En 2015, François Hollande c'est 900 euros de dette publique supplémentaire par français !
Monday  21 August  2017
Bonne lecture !
 
15ème Chronique

Choukri Ghanem, passeur de Sarkozie

Kritix, le Sunday 3 June 2012 - 2367 consultations - Commenter la chronique

Quand Danube bleu charriait dépouille et arcanes du régime libyen, un 29 avril 2012 tout près de Copa Cagrana et ses nuits viennoises, Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa, prostré, se souvenait du chef de gouvernement Shukri Mohammed Ghanem et de la tente bédouine du Guide libyen dans les jardins républicains de Marigny.

OTAN en emporte la France... Que le peintre d'histoire Lionel Royer et sa composition revue et corrigée de « Vercingétorix jetant ses armes aux pieds de César » (musée Crozatier du Puy en Velay) peinte en 1899, puisse s'indigner de la France d'après ! [lire...]
© kritix.com

Le leader de l'UMP se rappelait combien les charmes de Tripoli avaient su le conquérir... Lui, le self-made man, complice du livre vert et des infirmières bulgares. Lui, qui s'était confondu en écarts avec l'innocente Rama Yade. Versailles reçut froidement l'extase du pâtre Khadafi, ébahi, épris d'absolutisme. Les promesses printanières Union Pour la Méditerranée allaient faire de la Sarkozie un bien triste naufrage, jusqu'en mer Égée... Un thé au Sahara goute tout autant à l'hospitalité qu'au chacal. Bédouins et Touaregs, à défaut de s'unir, partagent les tentations du radicalisme mâtinées du jeu atlantiste.

Le 1er juin 2011, le président de la compagnie pétrolière nationale de Libye, Choukri Ghanem, écouta la Sarkozie et se rangea aux côtés des compagnies pétrolières occidentales. Paris et Washington se félicitèrent de cet alignement atlantiste. Le régime de Mouammar Kadhafi perdait son atout-maître, laissant les secrets d’État tomber aux oubliettes. Les coudées franches, les chefs des armées Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa et Barack Hussein Obama feront tomber le régime de Tripoli, devenu prolixe. L'ingérence politique est un plat qui se mange froid, l'OTAN s'ingère là où The White House veut.

Muʿammar Al-Qadhāfy sonna le glas de la Sarkozie

Le 20 octobre 2011, le colonel Kadhafi fut opportunément tué. La Lybie semblait libérée. Le grand Sarközy se faisait acclamer sur le sol libyen après avoir éliminé l'ami politique d'hier, devenu inutile dans les allées de Sarkozie. Mais déjà le cortège des ombres sonnait le glas de deux systèmes. Dans les mois qui suivirent jusqu'à la chute de la Sarkozie, au soir du 6 mai 2012, l'UMP dut voiler sa joie et faire taire, autant que possible.

Le gel et mise sous séquestre des 1,1 milliard d'euros d'actifs « famille Kadhafi » en Italie le 28 mars 2012, fait suite à une commission rogatoire de la CPI d'une enquête pour crime contre l'Humanité lancée depuis février 2012 contre Abdallah al-Senoussi (ex-chef du Renseignement) et Seif al-Islam Kadhafi (fils rescapé du Guide). L'Union Européenne avait déjà mis sous séquestre les actifs financiers du Raïs. Reste le secret helvétique qui semble se lever, moralité oblige.

Shukri Mohammed Ghanem ou Choukri Ghanem ou Chokri Ghanem, né le 9 octobre 1942 à Tripoli et mort le 29 avril 2012 à Vienne, a été chef du gouvernement, ministre du pétrole, président de la compagnie pétrolière libyenne NOC (National Oil Corporation).
© kritix.com

Ensemble, Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa et Choukri Ghanem quittaient la scène internationale par un Printemps bien à eux : le premier pour les palais marocains de françafrique en terres de contre-révolution, le second pour le beau Danube bleu atlantiste. L'or noir avait su contrarier l'un et l'autre ; ils se comprenaient si bien toutes affaires cessantes. Les amitiés avec les gens des Raïs mènent parfois des ministres, telle Michèle Alliot-Marie, à changer de régime, à quitter précipitamment les affaires. Sans pleurs, ni couronnes.


Pour commenter cette chronique, connectez-vous...
Pour s'inscrire, cliquez-ici.
Pseudonyme
Mot de passe
Mémoriser


Mot de passe oublié ?
 
Regrets éternels en langue de bois d'un Bourget
Sans dents et sans reproches
Élan patriotique pour un 11 janvier 2015 en « balles tragiques » à mille temps
Pragmatique
Phrygien d'airain
Gastronome en talonnette courte
PPP ou l'impuissance du Politique
Jean-Marc Ayrault, payeur de Notre-Dame-des-Landes
Lepage Corinne, courage Parménide
'Shame on you' américano-hollandais
Livre tournois de Valençay
Commandement normatif
Bilderberg, la pieuvre
Bipartisme défait
Lumières de Hollande

Être tenu informé des dernières chroniques publiées en s'abonnant à ce flux RSS

Follow kritix on Twitter