes puissances, ce qui expliqua pourquoi Ségolène Royal eut ce dossier ; elle qui fut toujours marginalisée dans le parti socialiste par les pontes, les éléphants qui toujours trompèrent énormément...

Ségolène Royal présidant une séance tardive du conseil régional, décembre 2008
© kritix.com

Marie Legrand insista pour qu'il y ait une « meilleure association des politiques des régions de France. Qu'il y ait une participation de l'État. On ne peut que déplorer le désengagement global de l'État » (dont le préfet s'était défendu en début de séance). Elle continua « En Poitou-Charentes, démonstration est faite depuis 4 ans » que le développement durable n'est pas une chimère. Ségolène Royal remercia beaucoup la conseillère Marie Legrand. La présidente fut très attentive à cette intervention, pour avoir toujours considéré la posture politique de l'Écologie comme stratégique dans sa carrière et image politique ; encore une fois le procès d'intention ne serait pas loin... Ségolène Royal, « De la Crise: le pire est à venir ! Elle est financière, systémique ! Je veux contribuer à apporter des solutions.  » Crise qui atteindrait tous les objets de civilisations...
      
       « Une nation sans politique industrielle n'a pas d'avenir », dixit le conseiller Paul Fromonteil qui développa : « Les milliards vont vers les banques, la marge bancaire augmente scandaleusement : l'argent public rapporte prioritairement aux banques ! Pour ce qui est du sous-traitant que sont les fonderies du Poitou : Peugeot et Renault ont donné 1 milliard d'euros de dividendes aux actionnaires ! » Dans le même temps ces deux entreprises usent de variables d'ajustements. Le conseiller Paul Fromenteil s'indigna « L'ajustement ne doit pas que se faire sur les salaires et l'écrasement des qualifications ! On voudrait un contrôle social du crédit pour une véritable relance... Autant demander aux loups de ne pas manger ses brebis ! La morale n'est pas le profit... Je vous conseille un actuel succès de librairie : le tome 3 du Capital de Karl Marx ! »

« Messieurs le Capital et le Travail, calmez-vous ! », Ségolène Royal.

Le conseiller Jacques Santrot s'écria « Tu ne l'as même pas lu ! ». Interloqué le conseiller communiste Paul Fromonteil s'arrêta net. Ségolène s'en amusa et se prit à sourire de ce folklore local, du pittoresque de la situation. Les conseillers Henri de Richemont (UMP) et Jacques Santrot (PS) vinrent à parler vivement mais très second degré sur Karl Marx et la Crise. Ségolène Royal devant le comique de la situation mit tout le monde d'accord dans cette ambiance de franche camaraderie : « Le marxisme est aussi une grille d'analyse ! Messieurs le Capital et le Travail, calmez-vous ! » On se passionna avec humour pour ce déséquilibre actuel entre Capital et Travail. Le conseiller Alain Leroy déplora que les « dépenses de fonctionnement des assemblées s'accroissent de 10% ».

17h20 : vote du budget 2009. Des délibérations ordinaires suivirent pendant une bonne heure jusqu'à ce que la présidente lève la séance.


Pour commenter cette chronique, connectez-vous...
Pour s'inscrire, cliquez-ici.
Pseudonyme
Mot de passe
Mémoriser


Mot de passe oublié ?
 
Regrets éternels en langue de bois d'un Bourget
Sans dents et sans reproches
Élan patriotique pour un 11 janvier 2015 en « balles tragiques » à mille temps
Pragmatique
Phrygien d'airain
Gastronome en talonnette courte
PPP ou l'impuissance du Politique
Jean-Marc Ayrault, payeur de Notre-Dame-des-Landes
Lepage Corinne, courage Parménide
'Shame on you' américano-hollandais
Livre tournois de Valençay
Commandement normatif
Bilderberg, la pieuvre
Bipartisme défait
Lumières de Hollande

Être tenu informé des dernières chroniques publiées en s'abonnant à ce flux RSS

Follow kritix on Twitter