En 2015, François Hollande c'est 900 euros de dette publique supplémentaire par français !
Thursday  24 August  2017
Bonne lecture !
Chronique 39 - Sunday 28 March 2010 TER : Poitou-Charentes a un train cadencé d'avance Chronique 38 - Wednesday 24 March 2010 Ségolène Royal et l'avenir d'Heuliez : une question d'honneur Chronique 37 - Sunday 14 March 2010 Heuliez : Christian Estrosi se rachète du saccage de Luc Chatel Chronique 36 - Saturday 13 March 2010 Sarkozysme : le calvaire du monde agricole Chronique 35 - Friday 12 March 2010 Agriculture bio : le retour aux sources Chronique 34 - Sunday 7 March 2010 Remontrances faites à Ségolène Royal Chronique 33 - Wednesday 3 March 2010 Les roses au poing Chronique 32 - Saturday 27 February 2010 Jury-citoyen : l'expertise de la sagesse populaire Chronique 31 - Monday 22 February 2010 Pass'contraception : Ségolène Royal dans les pas de Michelle Bachelet Chronique 30 - Friday 19 February 2010 Apprentissage selon Daniel Opic : insulte sarkozyste Chronique 29 - Monday 15 February 2010 Les coopératives ouvrières : l'Emploi autrement en Poitou-Charentes Chronique 28 - Saturday 13 February 2010 Polémiques moins Royal que Leroy Chronique 27 - Sunday 7 February 2010 L'essor du modèle artisanal picto-charentais Chronique 26 - Friday 5 February 2010 Poitou-Charentes ne subira pas le désengagement de l'État Chronique 25 - Wednesday 20 January 2010 Sarkozy vu par Jacques Santrot, « Il ne lui manque que quelques centimètres ! » Chronique 24 - Monday 18 January 2010 Quand Henri de Richemont flamboie... en Poitou-Charentes Chronique 23 - Saturday 16 January 2010 Les sentinelles du milieu Royal Chronique 22 - Thursday 14 January 2010 Louise Michel chez Ségolène Royal Chronique 21 - Tuesday 12 January 2010 Région : vérité nue de l'Ordre juste Chronique 20 - Sunday 10 January 2010 Ségolène Royal maîtrise la dette et les impôts Chronique 19 - Monday 7 December 2009 Que les trains et moutons photovoltaïques de Ségolène Royal vous comblent d'énergie ! Chronique 18 - Saturday 5 December 2009 Determinatio magistralis de Ségolène Royal Chronique 17 - Tuesday 27 October 2009 Tomasini le gaulliste ne but pas du petit lait chez son hôte Royal Chronique 16 - Thursday 22 October 2009 La Belle et la Dette Chronique 15 - Tuesday 6 October 2009 Ségolène Royal et l'actif-coquin Henri de Richemont Chronique 14 - Sunday 4 October 2009 Domina Ségolène Royal dolorosa
Chronique 13 - Wednesday 22 July 2009 Pionnière et adroite Poitou-Charentes : le désenchantement de Sarkozy
Chronique 13 - Wednesday 22 July 2009 Pionnière et adroite Poitou-Charentes : le désenchantement de Sarkozy Chronique 12 - Friday 17 July 2009 Ségolène Royal, mère des New Fabris Chronique 11 - Thursday 2 July 2009 Croissance verte et polémique Bernard Tomasini chez Ségolène Royal Chronique 10 - Wednesday 1 July 2009 Remboursement de la dette selon Ségolène Royal Chronique 9 - Wednesday 13 May 2009 Terre saine : Ségolène Royal part en croisade contre les pesticides Chronique 8 - Tuesday 12 May 2009 Heuliez l'oeil ouvert, Ségolène Royal veille (acte 2) Chronique 7 - Monday 11 May 2009 Heuliez l'oeil ouvert, Ségolène Royal veille (acte 1) Chronique 6 - Sunday 29 March 2009 Heuliez et Vincent Bolloré : les foudres de Ségolène Royal Chronique 5 - Friday 20 February 2009 Poitou-Charentes, cette exemplarité européenne de Ségolène Royal Chronique 4 - Wednesday 11 February 2009 Ségolène Royal, intrépide présidente de Région Poitou-charentes Chronique 3 - Monday 9 February 2009 Poitou-Charentes : Ségolène Royal avance sa pionnière politique ! Chronique 2 - Thursday 29 January 2009 Ségolène Royal et sa miraculeuse péréquation budgétaire ! Chronique 1 - Sunday 25 January 2009 Poitou-Charentes : le préfet Bernard Tomasini invité par la présidente Ségolène Royal
 
13ème Chronique

Pionnière et adroite Poitou-Charentes : le désenchantement de Sarkozy

Kritix, le Wednesday 22 July 2009 - 3423 consultations - Commenter la chronique

Caprin, c'est fini ! Surement pas en Poitou-Charentes... La présidente Ségolène Royal réhabilita l'élevage caprin traditionnel, dans un process renouvelé. Sa formation d'énarque de la promotion Voltaire lui fut bien utile... La chèvre de madame Royal, ce fabliau déjà mémorable...

C'est là que les athéniens, s'atteignirent... Détestation... Vas-y rame, rame... ! Pionnière, Ségolène Royal ensorcela le préfet ! Madame la présidente le snoba, un temps, comme le firent les autorités régaliennes lors du voyage présidentiel de Nicolas Sarkozy en Région. Le préfet avait alors fait savoir que Ségolène Royal n'était pas la bienvenue... Le règlement de compte s'est fait le 6 juillet 2009 à fleurets mouchetés, après la polémique du courriel, pourriel mouillé... L'ambiance, comme si vous y étiez... Dans ce climat insurrectionnel, le préfet de Région Poitou-Charentes Bernard Tomasini, mielleux, s'expliqua, osa une ségolinade doublée d'une raffarinade avec le passage d'une « défiance permanente à la confiance participative ». Ami du ministre Charles Pasqua, ministre qui va répondre de ses actes devant la cour de justice de la république, Bernard Tomasini, homme loyal, saura lui porter, en confiance, n'en doutons pas, un soutien indéfectible...

Le préfet de région Poitou-Charentes Bernard Tomasini (à gauche) et la présidente de région Poitou-Charentes Ségolène Royal (à droite) lors du Conseil régional Poitou-Charentes du 6 juillet 2009.
© kritix.com

Cette séance publique du Conseil régional Poitou-Charentes du 6 juillet 2009 porta aux nues l'esprit d'entreprendre de Ségolène royal, protectrice des salariés insurgés ! Laquelle tendit la main aux sans-grades, ces sacrifiés répondant humainement à une violence par une autre violence : la violence légale d'un côté, la violence éthique de l'autre. Ségolène Royal parlera d'un dû ; la présidente ne condamna pas les menaces d'atteinte aux biens, c'est à dire au droit de propriété...

Le préfet de région fut soudainement prit sous les feux nourris du vice-président Paul Fromonteil, « Comment n'y aurait-il pas de défiance, lorsqu'on constate que les résultats vont toujours en s'aggravant et que dans la vie de chacun, on ne trouve pas les raisons qui font qu'on peut croire en son avenir ?! Il y a quelque chose de profond qui ne touche pas seulement l'engagement politique et social, mais qui touche l'engagement civique, le sens même de la vie des hommes et des femmes touchés par l'ampleur de la crise ! »
      
       Par suite, il fut fait état des lacunes de l'état sarkozyste. Paul Fromonteil ému, lui qui travailla dans le ministère Gayssot à la création des lignes LGV, mais certainement pas en vue de financements par les collectivités locales ! Les dossiers LGV, selon lui et les honnêtes responsables, sont déjà bouclés au ministère des transports, « Il s'agit de remplir des engagements et des nécessités ! Mais nous sommes d'accord avec la création de la Ligne à Grande Vitesse. Mais nous ne pouvons pas accepter que ce soit les collectivités territoriales qui soient ponctionnées dans les difficultés où elles sont. C'est à dire que [nous ne pouvons accepter que] l'investissement soit publique, alors que par la privatisation d'une ligne qu'il avait promise au privé, les intérêts et les profits qui vont en être tirés aillent au privé. C'est une conception républicaine que nous ne partageons pas, parce qu'elle n'est pas républicaine ! C'est pourquoi nous sommes tout à fait pour la ligne qui est une nécessité absolue et tout à fait contre la façon dont on envisage le financement ! »

Paul Fromonteil enfonça le clou avec, « Les questions de fond : quel est le rôle, la politique de l'État ? Comprenez que lorsque les gens de chez Fabris viennent vous dire que les promesses n'ont pas été tenues, ils ont quand même quelques rasons de le dire et de le faire, car ils ont entendu, comme les 18 millions de français, le président de la république dire qu'avec les 3 600 000 € qu'il donnerait pour les équipementiers cela signifierait aucune fermeture de site, pas de licenciements ! Or, il est exactement le contraire de cette situation ! Comment n'y aurait-il pas une colère, parfois le désespoir qui peut se traduire par des gestes violents, lorsqu'on a cette situation ?! Alors je crois que ça, monsieur le préfet, mérite un débat sur le fond ! […] Vous pouvez jouer sur les stratégies industrielles ! [Il faut] des critères de développement humain, un débat contradictoire ! [...] Pour sauver la banquise, il faut s'attaquer aux banquiers ! »
       L'homme de bien, Henri de Richemont enhardi, jubilant sur son petit nuage, « J'ai retrouvé le Paul Fromonteil que j'aime ! » Sa fibre d'avocat l'emporta sur sa fibre politique !

Le préfet de région Poitou-Charentes Bernard Tomasini (à gauche) et la présidente de région Poitou-Charentes Ségolène Royal (à droite) lors du Conseil régional Poitou-Charentes du 6 juillet 2009.
© kritix.com

Qu'il est doux de ne rien faire quand tout s'agite autour de nous, eut pu dire le préfet Bernard Tomasini... La tirade du loup végétarien de Bernard Grasset, vice-président régional, sut charmer tous les bancs...

La conseillère régionale Marie Legrand, incisive, ironique, tourment du préfet sur le Grenelle de l'Environnement, le bizuta, le mit sur le gril pictave, le dressa dans la pionnière région ! Et lança, pugnace « J'ai découvert avec plaisir que de nombreuses préconisations avaient déjà été mises en place en Poitou-Charentes, comme vous l'avez dit tout à l'heure en nous nommant 'région pionnière' ! »
      
       « J'ai repéré 18 exemples qui nous concernent, mais il y en a une quarantaine voire plus : dans les domaines du bâtiment, des transports, de l'énergie, de la biodiversité, de l'agriculture... Nous avons été à l'origine du changement de vocabulaire : les biocarburants sont devenus agrocarburants, c'est la définition du Grenelle désormais ! […] Sur la diversité, je ne prends pas d'exemples, ils seraient trop nombreux ! [ndr : le ton de la conseillère tendait Ségolène Royal] […] Des projets de maisons en bois ont été refusées par les services de la préfecture ! [ndr : Ségolène Royal ria, Bernard Tomasini piqua du nez dans ses très intéressants feuillets... La présidente se délecta de l'embarras préfectoral, à quelques centimètres de distance seulement] J'en ai finit de mes exemples pris dans votre document. »

« Lors de la session de juin, nous avons présentés un ambitieux dossier qui s'intitulait 'conversion écologique de l'économie et croissance verte de l'emploi' et qui a retracé l'action engagée par la région depuis 2004, l'action actuelle et 12 nouvelles pistes en la matière. [...] On [ndr : les services de la préfecture sur l'irrigation intensive] a accepté de mettre en péril l'alimentation en eau potable et la vie des milieux aquatiques ! »

« En mars 2006, Poitou-Charentes a établit un schéma régional éolien. Nous avons un potentiel de 780 mégawatts, or nous en sommes qu'à 100 mégawatts installés ! Allez vous enfin, monsieur le préfet, favoriser la libération de l'éolien sur tout le territoire de Poitou-Charentes ? Dans l'hypothèse d'une collaboration conjointe avec les services de l'État, quels seront les moyens supplémentaires pour réaliser les projets ambitieux autour des 13 thématiques abordées ? […] Il est très décevant, quand je vois l'ambitieux programme du Grenelle de l'Environnement, de constater que la demande la plus pressante concerne toujours plus de routes, toujours plus de voitures, toujours plus de camions ! Est-ce la mutation durable dont vous parliez tout à l'heure ? »

Bernard Tomasini reconnut, bien obligé, le bien fondé de la pionnière politique de son hôte... Ségolène Royal avait été en d'autres temps et d'autres lieux contre le bizutage...

16h18, départ du préfet.


Heuliez New World
envoyé par kritixTV.
Ségolène Royal (présidente), Henri de Richemont (conseiller UMP) et Alain Leroy (conseiller FN) débattent sur l'engagement de la région Poitou-Charentes aux côtés d'Heuliez New World, fabricant de voitures électriques.

Ce n'était pas la cour des miracles : Heuliez New World, we are the people ! Ségolène Royal les rendit tous chèvres ! Non au Futuroscope de la chèvre ! L'opposant UMP Henri de Richemont devint fou du fond d'investissement régional et ulcéré par les jurys-citoyens, préoccupé par l'art contemporain... Ironie de l'histoire, en mal de ségolinade, le préfet invoqua une « solidarité dynamique » en région : langue de bois local certifié !

Après le piteux départ de monsieur le préfet de région Bernard Tomasini, la séance publique reprit son cours normal. L'irrigation intensive, ça, c'est ce que l'on appelle un moment d'olibrius. Moment, loin s'en faut ? Moment où le préfet fit savoir qu'il ne fallait pas opposer les uns aux autres, mais faire des compromis... Il répondait à la conseillère Marie Legrand qui s'inquiétait un peu trop fort à son goût de l'étiage de la rivière du Clain... Le préfet s'en tint à la réglementation et non au principe de précaution.

Le conseiller Jacques Santrot se félicita du projet LGV et s'éleva contre les verts ; Ségolène Royal garda le silence...

Ségolène Royal, « Je veux rendre hommage aux salariés d'Heuliez qui ont toujours été dignes. Je vous propose de consolider des offres de soutien. [...] L'État a rejoint la région. Je remercie madame la préfète des deux-sèvres. J'espère aucun licenciements secs et des reconversions possibles. » Trois abstentions sur la délibération de soutien à Heuliez et l'excellence environnementale.

Par le passé, Madame Royal se montra réservée par deux fois sur le vocable de madame Marie Legrand, « Cela n'engage que vous ! », disait-elle. La conseillère Marie Legrand utilisa, il y a plus d'un an, le mot peste ; en juin 2009, le mot collabo... Madame Royal fit toujours savoir que l'inconscient collectif n'est jamais très loin pour sanctionner les excès de langage...

Elle dira de monsieur Henri de Richemont, ce 6 juillet, « Vous êtes un homme de bien ! » (sic). Selon elle, au son du service de l'état, c'est « leur dû » (pour ce qui concerne les salariés déchus de New Fabris) ! Lequel rétorquera, droit dans ses chausses, « j'ai toujours choisi de défendre ! »

16h34, la présidente fit lecture de l'appel à projet relatif au fond d'investissement de la région. Le conseiller Henri de Richemont se montra coopératif et très intéressé par le sujet. Pour rien au monde, il n'eut voulut rater cette aubaine ! Ségolène Royal prit soin de le faire saliver : elle sait comment s'y prendre. Comme quoi la bonne gestion parle à tous...


Les chèvres aux champs !
envoyé par kritixTV.
La présidente Ségolène Royal se montra décidée à réintroduire les chèvres sur le territoire de la région Poitou-Charentes. L'opposant UMP Henri de Richemont déplora l'arrêt de mort unilatéral de cabrilia, le "futuroscope de la chèvre" dixit Ségolène Royal.

Ségolène Royal, auto-protectrice de l'aménagement du territoire au fort potentiel politique, économique et environnemental, consacra ses bienfaits sur la route du beurre AOC, du Chabichou, de la filière caprine... 16h40, en ce qui concerne les départs à la retraite des éleveurs caprins : il faut, selon Ségolène Royal, défendre le savoir-faire par le biopôle caprin : le Caprin ce n'est pas fini, mais la présidente ne veut plus de Cabrilia, ce « Futuroscope de la chèvre » en grand déficit. Des appels à projets ont été lancé sur des bâtiments évolutifs, peu gourmands en énergie et sur des techniques permettant une meilleur autonomie fourragère des éleveurs caprins, pour développer l'alimentation des chèvres à l'air libre.

Une conseillère de la majorité, « Poitou-Charentes reste la première région de production caprine ! ». Henri de Richemont demanda ostensiblement la parole.
       Ségolène Royal, ironique, « Oui, monsieur de Richemont, spécialiste de l'élevage Caprin ! » La présidente connaît tout de l'intimité rurale de son opposant de prédilection... Lequel bon joueur, « Les chèvres ont disparu de nos territoires et je le déplore ! C'est une question tout à fait innocente : quelle différente y-a-t-il entre le biopôle que vous avez créée et Cabrilia ? »
       « Aaaaaaah », fulmina la majorité réjouie...
       Madame Royal, impériale, provoqua malicieusement, « Ce sont des vrais éleveurs ! Ils ne sont pas mis sous globe pour les touristes : ce sont des vrais ! [ndr : Puis, elle railla] Les séjours à la ferme, in situ ! »
       Une conseillère expliquera que le biopôle n'est pas un musée comme Cabrilia, mais un lieu de rassemblement des professionnels de la filière caprine qui va de la production de la matière première jusqu'au produit fini destiné à la commercialisation. Ségolène Royal dénonça Cabrilia, sorte de réserve caprine en dehors de la réalité des territoires et ne concernant pas une espèce en voie d'extinction !

La présidente de région Poitou-Charentes Ségolène Royal lors du Conseil régional Poitou-Charentes du 6 juillet 2009.
© kritix.com

Henri de Richemont, goguenard, gouailleur, « C'est qu'on y croit, madame la présidente, au Futuroscope de le chèvre ! [ndr : et pour excuser les malheureux déficits, il ajouta] C'était le début... »
       Ségolène Royal incisive, « … Le début de la fin, oui ! Il faut investir pour maintenir les éleveurs sur leur lieu de travail, de production, d'élevage ; pour que les touristes aillent vers les éleveurs ; où on peut faire en plus de la multi-activité. C'est-à-dire l'accueil à la ferme, le développement touristique, l'élevage, la remise des chèvres à l'herbe, sur le terrain, dans les communes, dans les villages pour faire de la vitalité régionale, plutôt que de faire cumuler, de rassembler tout le monde dans une seule vitrine, [ndr : elle marqua un temps] au bord d'une route, où les chèvres parquées dans un espèce de musée ! Alors que c'est la réalité du territoire, les chèvres dans l'identité rurale de la région ! On n'a pas à les parquer, pour que les enfants puissent voir des chèvres parquées ! Qu'ils aillent dans les fermes, sur la route du chabichou, effectivement ! »

« [Elle sont quand même] parquées quelque part ! Autrefois on les gardait. Ils faut les surveiller ! », Henri de Richemont, moqueur sur cette mythologie de l'école communale, se mit à partir dans un délire pastorale et régionaliste dans une mauvaise foi qu'il prit le soin de rendre caricaturale...
       La présidente, sûre de ses prérogatives, « C'est ça l'enjeu de ce projet ! C'est beaucoup plus authentique [que Cabrilia]! » Elle écoute ceux « qui savent de quoi ils parlent » puis administre la Région pour optimiser écologiquement l'aménagement du territoire avec le biopôle, centre de recherche pour diffuser la filière caprine sur l'ensemble du Poitou-Charentes...

Un conseiller fit remarquer que les chèvres ne devait pas beaucoup brouter à Cabrilia... Amusé, Henri de Richemont s'enticha d'un « Mais si ! Je suis sincère ! »
       Ce à quoi Ségolène Royal répliqua souriante, pas dupe de la mascarade, « Monsieur de Richemont, vous n'avez pas raison là dessus […] Les chèvres faut les voir dans les champs, pas dans les réserves ! »
       Henri de Richemont, répliqua, boute-en-train « Si je suis muté ? [Je ne pourrai pas voir ces chèvres...] » Pour la gouverne, le conseiller a reçu des missions de son ami et ministre Dominique Bussereau à qui il a fait part de sa récréation régionale... Ce dernier faisant savoir qu'il y goûterait bien une jour...

Commission permanente du Conseil régional Poitou-Charentes du 6 juillet 2009.
© kritix.com

Le Conseil se pencha sur le programme de la formation professionnelle en région, « la reconversion économique de la région, l'apprentissage dans l'enseignement publique ; les ressources des exploitations, charges ; [ces éléments doivent] bénéficier des moyens des taxes professionnelles. Pour ce qui concerne l'aide régionale, c'est du 'donnant-donnant' avec les entreprises »
       Ségolène Royal, « C'est une très bonne idée que cet accès au plan de formation des collectivités territoriales. Les apprentis ne doivent pas être défavorisés. Les jeunes en formation [...] Le BAFA, est un grand succès en région ! » L'insertion est touchée par la crise économique ! En matière de formation professionnelle, la région permet une structure d'insertion par l'activité économique : elle mutualise les heures avec les relais territoriaux. Aussi, on mit en garde contre les procédures dérogatoires qui créent des exemptions.

Ségolène Royal, solidaire des maltraitances de la financiarisation, « Je vous propose de garantir à hauteur de 50% les prêts nécessaires à la couverture des investissements et du besoin de fond de roulement. […] Nous croyons à l'avenir [d' Heuliez New World] ! […] C'est dommage que les autres constructeurs français restent en position de compétition et non pas de synergie par rapport à un véhicule qui sera bien loin d'occuper la manne du créneau mondial ; le marché mondial qui représente à très court terme, le véhicule électrique... » Le PDG de Renault-Nissan, Carlos Goshn, fit savoir en commission de l'assemblé nationale présidée par le député patrick Ollier, (conjoint de madame la ministre de la justice Michelle Alliot Marie), sur LCP, que Renault veut développer ses propres technologies de moteur électrique. C'est à dire ne pas laisser Renault perdre la partie de l'innovation : sceau d'une grande marque. Pour une Alliance Renault-Nissan-Heuliez, c'est niet ! Gageons un zéro pointé pour le maître de l'Élysée, dont la signature pourrait changer l'avenir d'Heuliez au sein d'une multinationale française ! C'est curieux, on nous disait que Nicolas Sarkozy défendait l'intérêt général, celui des français ? Sur ce point, il n'en est rien.

La conseillère Marie Legrand demanda que l'on fit un lexique sur les déclinaisons de l'écologie dans l'agriculture ; ce fut enregistré. Le Grenelle de l'Environnement, opportunément choisit comme marketing quinquennal par un Nicolas Sarkozy qui abuse avec addiction, décomplexé, de la rhétorique écologiste...; Ce marketing vient à point nommé pour faire une « empreinte écologique », marque, au service des vieilles logiques polluantes de l'économie dérègulée.

La présidente de région Poitou-Charentes Ségolène Royal lors du Conseil régional Poitou-Charentes du 6 juillet 2009.
© kritix.com

17h30, Ségolène Royal fit adopter l'égalité républicaine dans sa politique, par un système de rangement universel et régional des œuvres pour que tous les citoyens puissent accéder à l'art : l'art accessible à tous quelque soit sa bonne fortune. Elle illustra aussi l'égalité par le micro-crédit régional.

Dans un sursaut, Ségolène Royal griffa l'UMP, « Le logement social est déficitaire à Royan ! » Royan est une ville où le ministre Dominique Bussereau a ses habitudes... Ségolène Royal, « La communauté d'agglomération de Royan peut très bien participer au logement social : il faudra suivre le dossier de près... » On peut faire confiance à la présidente...

Sur une délibération, Marie Legrand se montra défavorable au sport mécanique. Ségolène Royal, surprise, s'en défendit, « C'est un sport d'insertion... » Le service, voilà ce qui la préoccupe...
       Tenace Marie Legrand, « On peut s'insérer autrement ! » Elle n'a pas tort...

Chevaleresque et cavalier, le conseiller Henri de Richemont, rattrapé par son titre de noblesse d'épée, indiqua que les Jurys Citoyens lui évoquaient les jurys populaires de cour d'assises. Pour lui, le Pouvoir doit revenir aux élus... Pour l'intransigeante Marie Legrand, plus on est à partager le pouvoir, mieux c'est pour éclairer les choix des décideurs... De même, pour la présidente, les jurys citoyens « éclairent » le choix régional... Marie Legrand, « Il n'y a pas que les élites qui peuvent avoir une opinion. [...] Il y eut beaucoup de débats contradictoires, riches d'enseignements ! »
       Henri de Richemont, « Vous voyez que je suis minoritaire ! »
       Ségolène Royal à son opposant préféré, « L'important est de faire des propositions pour avancer ! » Elle est agaçante, dieu qu'elle est agaçante, celle que certains de l'opposition affuble du coquet sobriquet d'institutrice ! Madame Royal est très adroite, n'envoyant paître que les chèvres...

Petit intermède pittoresque du conseiller Jean François Macaire, « la région soutient Aubade ! » Un comble pour ce fabricant de soutiens...

17h18, votes, délibérations en rafale...


Florilège d'une politique pionnière en Poitou-Charentes
envoyé par kritixTV.
Divers extraits de la séance publique du Conseil régional Poitou-Charentes du 6 juillet 2009. La présidente Ségolène Royal poursuivit sa politique pionnière en région, notamment avec les jurys citoyens dont l'objet est d'obtenir une politique toujours plus clairvoyante.

Une conseillère scanda la doctrine jury-citoyen, « Après les forums, les budgets participatifs, nous avons mis en place le premier jury-citoyen en avril-mai 2008 ! Les membres, 26 participants, ont été tirés au sort sur l'annuaire téléphonique. [...] La mission de ce jury citoyen est d'évaluer la politique régionale de réduction des gaz à effet de serre […] Depuis un an, le conseil régional a travaillé sur les 30 propositions du jury pour améliorer les dispositifs existants sous la houlette de Marie Legrand. Vous trouverez ces travaux dans ce document, 'la région Poitou-Charentes rend compte aux jurys citoyens'. [...] C'est un levier d'ajustement essentiel dans le cadre de la croissance verte dans laquelle la région travaille maintenant depuis 5 ans ! Nous nous étions engagés à prendre en compte l'avis du 'jury-citoyen' : cet engagement est tenu ! »

Les élites sont rarement les seules à être dépositaires du bon sens populaire... Après, l'art du gouvernement tient en l'habileté de faire croire aux gouvernés qu'ils décident de leur devenir... En cela, la présidente Ségolène Royal sait en tirer le meilleur parti en région...

Les talents et qualités de madame la présidente sont incontestables en région. Au niveau national, c'est une autre histoire : le régionalisme s'accommode bien peu d'un État-nation millénaire... Gouverner en région et gouverner une nation requièrent des qualités bien différentes. A l'heure où blanchie la campagne en crise, le (la) chef d'état doit être animé(e) d'un projet politique réformateur, d'une république refondée, non d'un simple projet de bonne gestion.

La France, aujourd'hui, cherche la divine providence, qui arrivera en ultime recours, comme toujours depuis le bon roi Louis XI. Celui ou celle qui fera la France de Demain est aujourd'hui tapi dans l'ombre. Au moment, où les derniers feux sarkozystes auront consumé les oripeaux des conjurés, la Providence s'imposera, comme toujours dans l'histoire de France, comme une évidence à Paris et au Monde !

17h45, la séance publique du Conseil régional Poitou-Charente du 6 juillet 2009 est levée : trêve estivale...


Pour commenter cette chronique, connectez-vous...
Pour s'inscrire, cliquez-ici.
Pseudonyme
Mot de passe
Mémoriser


Mot de passe oublié ?
 
Regrets éternels en langue de bois d'un Bourget
Sans dents et sans reproches
Élan patriotique pour un 11 janvier 2015 en « balles tragiques » à mille temps
Pragmatique
Phrygien d'airain
Gastronome en talonnette courte
PPP ou l'impuissance du Politique
Jean-Marc Ayrault, payeur de Notre-Dame-des-Landes
Lepage Corinne, courage Parménide
'Shame on you' américano-hollandais
Livre tournois de Valençay
Commandement normatif
Bilderberg, la pieuvre
Bipartisme défait
Lumières de Hollande

Être tenu informé des dernières chroniques publiées en s'abonnant à ce flux RSS

Follow kritix on Twitter