En 2015, François Hollande c'est 900 euros de dette publique supplémentaire par français !
Thursday  27 July  2017
Bonne lecture !
Chronique 39 - Sunday 28 March 2010 TER : Poitou-Charentes a un train cadencé d'avance Chronique 38 - Wednesday 24 March 2010 Ségolène Royal et l'avenir d'Heuliez : une question d'honneur Chronique 37 - Sunday 14 March 2010 Heuliez : Christian Estrosi se rachète du saccage de Luc Chatel Chronique 36 - Saturday 13 March 2010 Sarkozysme : le calvaire du monde agricole Chronique 35 - Friday 12 March 2010 Agriculture bio : le retour aux sources Chronique 34 - Sunday 7 March 2010 Remontrances faites à Ségolène Royal Chronique 33 - Wednesday 3 March 2010 Les roses au poing Chronique 32 - Saturday 27 February 2010 Jury-citoyen : l'expertise de la sagesse populaire Chronique 31 - Monday 22 February 2010 Pass'contraception : Ségolène Royal dans les pas de Michelle Bachelet Chronique 30 - Friday 19 February 2010 Apprentissage selon Daniel Opic : insulte sarkozyste Chronique 29 - Monday 15 February 2010 Les coopératives ouvrières : l'Emploi autrement en Poitou-Charentes Chronique 28 - Saturday 13 February 2010 Polémiques moins Royal que Leroy Chronique 27 - Sunday 7 February 2010 L'essor du modèle artisanal picto-charentais Chronique 26 - Friday 5 February 2010 Poitou-Charentes ne subira pas le désengagement de l'État Chronique 25 - Wednesday 20 January 2010 Sarkozy vu par Jacques Santrot, « Il ne lui manque que quelques centimètres ! » Chronique 24 - Monday 18 January 2010 Quand Henri de Richemont flamboie... en Poitou-Charentes Chronique 23 - Saturday 16 January 2010 Les sentinelles du milieu Royal Chronique 22 - Thursday 14 January 2010 Louise Michel chez Ségolène Royal Chronique 21 - Tuesday 12 January 2010 Région : vérité nue de l'Ordre juste Chronique 20 - Sunday 10 January 2010 Ségolène Royal maîtrise la dette et les impôts Chronique 19 - Monday 7 December 2009 Que les trains et moutons photovoltaïques de Ségolène Royal vous comblent d'énergie ! Chronique 18 - Saturday 5 December 2009 Determinatio magistralis de Ségolène Royal Chronique 17 - Tuesday 27 October 2009 Tomasini le gaulliste ne but pas du petit lait chez son hôte Royal Chronique 16 - Thursday 22 October 2009 La Belle et la Dette
Chronique 15 - Tuesday 6 October 2009 Ségolène Royal et l'actif-coquin Henri de Richemont
Chronique 15 - Tuesday 6 October 2009 Ségolène Royal et l'actif-coquin Henri de Richemont Chronique 14 - Sunday 4 October 2009 Domina Ségolène Royal dolorosa Chronique 13 - Wednesday 22 July 2009 Pionnière et adroite Poitou-Charentes : le désenchantement de Sarkozy Chronique 12 - Friday 17 July 2009 Ségolène Royal, mère des New Fabris Chronique 11 - Thursday 2 July 2009 Croissance verte et polémique Bernard Tomasini chez Ségolène Royal Chronique 10 - Wednesday 1 July 2009 Remboursement de la dette selon Ségolène Royal Chronique 9 - Wednesday 13 May 2009 Terre saine : Ségolène Royal part en croisade contre les pesticides Chronique 8 - Tuesday 12 May 2009 Heuliez l'oeil ouvert, Ségolène Royal veille (acte 2) Chronique 7 - Monday 11 May 2009 Heuliez l'oeil ouvert, Ségolène Royal veille (acte 1) Chronique 6 - Sunday 29 March 2009 Heuliez et Vincent Bolloré : les foudres de Ségolène Royal Chronique 5 - Friday 20 February 2009 Poitou-Charentes, cette exemplarité européenne de Ségolène Royal Chronique 4 - Wednesday 11 February 2009 Ségolène Royal, intrépide présidente de Région Poitou-charentes Chronique 3 - Monday 9 February 2009 Poitou-Charentes : Ségolène Royal avance sa pionnière politique ! Chronique 2 - Thursday 29 January 2009 Ségolène Royal et sa miraculeuse péréquation budgétaire ! Chronique 1 - Sunday 25 January 2009 Poitou-Charentes : le préfet Bernard Tomasini invité par la présidente Ségolène Royal
 
15ème Chronique

Ségolène Royal et l'actif-coquin Henri de Richemont

Kritix, le Tuesday 6 October 2009 - 3933 consultations - Commenter la chronique

Ce 28 septembre 2009, salle Jean Monnet, le conseil régional de Poitou-Charentes se penchait enfin sur l'avenir de la poste, son changement de statut et son ouverture de capital ; cette « privatisation qui ne dit pas son nom... »

Ségolène Royal se tournant vers son belliqueux conseiller, « Vous êtes très actif, monsieur de Richemont ! » Lequel rétorqua, très en forme, « Mais quand je vous vois, je ne peux que l'être ! »


Réchauffement climatique : vieille lune en Poitou-Charentes
envoyé par kritixTV.
Le traitement des déchets nucléaires, les centrales à charbon et à fioul lourd, le photovoltaïque, les éoliennes, résument la complexité de la question énergétique dans le réchauffement climatique.

Du Sévice publique

La présidente quitta l'artifice et se fit incisive, « Vous qui êtes un élu d'un département rural, vous devriez protester contre le gouvernement ! C'est un délitement, tout s'en va ! D'un côté on anticipe la croissance du futur [le photovoltaïque régional, ndr] et de l'autre c'est le service publique qui se délite sur le territoire ! Ça ne tient pas ! C'est une question d'aménagement du territoire, de service publique, de qualité de vie et notamment auprès des anciens qui ont besoin du service publique postal. »
       Le conseiller UMP devint caustique: « Monsieur Gourinchas [conseiller régional, maire de Cognac, qui venait de s'élever en défenseur de la Poste comme socle du service publique, ndr] se dit contre l'ouverture du capital de la poste. [...] Je suis plus proche de vous [sur l'économie de marché] que de monsieur Gourinchas. [...] Moi, je veux que l'État actionnaire maintienne le niveau de service publique ! »
       La présidente Ségolène Royal, tranchante, « Il ne le fait pas ! » L'état supprime des bureaux de poste et les services de proximités inhérents.
       Henri de Richemont, décontenancé, « Mais pourquoi vous dites ça ! J'ai aucune raison de ne pas le croire ! »
       « Vous le savez parfaitement ! », invectiva le bon conseiller Michel Gourinchas.
       « Comment ça ? », feinta Henri de Richemont.
       « Non, pas de débat en bilatéral ! », coupa la présidente, autorité faisant.

La présidente de région Poitou-Charentes Ségolène Royal lors du Conseil régional Poitou-Charentes du 28 septembre 2009.
© kritix.com

Un duel Richemont-Royal s'en suivit :
       « Je veux que l'état actionnaire... », essaya Henri de Richemont.
       « Il ne le sera plus ! C'est fini ! », lança, dépitée, définitive, Ségolène Royal.
       « Mais non...
       - Mais c'est faux !
       - C'est vrai !
       - C'est faux, parce qu'il y a un changement de statut !
       - L'état va garder la majorité de la poste !
       - Pas du tout !
       - Si demain, il y a des achats, des restructurations, des actionnaires, ...
       - L'état ne va pas abandonner la majorité du capital...
       - C'est ce que va autoriser le changement de statut : sinon pourquoi changer de statut ? Une société anonyme peut très bien être rachetée !
       - La poste peut rester dans les mains du gouvernement !
       - Ça ne tient pas !
       - Vous n'êtes pas contre l'ouverture de capital ?
       - C'est déjà fait ! L'argument se retourne contre vous, monsieur de Richemont ! On sait déjà que ça a dégradé le service publique de la poste ! Aller plus loin dans cette logique là, c'est perdre encore davantage la maîtrise sur le service publique et vous le savez parfaitement ! »

       Monsieur de Richemont visa juste sur le fait que madame Royal avalisait l'ouverture de capital de la Poste, à la différence de son conseiller socialiste Michel Gourinchas.


Ségolène Royal indignée par le sort réservé à la Poste
envoyé par kritixTV.
Poitou-Charentes désapprouve le changement de statut de la Poste, échafaudé en catimini par le gouvernement Fillon.

Le système Sarkozy, destructeur d'emploi

La présidente, hors d'elle, partit dans un vibrant plaidoyer pour l'industrie en région, « Comment se fait-il que l'État n'ait pas fait plus d'efforts pour Heuliez qui depuis longtemps avait le prototype de son véhicule ? Comme si il avait fallut attendre que Renault et Peugeot qui siègent au conseil d'investissement stratégique [sous-entendu, conflit d'interêts, ndr] [...]. Compte tenu de leur puissance financière et des quatre milliards que l'État leur a apporté, [...] il y a deux poids deux mesures ! Voilà une PME [Heuliez] qui est prête, qui a un savoir-faire depuis des années, qui a un prototype de véhicule électrique et qui galère et qui a galéré pour avoir un minimum d'aide de l'État. Je tiens d'ailleurs à signaler que le fond d'investissement stratégique n'est toujours pas versé à l'heure où je vous parle ! Le PDG que j'ai eu la semaine dernière au téléphone a demandé au moins la moitié du FSI, 5 millions d'euros. [...] C'est inadmissible ! »

« On ne peut pas d'un côté voir verser aux entreprises des milliards, [...] alors que j'avais proposer à ce que Peugeot et Renault viennent se joindre à Heuliez. C'est un créneau de véhicules électriques qui n'est pas le même, avec un véhicule électrique bon marché qui peut répondre aux opérateurs de véhicules de location. [...] Il y a deux poids deux mesures. Malgré tout, je reste confiante, parce que je crois que les fonds doivent être débloqués. [...] Quand il y avait une course de vitesse, c'est absurde entre entreprises françaises, c'est souvent des concurrences qui sont faites les unes vis à vis des autres. Et tout est fait pour empêcher Heuliez d'être prêt avant les prototypes de Peugeot et de Renault qui sont souvent à l'état de dessins. Et ce sont de toute façon des créneaux de voitures beaucoup plus cher ! »

La présidente de région Poitou-Charentes Ségolène Royal (à gauche) et le conseiller Jean-François Macaire (à droite) lors du Conseil régional Poitou-Charentes du 28 septembre 2009.
© kritix.com

« Et que l'État n'arrive pas à réguler ça au niveau des industriels français. Il y a de la place pour tout le monde ! On aide tout le monde ! Je trouve que c'est inadmissible ! C'est pour ça que la région reprend une délibération pour soutenir l'entreprise Heuliez et pour leur dire continuez à aller de l'avant, même si le FSI ne fait pas ce qu'il avait promis ! D'ailleurs le président de la république s'y était engagé et les 10 millions d'euros ne sont toujours pas versé. Si vous pouvez les débloquer, ce ne sera que tout bénéfice pour la région, monsieur De Richemont ! »

Le conseiller frontiste Alain Leroy, fourbe, « C'est un combat de don Quichotte contre les moulins à vent ! […] L'argent du contribuable picto-charentais va être investi à fonds perdus. »
       Ségolène Royal ne laissa pas la place au doute, « Ce n'est pas vrai du tout ! D'ailleurs, le prototype d'Heuliez était déjà présenté au salon de Genève. Tout le monde a pu voir le véhicule, monter dedans, circuler. Il y a des commandes. Il y a des mises au point à faire. Et il y a vraiment une politique inadmissible de compétition entre entreprises parce que Renault et Peugeot ne supportent pas que ce soit une PME à dimension régionale et à ambition mondiale qui ait mis au point en premier un prototype de voiture électrique bon marché ! Il ne supportent pas cela, et malheureusement le gouvernement actuel les soutient dans cette logique absurde, alors que de toute façon, il y a une demande mondiale qui va exploser et qu'il y a de la place pour tout le monde ! Et ce sont souvent les PME qui sont plus mobiles, plus réactives, plus inventives, plus imaginatives ; et cela les grands constructeurs automobiles ne l'ont pas supporté ! Et moi je continue à y croire ! La région continue à y croire ! Et nous espérons que nous déboucherons très prochainement, malgré tous les obstacles, les peaux de bananes que nous avons eues et qui continuent ! »


Heuliez : Ségolène Royal s'insurge contre Renault et PSA
envoyé par kritixTV.
Madame la présidente affirme avec vigueur que Renault et PSA se liguent contre Heuliez pour que son prototype de véhicule électrique ne puisse pas être commercialisé.

La présidente Ségolène Royal montra une hardiesse, une détermination à toute épreuve qui força l'admiration du Conseil tout entier à sa cause, durant cet instant fugace...

Jean françois Macaire, chevaleresque, admiratif de la présidente, « Je voudrais souligner la responsabilité de PSA et Renault dans la disparition de l'entreprise New Fabris ! Nous avons perdu cette société uniquement par une décision unilatérale de Renault et Peugeot qui venaient tout juste de recevoir des aides massives du gouvernement. Il y a une responsabilité pour avoir fait disparaître cette entreprise pour [seulement] trois mois... [Le conseiller, ému, se reprenant ; ndr] Pour trois mois, le gouvernement a fait disparaitre une spécialité industrielle, 400 emplois en région ! Ça c'est inadmissible ! [...] On sait bien que Heuliez ne va pas concurrencer ni Peugeot, ni Renault... Par contre Heuliez est capable sur les marchés de niche qui ne sont pas encore occupés par les grands constructeurs, d'avoir sa place et d'être très compétitif. C'est l'axe stratégique d'Heuliez. »

OGM et agrocarburants récréatifs : il n'y a que l'humour !

La présidente de région Poitou-Charentes Ségolène Royal (à gauche) et le conseiller Jean-François Macaire (à droite) lors du Conseil régional Poitou-Charentes du 28 septembre 2009.
© kritix.com

Le Conseil s'empara de la question des contrôles sur les produits sans OGM. Une entourloupe s'empara de la présidence ! Le conseiller Henri de Richemont ne put résister à l'envie de polémiquer sur le coût du mode procédurier des huissiers, en tirant à boulets rouge sur la devise Royal : « Un euro dépensé est un Euro utile »... La présidente Ségolène Royal connaissant bien son homme, « On ne finance pas les constats d'huissier ! Vous êtes un coquin, monsieur de Richemont ! Des analyses doivent être faites pour savoir si il y a des cultures OGM ou pas. Bien évidemment, cette somme n'est pas dépensées si il n'y a pas de constats d'huissiers ; c'est-à-dire si il n'y a pas de cultures OGM. Il faut être vigilent maintenant. Un euro dépensé, est un euro utile. » Finit-elle par dire en réponse au doute de Henri de Richemont sur les frais ; ces 25 000 euros qui seraient dépensés par voies d'huissiers lors de contrôles ADN.

A 15h25, Henri de Richemont plaidera pour l'autoroute maritime comme seule alternative aux lacunes de l'autoroute ferroviaire et du fret routier.


Région Poitou-Charentes : débat sur le fret ferroviaire
envoyé par kritixTV.
Le fret ferroviaire reste l'exception au regret des élus de la région Poitou-Charentes. Débat.

L'assemblée régionale de Poitou-Charentes aborda la question des agrocarburants dans un plan séquence que l'humour rythma par le grand jeu de Ségolène Royal et les fourberies du conseiller Front National Alain Leroy ; lui moqueur, elle moqueuse... Lors de ces pittoresques échanges ping-pong brésilien, le conseiller frontiste demanda des éclaircissements sur la capacité des moteurs actuels à supporter les agrocarburants. Ce à quoi répondit Ségolène Royal, gouailleuse, devant un public hilare, « Est-ce qu'il y a un mécanicien dans la salle ? ». A 16 h, le vice-président Jean François Macaire, ironique, proposa la délivrance d'un diplôme de mécanique, après l'intervention du conseiller frontiste sur la « préférence nationale », si aimablement rapporté par un sourire carnassier.


Ségolène Royal, ses agrocarburants et son mécanicien
envoyé par kritixTV.
Le conseiller Alain Leroy (FN) demande des précisions sur les agrocarburants subventionnés en région. La présidente et deux conseillers de la majorité lui répondront avec application...

Ségolène Royal, pourtant flegmatique, perdra son sang froid, en fin de séance, prenant à partie trois personnes du public, leur demandant de se taire puis de quitter prestement la salle des séances... Les malheureux étaient bruyants, comme tant d'autres... Jean François Macaire, mal à l'aise, se mura dans un silence marqué, et la consternation de tout ce petit monde... Avec abnégation, madame Royal sait éviter toutes les vulgarités et tenir son rang : distinction et retenue. Du moins en région...

Ségolène Royal clôtura la séance publique à 16h15 et communiqua les journées d'études « politique de civilisation avec Edgar Morin à l'espace Mendès France », organisées du 1er au 4 octobre 2009 dans la capitale de Poitou-Charentes.
      


Les OGM et le coquin de Ségolène Royal
envoyé par kritixTV.
La séquence OGM du conseil fut un bel échange politicien...


Pour commenter cette chronique, connectez-vous...
Pour s'inscrire, cliquez-ici.
Pseudonyme
Mot de passe
Mémoriser


Mot de passe oublié ?
 
Regrets éternels en langue de bois d'un Bourget
Sans dents et sans reproches
Élan patriotique pour un 11 janvier 2015 en « balles tragiques » à mille temps
Pragmatique
Phrygien d'airain
Gastronome en talonnette courte
PPP ou l'impuissance du Politique
Jean-Marc Ayrault, payeur de Notre-Dame-des-Landes
Lepage Corinne, courage Parménide
'Shame on you' américano-hollandais
Livre tournois de Valençay
Commandement normatif
Bilderberg, la pieuvre
Bipartisme défait
Lumières de Hollande

Être tenu informé des dernières chroniques publiées en s'abonnant à ce flux RSS

Follow kritix on Twitter