En 2015, François Hollande c'est 900 euros de dette publique supplémentaire par français !
Saturday  27 May  2017
Bonne lecture !
Chronique 39 - Sunday 28 March 2010 TER : Poitou-Charentes a un train cadencé d'avance Chronique 38 - Wednesday 24 March 2010 Ségolène Royal et l'avenir d'Heuliez : une question d'honneur Chronique 37 - Sunday 14 March 2010 Heuliez : Christian Estrosi se rachète du saccage de Luc Chatel Chronique 36 - Saturday 13 March 2010 Sarkozysme : le calvaire du monde agricole Chronique 35 - Friday 12 March 2010 Agriculture bio : le retour aux sources Chronique 34 - Sunday 7 March 2010 Remontrances faites à Ségolène Royal Chronique 33 - Wednesday 3 March 2010 Les roses au poing Chronique 32 - Saturday 27 February 2010 Jury-citoyen : l'expertise de la sagesse populaire Chronique 31 - Monday 22 February 2010 Pass'contraception : Ségolène Royal dans les pas de Michelle Bachelet Chronique 30 - Friday 19 February 2010 Apprentissage selon Daniel Opic : insulte sarkozyste Chronique 29 - Monday 15 February 2010 Les coopératives ouvrières : l'Emploi autrement en Poitou-Charentes Chronique 28 - Saturday 13 February 2010 Polémiques moins Royal que Leroy Chronique 27 - Sunday 7 February 2010 L'essor du modèle artisanal picto-charentais Chronique 26 - Friday 5 February 2010 Poitou-Charentes ne subira pas le désengagement de l'État Chronique 25 - Wednesday 20 January 2010 Sarkozy vu par Jacques Santrot, « Il ne lui manque que quelques centimètres ! » Chronique 24 - Monday 18 January 2010 Quand Henri de Richemont flamboie... en Poitou-Charentes Chronique 23 - Saturday 16 January 2010 Les sentinelles du milieu Royal Chronique 22 - Thursday 14 January 2010 Louise Michel chez Ségolène Royal Chronique 21 - Tuesday 12 January 2010 Région : vérité nue de l'Ordre juste Chronique 20 - Sunday 10 January 2010 Ségolène Royal maîtrise la dette et les impôts
Chronique 19 - Monday 7 December 2009 Que les trains et moutons photovoltaïques de Ségolène Royal vous comblent d'énergie !
Chronique 19 - Monday 7 December 2009 Que les trains et moutons photovoltaïques de Ségolène Royal vous comblent d'énergie ! Chronique 18 - Saturday 5 December 2009 Determinatio magistralis de Ségolène Royal Chronique 17 - Tuesday 27 October 2009 Tomasini le gaulliste ne but pas du petit lait chez son hôte Royal Chronique 16 - Thursday 22 October 2009 La Belle et la Dette Chronique 15 - Tuesday 6 October 2009 Ségolène Royal et l'actif-coquin Henri de Richemont Chronique 14 - Sunday 4 October 2009 Domina Ségolène Royal dolorosa Chronique 13 - Wednesday 22 July 2009 Pionnière et adroite Poitou-Charentes : le désenchantement de Sarkozy Chronique 12 - Friday 17 July 2009 Ségolène Royal, mère des New Fabris Chronique 11 - Thursday 2 July 2009 Croissance verte et polémique Bernard Tomasini chez Ségolène Royal Chronique 10 - Wednesday 1 July 2009 Remboursement de la dette selon Ségolène Royal Chronique 9 - Wednesday 13 May 2009 Terre saine : Ségolène Royal part en croisade contre les pesticides Chronique 8 - Tuesday 12 May 2009 Heuliez l'oeil ouvert, Ségolène Royal veille (acte 2) Chronique 7 - Monday 11 May 2009 Heuliez l'oeil ouvert, Ségolène Royal veille (acte 1) Chronique 6 - Sunday 29 March 2009 Heuliez et Vincent Bolloré : les foudres de Ségolène Royal Chronique 5 - Friday 20 February 2009 Poitou-Charentes, cette exemplarité européenne de Ségolène Royal Chronique 4 - Wednesday 11 February 2009 Ségolène Royal, intrépide présidente de Région Poitou-charentes Chronique 3 - Monday 9 February 2009 Poitou-Charentes : Ségolène Royal avance sa pionnière politique ! Chronique 2 - Thursday 29 January 2009 Ségolène Royal et sa miraculeuse péréquation budgétaire ! Chronique 1 - Sunday 25 January 2009 Poitou-Charentes : le préfet Bernard Tomasini invité par la présidente Ségolène Royal
 
19ème Chronique

Que les trains et moutons photovoltaïques de Ségolène Royal vous comblent d'énergie !

Kritix, le Monday 7 December 2009 - 2892 consultations - Commenter la chronique

Les tribulations de français en Poitou-Charentes ; c'est ainsi que, inspirée, la présidente Ségolène Royal emporte les foules... Le conseil du 27 septembre 2009 sonna le tocsin (voir chronique précédente) ! Plein feux sur le Photovoltaïque !

Renforcement du plan photovoltaïque

Ségolène Royal, rassérénée par les vivats contractuels, « Il y a un succès extraordinaire de l'appel à projet.[...] Nous avons des crédits européens, le conseil régionale ne verse pas un euro. Le FEDER pour les installations petites et moyennes, et la BEI pour les projets moyens, plus importants. Pendant les premiers mois, le bilan de ces actions engagées par la région ont été très forte. On observe, un triplement de la puissance installée en région ; contre une doublement au niveau national. [...] Sur les 400 millions prévus d'ici 2012, que nous avons mis en place avec la BEI et le FEDER, ce sont déjà 230 millions de projets qui sont en cours avec une centaine de millions de prêts effectivement accordés. [...] Au titre du FEDER, c'est 10 millions d'euros au titre des petits projets, des projets individuels, dont beaucoup de projets en secteur agricole. Ces petits projets : le budget que nous avions dégagé de 10 millions d'euros est déjà quasiment engagé et c'est pourquoi je vous propose une dotation complémentaire pour couvrir tous les projets qui sont arrivés avant la clôture de l'appel à projet du 15 novembre, mais qui dépassent le budget alloué. »

la présidente Ségolène Royal, lors du Conseil régional Poitou-Charentes du 27 novembre 2009.
© kritix.com

« Je vous propose de tenir compte de la baisse des prix des panneaux, c'est l'autre bonne nouvelle. De prévoir, un prêt qui peut aller jusqu'à 30 000 euros par projet, pour accompagner en priorité les petits projets qui sont les plus compliqués à monter. Cela montre que le plan solaire régional est en voie de dépassement, même par rapport à tous les objectifs. Je vous rappèle que l'objectif c'était un milliard d'euros d'investissement [...] et environ, selon les professionnels du secteur, ce sont 2 500 emplois qui ont été soit sauvegardés, notamment dans les filières du bâtiment qui se sont reconverties dans l'installation de panneaux photovoltaïques, soit crées dans ce secteur ! Et comme vous le savez, du coup, par ce dynamisme, c'est Solairedirect, une usine de fabrication de panneaux photovoltaïques, qui vient de s'installer à Châtellerault [Avec 200 emplois, NDR] ; et nous sommes en contact avec d'autres industriels qui ont envie de s'accrocher à cette dynamique régionale assez exemplaire !
       Est-ce qu'il y a des questions sur cette nouvelle étape du plan photovoltaïque ? Monsieur Garcia ? »

L'opposant Alain Garcia, « Est-ce que nous avons, dans la réglementation, la possibilité d'éviter des champs de panneaux en plein champs ? […] C'est quand même un petit peu inquiétant : il y a quelques moutons qui se baladent entre les panneaux, mais ce n'est pas terrible ; c'est pas terrible de voir des champs entiers de panneaux photovoltaïques. Donc est-ce qu'il ne faudrait pas là, être un peu vigilent pour éviter cette dérive ? »
       Ségolène Royal, « Alors, dans l'appel à projet, effectivement, il y a des centrales photovoltaïques au sol. Alors on essentiellement des projets situés sur des friches industrielles ou des décharges qui sont reprises et réhabilitées et là c'est quand même l'idéal. On est en train de faire le recensement de l'ensemble de ces projets et même inciter les communes à réutiliser ou recycler les décharges, en centrales photovoltaïques. On est plutôt dans un dynamique d'encouragements par rapport à l'idée qu'on peut avoir [de la réhabilitation de décharges, de friches industrielles laides]. »


Les moutons ne tombent pas dans le panneau
envoyé par kritixTV.
Lors de la séance publique du 28 novembre 2009, la présidente de région Poitou-Charentes le franc succès de sa politique photovoltaïque. Extrait du Conseil Régional Poitou-Charentes du 28 novembre 2009.

Le doux lainage des moutons photovoltaïques

Conseil régional Poitou-Charentes du 27 novembre 2009.
© kritix.com

Le conseiller Daniel Opic, « Dans mon département, un agriculteur souhaite associer l'élevage de moutons en plaçant les panneaux à une hauteur suffisante pour que les bêtes puissent paître dessous et qu'ils produisent parallèlement. C'est un très beau projet ! »
       L'opposition s'amusa, « Ce sont des moutons photovoltaïques ! »
       Le conseiller Georges Stupar, « On a un retard énorme ! L'agence internationale de l'énergie a dit que ça allait coûter 500 milliards par année de retard en terme de lutte contre le réchauffement climatique. Pour les villes de 20 millions d'habitants qui sont sur les littoraux c'est 18 000 milliards d'euros qui sont prévus, à minima, en terme de dépenses si on ne fait rien. Je crois qu'on avait un fort retard dans les énergies renouvelables. C'est vrai qu'il faut faire attention à l'alimentation, mais je disais tout à l'heure qu'en 2008 les jachères en France étaient de 1 220 000 hectares. [...] Quelques panneaux photovoltaïques sur des terres ingrates ça peut aider à mettre à l'abri la faune, la flore qui a été embêté par l'enlèvement des haies. [...] Il faut aller de l'avant tout en étant vigilent, c'est dans les textes, on ne fera pas n'importe quoi. »

Le sauvetage régional de la filière laitière

Il y a quelques années les cours du lait avaient flambés suite à la consommation grandissante des pays émergents comme l'Inde ou la Chine. Les multinationales avaient alors accru massivement leur production. Aujourd'hui, les petites coopératives laitières sont laminées par une globalisation déréglée !
       Ségolène Royal, « La région n'a pas hélas le pouvoir d'augmenter le prix du lait, mais c'est un secteur qu'on doit absolument appuyer, avec 2 300 éleveurs bovins produisant du lait en Poitou-Charentes : ils sont en effet en très grande difficulté. Si rien n'est fait pour augmenter le prix du lait, un tiers des éleveurs vont disparaître dans les 6 mois qui viennent ! C'est vous dire l'hécatombe et le drame pour l'identité régionale ! La Région vous propose d'intervenir dans deux directions. D'abord, la mise en place d'un fond social d'aides aux familles, pour les éleveurs [...] qui ont des enfants à charge [...] ; et d'autre part, la prise en charge des intérêts des deux premières années de remboursements des prêts de consolidation, attribués dans le cadre du plan urgence nationale en faveur de l'agriculture. Ils ne vont pas recommencer à s'endetter pour augmenter leur endettement. Donc la Région va aider à consolider leurs exploitations, en prenant en charge les taux d'intérêts correspondants cet emprunt du plan d'urgence nationale. »

« En ce qui concerne le fond social d'aides aux familles des éleveurs, l'aide forfaitaire d'un montant de 100 euros par enfants à charge, avec une enveloppe de 300 000 euros. La mise en œuvre de ce fond se fera en partenariat avec les caisses de mutuelles sociales agricoles qui connaissent les familles en difficultés. Par ailleurs, je précise que la prise en charge des intérêts et des prêts de consolidation sera concrétisée par une convention avec les organismes bancaires, qui sont invités à accorder des prêts de conciliation de type plan d'urgence national en faveur de l'agriculture. »

Conseil régional Poitou-Charentes du 27 novembre 2009.
© kritix.com

Le conseiller de l'opposition Alain Garcia, « Il faut que les producteurs de lait retrouvent un prix économiquement viable de la production. Est-ce qu'il ne faut pas encourager un vrai système coopératif ? [...] Est-ce qu'il ne faut pas favoriser ce genre de circuit court ? »

Ségolène Royal, « Les éleveurs ne savent même pas comment est répartie la valeur ajoutée tout au long de la filière. Les coopératives laitières qui n'ont de coopérative que le nom, ne produisent pas leur compte alors qu'il y a une taxe prélevée sur tous les litres de lait produits ! Et ça c'est vraiment un vrai scandale ! Il faudra moraliser avec le président de l'association centrale des laiteries... Hein, faut moraliser le système ? Il faudra qu'il agisse vite et en attendant, c'est vrai que seule la transparence sur la filière permettrait l'augmentation de la triste rémunération du travail éleveurs. [...] Il ne faut pas laisser tomber les éleveurs. »

« Quant aux circuits courts, vous savez qu'on a lancé un appel à projet, lors d'une précédente délibération. Les éleveurs se sont regroupés. Ils sont en train d'y travailler pour montrer que c'est possible ! Parce que le système de circuit court production-conditionnement-vente est possible et donc il faut retrouver l'esprit des coopératives ! [...] Pourquoi l'association centrale des laiteries ne fait rien ? Parce que ça remet en cause les pouvoirs acquis des coopératives qui ne veulent pas produire leurs comptes et faire la transparence sur les filières économiques. Sinon les éleveurs demanderaient des comptes sur l'utilisation des taxes qu'ils payent. Tant que ce système occulte ne sera pas remis en cause, il n'y aura pas de circuits courts [...] ! C'est pour ça qu'un grope d'éleveurs qui a répondus à l'appel à projet de la région, va montrer que c'est possible de réussir ce projet ; pour que il y ait un effet d'entrainement sur les structures et que les coopératives laitières se remettent un peu en cause ! »

la présidente Ségolène Royal, lors du Conseil régional Poitou-Charentes du 27 novembre 2009.
© kritix.com

Le conseiller Jean-Romée Charbonneau, « Madame la présidente, quand je vous entends, avec beaucoup d'émotions, parler de la filière du lait et des jeunes agriculteurs, maintenant les prêts que les familles ne peuvent pas rembourser, etc. ! Je suis moi-même très ému par ce côté qui vous touche, de vous vouloir aider tout le monde dans la région ; mais je me replace dans le contexte politique permanent. Et, je me souviens quand j'étais jeune, il était question des montants compensatoires, il était question des aides de l'Europe, il était question de la communauté agricole [...] . Et je vois que chaque fois, on a plaidé pour davantage d'Europe ! Davantage de pays européens ! Davantage d'agriculture ! Bien qu'il y ait des gens qui n'ont toujours rien à manger sur terre, il y a toujours plus de problèmes ! Alors je crois que aujourd'hui, il faut être plus généreux que nous le faisons. Bon l'idée est symbolique, mais dans l'avenir, comme le disait le docteur Garcia, qu'est ce qu'on doit faire ? Est-ce qu'on va encore l'année prochaine reparler des problèmes des agriculteurs ? Il faut mettre un terme à ces expériences ! »

Ségolène Royal, « Je crois que ce n'est pas incompatible. Je pense que si vous n'aidez pas les territoires ruraux ça coutera beaucoup plus cher que l'aide sociale de la région ! [La présidente ne veut pas rentrer dans le jeu du FN, NDR] C'est bien plus qu'un problème national, c'est un problème social. Nous restons très vigilent, sans augmenter les impôts. Cela dit, il faut prendre en compte l'urgence de la situation, d'agriculteurs sans ressources. [...] On va faire quoi ? Je crois que c'est absurde ! D'un côté on va détruire des filières entières et de l'autre on va déployer des efforts considérables avec la croissance verte. […] La région fait ce qu'elle peut... »

Le conseiller frontiste Alain Leroy, « C'est l'Europe qui les a mis dans un enfer ! Et quand on fait de la démagogie et qu'on ne leur dit pas et qu'on ne fait pas amende honorable, on est coupable ! » Le conseiller FN ignora les aides importantes de l'UE en matière de développement des énergies renouvelables. Madame la présidente, ne voulant pas faire ombrage au secours européen de son heureuse politique verte, laissa au seul conseiller la responsabilité de ses propos.
      
       La dignité retrouvée des victimes du sarkozysme

Porte ouvrant sur la salle Jean MONNET où siège le conseil de région Poitou-Charentes.
© kritix.com

Ségolène Royal, « Voilà les efforts que nous faisons. Je crois que c'est en grignotant les formations et les emplois un à un, qu'on arrive aussi à résister à cette vague du chômage. » Après avoir exposé un accompagnement des entreprises en matière de formation professionnelle, compensant les lacunes de l'État, madame la présidente revint au plus près de ses concitoyens avec le micro-crédit Poitou-Charentes, « C'est une solution pour les exclus du crédit bancaire ! Contribuant à leur rendre dignité et autonomie sans se substituer aux aides sociales. Ce micro-crédits s'appuient sur des partenariats de la caisse des dépôts et consignation et la région d'une part ; et les organismes bancaires d'autre part. Depuis sa création, un millier d'habitant en a bénéficié ! [...] Les familles, souvent les plus démunies, mettent un point d'honneur à rembourser ces crédits ; je veux que la région prenne en charge ses taux d'intérêts, faibles d'ailleurs. »


TER : 1ère classe pour tous en Poitou-Charentes
envoyé par kritixTV.
Lors de la séance publique du 28 novembre 2009, la présidente de région Poitou-Charentes présenta son TER. Extrait du Conseil Régional Poitou-Charentes du 28 novembre 2009.

TER, la première classe pour tous !

Ségolène royal, intrépide, « Compte tenu du bon niveau de confort, tout le monde est en première classe ! On va offrir un plus grand nombre de places au prix de la seconde bien sûr. [...] Sur les wagons, les deux chiffres l'un au-dessus, un et deux, c'est incompréhensible, parceque les gens cherchent de quel côté est la première, de quel côté est la seconde. [La présidente toujours au plus près des quotidiens, NDR] Tous les détails comptent et on va bien sûr accompagner la suppression de la seconde. [...] Je crois qu'il y a qu'un seul train qui y échappe, c'est celui de la ligne Angoulême-Bordeaux : parce que c'est sous la responsabilité de la région Aquitaine. Voilà... Voilà ! » La présidente jubile devant cette région qui devrait absorber Poitou-Charentes lors des prochaines réformes sarkozystes...
       Madame la conseillère Michelle Carmouse, « Le vendredi soir, souvent les premières classes étaient vides et que les jeunes étaient assis par terre, alors que les premières classes étaient vides et je trouvais ça anormal ! C'est de la dignité aussi ! On ne peut pas laisser les jeunes être assis dans les couloirs : ça me gêne un petit peu ! » Le prix unique, une « solidarité » aussi...

La préférable seconde génération d'agrocarburants

Ségolène Royal, « Je vous propose que la région s'associa à la SNCF pour cette expérience inédite [Installation de panneaux photovoltaïque sur une TER, NDR]. Cette énergie servira aux consommations électriques internes du matériel roulant et non pas pour faire rouler les trains ! Cette expérience fera participer l'Ademe et les fonds européens. »

Alain Garcia, « Sur le bilan économique des diesels SNCF... »
       Michelle Carmouse, « On économise du CO2, du CO. [...] Il faut se tourner vers les agrocarburants de deuxième génération que je considère comme indispensables. [...] Il n'y a pas eu plus de maintenances. »

Conseil régional de Poitou-Charentes
© kritix.com

Marie Legrand, « Le bilan est positif, mais en terme de réduction des gaz à effets de serre induits sur le cycle de cycle de vie continu, en hausse de 25 %. Alors ça peut paraitre déjà pas mal, comme résultat ; mais, sur un plan national, le fait de substituer du diesel, énergie fossile, par des énergies carbone renouvelables, comme des agrocarburants, devrait permettre des gains bien plus importants ! [...] Il ne faut pas continuer sur l'utilisation d'agrocarburants de première génération, dans l'utilisation des carburants pour les TER. Il faut aller très vite sur d'autres types d'agrocarburants. »
       Ségolène Royal, conquise, « C'est pour ça qu'on fait des expérimentations sur l'éthanol : c'est la deuxième génération voire la troisième génération. [Et dans un soupir, NDR] Ouais ! »

Alain Garcia : « on n'aide pas la non dépense en énergie ! »

Alain Garcia, « Est-ce qu'il ne faut aider à l'isolation, parce que les économies d'énergie sont gigantesques, notamment au niveau de l'habitat. Est-ce qu'il ne faut pas redéployer les aides dans ce sens. C'est une question. Je pense à l'habitat ancien surtout... »
       Marie Legrand, pince sans rire, « En ce qui concerne ces aides, il y a des crédits d'impôts très importants, il y a des aides de l'État. En ce qui concerne le patrimoine ancien bâti, c'est le plus important. Je rappèle qu'au printemps dernier, la région a annoncé un très important appel à projet auprès des communes de moins de 10 000 habitants, ce qui représente l'immense majorité. [...] Après 140 réponses de communes, c'est un levier important pour les économies d'énergies des collectivités locales, sur une idée de jurys citoyens de l'année dernière. »
       Alain Garcia, incisif, « Le particulier n'est pas aidé ! »
       Piquée au vif, Marie Legrand s'enflamme, « Sur les communes, le particulier est aidé par les crédits d'impôts ! Le particulier est largement aidé sur la solaire, le photovoltaïque, etc... »

Jean-François Macaire, professoral, « La plupart des mesures du Grenelle de l'environnement sont en vigueur dans notre région. » Le vice-président sera malmené par des incidents de micros et la sonorisation totalement hors d'usage ! « Nous sommes la seule région de France à avoir passé avec la caisse des dépôts et les organismes HLM, une convention permettant de financer la réhabilitation des logements de classe D. Les logements sont classés de A à G et l'État, dans le cadre du Grenelle de l'Environnement, a prévu de s'occuper de ceux qui sont entre E,F,G. Ça représente dans notre région 15 % des logements. [...] Nous avons prévu, notre région est la seule à le faire, d'englober aussi les logements de classe D. Et là ça permet d'aller jusqu'à un peu près la moitié des logements concernés. Ça étend énormément l'impact de ces mesures de soutien à l'isolation et à la réhabilitation thermique des logements sociaux. [...] Un contrat permettra de réhabiliter, sur quatre ans, 8500 logements de classe D. Donc on est très en avance sur l'État ! »

Ségolène Royal présidant une séance tardive du conseil régional, décembre 2008
© kritix.com

Marie Legrand, « Monsieur Garcia, vous étiez là avant 2004 ! Vous pouvez voir la différence entre avant et maintenant. Nous sommes certainement, et renseignez vous, une des régions de France les plus dynamiques pour ce qui est de l'argent qui a été mis sur des programmes d'économies d'énergies et d'énergies renouvelables avec le système unique de partenariat avec l'Ademe et la mobilisation des fonds FEDER. Interrogez les voisins, vous verrez que nous sommes en pointe ! Je ne pense pas que d'autres régions n'ait mobilisé autant d'argent ! Alors, sur les économies d'énergie et sur l'isolation, vous avez raison, c'est un sujet aussi important que les énergies renouvelables. En dehors de ce que je vous ai cité en exemple, je rappèle au cas où vous l'auriez oublié, que le micro-crédit, permet aussi de financer de l'isolation ! »
       Ségolène Royal, d'un ton doucereux, jubilant devant l'intransigeance de la dissidence verte, réalité des prochaines élections, « Monsieur Garcia, vous voulez riposter ? »

Alain Garcia, ricanant, habitué aux caractères des patients, « Non, non, pas du tout ! Je voulais dire à Marie Legrand que je ne l'agresse pas du tout ! Parce que à chaque fois qu'elle répond, elle a l'impression d'être agressée ! Je trouve qu'au contraire, c'est une piste nouvelle que je souhaitais voir développer. Vous m'avez répondu, mais je ne vous ait pas agressé ! Ne vous justifiez pas ! Vous avez bonne conscience j'espère. Ne vous justifiez pas, je vous agresse pas, chère madame ! »
       La présidente, avec ce sourire difficile à contenir, s'enticha d'un « Voilà ! Alors... Je mets aux voix cette délibération. Qui est de l'avis de l'adopter ? Je vous remercie. La délibération est adoptée. »

Opérations exemplaires avec Fatick, sur le développement, soulignées par les Nations-Unies

la présidente Ségolène Royal et son vice président Jean-François Macaire, lors du Conseil régional Poitou-Charentes du 27 novembre 2009.
© kritix.com

Marie Legrand, « L'académie de Poitiers c'est totalement désengagée du partage du dossier unique, concernant le financement du projet EDD [Éducation au Développement Durable, NDR]. C'est vraiment regrettable ! Donc [il n'y a] plus de dossier unique porté par l'académie de Poitiers ; peut-être par des questions de manque d'argent. Donc, la région en partenariat avec l'Ademe, continue à aider des projets dans l'éducation, de l'école jusqu'au lycée, sous la forme d'un appel à projet qui va se dérouler de janvier 2010 à avril 2010 pour des projets opérationnels fin 2010 »

Ségolène Royal, « Les coopérations exemplaires Poitou-Charentes-Fatick [Ville du Sénégal, NDR], sont citées comme opérations exemplaires dans le programme des Nations-Unies pour le développement ; au regard de ce qui va permettre à Fatick de récupérer une partie du fond carbone des Nations-Unies. Donc en apportant une coopération, on un effet levier. C'est à dire que les pays pauvres vont recevoir beaucoup plus sans risques de détournements de fonds publiques, sans corruption autour des aides au développement, etc. . C'est du circuit-court direct : ça va directement à l'activité et au travail. »

Ainsi se termina la séance publique du conseil régional de Poitou-Charentes du 27 novembre 2009. Sous les allures policées d'une séance bien tenue, la sonorisation défaillante rappela à tous qu'il y avait bien de l'électricité dans l'air... « On a pété la sono » (sic), usée par les débats ! Dans le même temps, fébriles, les élus sont bien calés dans les starting-blocks des régionales 2010...


La fée mélusine jette un sort sur la sono
envoyé par kritixTV.
Lors de la séance publique du 28 novembre 2009, la présidente de région Poitou-Charentes affronta une sonorisation impétueuse... Extrait du Conseil Régional Poitou-Charentes du 28 novembre 2009.


Pour commenter cette chronique, connectez-vous...
Pour s'inscrire, cliquez-ici.
Pseudonyme
Mot de passe
Mémoriser


Mot de passe oublié ?
 
Regrets éternels en langue de bois d'un Bourget
Sans dents et sans reproches
Élan patriotique pour un 11 janvier 2015 en « balles tragiques » à mille temps
Pragmatique
Phrygien d'airain
Gastronome en talonnette courte
PPP ou l'impuissance du Politique
Jean-Marc Ayrault, payeur de Notre-Dame-des-Landes
Lepage Corinne, courage Parménide
'Shame on you' américano-hollandais
Livre tournois de Valençay
Commandement normatif
Bilderberg, la pieuvre
Bipartisme défait
Lumières de Hollande

Être tenu informé des dernières chroniques publiées en s'abonnant à ce flux RSS

Follow kritix on Twitter