En 2015, François Hollande c'est 900 euros de dette publique supplémentaire par français !
Wednesday  18 October  2017
Bonne lecture !
Chronique 25 - Sunday 31 July 2011 Irrésistible conversion biologique en campagne Chronique 24 - Wednesday 22 June 2011 Martine Aubry fait allégeance à Ségolène Royal — Acte 2 Chronique 23 - Friday 17 June 2011 Martine Aubry fait allégeance à Ségolène Royal — Acte 1 Chronique 22 - Sunday 29 May 2011 CRANT : l’État se désengage du « numérique pour tous » ! Chronique 21 - Monday 2 May 2011 Debien Yves est ainsi fait Chronique 20 - Sunday 17 April 2011 Ségolène Royal gouverne avec les centristes Chronique 19 - Wednesday 16 March 2011 LGV : François Mitterrand était bien là ce 18 février 2011 Chronique 18 - Saturday 5 March 2011 LGV : l'appel mitterrandien du 18 février 2011 Chronique 17 - Wednesday 9 February 2011 LGV : Ségolène loyale avec les électeurs Chronique 16 - Saturday 4 December 2010 Benoît Biteau, archange du dictionnaire caprin picto-charentais Chronique 15 - Tuesday 26 October 2010 Poitou-Charentes, havre de la politique fiscale pour l'Emploi Chronique 14 - Sunday 17 October 2010 L'audace Poitou-Charentes électrisa le Mondial de l'automobile 2010 Chronique 13 - Wednesday 6 October 2010 Avec Abderrazak El Albani, Poitou-Charentes accompagne les grandes découvertes Chronique 12 - Friday 1 October 2010 Agriculture en Poitou-Charentes : Henri de Richemont accable le monde libéral ! Chronique 11 - Saturday 17 July 2010 La force tranquille des nuits romanes berce l'agriculture picto-charentaise Chronique 10 - Wednesday 14 July 2010 Apprentissage et TER : le métronome picto-charentais Chronique 9 - Sunday 11 July 2010 Henri de Richemont court-circuité par les Amapiens et les roulottes ! Chronique 8 - Thursday 8 July 2010 Heuliez ou le duel de Ségolène Royal avec le Sarkozysme Chronique 7 - Sunday 27 June 2010 Bombardement UMP sur la forteresse Royal Chronique 6 - Saturday 19 June 2010 SCOP à la Royal
Chronique 5 - Wednesday 12 May 2010 Xynthia : le Président n'est encore pas à la hauteur... de la région Poitou-Charentes !
Chronique 5 - Wednesday 12 May 2010 Xynthia : le Président n'est encore pas à la hauteur... de la région Poitou-Charentes ! Chronique 4 - Sunday 2 May 2010 Allure « Monnaie du Pape » à parité écologique constante Chronique 3 - Wednesday 28 April 2010 Avec l'APLI et l'Office du lait, allons défendre nos campagnes ! Chronique 2 - Saturday 24 April 2010 Fragrance de France au jardin d'Éden de Poitou-Charentes Chronique 1 - Saturday 24 April 2010 Élus du Conseil régional de Poitou-Charentes (2010-2014)
 
5ème Chronique

Xynthia : le Président n'est encore pas à la hauteur... de la région Poitou-Charentes !

Kritix, le Wednesday 12 May 2010 - 3038 consultations - Commenter la chronique

Lentement, la fatigue gagnait chacun des élus du bon Conseil de Poitou-Charentes (voir la chronique précédente)... Seul l'ordre du jour dicta à des élus harassés le commandement des bienséances : se lever, déroger à la discipline pour se dégourdir et dans un ultime effort répondre fièrement de la bonne police de madame la Présidente. En cette fin de séance publique du 19 avril 2010, nul ne pouvait se soustraire, ni à l'impitoyable Xynthia, ni à la cérémonieuse fin de séance toute emplie des charmes du bon Henri de Richemont...
       Madame Royal explicita l'amateurisme gouvernemental, si peu soucieux des victimes, tellement préoccupé à couvrir les négligences sur la loi littorale de certains élus (essentiellement de Droite) peu soucieux des lois de la République ! La présidente Royal ne manqua pas d'épargner à l'Opposition, la lecture de la liste des coupables ayant par faiblesses octroyé les permis de construire meurtriers. Ségolène Royal n'est pas une élue de l'Épuration, mais de la République.


Xynthia déstabilise le gouvernement en Poitou-Charentes
envoyé par kritixTV.
La présidente de la région Poitou-Charentes s'indigne des défaillances de l'État après la tempête Xinthia. Extrait de la séance publique du conseil régional Poitou-Charentes du 19 avril 2010.

Le recul de la République doit cesser !

Ségolène Royal, magistrate de l'intérêt général et avocate des victimes :
       « Nous passons aux actions de la Région concernant les dégâts de la tempête [Xynthia]. Comme vous savez, la Région s'est mobilisée très vite ! [...] Nous avons adopté lors de le séance du 8 mars [2010] un ensemble de mesures... Ce bilan est présenté dans le rapport que je vous ai soumis. Je vous propose de procéder aux affectations des crédits nécessaires à la bonne fin de ces actions. [...] Au delà des clivages politiques, je tiens une nouvelle fois à saluer le travail des maires et des municipalités qui ont été au contact de la détresse de leurs concitoyens. Nous avons donc versé des subventions pour un montant total de 1 350 000 euros ; ce qui a permis de verser 2292 chèques d'urgence de 500 euros. Nous avons aussi reçu des dons des autres régions, immédiatement mobilisés au service des communes de la région. Nous sommes aussi venus en aide aux déplacements ; puisque les gens ont tout perdu, y compris leur voiture ! 195 voitures ont ainsi été prêtées aux citoyens.
       Les aides au relogement : grâce à [l'acquisition] des mobile-homes, nous avons pu aider les communes à reloger 106 familles.
       Et enfin, [...] 27 premières entreprises ont été aidées sous la forme d'une avance sur subvention. Et bien évidement, nous demandons à l'État, dans les secteurs de la conchyliculture et de l'agriculture, que le dispositif [d'aide] soit rapidement opérationnel.
       Il vous est proposé aussi de soutenir les actions de diverses associations de victimes, à hauteur d'une somme forfaitaire de 1000 euros par associations, pour les aider à s'organiser. [...] Ce qui vous est proposé également, c'est de proroger le dispositif de bonus vert pour l'acquisition d'équipements de maison jusqu'au 15 juillet 2010 ; pour tous les équipements électroménagers, spécifiquement pour les familles sinistrées.
       Donc voilà l'ensemble du dispositif qui est actuellement prévu. Bien évidemment nous restons très attentif pour pouvoir accompagner les entreprises qui ont besoin de redémarrer... C'est la raison aussi pour laquelle nous avons lancé une promotion du littoral — que vous avez peut-être vu — qui a duré trois semaines dans le métro parisien. Elle à eu, je crois, pas mal d'impact. [...] Et la région Pays de Loire nous a proposé une action commune de promotion du territoire du littoral atlantique : je vous propose de délibérer une subvention forfaitaire de 230 000 euros pour participer à cette action de promotion qui devrait bénéficier directement à tous les opérateurs touristiques qui [créent beaucoup] d'emplois sur le littoral. »

Xynthia ne sera pas un crime amendé

La conseillère Sylvie Marcilly lors du conseil régional de Poitou-Charentes du 19 avril 2010.
© kritix.com

La conseillère UMP Sylvie Marcilly stigmatisa, non sans aigreurs, les menées autonomistes de la présidente Ségolène Royal :
       « Envisagez-vous, comme le Conseil Régional des Pays-de-la-Loire, de participer au financement de la reconstruction des protections du littoral ?
       — Alors vous voulez parler des digues ? De la reconstruction des plages ?
demanda la présidente, voyant bien la rhétorique de l'élu Dominique Bussereau, président de Charente-Maritime, ministre de la République et conseiller régional défaillant.
       — Oui ! Enfin je vois dans ma commune que les dégâts sont importants, donc il y a un dossier qui va vous être envoyé. Mais je vois que dans la région des Pays-de-la-Loire, en fait, il y a une collaboration entre l'État, le Conseil Général et la Région ; pour l'étude et le financement de la reconstruction des digues et protections.
       — Alors sur cette question qui est en effet très importante pour certaines communes,
répondit la présidente, qui sait ne pas souiller la mémoire des Harkis. [Il y a des actions de certaines communes et associations de sinistrés] contre l'État qui n'a pas entretenu les digues et qui, de ce point de vue, a aggravé un certain nombre de dégâts. Ce que nous souhaitons par rapport à la protection du contribuable régional, c'est que chacun exerce ses responsabilités. Donc quand il y a une responsabilité de l'État, la Région n'interviendra pas financièrement. Quand il y a une responsabilité ou un patrimoine communal, la Région interviendra par l'intermédiaire du FRIL que j'ai évoqué tout à l'heure. [...] [Nous voulons que] l'État soit mis devant ses responsabilités ; assume financièrement ses responsabilités. Ce qui permettra d'ailleurs aux communes d'avoir à la fois le fonds d'État pour tout ce qui concerne la responsabilité de l'État, et les fonds de la Région pour tout ce qui concerne les projets strictement communaux sur lesquels nous interviendrons en cofinancement ; comme nous le faisons dans le cadre [de projet communaux] sur lesquels, très souvent, il y a aussi une intervention du Conseil Général et une intervention de l'État. »

L'intérêt général est une prérogative régalienne

La conseillère Sylvie Marcilly, vantant les mérites d'un État faible :
       « Sans faire vraiment de politique, je pense que c'est en s'unissant qu'on est plus fort ! [La mauvaise foi resplendissante ne déstabilisa pas la Présidente, NDLR] Et là, en l'occurrence, je pense que c'est en mobilisant toutes les énergies du Conseil Général, de la Région et de l'État, qu'on avancera... Il faut dire que, vraiment, ce qu'on a connu, c'est terrible ! Et j'en appèle à votre assemblée pour qu'on puisse, au moins dans ce cas, travailler tous ensemble ; en faisant abstraction, encore une fois, de politique et de compétence ! Je vous remercie madame.

Madame la présidente Ségolène Royal lors du conseil régional de Poitou-Charentes du 19 avril 2010.
© kritix.com

— Merci madame, répondit la présidente. Comme vous avez pu le constater, la Région est intervenue dans les communes, dont la vôtre, sans tenir compte des clivages politiques ! Je crois que s'il y a un appel à l'union à lancer, il serait judicieux que vous puissiez le lancer en direction du gouvernement et de l'État, dont on attend des aides à l'égard des ostréiculteurs qui sont dans la difficulté la plus grande ; parce que les aides promises à deux reprises par le Président de la République, qui est venu sur place accompagné d'une dizaine de ministre, ne sont toujours pas là ! Les aides aux agriculteurs qui ne sont toujours pas là ! Le co-financement des aides pour le soutien aux entreprises qui ne sont toujours pas là ! Les trois millions d'euros promis par le Président de la République en aide d'urgence, n'ont toujours pas été versés aux communes ! Et aujourd'hui, comme tous les maires l'ont reconnu quelque soit la sensibilité politique, la Région a été exemplaire dans ce domaine ! Et elle ne cesse d'appeler précisément à l'unité d'action, et le Conseil Général, et l'État. Donc j'espère que les choses seront équitable de ce point de vue. Et je sais, pour vous avoir entendu le dire, que vous vous êtes félicité de l'action de la Région. Et la Région attend aujourd'hui la présence de l'État aux côtés des communes. Et une nouvelle fois, cette assemblée nous donne l'occasion de redire – et c'est d'ailleurs dans le rapport – que c'est à l'État d'assumer ses responsabilités et très rapidement ; et notamment à l'égard des conchyliculteurs, des agriculteurs, et de faire arriver sur les communes les aides d'urgences qui ont été promises, et d'engager les grands travaux qui ont été promis par le président de la République sur les digues. Il est urgent que ces chantiers commencent et ils ne sont pas de la responsabilité de la Région ! Travailler tous ensemble : c'est ce que nous faisons ! Nous avons travaillé avant tout le monde, pour venir en aide aux communes : ce n'était pas de la compétence stricte de la Région. Nous sommes allés sur place. Nous avons versé des aides à toutes les communes, quelque soient évidement leur étiquette politique : je crois que, par rapport au drame qui a été vécu, les clivages politiques n'ont aucun sens. Et en même temps, ce serait un fort mauvais service à rendre aux communes que de se substituer à l'État par rapport à ses responsabilités financières très lourdes dans l'entretien des ouvrages maritimes.
       — Juste pour terminer madame...
insista l'opposante Sylvie Marcilly. Les dossiers sont lourds, pour les petites communes, à élaborer, à monter. [...] Je vous ai félicité par voie de presse, comme j'ai félicité le Conseil Général [L'élue UMP eut du mal à faire son compliment... NDLR]. Je pense qu'en travaillant tous dans le même sens, on avance beaucoup plus vite.

De gauche à droite : le DGS Jean-Luc Fulachier, la présidente Ségolène Royal et le premier vice-président Jean-François Macaire, lors du conseil régional de Poitou-Charentes du 19 avril 2010.
© kritix.com

— Sur la difficulté sur la lourdeur des dossiers : comme je l'ai dit tout à l'heure, la région est tout à fait prête à apporter non seulement un appui juridique, mais aussi un appui technique. [La Présidente ne permit pas au désengagement de l'État de se répandre toujours plus et recadra rigoureusement les choses, NDLR] Et là, je crois aussi que le ministère de l'Équipement est le mieux à même d'assumer ses responsabilités, avec les ingénieurs de l'Équipement pour qu'ils puissent venir sur place évaluer le montant des chantiers et mobiliser les interventions de l'État. [Nous voudrions mettre chacun devant ses responsabilités] pour que nous puissions travailler ensemble. »

L'État s'oublie : la France de Philippe Séguin souillée !

La vice-présidente Françoise Mesnard, fidèle et loyal soutien de Madame Royal :
       « Depuis la tempête, je suis sur le terrain auprès de la présidente de la Région pour venir en soutien à tous les sinistrés des communes... [...] [Nous avons entendu] la colère de l'ensemble des maires que nous avons rencontré mercredi dernier au cours d'une réunion où ils nous ont remercié tout simplement ; puisque c'était la première fois qu'ils étaient reçus et qu'ils pouvaient dialoguer ensemble sur les soucis et les difficultés qu'ils avaient. Et notamment sont venues à jour, les incohérences du zonage... Puisqu'il y avait des maires qui ne comprenaient pas pourquoi certaines zones de leur commune n'avaient pas été classées en zones dangereuses ! Et d'autres qui se demandaient pourquoi certaines l'avaient été. [...] Les Boucheleurs et La Pointe, par exemple, ont été inondé parce que les digues étaient endommagées et en mauvais état ! Et il s'avère que le village des Boucheleurs est classé en zone dangereuse quand La Pointe n'a pas du tout été classée ! Ils s'étonnent aussi du manque de transparence, du manque de dialogue [...]. Et notamment, ils sont extrêmement soucieux de voir qu'elles ont été les conditions de submersion marine [...] ! Et par exemple à Boyardville, c'est bien la destruction inappropriée de ce type d'ouvrage au moment de la tempête, qui a provoqué la submersion marine de Boyardville pendant toutes les hautes marées qui ont suivies ! Et je crois qu'il est extrêmement important que le travail en commun signifie aussi une concertation transparente avec toutes les parties ! Qu'il y ait le sentiment de justice et d'humanité qui soit vraiment respecté ! Et notamment dans le cadre d'une expertise contradictoire. Et je crois que c'est aussi la transparence du dialogue qui fera que nous pourrons avancer ensemble.

Madame la présidente Ségolène Royal lors du conseil régional de Poitou-Charentes du 19 avril 2010.
© kritix.com

— C'est la raison d'ailleurs pour laquelle nous avons demandé la communication des rapports d'expertise qui ont conduit à l'élaboration de ce zonage ! fit savoir la présidente Ségolène Royal. [...] On est dans une démocratie : faut pas avoir peur de la transparence, ni d'expliquer les décisions que l'on prend... si on veut que les citoyens se les approprient et acceptent des décisions très douloureuses. Et en plus, s'ils n'en comprennent pas le sens... C'est vraiment une épreuve terrible [que de] subir des décisions dont on ne comprend par le sens. Pour moi, c'est une décision de bon sens, de transparence, que l'accès aux documents qui ont permis les décisions de l'État qui sont brutales ! Et je crois qu'il faut reprendre les choses avec transparence, avec intelligence collective, pour que chacun sache à quoi s'en tenir ! Et ensuite qu'il n'y ait pas comme ça une fuite en avant de personnes qui se trouvent isolées et démunies et ne sachant que faire... »

L'impuissance de l'État toujours pas endiguée

Une conseillère rappela l'inhumanité des services de l'État commandés par le gouvernement Fillon :
       « Pour revenir aussi quand même, sans vouloir faire de polémique, sur l'absence de réactivité de l'État... Pour avoir été dans une réunion en préfecture de la Charente-Maritime, sur le fonds régional d'intervention locale, le FRIL : on voyait bien que l'État était très en retard et pas vraiment pragmatique sur le terrain, puisque on a eu une réunion complètement terrible où il a fallut parler plutôt de procédure ! [Il aurait fallut] être plus dans la réactivité, plutôt que dans l'administration pure et simple... D'où le texte qui est proposé dans ce rapport... De pouvoir avoir un dossier-type de demande qui ne comprenne qu'une vue synthétique et un objectif chiffré des travaux à réaliser... Quelque chose de simple, [...] qui puisse être utile tout de suite pour les entreprises.
       Et puis concernant les digues : je crois que le maire de La Rochelle Maxime Bono a fait une proposition très intéressante, qui est celle d'un établissement public des digues ! Dans le sens où l'on sait bien que le littoral, c'est une succession de digues qui appartiennent à l'État, aux départements, aux communes, et parfois même aux particuliers... Et quand on consolide un morceau, il suffit que le voisin ne consolide pas de la même manière pour qu'automatiquement la digue s'en trouve fragilisée... Donc je crois que cette proposition est intéressante. Il faut véritablement que l'État puisse se saisir de cette proposition. »

La conseillère Régine Joly, élue confirmée de la majorité :
       « À votre demande, madame la présidente, je me suis aussi rendue en préfecture pour le fonds de solidarité de l'Union Européenne, de façon à déterminer une zone submersible en continuité, de façon à ce qu'il y ait des aides de ce fonds sur la Région. Alors nous sommes considérés comme zone régionale au sens géographique du terme et non pas en zone nationale, puisque le seuil n'est pas atteint ; n'atteignant pas 3,4 milliards d'euros de dégâts sur l'ensemble des côtes, mais environ 2,5 milliards d'euros ! Et sur la Charente-Maritime, il y a à peu près 413 millions [d'euros] de biens non assurés qui seront pris en compte et aussi les digues... Et bien sûr, ce fonds versera des aides à hauteur de 2,5% (si le dossier est retenu et il doit être déposé le 22 avril au plus tard), 2,5% du montant des dégâts en Charente-Maritime : çà sera versé à l'État qui, lui, redistribuera... Donc je pense là, madame Marcilly, que peut-être vous aurez les réponses aux travaux des digues qui pourront être financées par l'État puisque c'est du domaine d'intervention de l'État et non pas de la Région.
       Et puis je voudrais simplement dire aussi une chose qui m'a beaucoup choquée dans la Presse : c'est que pendant la session du Conseil Général de Charente-Maritime
[Bastion UMP, NDLR], il y a un élu qui a dit que des élus avaient distribués des chèques aux personnes sinistrées qui n'en avaient pas besoin ! Or, premièrement les élus n'ont distribué aucun chèque, mais ce sont des aides d'urgence qui ont été distribuées sur proposition des CCAS ou des communes... Et ce sont les services de la Région, avec la trésorerie générale, qui transformaient ces chèques en espèces pour que les gens aient tout de suite leur aide d'urgence... Et en aucun cas, les élus n'ont donné de chèques !
       Par contre, j'ai rencontré une personne qui était sur la liste et qui m'a dit, "madame, je ne comprends pas pourquoi je suis sur cette liste : je n'ai aucun besoin d'être aidée !" Je l'ai remercié parce que, vraiment, elle avait eu une très belle réaction. »

Plaidoirie : pardonnez-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font !

De gauche à droite, une partie de l'opposition : la conseillère Sylvie Marcilly et les conseillers Henri de Richemont, Olivier Chartier et Xavier Argenton, lors du conseil régional de Poitou-Charentes du 19 avril 2010.
© kritix.com

Le conseiller de l'opposition Henri de Richemont manœuvra pour camoufler au mieux les errements du gouvernement Fillon ; plus particulièrement ceux du président de Charente-Maritime et conseiller régional qui ne sert toujours pas la Région, salle Jean Monnet ! Le bon Henri paré de sa robe, sortit le grand jeu :
       « Je voudrais souligner les questions posées par ces interventions. Ce que je voulais dire au niveau de l'État... On est tous ici d'accord [...] pour déplorer les lenteurs de l'État... L'État, comme tout le monde, peut tatillonner, être lent, chercher la vérité, se tromper et corriger ses erreurs ! Mais il faut savoir que, in fine, c'est l'État qui paiera la plus grosse partie des indemnisations aux victimes de ce sinistre. Donc je crois que ça ne sert strictement à rien de se livrer à une concurrence entre collectivités ou avec l'État [...]. Moi, madame la présidente, je suis un fervent partisan de l'État parce que la Nation s'est créée autour de son État ! Et que l'État, sa fonction première c'est la solidarité ; et qu'elle doit s'exercer en tout moment [...] et pour tout le monde ! Mais je crois que ça ne sert à rien de vilipender l'État et son gouvernement : il faut l'inciter à aller plus vite ! Mais, in fine, il faut savoir qu'il sera là au rendez-vous et il accomplira son devoir : c'est la solidarité qui indemnisera les personnes qui doivent être indemnisées au mieux de leur préjudice. Cela étant, je souhaite qu'il y ait le moins de personnes possible à indemniser et que la majeure partie des gens qui le peuvent, puissent rester dans leurs maisons. » Le bon Henri approuve sur le fond la prévenance Royal.

Délibération Xynthia adoptée à l'unanimité !

Après le vote à l'unanimité de la délibération sur les aides aux sinistrés de Xynthia, la présidente Ségolène Royal, sentencieuse :
       « Je vous remercie de cette unanimité : la délibération est donc adoptée. Je crois que l'unanimité est très importante vis à vis des sinistrés... Je signale d'ailleurs que je n'ai pas soumis de motion en vote à l'assemblée régionale pour permettre cette unanimité [...]. Nous avons dit ce que nous avions à dire par rapport au fonctionnement de l'État [...] et je pense qu'une motion nous aurait divisé par rapport à ce que nous avions à dire. Et comme nous l'avions dit très clairement les jours passés, [...] ce qui m'intéresse c'est l'action concrète, opérationnelle, visible par les gens les plus touchés ; et je crois que c'est cette façon de faire qu'attendent de nous nos concitoyens. » La chose est remarquable : un débat contradictoire équilibré aboutit au rassemblement.


S. Royal et H. de Richemont pour le siège de La Rochelle
envoyé par kritixTV.
La présidente de la région Poitou-Charentes se fait représenter par Henri de Richemont, "un membre éminent de l'opposition", au Conseil de Surveillance du Grand Port de La Rochelle. Extrait de la séance publique du conseil régional Poitou-Charentes du 19 avril 2010.

L'osmose socialiste d'Henri de Richemont

Très révérencieux, l'opposant Henri de Richemont :
       « Sur le règlement intérieur... Il y a là une disposition du règlement intérieur que je n'arrive pas à comprendre : c'est celle relative aux questions orales. C'est une usine à gaz ! [...] J'y comprends strictement rien !
       — Alors monsieur de Richemont,
répondit la présidente. Nous avons repris le dispositif qui avait été adopté par votre assemblée en 1998...
       — Ah non ! C'est pas vrai !
       — ...pour ne pas subir de contestation ! »

       Les rires fusèrent de tous les bancs...

Peu après, Henri de Richemont, toujours plus révérencieux... une attribution honorifique et stratégique bien en vue :
       « J'avais une requête à formuler... Je souhaitais être désigné par la Région [au Conseil] du développement du Grand Port de La Rochelle...
       — Le Conseil du développement de... ?
questionna la présidente.
       — ...du Grand Port de La Rochelle ! Oh non : au Conseil de surveillance ! Excusez-moi ! J'ai dit développement ? [Il s'agit en fait du] Conseil de surveillance... le Conseil de Surveillance du Grand Port de La Rochelle ! [...] Je demande... »
Henri de Richemont se fit pressant, gardant toutes les bonnes manières républicaines... Ce qui n'échappa pas à la présidente, ravie de voir ce loyal opposant lui permettre d'illustrer autrement, et de quelle manière, sa gouvernance...

Henri de Richemont adoubé par Ségolène Royal

La présidente répondit, plus que jamais malicieuse :
       « Une seconde, monsieur de Richemont ! J'ai bien pris en considération votre demande. [...] Donc le siège de membre unique du Conseil Régional... C'est très important !
       — Bien oui !
acquiesça Henri de Richemont.
       — [...] Ce sont des enjeux très importants ! Et comme nous n'avons qu'un seul siège [au Conseil de Surveillance], et que c'est la présidente de Région qui est représentée en tant que telle, il est donc très important que le représentant de la présidente de Région défende la politique régionale ! En osmose !
       — Ça me paraît être son rôle...
confirma l'opposant, malheureux de sa condition UMP, faisant les yeux doux à la présidente, tel Richelieu assiégeant la cité rebelle... Le regretté et grand édile Michel Crépeau eût sûrement apprécié l'échange du soupirant..
       — Comme s'il faisait partie de la majorité du Conseil Régional ! Et colle aux décisions du Conseil Régional !
[La présidente ne boudait pas son plaisir : l'amour courtois évolue mais persiste... NDLR] Comme je vois que même sur des sujets concernant l'emploi, vous votez contre les délibérations... Mais laissez-moi finir Monsieur de Richemont ! Comme je vois que sur des sujets [...] vous votez contre les délibérations de la Région... Alors, il s'agit de la défense même de l'intérêt général de la Région : je me demande s'il est bien opportun...
       — Mais...
tenta Henri de Richemont.
       — Attend ! »
coupa la présidente. L'assemblée se gaussa...

La présidente poursuivit, tout sourire :
       « Laissez-moi développer mon raisonnement ! Je me demande s'il est bien opportun pour les intérêts au niveau de la Région, de me faire représenter par un membre éminent de l'Opposition ! » Le conseiller UMP commença à défaillir... quand tout à coup, la présidente reprenant : « Cela dit, monsieur de Richemont, vous qui avez eu toujours une attitude parfaitement correcte dans cette assemblée, [...]. Vous faites un effort de liberté de pensée, de liberté d'action, par rapport à l'idée que vous vous faites de l'action régionale... Je suis tout à fait prête à vous laisser ma place au Conseil de surveillance du Grand Port ! [L'opposant UMP fut comme sonné par son propre défi, NDLR] Mais, cela suppose qu'avant le déroulement du Conseil de surveillance, nous puissions avoir un échange pour arrêter quelle est la position de la Région par rapport aux enjeux des infrastructures sur l'avenir de notre territoire régional... » Puis, la présidente, d'une voix tonitruante : « Êtes vous d'accord monsieur de Richemont ? »
       La présidente Ségolène Royal donnait à cet élu local de talent, ce que sa propre famille UMP lui refusa : les honneurs. L'Élysée préféra un ministre absent et fâché contre les harkis...

Henri de Richemont rend grâce à sa Présidente qu'il appela « sa reine » voici quelques semaines

Le conseiller UMP Henri de Richemont lors du conseil régional de Poitou-Charentes du 19 avril 2010.
© kritix.com

Sur son petit nuage, en pleine extase, le bon Henri de Richemont, plaça en quelques mots tout son hommage, et à sa vocation, et à sa patrie... Éconduit par la Sarkozie, cet élu dut renoncer à être tête de liste UMP en Poitou-Charentes sur ordre du président de la République : à l'UMP ce n'est pas la méritocratie mais la discrimination positive ! Précisons que Henri de Richemont a toujours eu, en tant qu'élu, le sens de la parole donnée et qu'il n'a rien, lui, contre les harkis...
       « Madame la Présidente... D'abord, je vous remercie de la confiance que vous me témoignez ! Si j'avais demandé de représenter la Région au sein du Conseil de surveillance du Grand Port de La Rochelle, je crois que ces questions portuaires relèvent de la très modeste expérience qui est la mienne et que j'ai des projets dans l'intérêt de la Région à partir du Port de La Rochelle. Il est bien évident que travailler en concertation avec vous, c'est ce que je souhaite depuis très longtemps ! [Hilarité dans l'assemblée : la majorité n'en revint pas ! La présidente était sous le charme... NDLR] Disons que c'est une ouverture et d'avoir des entretiens privilégiés avec vous, avant chaque réunion, ça sera un véritable bonheur ! [La salle Jean Monnet riait aux éclats, comme un spirituel écho d'une ancienne chapelle pacificatrice... NDLR] Cela étant dit [Parallélisme des formes oblige... NDLR], cela étant dit, si vous me faites confiance, [...] il est bien évident que dans mes autres mandat, j'utiliserais ma liberté de pensée que vous avez eu la gentillesse de bien vouloir rappeler... pour voter comme je l'entendrai sur tous les rapports qui seront présentés. Mais en ce qui concerne le port de La Rochelle, il est bien évident que je ne prendrais jamais de position qui ne soit pas en accord avec vous !
       — Très bien ! Dans ce cas, vous serez mon représentant au...
       — J'en suis très flatté !
       — ...Conseil de surveillance du port de La Rochelle ! »

Citoyens, avez-vous vu combien l'équilibre républicain se porte au mieux quand la Sarkozie a quitté la réalité du Pouvoir ? Ainsi, se termina la séance plénière du Conseil Régional de Poitou-Charentes du 19 avril 2010.

Photo de Mme Nathalie Lanzi (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Nathalie Lanzi
Conseillère
Parti Socialiste
Deux-Sèvres
Niort
Photo de Mme Régine Joly (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Régine Joly
Vice-Présidente
Parti Socialiste
Charente-Maritime
Royan
Photo de M. Michel Gourinchas (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Michel Gourinchas
Conseiller
Parti Socialiste
Charente
Cognac
Photo de Mme Julie Geairon (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Julie Geairon
Conseillère
Parti Socialiste
Vienne
Thouars
Photo de M. Vincent You (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Vincent You
Conseiller
Parti Chrétien-Démocrate
Charente
Angoulême
Photo de Mme Véronique Laprée (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Véronique Laprée
Conseillère
Divers Droite
Charente-Maritime
Meursac
Photo de M. Thierry Joulin (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Thierry Joulin
Conseiller
Chasse, pèche, nature et tradition
Charente-Maritime
Saint-Laurent-de-La-Prée
Photo de Mme Pascale Guittet (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Pascale Guittet
Conseillère
Chasse, pèche, nature et tradition
Vienne
Pouillé
Photo de Mme Marie-Elise Dang-Vu (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Marie-Elise Dang-Vu
Conseillère
Mouvement Pour la France
Deux-Sèvres
Niort
Photo de M. Véronique Marendat (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Véronique Marendat
Conseiller
Nouveau Centre
Charente
Segonzac
Photo de M. Bruno Drapron (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Bruno Drapron
Conseiller
Nouveau Centre
Charente-Maritime
Saintes
Photo de M. Xavier Argenton (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Xavier Argenton
Conseiller
Nouveau Centre
Deux-Sèvres
Parthenay
Photo de Mme Véronique Abelin (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Véronique Abelin
Conseillère
Nouveau Centre
Vienne
Châtellerault
Photo de M. Philippe Rabit (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Philippe Rabit
Conseiller
Union pour un Mouvement Populaire
Vienne
Châtellerault
Photo de M. Philippe Mouiller (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Philippe Mouiller
Conseiller
Union pour un Mouvement Populaire
Deux-Sèvres
Moncoutant
Photo de Mme Sylvie Marcilly (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Sylvie Marcilly
Conseillère
Union pour un Mouvement Populaire
Charente-Maritime
Fouras-les-Bains
Photo de Mme Sally Chadjaa (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Sally Chadjaa
Conseillère
Union pour un Mouvement Populaire
Charente-Maritime
La Rochelle
Photo de M. Olivier Chartier (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Olivier Chartier
Conseiller
Union pour un Mouvement Populaire
Vienne
Poitiers
Photo de M. Dominique Bussereau (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Dominique Bussereau
Conseiller
Union pour un Mouvement Populaire
Charente-Maritime
Saint-Georges-de-Didonne
Photo de M. Henri de Richemont (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Henri de Richemont
Conseiller
Union pour un Mouvement Populaire
Charente
Étagnac
Photo de Mme Marie-Paule Jammet (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Marie-Paule Jammet
Conseillère
Europe Écologie
Charente-Maritime
Saint-Xandre
Photo de Mme Hélène Shemwell (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Hélène Shemwell
Conseillère
Europe Écologie
Vienne
Quinçay
Photo de Mme Geneviève Paillaud (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Geneviève Paillaud
Conseillère
Europe Écologie
Deux-Sèvres
Melle
Photo de M. Laurence Marcillaud (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Laurence Marcillaud
Conseiller
Europe Écologie
Charente-Maritime
Meursac
Photo de M. Patrick Larible (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Patrick Larible
Conseiller
Europe Écologie
Charente-Maritime
La Rochelle
Photo de M. Éric Joyaux (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Éric Joyaux
Conseiller
Europe Écologie
Vienne
Poitiers
Photo de M. Jean-Christophe Hortolan (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Jean-Christophe Hortolan
Conseiller
Europe Écologie
Charente
Fouquebrune
Photo de M. Serge Morin (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Serge Morin
Vice-Président
Europe Écologie
Deux-Sèvres
Aiffres
Photo de Mme Marie-Laure Tissandier (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Marie-Laure Tissandier
Conseillère
Dissident Modem
Charente
Photo de Mme Françoise Coutant (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Françoise Coutant
Vice-Présidente
Europe Écologie
Charente
Angoulême
Photo de Mme Valérie Marmin (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Valérie Marmin
Conseillère
Dissident Modem
Vienne
Montamisé
Photo de M. Alexis Blanc (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Alexis Blanc
Vice-Président
Dissident Modem
Charente-Maritime
Le château d'Oléron
Photo de M. Guy Eyermann (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Guy Eyermann
Conseiller
Divers Gauche
Vienne
Saint-Sauveur
Photo de M. Jacky Emon (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Jacky Emon
Conseiller
Divers Gauche
Charente-Maritime
Fontcouverte
Photo de M. Georges Stupar (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Georges Stupar
Vice-Président
Divers Gauche
Vienne
Poitiers
Photo de M. Alain Bucherie (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Alain Bucherie
Conseiller
Divers Gauche
Charente-Maritime
La Rochelle
Photo de M. Cyril Cibert (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Cyril Cibert
Conseiller
Parti Socialiste
Vienne
Châtellerault
Photo de Mme Nathalie Garnier (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Nathalie Garnier
Conseillère
Parti Radical de Gauche
Charente-Maritime
La Rochelle
Photo de M. Michel Broncy (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Michel Broncy
Conseiller
Parti Socialiste
Charente
Ruelle-sur-Touvre
Photo de M. Émile Bregeon (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Émile Bregeon
Vice-Président
Parti Socialiste
Deux-Sèvres
Cerizay
Photo de M. Benoît Biteau (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Benoît Biteau
Vice-Président
Parti Radical de Gauche
Charente-Maritime
Sablonceaux
Photo de Mme Reine-Marie Waszak-Delage (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Reine-Marie Waszak-Delage
Vice-Présidente
Parti Socialiste
Vienne
Montmorillon
Photo de Mme Brigitte Tondusson (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Brigitte Tondusson
Conseillère
Parti Socialiste
Vienne
Châtellerault
Photo de Mme Maryline Simoné (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Maryline Simoné
Vice-Présidente
Parti Socialiste
Charente-Maritime
La Rochelle
Photo de M. Christophe Ramblière (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Christophe Ramblière
Conseiller
Parti Radical de Gauche
Charente
Brie
Photo de Mme Madeleine Ngombet Bitoo (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Madeleine Ngombet Bitoo
Vice-Présidente
Parti Socialiste
Charente
Confolens
Photo de M. Thierry Lepesant (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Thierry Lepesant
Conseiller
Parti Socialiste
Charente-Maritime
La Jarrie
Photo de M. Olivier Falorni (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Olivier Falorni
Conseiller
Parti Socialiste
Charente-Maritime
La Rochelle
Photo de M. Pascal Duforestel (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Pascal Duforestel
Conseiller
Parti Socialiste
Deux-Sèvres
Niort
Photo de M. Yves Debien (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Yves Debien
Vice-Président
Parti Socialiste
Deux-Sèvres
Melle
Photo de Mme Françoise Bély (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Françoise Bély
Vice-Présidente
Parti Socialiste
Deux-Sèvres
Parthenay
Photo de Mme Joëlle Averlan (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Joëlle Averlan
Conseillère
Parti Socialiste
Charente
Parthenay
Photo de M. Jean-François Macaire (source http://www.poitou-charentes.fr/) M. Jean-François Macaire
Vice-Président
Parti Socialiste
Vienne
Poitiers
Photo de Mme Françoise Mesnard (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Françoise Mesnard
Vice-Présidente
Parti Socialiste
Charente-Maritime
Saint-Jean-d'Angély
Photo de Mme Ségolène Royal (source http://www.poitou-charentes.fr/) Mme Ségolène Royal
Présidente
Parti Socialiste
Deux-Sèvres
Melle


Présentation des élus du Conseil régional de Poitou-Charentes

Pour commenter cette chronique, connectez-vous...
Pour s'inscrire, cliquez-ici.
Pseudonyme
Mot de passe
Mémoriser


Mot de passe oublié ?
 
Regrets éternels en langue de bois d'un Bourget
Sans dents et sans reproches
Élan patriotique pour un 11 janvier 2015 en « balles tragiques » à mille temps
Pragmatique
Phrygien d'airain
Gastronome en talonnette courte
PPP ou l'impuissance du Politique
Jean-Marc Ayrault, payeur de Notre-Dame-des-Landes
Lepage Corinne, courage Parménide
'Shame on you' américano-hollandais
Livre tournois de Valençay
Commandement normatif
Bilderberg, la pieuvre
Bipartisme défait
Lumières de Hollande

Être tenu informé des dernières chroniques publiées en s'abonnant à ce flux RSS

Follow kritix on Twitter