En 2015, François Hollande c'est 900 euros de dette publique supplémentaire par français !
Thursday  24 August  2017
Bonne lecture !
Chronique 25 - Sunday 31 July 2011 Irrésistible conversion biologique en campagne Chronique 24 - Wednesday 22 June 2011 Martine Aubry fait allégeance à Ségolène Royal — Acte 2 Chronique 23 - Friday 17 June 2011 Martine Aubry fait allégeance à Ségolène Royal — Acte 1 Chronique 22 - Sunday 29 May 2011 CRANT : l’État se désengage du « numérique pour tous » ! Chronique 21 - Monday 2 May 2011 Debien Yves est ainsi fait Chronique 20 - Sunday 17 April 2011 Ségolène Royal gouverne avec les centristes Chronique 19 - Wednesday 16 March 2011 LGV : François Mitterrand était bien là ce 18 février 2011 Chronique 18 - Saturday 5 March 2011 LGV : l'appel mitterrandien du 18 février 2011 Chronique 17 - Wednesday 9 February 2011 LGV : Ségolène loyale avec les électeurs
Chronique 16 - Saturday 4 December 2010 Benoît Biteau, archange du dictionnaire caprin picto-charentais
Chronique 16 - Saturday 4 December 2010 Benoît Biteau, archange du dictionnaire caprin picto-charentais Chronique 15 - Tuesday 26 October 2010 Poitou-Charentes, havre de la politique fiscale pour l'Emploi Chronique 14 - Sunday 17 October 2010 L'audace Poitou-Charentes électrisa le Mondial de l'automobile 2010 Chronique 13 - Wednesday 6 October 2010 Avec Abderrazak El Albani, Poitou-Charentes accompagne les grandes découvertes Chronique 12 - Friday 1 October 2010 Agriculture en Poitou-Charentes : Henri de Richemont accable le monde libéral ! Chronique 11 - Saturday 17 July 2010 La force tranquille des nuits romanes berce l'agriculture picto-charentaise Chronique 10 - Wednesday 14 July 2010 Apprentissage et TER : le métronome picto-charentais Chronique 9 - Sunday 11 July 2010 Henri de Richemont court-circuité par les Amapiens et les roulottes ! Chronique 8 - Thursday 8 July 2010 Heuliez ou le duel de Ségolène Royal avec le Sarkozysme Chronique 7 - Sunday 27 June 2010 Bombardement UMP sur la forteresse Royal Chronique 6 - Saturday 19 June 2010 SCOP à la Royal Chronique 5 - Wednesday 12 May 2010 Xynthia : le Président n'est encore pas à la hauteur... de la région Poitou-Charentes ! Chronique 4 - Sunday 2 May 2010 Allure « Monnaie du Pape » à parité écologique constante Chronique 3 - Wednesday 28 April 2010 Avec l'APLI et l'Office du lait, allons défendre nos campagnes ! Chronique 2 - Saturday 24 April 2010 Fragrance de France au jardin d'Éden de Poitou-Charentes Chronique 1 - Saturday 24 April 2010 Élus du Conseil régional de Poitou-Charentes (2010-2014)
 
16ème Chronique

Benoît Biteau, archange du dictionnaire caprin picto-charentais

Kritix, le Saturday 4 December 2010 - 3218 consultations - Commenter la chronique

Benoît Biteau le croquant hissa haut la Poitou-Charentes caprine... Et l'immaculée gothique de Sablonceaux, rescapée, si fière de ce fils protecteur, trouvait une fois de plus le salut. C'était lors de cette séance publique du Conseil régional de Poitou-Charentes du 22 novembre 2010, une séance dense et particulière tout à la fois. La stratégie programmatique orchestrée par le généralissime Jean-Luc Fulachier, directeur général des services de son état, manœuvrait à vue, l'œil de Lynx en tout instant, prêt à prévenir les mauvais coups, toujours disponible pour répondre à l'urgence et anticiper les réalités de Demain auprès de madame la présidente qui sait combien son dévouement, son abnégation, compte pour l'intérêt général. Observez le DGS et vous saurez ce que madame la présidente fera : les mines d'argent melloises ayant pour legs un si bel enseignement...

Le conseiller PRG Benoît Biteau, lors du conseil régional de Poitou-Charentes du 4 octobre 2010.
© kritix.com

Au pied de la tribune présidentielle, le républicain Benoît Biteau marque au possible le caractère des séances publiques depuis son avènement... Tour à tour élégiaque, fougueux, militant, tempérant, l'élu de la douceur saintongeaise s'éprend de tout le substrat de notre bonne France. Conduire la politique du legs de la biodiversité est à n'en point douter sa seule ambition. Homme des saisons, rien n'est plus précieux que de percevoir du Temps de quoi demain sera fait... Madame la présidente lui manda secours : il ne vint que pour servir. Affable, généreux, la sagesse populaire cultivée, il n'a de cesse de labourer les terres encore fertiles des radicaux de gauche.

C'est en confiance qu'en chacune des séances, madame la présidente Ségolène Royal écoute les enseignements de l'élu Benoît Biteau. La tendresse du bien vivre exhale du débat... Et l'opposition vainement impétueuse, comme charmée, enchantée par le bon sens, se laisse bercer dans le sillage du Bien Public. Le dictionnaire en étendard de vertu, est la marque de cet élu fier de sa charge, digne de ses concitoyens ; élu qui tient à user du « madame Royal » pour mieux marquer sa déférence. Leur confiance mutuelle permet à la Région d'être au plus près des réalités de terrain. Question de principe : depuis les caractères de l'authentique républicain, monsieur le vice-président Benoît Biteau a des principes assumés et défendus en tout bien tout honneur.


Fondation de la maison du fromage de chèvre
envoyé par kritixTV.
Poitou-Charentes fonde la maison du fromage de chèvre pour préserver la qualité du lait et des revenus décents aux éleveurs. Extrait de la séance publique du conseil régional Poitou-Charentes du 22 novembre 2010.

Des pâtres, des pâtres... Oui mais du Chabichou !

Madame la présidente, comme en écho à la séance du conseil régional du 6 juillet 2009 :
       « Nous allons renforcer notre action en direction des agriculteurs... D'une part, en développant le réseau d'excellence caprine en Poitou-Charentes. La Région, première Région caprine... ça monsieur Rabit ne va pas le contester, c'est la production de lait dans la région, et nous avons un tiers du cheptel national. [...] J'ai beaucoup œuvré pour le Chabichou du Poitou [...]. Cela se traduit par la mise en place d'un réseau d'excellence caprine régionale par les professionnels et d'un outil de services entre les acteurs de la filière permettant de leur assurer des perspectives d'avenir dans les domaines économiques, social et environnemental. [...] Ce projet regroupe tous les partenaires, y compris les associations de producteurs et la chambre régionale d'agriculture. »


Extrait du conseil régional du 6 Juillet 2009 - Les chèvres aux champs !
envoyé par kritixTV.
La présidente Ségolène Royal se montra décidée à réintroduire les chèvres sur le territoire de la région Poitou-Charentes. L'opposant UMP Henri de Richemont déplora l'arrêt de mort unilatéral de cabrilia, le "futuroscope de la chèvre" dixit Ségolène Royal.

« Le deuxième projet c'est la création de la maison du fromage de chèvre. [...] Ce projet s'inscrit dans le schéma régional du tourisme 2005-2010, au titre d'un tourisme toute l'année et contribuant à la valorisation des savoirs-faires et des produits régionaux, dans le cadre du tourisme industriel. [...] Il offrira une double opportunité pour la coopérative laitière : il permettra le développement de son magasin d'usine et la promotion des savoir-faires pour la filière... et de disposer par un espace scénographique d'un lieu de découverte et de sensibilisation sur la filière caprine. [...]
       Alors on va certainement me poser des questions sur la différence entre cette maison du fromage de chèvre et le chèvroscope. La différence c'est que ce projet a lieu dans une unité de transformation existante : c'est à dire dans une laiterie avec de vrais éleveurs, qui sont sur le premier bassin de production du lait de chèvre. »

L'intrépide féal Benoît Biteau :
       « L'idée, c'est de garder la plus grande vigilance sur cette filière laitière caprine, de manière à ce qu'elle ne tombe pas dans les mêmes travers que la filière laitière bovine. Et donc d'anticiper, par la fédération de tous les acteurs de la production de lait de chèvre, vers une dynamique économique qui fasse qu'on tombe pas dans les mêmes difficultés que l'autre : la filière de sa grande cousine la vache. Et donc l'idée, c'est de se mettre en marche [L'opposant Argenton nargua le conseiller Biteau, NDLR]. Eh oui... D'ailleurs, la chèvre est présentée par les éleveurs comme la vache du pauvre ! Et donc la chèvre s'est présentée un peu mieux par rapport à la crise du lait... C'est pas parce qu'elle s'en sort mieux jusque là que elle est exempte de menaces ! Et donc l'idée c'est d'anticiper, d'organiser la filière et aussi la façon de produire du lait de chèvre, de manière à être dans l'anticipation et ne pas à avoir à essuyer une grave crise du lait autour de la problématique de la chèvre ; et que la région Poitou-Charentes reste le moteur sur cette production laitière locale. »

Le conseiller Nouveau Centre (opposition) Xavier Argenton lors du conseil régional de Poitou-Charentes du 19 avril 2010.
© kritix.com

L'opposant Xavier Argenton, la colère contenue :
       « Nous, notre observation, c'est une observation de désapprobation. [...] On constate que jusqu'en 2003, il y avait un projet, [...] Cabrilia, qui avait été mis en place par l'ancien président de Région, à savoir Jean Pierre Raffarin. Et ce projet était largement financé par des fonds européens [...]. Et on a le sentiment que ce projet de maison de fromage de chèvre à Celle sur Belle est tout ce qui ressemble et ce qui était prévu par Cabrilia ! [...] Ce que je regrette très sincèrement, c'est que [...] il y a 7 ans qui sont passés : 7 ans de perdus ! Et aussi on perd de l'argent, de l'argent européen... [...] Des crédits n'ont pas été consommés et le préfet en demande la restitution à hauteur de 240 000 euros. C'est pour ça que nous voterons contre cette délibération. »

Par le pouvoir encyclopédique, ce situationniste du bon sens populaire, le radical Benoît Biteau, foudroya Cabrilia bling bling

Benoît Biteau répliqua aux propos aigris qu'un Dominique Paillé aurait lui aussi pu proférer :
       « La comparaison avec le centre international caprin de Linazay et ce qui se passe à Sèvre et Belle... Rien n'est comparable ! C'est à dire qu'à Linazay, on avait fait une infrastructure avec la folie des grandeurs : il y avait des chèvres qui produisaient un peu de lait, beaucoup de chèvres qui n'en produisaient pas pour avoir une belle vitrine de toutes les races de chèvres que l'on fait au monde, avec un centre qui a une capacité d'accueil — je crois de mémoire — de 70 000 personnes par an quand il n'en recevait qu'à peu près 7 000 ! Et avec un déficit annuel de l'activité qui est autour de 150 ou 200 000 euros, peut-être même 250 000 euros par an ! Et qui en aucun cas n'accompagnait une démarche collective autour des éleveurs, alors que ce qu'on vous propose aujourd'hui c'est bien de fédérer une démarche avec tous les acteurs de l'économie, tous les acteurs de la filière caprine, pour s'engager sur une démarche qui va servir à tous... Alors que le centre de linazay ne servait que la folie des grandeurs du président de la Région de l'époque. »
       Alors que les passions tenaillaient les vieilles rancœurs aigres douces, madame la présidente usa du meilleur des procédés qu'il soit pour l'intègre serviteur de l'État : signifier au peuple la teneur des comptes publics. Un euro dépensé restera un euro utile pour la Région.

Le délire du président Raffarin

La présidente Ségolène Royal, lors du conseil régional de Poitou-Charentes du 22 novembre 2010.
© kritix.com

La présidente de Région :
       « Je voudrais juste apporter une précision sur Cabrilia parce que j'ai là les chiffres... Cabrilia avait coûté 5,2 millions d'euros ! Je ne sais pas si vous vous rendez compte de tout ce qu'on aurait pu faire avec 5,2 millions d'euros pour aider à la modernisation, à l'équipement des producteurs sur la totalité de la Région ! Je répète 5,2 millions d'euros ! Sans parler du déficit de fonctionnement qui atteignait 230 000 euros par an... Donc vous vous rendez compte, [...] si nous avions diffusé cet effort vers les vrais éleveurs, à l'installation de gîtes ruraux, à des lieux de dégustation, des lieux de promotion, c'est vrai qu'on aurait un paysage totalement différent par rapport à tout ce qui a été englouti par cet argent ! C'est vrai qu'on a dû reversé une partie des sommes — 230 000 euros — mais c'est rien par rapport à ce qu'on aurait dépensé si l'on avait continué à investir !
       [...] En 6 ans, on a économisé 1 600 000 euros ! [Argent] qui aurait continué à alimenter ce lieu totalement délirant
[Cabrilia, NDLR] par rapport à la réalité de ce que vivent au quotidien les producteurs et les éleveurs. Donc là on a repris les choses ; çà a été peut-être un peu long, mais c'est beaucoup plus intelligent d'accompagner des projets qui viennent du territoire, qui sont construits par les gens eux-mêmes, parce qu'on est sûr au moins de la qualité de l'engagement sur ce projet-là. Et par rapport à tout cet argent qui a été englouti par Cabrilia... Aujourd'hui, on demande 230 000 euros pour ce [nouveau] projet. Franchement, ils sont très raisonnables par rapport aux enjeux, par rapport à tout ce qui a été gaspillé dans ce projet [Cabrilia] totalement délirant.
       J'ajoute qu'en plus on a récupéré les locaux... Nous avons fait une deuxième économie parce que nous y avons installé les réserves du FRAC : ils n'ont pas été perdus. Et çà a permis d'éviter de construire, parce que l'État avait donné l'ordre de construire pour protéger les œuvres ! Souvenez-vous, dans des hangars pleins d'humidité... et les œuvres s'abimaient. Donc, ça nous a évité de reconstruire un local. On a donc utilisé Cabrilia pour servir de lieu de restauration, de conservation des œuvres d'art contemporain du FRAC.
       Et [dans cette délibération] nous lançons une action sur la filière caprine qui est portée par les éleveurs eux-mêmes. Et je pense qu'il vaut mieux être discret parce que vous votez contre... Et franchement, c'est parce que vous votez contre que je suis obligée de rappeler le scandale financier de cette opération. Et là je crois que l'on a juste intérêt à aider les éleveurs à porter un projet somme toute à taille humaine, à dimension humaine... Et qui correspond à quelque chose de tout à fait raisonnable par rapport à ce qui a été scandaleusement gaspillé ! »

L'arroseur arrosé...

Le conseiller UMP Henri de Richemont, lors du conseil régional de Poitou-Charentes du 4 octobre 2010.
© kritix.com

Le bon Henri de Richemont, opposant de son état :
       « On peut critiquer ce qui a été fait par la majorité précédente et par les prédécesseurs... Mais il y a des choses que l'on ne peut pas laisser dire ! J'ai un privilège sur vous tous, c'est que je suis le seul dans cette assemblée a siéger sur ces bancs en 2003... » Les élus s'offusquèrent : le bon Henri oublia, non sans malice, quelques uns de ses collègues de l'opposition. Le sieur de Richemont rétropédala, mais la mauvaise foi était là, comme un boulet. Flottement... Il s'excusa platement avant de poursuivre, ce qui eut le don d'amuser la présidente. « À l'époque, je présidais la commission d'agriculture... À l'époque, la commission d'agriculture était une commission ouverte à laquelle participait activement l'opposition et tous les secteurs de l'élevage. Et quand j'entends Benoît Biteau dire que le projet n'accompagne aucune démarche politique des éleveurs, je ne peux que me porter en faux contre ce qui a été dit. Parce que ce projet a été étudié en commission après avoir écouté les éleveurs représentés dans leurs organisations représentatives... Tous les éleveurs ont été consulté et Cabrilia c'est une démarche de la filière caprine de l'époque.
       Ce n'est pas la folie des grandeurs d'un homme que vous laissez entendre, madame la présidente, en parlant de projet délirant... C'était un projet qui était consensuel, qui a été voulu par la profession et pour la profession. Alors c'est facile aujourd'hui de dire que ce projet était voué à l'échec ! Madame la présidente, vous l'avez arrêté lorsqu'il était en phase de lancement ! Alors c'est vrai, madame la présidente, je ne connais pas un projet qui à ses débuts n'a pas des difficultés pour pouvoir être crédibilisé... J'ai connu les débuts de mouton village et ses difficultés... J'ai connu beaucoup de projets ayant eu des difficultés qui après se sont révélés tout à fait positifs...
       Vous l'avez arrêté pour des raisons purement politiques, ou autres, et parce que effectivement vous considériez — excusez-moi je voudrais terminer — que ce projet ne correspondait pas à ce que vous souhaitiez ! Mais vous n'avez pas laissé ce projet vivre ! Vous n'avez pas laissé ce projet apporter ses preuves ! Et nous considérons que ce projet qui était porté par une inter-profession, avait la possibilité d'être viable et qu'il aurait pu fonctionner si vous ne l'aviez pas cisaillé dès le départ !
       Alors maintenant c'est facile de dire : il a coûté très cher... c'était ci, c'était çà... etc. Vous n'en vouliez pas, c'était votre droit ! Mais vous ne pouvez pas jeter l'opprobre sur ceux qui ont décidé ! Et prétendre qu'ils ont décidé seuls, alors qu'encore une fois toutes les professions, tous les partenaires étaient pour ce projet ! C'était un projet collectif, c'était un projet de la Région, il a été entrepris... Tout le monde à l'époque était fier de ce projet ! Vous l'avez détruit c'est votre droit ! Mais vous n'avez pas le droit de jeter l'opprobre sur ce projet ! »

La présidente Ségolène Royal répliqua vertement :
       « Je rappèlerai quand même que lorsque nous sommes arrivés aux responsabilités, le projet était complètement en faillite... Et qu'il a même fallut en catastrophe, que les services de la Région commandent de la paille pour pouvoir nourrir les bêtes parce que le site était en cessation de paiement, monsieur de Richemont ! Donc je crois qu'il faut que chacun garde en mémoire cet événement... »

Sus à la ferme off shore !

Conseil régional de Poitou-Charentes du 22 novembre 2010.
© kritix.com

Les conseiller Yves Debien, figure régionale bien connue, homme de bien pour la plupart:
       « Sur la dimension financière, [ces deux projets] n'ont rien à voir... Sur l'implication de la profession, ils n'ont rien à voir... Car l'un n'est qu'un pur artifice dans un désert délocalisé pour un certain nombre de raisons parce qu'il y avait des fonds. [...] Et donc [dans notre projet] c'est dans une coopérative avec la profession.
       Et je vais répondre à Henri de Richemont sur le fond parce que je ne vais pas revenir sur ce qui a été dit là-dessus. Nous étions effectivement sur ces bancs. Et avec Serge Morin, j'étais un de ceux qui nous ont averti dès le début que ce projet serait un gouffre, une erreur ! Reprenez les débats, vous pouvez tous les reprendre, monsieur de Richemont... Vous pourrez vous souvenir de ce combat que l'on a mené, expliquant en long, en large, que vous étiez coupé de la profession, que c'était un site qui n'avait aucun attrait touristique ; qui n'avait aucun avenir de développement. Alors c'est vrai, c'est vrai : je vous donnerais sur un point raison... Le président de l'association centrale des laiteries était Pour ! Mais les laiteries coopératives que moi je rencontrais sur le terrain, que Serge rencontrait sur le département des Deux-Sèvres, comme elles sont phagocytées dans l'association centrale des laiteries, elles ne disaient rien [au président de] l'association... Mais à nous sur le terrain, elles nous disaient ce qu'elles en pensaient. En fait, la profession était d'accord parce qu'elle n'a pas été consulté ! On n'a consulté que les notables de la profession !
       Voulez-vous que je vous rappèle qui ils étaient ? Et de quel côté ils sont ? Et où on les retrouve dans les différentes cantonales ? Sur quelles listes ? Ou au niveau régional ? Donc cette réalité là ce n'était pas la profession, c'était les amis du président qui étaient pour le projet du président ! C'était un projet dont on savait qu'il n'était pas viable ! C'était un projet qui n'avait aucun fondement économique, aucun fondement culturel, aucun fondement social par rapport à notre histoire ! Vous l'avez quand même voulu pour des raisons politiques... [...] Le président Raffarin, alors qu'il n'y avait rien dans un désert, il a fait venir toute la presse pour faire mettre une pancarte ! Alors c'était çà votre projet ! On s'est battu contre et je suis très heureux que la majorité qui est arrivée ensuite, où je n'étais pas, ait pris cette décision car elle correspondait à ce que nous disions sur ces bancs. »

Le bon Henri de Richemont, après que l'élu de bien se soit rappelé à son bon souvenir :
       « Je voudrais répliquer à monsieur Debien... Je suis un peu atterré par les propos qu'il tient. Parce qu'en l'écoutant, on a l'impression que les représentants des associations ou des chambres d'agriculture ne sont pas vraiment représentatifs quand ils ne font pas partie du parti qui est le sien. [...] À l'époque, j'étais président de la commission agriculture : je me souviens de tous ces débats. Je ne vois pas l'intérêt du président de l'époque d'avoir voulu créer un tel centre s'il n'avait pas été à la demande de la filière caprine et de tous les éleveurs. Il n'y avait aucun intérêt de la part du président de l'époque à créer ce centre s'il n'y avait pas, s'il ne répondait pas à un besoin, à une demande de la filière. Alors vous dites : oui, mais c'est le président ! C'était des notables, c'était des présidents et c'était dans notre parti ! C'est ce que vous venez de dire ! C'est, je trouve, une attaque personnelle vis à vis des présidents de l'époque ! [...] Je trouve çà inadmissible ! Ce n'est pas parce que quelqu'un n'appartient pas à votre parti, qu'il n'est pas représentant de la catégorie professionnelle qui les a élu ! »

Poitou-Charentes combat l'oligarchie

Le vice président Benoît Biteau, avec ce soucis de la condition rurale :
       « Je confirme ce que dit Yves Debien sur les notables : il y a des notables qui ont dévoyé le modèle coopératif, qui est quand même historiquement en Région Poitou-Charentes, à l'origine du mouvement coopératif national ! Aujourd'hui, les éleveurs producteurs de lait ont affaire à des voyous qui ne respectent plus... [Le gentil dauphin de la finance s'agita... NDLR] qui ne respectent plus les fondements de la coopérative ! Je vais ENCORE faire référence au dictionnaire... S'il vous plaît ! Le premier mot que je trouve lorsque je l'ouvre à "coopérative", je trouve "mutualisation des bien d'équipements" ! Expliquez moi en quoi Cabrilia était un projet structurant qui mutualisait les biens d'équipements ? »

La présidente Ségolène Royal (à droite) et le DGS Jean-Luc Fulachier (à gauche), lors du conseil régional de Poitou-Charentes du 22 novembre 2010.
© kritix.com

Ségolène Royal porta le coup de grâce au legs Raffarin :
       « Je vais conclure en communiquant à l'assemblée régionale le rapport d'expertise sur le projet de centre international caprin de linazay, fait par la trésorerie générale et la mission régionale d'expertise économique et financière, faite par Yvon Meyer, receveur des finances dépendant du ministère de l'économie et des finances — et cela depuis août 2002, avant que nous soyons aux responsabilités — et qui souligne ceci :
       "La consolidation d'un tel déficit sur cet équipement ne peut manquer d'être préoccupant pour la viabilité économique et durable du centre projeté. Le déficit projeté pour l'année 2004 — nous sommes en 2002 — est de -235 000 euros en 2003 et devrait s'aggraver en 2004. L'exploitation du centre ne trouvera pas par elle-même son équilibre financier. La structure gestionnaire ne pourra jamais dégager les moyens indispensables au renouvèlement des équipements scénographiques. Il est par conséquent à prévoir que l'implication financière de la collectivité publique régionale ne se limitera pas à la perception d'une redevance d'occupation. Mais entrainera la nécessité d'une intervention financière récurrente de la Région pour permettre au centre international caprin de fonctionner. Une telle perspective est déjà inscrite — nous sommes en 2002 — dans le projet de convention entre la Région et l'association gestionnaire qui prévoit une clause exorbitante faisant que la Région pourra apporter son concours financier, afin d'assurer la pérennité, sans limites de temps, du bon fonctionnement des installations. Par ailleurs, en faisant une analyse détaillée par unités de gestion, on constate que les déficits affectent tous les secteurs d'activités : les visites, la boutique et la ferme !"
       Donc, comme nous sommes arrivés en 2004 et que le centre était en faillite... et je le rappèle, nous avons paré au plus pressé, puisqu'il a même fallut nourrir en direct les animaux de Cabrilia pour les faire survivre ! Donc je crois qu'effectivement ces 5 millions d'euros auraient été plus judicieusement utilisés en aidant l'investissement chez tous les petits éleveurs de la Région... Dont acte. Il n'était pas prévu d'aborder tous ces aspects des choses, mais puisque vous soulevez la polémique, nous y répondons. Et vous comprendrez qu'il serait aujourd'hui totalement incongru, alors que vous aviez englouti 5 millions d'euros dans un projet non viable, de refuser aujourd'hui 260 000 euros à des éleveurs qui ont monté leurs propres projets de développement dans une laiterie qui existe depuis plus d'un siècle et qui va permettre de développer ces différents projets. »

Voici comment par la seule volonté politique, l'on peut combattre pied à pied le diktat ultra-libéral...


Poitou-Charentes rend honneur au cycliste Sylvain Chavanel
envoyé par kritixTV.
Poitou-Charentes, par la voix de sa présidente Ségolène Royal, rend les honneurs au cycliste Sylvain Chavanel, natif de la Région. Extrait de la séance publique du conseil régional Poitou-Charentes du 22 novembre 2010.

Photo de Mme Nathalie Lanzi (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Nathalie Lanzi
Conseillère
Parti Socialiste
Deux-Sèvres
Niort
Photo de Mme Régine Joly (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Régine Joly
Vice-Présidente
Parti Socialiste
Charente-Maritime
Royan
Photo de M. Michel Gourinchas (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Michel Gourinchas
Conseiller
Parti Socialiste
Charente
Cognac
Photo de Mme Julie Geairon (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Julie Geairon
Conseillère
Parti Socialiste
Vienne
Thouars
Photo de M. Vincent You (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Vincent You
Conseiller
Parti Chrétien-Démocrate
Charente
Angoulême
Photo de Mme Véronique Laprée (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Véronique Laprée
Conseillère
Divers Droite
Charente-Maritime
Meursac
Photo de M. Thierry Joulin (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Thierry Joulin
Conseiller
Chasse, pèche, nature et tradition
Charente-Maritime
Saint-Laurent-de-La-Prée
Photo de Mme Pascale Guittet (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Pascale Guittet
Conseillère
Chasse, pèche, nature et tradition
Vienne
Pouillé
Photo de Mme Marie-Elise Dang-Vu (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Marie-Elise Dang-Vu
Conseillère
Mouvement Pour la France
Deux-Sèvres
Niort
Photo de M. Véronique Marendat (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Véronique Marendat
Conseiller
Nouveau Centre
Charente
Segonzac
Photo de M. Bruno Drapron (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Bruno Drapron
Conseiller
Nouveau Centre
Charente-Maritime
Saintes
Photo de M. Xavier Argenton (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Xavier Argenton
Conseiller
Nouveau Centre
Deux-Sèvres
Parthenay
Photo de Mme Véronique Abelin (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Véronique Abelin
Conseillère
Nouveau Centre
Vienne
Châtellerault
Photo de M. Philippe Rabit (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Philippe Rabit
Conseiller
Union pour un Mouvement Populaire
Vienne
Châtellerault
Photo de M. Philippe Mouiller (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Philippe Mouiller
Conseiller
Union pour un Mouvement Populaire
Deux-Sèvres
Moncoutant
Photo de Mme Sylvie Marcilly (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Sylvie Marcilly
Conseillère
Union pour un Mouvement Populaire
Charente-Maritime
Fouras-les-Bains
Photo de Mme Sally Chadjaa (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Sally Chadjaa
Conseillère
Union pour un Mouvement Populaire
Charente-Maritime
La Rochelle
Photo de M. Olivier Chartier (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Olivier Chartier
Conseiller
Union pour un Mouvement Populaire
Vienne
Poitiers
Photo de M. Dominique Bussereau (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Dominique Bussereau
Conseiller
Union pour un Mouvement Populaire
Charente-Maritime
Saint-Georges-de-Didonne
Photo de M. Henri de Richemont (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Henri de Richemont
Conseiller
Union pour un Mouvement Populaire
Charente
Étagnac
Photo de Mme Marie-Paule Jammet (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Marie-Paule Jammet
Conseillère
Europe Écologie
Charente-Maritime
Saint-Xandre
Photo de Mme Hélène Shemwell (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Hélène Shemwell
Conseillère
Europe Écologie
Vienne
Quinçay
Photo de Mme Geneviève Paillaud (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Geneviève Paillaud
Conseillère
Europe Écologie
Deux-Sèvres
Melle
Photo de M. Laurence Marcillaud (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Laurence Marcillaud
Conseiller
Europe Écologie
Charente-Maritime
Meursac
Photo de M. Patrick Larible (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Patrick Larible
Conseiller
Europe Écologie
Charente-Maritime
La Rochelle
Photo de M. Éric Joyaux (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Éric Joyaux
Conseiller
Europe Écologie
Vienne
Poitiers
Photo de M. Jean-Christophe Hortolan (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Jean-Christophe Hortolan
Conseiller
Europe Écologie
Charente
Fouquebrune
Photo de M. Serge Morin (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Serge Morin
Vice-Président
Europe Écologie
Deux-Sèvres
Aiffres
Photo de Mme Marie-Laure Tissandier (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Marie-Laure Tissandier
Conseillère
Dissident Modem
Charente
Photo de Mme Françoise Coutant (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Françoise Coutant
Vice-Présidente
Europe Écologie
Charente
Angoulême
Photo de Mme Valérie Marmin (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Valérie Marmin
Conseillère
Dissident Modem
Vienne
Montamisé
Photo de M. Alexis Blanc (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Alexis Blanc
Vice-Président
Dissident Modem
Charente-Maritime
Le château d'Oléron
Photo de M. Guy Eyermann (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Guy Eyermann
Conseiller
Divers Gauche
Vienne
Saint-Sauveur
Photo de M. Jacky Emon (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Jacky Emon
Conseiller
Divers Gauche
Charente-Maritime
Fontcouverte
Photo de M. Georges Stupar (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Georges Stupar
Vice-Président
Divers Gauche
Vienne
Poitiers
Photo de M. Alain Bucherie (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Alain Bucherie
Conseiller
Divers Gauche
Charente-Maritime
La Rochelle
Photo de M. Cyril Cibert (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Cyril Cibert
Conseiller
Parti Socialiste
Vienne
Châtellerault
Photo de Mme Nathalie Garnier (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Nathalie Garnier
Conseillère
Parti Radical de Gauche
Charente-Maritime
La Rochelle
Photo de M. Michel Broncy (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Michel Broncy
Conseiller
Parti Socialiste
Charente
Ruelle-sur-Touvre
Photo de M. Émile Bregeon (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Émile Bregeon
Vice-Président
Parti Socialiste
Deux-Sèvres
Cerizay
Photo de M. Benoît Biteau (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Benoît Biteau
Vice-Président
Parti Radical de Gauche
Charente-Maritime
Sablonceaux
Photo de Mme Reine-Marie Waszak-Delage (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Reine-Marie Waszak-Delage
Vice-Présidente
Parti Socialiste
Vienne
Montmorillon
Photo de Mme Brigitte Tondusson (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Brigitte Tondusson
Conseillère
Parti Socialiste
Vienne
Châtellerault
Photo de Mme Maryline Simoné (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Maryline Simoné
Vice-Présidente
Parti Socialiste
Charente-Maritime
La Rochelle
Photo de M. Christophe Ramblière (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Christophe Ramblière
Conseiller
Parti Radical de Gauche
Charente
Brie
Photo de Mme Madeleine Ngombet Bitoo (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Madeleine Ngombet Bitoo
Vice-Présidente
Parti Socialiste
Charente
Confolens
Photo de M. Thierry Lepesant (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Thierry Lepesant
Conseiller
Parti Socialiste
Charente-Maritime
La Jarrie
Photo de M. Olivier Falorni (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Olivier Falorni
Conseiller
Parti Socialiste
Charente-Maritime
La Rochelle
Photo de M. Pascal Duforestel (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Pascal Duforestel
Conseiller
Parti Socialiste
Deux-Sèvres
Niort
Photo de M. Yves Debien (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Yves Debien
Vice-Président
Parti Socialiste
Deux-Sèvres
Melle
Photo de Mme Françoise Bély (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Françoise Bély
Vice-Présidente
Parti Socialiste
Deux-Sèvres
Parthenay
Photo de Mme Joëlle Averlan (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Joëlle Averlan
Conseillère
Parti Socialiste
Charente
Parthenay
Photo de M. Jean-François Macaire (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Jean-François Macaire
Vice-Président
Parti Socialiste
Vienne
Poitiers
Photo de Mme Françoise Mesnard (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Françoise Mesnard
Vice-Présidente
Parti Socialiste
Charente-Maritime
Saint-Jean-d'Angély
Photo de Mme Ségolène Royal (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Ségolène Royal
Présidente
Parti Socialiste
Deux-Sèvres
Melle


Présentation des élus du Conseil régional de Poitou-Charentes

Pour commenter cette chronique, connectez-vous...
Pour s'inscrire, cliquez-ici.
Pseudonyme
Mot de passe
Mémoriser


Mot de passe oublié ?
 
Regrets éternels en langue de bois d'un Bourget
Sans dents et sans reproches
Élan patriotique pour un 11 janvier 2015 en « balles tragiques » à mille temps
Pragmatique
Phrygien d'airain
Gastronome en talonnette courte
PPP ou l'impuissance du Politique
Jean-Marc Ayrault, payeur de Notre-Dame-des-Landes
Lepage Corinne, courage Parménide
'Shame on you' américano-hollandais
Livre tournois de Valençay
Commandement normatif
Bilderberg, la pieuvre
Bipartisme défait
Lumières de Hollande

Être tenu informé des dernières chroniques publiées en s'abonnant à ce flux RSS

Follow kritix on Twitter