Monday  24 July  2017
Bonne lecture !
Chronique 34 - Monday 22 March 2010 Sacre Royal Chronique 33 - Friday 19 March 2010 H -67 : Le râteau de Dominique Bussereau Chronique 32 - Thursday 18 March 2010 H -91: l'UMP de Dominique Bussereau toujours en rase-motte devant le PS de Ségolène Royal Chronique 31 - Wednesday 17 March 2010 H -115: Dominique Bussereau promène le petit diable Chronique 30 - Tuesday 16 March 2010 H -137: L'abstention picto-charentaise : bascule républicaine Chronique 29 - Monday 15 March 2010 H -165: Second tour, place au bipartisme et au cynisme! Chronique 28 - Saturday 20 February 2010 J-22 : Nécrologie politique de la liste Europe Écologie
Chronique 27 - Tuesday 16 February 2010 J-26 : Gisèle Jean, l'intransigeante
Chronique 27 - Tuesday 16 February 2010 J-26 : Gisèle Jean, l'intransigeante Chronique 26 - Sunday 14 February 2010 J-28 : Sondage flatteur pour Jean-Marc de Lacoste-Lareymondie Chronique 25 - Thursday 11 February 2010 J-31 : Génération écologie rejoint le Modem de Pascal Monier Chronique 24 - Tuesday 9 February 2010 J-33 : le NPA d'Olivier Besancenot investit Myriam Rossignol Chronique 23 - Saturday 6 February 2010 J-36 : Dominique Bussereau profane la France ! Chronique 22 - Thursday 4 February 2010 J-38 : Le bipartisme se ferait prix Coutant Chronique 21 - Monday 1 February 2010 J-41 : Martine Aubry oint la liste socialiste de Ségolène Royal Chronique 20 - Wednesday 27 January 2010 J-46 : Panache Monier-Bayrou versus Marmin-Elkabbach dans la main de Royal Chronique 19 - Monday 25 January 2010 J-48 : Nathalie Arthaud et Ludovic Gaillard en lutte ouvrière Chronique 18 - Thursday 21 January 2010 J-52 : Dominique Bussereau vitupère Nicolas Sarkozy Chronique 17 - Tuesday 19 January 2010 J-54 : Ségolène Royal joue contre elle-même Chronique 16 - Sunday 17 January 2010 J-56 : le FDG et Gisèle Jean sonnent le tocsin social Chronique 15 - Friday 15 January 2010 J-58 : les Verts schismatiques Georges Stupar et Alain Bucherie Chronique 14 - Wednesday 13 January 2010 J-60 : Le DLR de Nicolas Dupont-Aignan et d'Alain Verdin Chronique 13 - Monday 11 January 2010 J-62 : Dominique Bussereau fait flamber l'Impôt Chronique 12 - Saturday 9 January 2010 J-64 : Gisèle Jean ou l'alternative du Front de Gauche Chronique 11 - Tuesday 5 January 2010 J-68 : Pascal Monier, la surprise Modem Chronique 10 - Friday 1 January 2010 J-72 : Françoise Coutant et les Verts mutent avec Europe Écologie Chronique 9 - Friday 25 December 2009 J-79 : La Mère Noël de Cerizay Chronique 8 - Tuesday 22 December 2009 J-82 : Marine ne peine pas sur l'identité nationale Chronique 7 - Friday 18 December 2009 J-86 : La dame de Copenhague Chronique 6 - Sunday 13 December 2009 J-91: Pente raide et longue aux transports pour le ministre-candidat Bussereau Chronique 5 - Thursday 10 December 2009 J-94 : le MODEM choisit Nicolas Turquois et Valérie Marmin pour la Vienne Chronique 4 - Tuesday 8 December 2009 J-96 : Ségolène Royal, alone in the dark Chronique 3 - Sunday 6 December 2009 J-98 : Jean-Marc de Lacoste-Lareymondie, frontal Chronique 2 - Friday 4 December 2009 J-100 : verte campagne de Françoise Coutant Chronique 1 - Wednesday 2 December 2009 J-102 : Dominique Bussereau, happy few of Sarkozie
 
27ème Chronique

J-26 : Gisèle Jean, l'intransigeante

Kritix, le Tuesday 16 February 2010 - 3197 consultations - Commenter la chronique

Citoyens, entendez fleurir les sectarismes ! Il se trouve que l'intransigeante tête de liste du Front de Gauche de Poitou-Charentes, la citoyenne Gisèle Jean, fait un déni de pluralisme ! Madame la candidate considère que le Centre français n'a pas de réalité en tant que parti.
       Gisèle Jean afficha sa radicalité sous l'œil rieur du journaliste de France 3 Poitou-Charentes Florian Ringuedé, le 14 février 2010 au soir... Il s'agissait d'un dialogue de sourds où les têtes de listes Françoise Coutant, Jean-Marc de Lacoste-Lareymondie, Pascal Monier et Gisèle Jean, prêchèrent pour les convertis ! Le journaliste les laissa se révéler...

La candidate Gisèle Jean a prévenu avec virulence que jamais le Front de gauche ne participerait à une majorité comprenant le Modem. Voilà la présidente de région Ségolène Royal prévenue. Ce qui ne l'étonne plus ; tant il lui paraît impérieux de reconstruire une France rompue aux velléités politiciennes, où le sens de l'intérêt général ne préoccupe plus guère les adeptes du squat de la Maison France. À force de mener des politiques de boutiquiers, d'entretenir avec zèle les querelles de chapelle et les clientélismes, le poujadisme gouverne trop souvent un personnel politique apathique.

Pour le Front de gauche, le Modem serait une excavation de la Droite ; au mieux du Centre droit... Pour le Front de gauche, le gouvernement de France ne doit pas se faire dans la concorde nationale, mais contre la moitié des français : c'est à dire contre la droite républicaine. Cette radicalité montre à elle seule une volonté affirmée d'élever les citoyens les uns contre les autres ; de rompre ce qu'il peut rester de paix civile. Voici ici déduit le vœu de gouvernance façon Front de Gauche.

Gisèle JEAN, tête de liste du Front de Gauche aux régionales 2010 en Poitou-Charentes.
© kritix.com

Qu'il est triste de voir les grands prêtres de l'Humanisme semer la discorde, le manichéisme, le déni de l'esprit critique. Encore une gauche oublieuse de Karl Marx, on va finir par s'y habituer... Avec le secours de Friedrich Engels, « Barbe rouge » avait su en effet tracer les démonstrations, placer l'intelligence critique en bonne place, situer son œuvre dans le temps long de l'Histoire et non dans les idiomes pulsionnels propres aux atavismes — ces cohortes où l'ignorance est en bonne place.

La mise en pratique de théories politiques nécessite un lent processus de pédagogie et de concorde nationale. Lutter contre l'Injustice n'est pas prodiguer le rejet de l'autre. Aller vers son contradicteur, c'est équilibrer les apports de chacune des parties au débat. La République française devrait être un peu de tout cela. La gauche française républicaine ne doit pas nier l'existence de l'autre ; ne doit pas nier, ni la tolérance, ni le respect politique des républicains qui pensent autrement. À défaut, l'usurpation du nom se révèlera aux électeurs.

Gisèle Jean va à ses dépens servir le bipartisme en permettant au manichéisme politique de montrer les alternatives idéologiques comme destructrices. Convaincre un électorat de la pertinence d'un projet politique, c'est démontrer que tous les républicains ont intérêt à construire ensemble. Alors, que ceux qui prétendent gouverner ne jètent plus l'anathème !


Pour commenter cette chronique, connectez-vous...
Pour s'inscrire, cliquez-ici.
Pseudonyme
Mot de passe
Mémoriser


Mot de passe oublié ?
 

Être tenu informé des dernières chroniques publiées en s'abonnant à ce flux RSS

Follow kritix on Twitter