En 2015, François Hollande c'est 900 euros de dette publique supplémentaire par français !
Thursday  19 October  2017
Bonne lecture !
Chronique 39 - Sunday 28 March 2010 TER : Poitou-Charentes a un train cadencé d'avance Chronique 38 - Wednesday 24 March 2010 Ségolène Royal et l'avenir d'Heuliez : une question d'honneur Chronique 37 - Sunday 14 March 2010 Heuliez : Christian Estrosi se rachète du saccage de Luc Chatel Chronique 36 - Saturday 13 March 2010 Sarkozysme : le calvaire du monde agricole Chronique 35 - Friday 12 March 2010 Agriculture bio : le retour aux sources Chronique 34 - Sunday 7 March 2010 Remontrances faites à Ségolène Royal Chronique 33 - Wednesday 3 March 2010 Les roses au poing Chronique 32 - Saturday 27 February 2010 Jury-citoyen : l'expertise de la sagesse populaire Chronique 31 - Monday 22 February 2010 Pass'contraception : Ségolène Royal dans les pas de Michelle Bachelet Chronique 30 - Friday 19 February 2010 Apprentissage selon Daniel Opic : insulte sarkozyste Chronique 29 - Monday 15 February 2010 Les coopératives ouvrières : l'Emploi autrement en Poitou-Charentes Chronique 28 - Saturday 13 February 2010 Polémiques moins Royal que Leroy Chronique 27 - Sunday 7 February 2010 L'essor du modèle artisanal picto-charentais Chronique 26 - Friday 5 February 2010 Poitou-Charentes ne subira pas le désengagement de l'État Chronique 25 - Wednesday 20 January 2010 Sarkozy vu par Jacques Santrot, « Il ne lui manque que quelques centimètres ! » Chronique 24 - Monday 18 January 2010 Quand Henri de Richemont flamboie... en Poitou-Charentes
Chronique 23 - Saturday 16 January 2010 Les sentinelles du milieu Royal
Chronique 23 - Saturday 16 January 2010 Les sentinelles du milieu Royal Chronique 22 - Thursday 14 January 2010 Louise Michel chez Ségolène Royal Chronique 21 - Tuesday 12 January 2010 Région : vérité nue de l'Ordre juste Chronique 20 - Sunday 10 January 2010 Ségolène Royal maîtrise la dette et les impôts Chronique 19 - Monday 7 December 2009 Que les trains et moutons photovoltaïques de Ségolène Royal vous comblent d'énergie ! Chronique 18 - Saturday 5 December 2009 Determinatio magistralis de Ségolène Royal Chronique 17 - Tuesday 27 October 2009 Tomasini le gaulliste ne but pas du petit lait chez son hôte Royal Chronique 16 - Thursday 22 October 2009 La Belle et la Dette Chronique 15 - Tuesday 6 October 2009 Ségolène Royal et l'actif-coquin Henri de Richemont Chronique 14 - Sunday 4 October 2009 Domina Ségolène Royal dolorosa Chronique 13 - Wednesday 22 July 2009 Pionnière et adroite Poitou-Charentes : le désenchantement de Sarkozy Chronique 12 - Friday 17 July 2009 Ségolène Royal, mère des New Fabris Chronique 11 - Thursday 2 July 2009 Croissance verte et polémique Bernard Tomasini chez Ségolène Royal Chronique 10 - Wednesday 1 July 2009 Remboursement de la dette selon Ségolène Royal Chronique 9 - Wednesday 13 May 2009 Terre saine : Ségolène Royal part en croisade contre les pesticides Chronique 8 - Tuesday 12 May 2009 Heuliez l'oeil ouvert, Ségolène Royal veille (acte 2) Chronique 7 - Monday 11 May 2009 Heuliez l'oeil ouvert, Ségolène Royal veille (acte 1) Chronique 6 - Sunday 29 March 2009 Heuliez et Vincent Bolloré : les foudres de Ségolène Royal Chronique 5 - Friday 20 February 2009 Poitou-Charentes, cette exemplarité européenne de Ségolène Royal Chronique 4 - Wednesday 11 February 2009 Ségolène Royal, intrépide présidente de Région Poitou-charentes Chronique 3 - Monday 9 February 2009 Poitou-Charentes : Ségolène Royal avance sa pionnière politique ! Chronique 2 - Thursday 29 January 2009 Ségolène Royal et sa miraculeuse péréquation budgétaire ! Chronique 1 - Sunday 25 January 2009 Poitou-Charentes : le préfet Bernard Tomasini invité par la présidente Ségolène Royal
 
23ème Chronique

Les sentinelles du milieu Royal

Kritix, le Saturday 16 January 2010 - 2364 consultations - Commenter la chronique

La maison de Poitou-Charentes est bien gardée. Sur la politique pionnière de la présidente, ce 14 décembre 2009 (voir la chronique précédente), veillent Bernard Grasset, Jean François Macaire et Marie Legrand. Si un malotru venait à marcher sur les royales plates-bandes, les sentinelles picto-charentaises sauront sauver le fruit bien mûr, après avoir été si vert...
       Jean François Macaire, « C'est vrai que Henri de Richemont, il n'a pas la partie facile aujourd'hui. Parce que d'habitude, on accuse toujours les gens de gauche de vouloir faire des tas de choses, mais d'aller prendre dans la poche du contribuable ; et là vous ne pouvez pas le dire ! »
       Le vice-président à le sens de l'équité, de la mesure fiscale. En temps que conseiller municipal à la mairie de Poitiers, il se devrait d'y faire école. Le vice-président Macaire sait ce que le logement social veut dire et sait donc bien que l'équilibre fiscal d'une collectivité doit se prémunir contre toutes les hausses chroniques de la fiscalité. La solidarité doit être soumise à la réciprocité des droits et devoirs de chacun. Une gauche de gouvernement se devrait d'apprendre ce b.a.-ba républicain.

Jean-François Macaire, vice-président de la région Poitou-Charentes ; lors du conseil régional du 14 décembre 2009
© kritix.com

Jean François Macaire, sous le regard attentif de Ségolène Royal, continua, « Et pourquoi cette région n'a pas augmenté les impôts ? Parce que, les impôts régionaux tels qu'ils fonctionnaient jusqu'à présent (parce que je ne sais pas si on en aura encore l'année prochaine) ; les impôts régionaux étaient des impôts injustes ! Et je pense en particulier à la taxe foncière qui s'applique de façon, on le sait, très inégale avec des bases qui n'ont pas été révisées depuis 1970 et qui frappent cette fameuse classe moyenne qui n'est pas vraiment dans la moyenne ! Qui ressent aujourd'hui un sentiment de déclassement ; à la fois parce que son pouvoir d'achat se réduit et qu'elle sent aussi que ses propres enfants, aujourd'hui, sont fragilisés par le chômage, par l'absence de perspectives ! Donc on a fait ce choix par respect pour la grande masse de nos concitoyens : ceux qui ne sont pas des possédants et qui aujourd'hui ne peuvent plus payer ! C'est pas qu'il ne veulent pas payer des impôts, mais [ils] ne peuvent plus payer parce qu'ils doivent faire face à des vraies difficultés. » Puis il illustra son propos avec le micro-crédit régional...

Jean François Macaire poursuivit, « La bonne question à se poser, c'est qu'en ayant mis aucun impôt supplémentaire pendant 5 ans, en ayant gardé une dette maintenue, en diminuant l'emprunt d'équilibre en 2010 ; et bien est-ce qu'on a répondu à l'urgence économique ? Est-ce qu'on a répondu à l'urgence sociale ? Est-ce qu'on a répondu à l'urgence environnementale ?
       Sur l'urgence économique qu'est-ce qui s'est passé ? Et bien enfin, la région Poitou-Charentes a une stratégie de développement économique. Elle a une vision. On le sait ce que nous souhaitons faire et nous ne sommes pas les seuls à avoir cette vision : nous sommes une centaine ! Il y a aujourd'hui, 600 PME qui travaillent avec nous, dans le cadre du pôle des éco-industries. Il y a des dizaines de petites entreprises innovantes qui sont en train de répondre à nos appels à projets ! Donc on est pas les seuls à avoir cette vision. Cette vision, elle est partagée par une grande partie du monde économique qui aujourd'hui voit bien qu'elle a un certain nombre de marchés qui sont en déclin et qu'ils faut maintenant se tourner vers les marchés en croissance verte. [...] Aujourd'hui, nous répondons à l'urgence économique en ouvrant des perspectives à ces entreprises. »

Poitiers, bâtiment régional de la salle des séances Jean Monnet.
© kritix.com

« Et est-ce qu'on répond à l'urgence sociale ? Et bien oui on répond à l'urgence sociale, parce que nous avons déplacé, pendant toute cette année, un certain nombre de fonds (la présidente à expliqué "comment" tout à l'heure, et combien c'était difficile de le faire), on a déplacé les fonds sou par sou vers les gens qui en ont vraiment besoin ! Nos jeunes apprentis, nos jeunes des lycées professionnels qui ont bénéficié énormément de ces transferts de fonds publiques qui servaient moins bien ailleurs et qu'on a orienté mieux en leur donnant, à eux, des choses nouvelles : des internats vivables, des conditions de préparation à la vie professionnelle plus intéressantes.
       Et est-ce qu'on a répondu à l'urgence environnementale ? Je crois que je n'ai pas besoin de m'étendre sur ce sujet, puisque la région Poitou-Charentes est largement identifiée pour avoir aujourd'hui répondu par avance, largement anticipé, ce qui est aujourd'hui à la fois l'enjeu de Copenhague, du réchauffement, mais pas seulement celui là ; [mais aussi] l'enjeu de la biodiversité, l'enjeu de l'énergie. Donc tous ces enjeux nous les avons relevés. »

« Donc voilà, c'est pas facile pour vous parce que c'est pas évident de trouver des angles de critiques. Moi je ne prétends pas qu'on ait été parfait ! On peut faire certainement mieux et on le fera si on nous fait confiance à nouveau. On fera beaucoup mieux certainement... Mais je crois qu'on a montré là qu'on pouvait, sans forcément augmenter la ponction sur les contribuables et surtout quand l'impôt est injuste comme c'est le cas dans notre région ; et bien, on a montré qu'on pouvait répondre aux urgences, qu'on pouvait apporter des réponses concrètes à nos concitoyens ; et faire face à une dérive, aujourd'hui, on parle de civilisation... à une dérive quand on voit les restos du cœur, comment ça ce passe, du nombre de personnes qui augmentent chaque année. Quand on voit le nombre de jeunes aujourd'hui qui ne trouvent pas de travail !
       Quand on voit toutes ces difficultés là, nous on a répondu très concrètement, on a apporté des réponses en terme d'insertion des jeunes, en terme de réponse aux populations en difficultés ; dans le cadre de nos prérogatives, en étant assez fidèles à nos compétences. Et je crois que c'est ça qui compte, aujourd'hui, vis à vis de nos concitoyens : c'est le résultat. Voilà. Donc maintenant, ce budget 2010, je crois qu'il est très conforme à ce qu'ont été les précédents : toujours en progrès, avec beaucoup de réponses qui sont apportées, tant face à l'urgence économique, que l'urgence sociale et l'urgence environnementale. »
Applaudissements modérés de l'assemblée...

Ségolène Royal, « Merci beaucoup... » Il ne s'agissait pas d'un compliment, mais plutôt d'un constat d'huissier : les électeurs reconnaitront les politiques vertueuses. Ségolène Royal le sait trop bien pour ne pas être négligente : bien peu d'élus peuvent s'enorgueillir, à juste titre, d'un tel bilan !

Marie Legrand, conseillère régionale "Les Verts" de Poitou-Charentes ; lors du conseil régional du 14 décembre 2009
© kritix.com

Marie Legrand, reconnaissante, « Nous avons examiné le dernier budget régional de la mandature. C'est un moment relativement émouvant... La crise s'est aggravée dans certains bassins d'emplois, depuis l'an passé (nous étions pour la première fois dans un contexte de crise) ; bassin d'emploi tel que le châtelleraudais mais il y en a d'autres... Et aussi, de manière beaucoup plus diffuse, dans de nombreux secteurs dont un que je vais cité : c'est le Nord Charentes.
       Dans ce contexte de crise qui continue, nous devons être encore, à notre avis, plus cohérent dans le soutien économique. Et nous concentrer pour soutenir les process et les produits qui ont un impact positif sur l'emploi, sur le climat et sur le lien social.
       Nous ne devons financer que prioritairement les actions qui prennent en compte l'autonomie énergétique et l'environnement. Engager des formations de manière prioritaire dans des métiers où les employeurs assument leurs responsabilités pour protéger l'emploi et l'environnement. Quelques exemples : nous ne pouvons pas vanter la voiture électrique sans s'assurer de l'indispensable production renouvelable d'électricité pour alimenter cette voiture électrique. Et en même temps, repenser toute notre politique de la mobilité, des déplacements, donc de l'urbanisme.
       Nous ne pouvons pas encore soutenir le carburant B30 utilisé de manière expérimentale dans quelques TER : le gain en terme de gaz à effets de serre édicté pour le B30 est de -25%. C'est décevant par rapport aux objectifs annoncés dans le Grenelle ! »

« Dans le domaine de l'industrie du transport, la région est très volontariste en matière de production de matériels. C'est très bien. Mais nous devrions l'être tout autant en matière de production de services liés à la mobilité ; en lien avec les conseils généraux et les agglomérations.
       Nous continuons à dire que nous regrettons que nous n'ayons pas davantage mobilisé la part régionale de la TIPP qui aurait permis de dégager des moyens encore supplémentaires et importants pour l'indispensable conversion écologique de l'Économie.
       Madame la présidente, vous allez représenter, et nous en sommes ravis, la région au sommet du climat à Copenhague ; sommet dont nous attendons beaucoup... La région est tout à fait légitime. Vous allez y présenter les actions pionnières de Poitou-Charentes en matière de réduction de gaz à effets de serre, de plan climat et de partenariat exemplaire de coopération avec la région de Fatick au Sénégal. À Copenhague, la région pourra valoriser un bilan concret, sans aucunes mesures avec les actions de l'État. En effet, la plupart du temps, nos dirigeants nationaux continuent d'agir avec une efficacité qui se situe à l'inverse de leurs efforts de communications.
       Enfin dans ce contexte, madame la présidente, le groupe Verts, votera le budget 2010 avec l'espoir de pouvoir aller encore plus loin dans la conversion écologique de l'économie, lors de prochaines décisions modificatives. »
Un applaudissement hésitant, puis rien...

Ségolène Royal, « Merci beaucoup... » Les tensions entre Verts et Socialistes étaient palpables...

Bernard Grasset, vice-président de la région Poitou-Charentes ; lors du conseil régional du 14 décembre 2009
© kritix.com

Bernard Grasset commença par saluer les talents et l'éloquence du bon conseiller Henri de Richemont, puis « On nous critique de ne pas avoir accompagné le plan de relance de l'État. J'ai envie de vous dire que le plan de relance de l'État, nous l'avions précédé ; nous l'avons accompagné et nous continuerons. Car bien souvent, le plan de relance de l'État a simplement remis en exercice, les sommes d'investissements qu'il avait supprimé quelques mois ou quelques années auparavant ![...]
       Par ailleurs, sur les routes, je voudrais tenter aussi de vous rassurer. [...] Monsieur le préfet de région nous annonce que la nouvelle taxe sur les camions va rapporter 60 millions. [...] Je pense que nous pourrons, effectivement, totalement assurer ce PDMI auquel nous tenons les uns et les autres.
       Par ailleurs, [...] nous avons fait beaucoup d'efforts. Nous ne sommes plus dépensiers comme comme vous nous le reprochiez [...] ; nous sommes économes ! Alors faites nous au moins ce compliment. »

La présidente fit porter à Henri de Richemont les chiffres qu'il demandait.

[La suite du conseil régionale du 14 décembre 2010 : Quand Henri de Richemont flamboie... en Poitou-Charentes]


Pour commenter cette chronique, connectez-vous...
Pour s'inscrire, cliquez-ici.
Pseudonyme
Mot de passe
Mémoriser


Mot de passe oublié ?
 
Regrets éternels en langue de bois d'un Bourget
Sans dents et sans reproches
Élan patriotique pour un 11 janvier 2015 en « balles tragiques » à mille temps
Pragmatique
Phrygien d'airain
Gastronome en talonnette courte
PPP ou l'impuissance du Politique
Jean-Marc Ayrault, payeur de Notre-Dame-des-Landes
Lepage Corinne, courage Parménide
'Shame on you' américano-hollandais
Livre tournois de Valençay
Commandement normatif
Bilderberg, la pieuvre
Bipartisme défait
Lumières de Hollande

Être tenu informé des dernières chroniques publiées en s'abonnant à ce flux RSS

Follow kritix on Twitter