Wednesday  28 June  2017
Bonne lecture !
Chronique 34 - Monday 22 March 2010 Sacre Royal Chronique 33 - Friday 19 March 2010 H -67 : Le râteau de Dominique Bussereau Chronique 32 - Thursday 18 March 2010 H -91: l'UMP de Dominique Bussereau toujours en rase-motte devant le PS de Ségolène Royal Chronique 31 - Wednesday 17 March 2010 H -115: Dominique Bussereau promène le petit diable Chronique 30 - Tuesday 16 March 2010 H -137: L'abstention picto-charentaise : bascule républicaine Chronique 29 - Monday 15 March 2010 H -165: Second tour, place au bipartisme et au cynisme! Chronique 28 - Saturday 20 February 2010 J-22 : Nécrologie politique de la liste Europe Écologie Chronique 27 - Tuesday 16 February 2010 J-26 : Gisèle Jean, l'intransigeante Chronique 26 - Sunday 14 February 2010 J-28 : Sondage flatteur pour Jean-Marc de Lacoste-Lareymondie Chronique 25 - Thursday 11 February 2010 J-31 : Génération écologie rejoint le Modem de Pascal Monier Chronique 24 - Tuesday 9 February 2010 J-33 : le NPA d'Olivier Besancenot investit Myriam Rossignol Chronique 23 - Saturday 6 February 2010 J-36 : Dominique Bussereau profane la France ! Chronique 22 - Thursday 4 February 2010 J-38 : Le bipartisme se ferait prix Coutant Chronique 21 - Monday 1 February 2010 J-41 : Martine Aubry oint la liste socialiste de Ségolène Royal Chronique 20 - Wednesday 27 January 2010 J-46 : Panache Monier-Bayrou versus Marmin-Elkabbach dans la main de Royal Chronique 19 - Monday 25 January 2010 J-48 : Nathalie Arthaud et Ludovic Gaillard en lutte ouvrière Chronique 18 - Thursday 21 January 2010 J-52 : Dominique Bussereau vitupère Nicolas Sarkozy Chronique 17 - Tuesday 19 January 2010 J-54 : Ségolène Royal joue contre elle-même Chronique 16 - Sunday 17 January 2010 J-56 : le FDG et Gisèle Jean sonnent le tocsin social Chronique 15 - Friday 15 January 2010 J-58 : les Verts schismatiques Georges Stupar et Alain Bucherie
Chronique 14 - Wednesday 13 January 2010 J-60 : Le DLR de Nicolas Dupont-Aignan et d'Alain Verdin
Chronique 14 - Wednesday 13 January 2010 J-60 : Le DLR de Nicolas Dupont-Aignan et d'Alain Verdin Chronique 13 - Monday 11 January 2010 J-62 : Dominique Bussereau fait flamber l'Impôt Chronique 12 - Saturday 9 January 2010 J-64 : Gisèle Jean ou l'alternative du Front de Gauche Chronique 11 - Tuesday 5 January 2010 J-68 : Pascal Monier, la surprise Modem Chronique 10 - Friday 1 January 2010 J-72 : Françoise Coutant et les Verts mutent avec Europe Écologie Chronique 9 - Friday 25 December 2009 J-79 : La Mère Noël de Cerizay Chronique 8 - Tuesday 22 December 2009 J-82 : Marine ne peine pas sur l'identité nationale Chronique 7 - Friday 18 December 2009 J-86 : La dame de Copenhague Chronique 6 - Sunday 13 December 2009 J-91: Pente raide et longue aux transports pour le ministre-candidat Bussereau Chronique 5 - Thursday 10 December 2009 J-94 : le MODEM choisit Nicolas Turquois et Valérie Marmin pour la Vienne Chronique 4 - Tuesday 8 December 2009 J-96 : Ségolène Royal, alone in the dark Chronique 3 - Sunday 6 December 2009 J-98 : Jean-Marc de Lacoste-Lareymondie, frontal Chronique 2 - Friday 4 December 2009 J-100 : verte campagne de Françoise Coutant Chronique 1 - Wednesday 2 December 2009 J-102 : Dominique Bussereau, happy few of Sarkozie
 
14ème Chronique

J-60 : Le DLR de Nicolas Dupont-Aignan et d'Alain Verdin

Kritix, le Wednesday 13 January 2010 - 2582 consultations - Commenter la chronique

Debout La République (DLR) est le parti politique de droite, prétendument souverainiste, du député Nicolas Dupont-Aignan. Le citoyen Dupont-Aignan quitta l'UMP en janvier 2007 après y avoir constaté des dérives communautaristes.

Les grands élus Dupont-Aignan et Fabius votèrent « Non » au référendum de 2005 sur le traité établissant une constitution pour l'Europe. Les Nonistes furent suivis par la majorité des français...
       Pourtant le grand élu Dupont-Aignan vota Nicolas Sarkozy au second tour de la présidentielle de 2007. Ainsi, il vota contre ses convictions... Processus de délitement à l'issue duquel le principe juridique de parallélisme des formes fut violé ! En effet, ce que le peuple a fait, le peuple n'a pas pu le défaire ou le refaire. La démocratie directe a été en la circonstance sciemment mise en incapacité ! Et oui, on peut parfaitement respecter les lois et violer leur esprit tout à la fois: le président Jacques Chirac en conviendrait bien volontiers, lui qui sut constitutionnaliser l'abolition de la peine de mort.

Nicolas Dupont-Aignan (à l'image), fondateur du parti Debout la République. Alain VERDIN est la tête de liste DLR aux régionales 2010 en Poitou-Charentes.
© kritix.com

Le non-respect du principe de parallélisme des formes, cette idée simple et saine aujourd'hui souillée, permit un détournement de démocratie en toute légalité : le peuple français fut outrageusement privé de référendum pour entériner le traité de Lisbonne, avec la scandaleuse complicité d'une démocratie représentative en pleine déshérence... Ce n'est plus une ouverture, c'est une mise en pièce de la souveraineté républicaine ! L'Histoire jugera les parlementaires complaisants... Complaisance versaillaise outrageusement dévolue au Sarkozysme !

Le 28 novembre 2009, le DLR intronisa le citoyen Alain Verdin, secrétaire départemental de la Vienne, comme tête de liste aux élections régionales de 2010 en Poitou-Charentes. Les picto-charentais ne savent plus trop quoi penser du DLR. Si il semble bien s'agir d'une droite assumée, le DLR est cependant capable de renier ses convictions... au nom du sectarisme politique, en préférant le communautarisme sarkozyste à la république laïque.

Quoi qu'il en soit, la droite française ploie sous les affres du Sarkozysme, oubliant que derrière les querelles de personnes, la belle droite républicaine se fourvoie désormais dans le bipartisme en y perdant son âme ! Si Dominique de Villepin, aidé du frondeur Jean Pierre Raffarin, pouvait défendre un tant soit peu la décentralisation républicaine, il pourrait espérer sauver de la ruine ce qu'il reste de droite républicaine, en France...

Deux anciens premier ministre de la chiraquie : Jean-Pierre Raffarin (à gauche) et Dominique de Villepin (à droite), encadrant la croix de lorraine pour résister aux dérives du parti unique UMP.
© kritix.com

À l'UMP, il serait bon de débattre de l'identité républicaine de la droite : le débat des Nicolas Dupont-Aignan et Sarkozy de Nagy-Bocsa aurait de l'allure. Dominique de Villepin en serait le rapporteur... Jean Pierre Raffarin, l'arbitre.
       En politique, le pire voisine bien souvent le meilleur...

ANNEXE
Droit de réponse reçu le 15 aout 2010 (publié le 21 aout) :

Notre parti politique (DLR) n'est pas un parti à consonance souverainiste, notre slogan d'action est que les peuples puissent décider eux mêmes de leur avenir, ce n'est pas la même chose. Le souverain proche de l'élite droite voire extrême droite et conservatrice ne nous concerne pas. Nous assumons totalement notre engagement et n'appartenons pas à une secte communautarisme Sarkosyste plutôt le contraire. Nous prônons une république laïque dans le respect des peuples et de la conviction religieuse et philosophique de chaque citoyen.

Alain VERDIN
       Secrétaire Départemental de DLR Vienne 86
       Coordinateur Régional Poitou Charente

ANNEXE
Commentaire de la rédaction sur le droit de réponse (21 aout 2010) :

DLR ne se revendique pas aujourd'hui comme un parti souverainiste. Cependant, notons que nombre de médias rapportant les actions de DLR qualifient ce mouvement de souverainiste (par exemple le JDD repris sur le site de DLR et Reuters cité par RMC).
       Enfin, considérer que les observateurs politiques ont une vision erronée de l'identité de DLR, revient à passer sous silence une partie du parcours politique de ce mouvement (notamment son appel à voter Charles Pasqua et Philippe de Villiers aux Élections Européennes de 1999).


Pour commenter cette chronique, connectez-vous...
Pour s'inscrire, cliquez-ici.
Pseudonyme
Mot de passe
Mémoriser


Mot de passe oublié ?
 

Être tenu informé des dernières chroniques publiées en s'abonnant à ce flux RSS

Follow kritix on Twitter