En 2015, François Hollande c'est 900 euros de dette publique supplémentaire par français !
Saturday  27 May  2017
Bonne lecture !
 
11ème Chronique

La malédiction LGV conjura l'égalité républicaine

Kritix, le Monday 10 January 2011 - 2112 consultations - Commenter la chronique

Tantôt capitaine Haddock, tantôt François 1er de pacotille, un maître aurait été de victoires en victoires, toutes pourvues d'une léthargie profonde, d'un constant désamour national... L'inconséquence des temps anciens, le cadenassage de quelques-uns.

Et puis vint le fatalisme d'un volontarisme fossilisé... Au nom d'une bataille du rail œcuménique, il fut décrété en conciliabules jésuitiques, toutes les gabelles de Sarkozye destinées aux oripeaux RFF, ou plutôt à ce qu'il en reste. Depuis peu, le sarkozysme détrousse les provinces de France pour mieux servir ses frères de Neuilly-sur-Seine... La saignée populaire a sonné : Français, vous paierez jusqu'à votre dernier souffle le tribu oligarchique ! Français, honnissez les ennemis de la République !

Un TGV sur la LGV Sud-Est, près de Sarry, Yonne, France.
Wikimedia Commons par Benjism89

Composer, négocier pour un élu de France répond d'un devoir d'exemplarité républicaine conforme tant à l'esprit qu'à la lettre de la Constitution. Si l'application d'un droit communautaire piétine les Lois Générales, c'est que de République française, il n'y a plus guère ! C'est que de responsables politiques ne seraient que de simples greffiers. Voilà pourquoi les choses doivent changer avant que le populaire torrent n'emporte les résignations bien dotées...

Dire que le rail c'est bien, c'est comme dire que l'eau ça hydrate... Au train où vont les choses, on finira par nous dire qu'une taxe sur l'oxygène sera bénéfique pour la collectivité et pour l'emploi. Bientôt, on vous expliquera que les responsables sont irresponsables, politiquement, bien sûr... Parce que la loi a ses vertus que certains juristes détournent de son esprit à l'envi.

Remarquez combien souvent ceux qui crient à la démagogie ont pour les peuples le plus profond mépris. Ils s'asseyent pour la plupart... dessus. Attention à l'effet boomerang, balancier récurrent de l'Histoire...
       Observez citoyens, toutes les têtes baissées, les fourvoiements, les carriéristes... Ils ont souvent de bonnes places et sont muets, tenaillés par la résignation du poids des ans. Combien d'entre eux se réfugient dans le silence pour mieux servir leurs vanités au plus grand détriment de la collectivité ? Combien confondent sagesse et vieillesse ? Tous les vécus n'ont pas d'avouables enseignements... Et pourtant, imbus de leurs reniements, le fat et l'iconoclaste prétendent ne rien regretter ! Paix à leur âme !
       Des noms ? À quoi bon... N'accablons pas les fatuités. L'urgence va à l'intérêt général, non aux petites manœuvres d'égo : celui qui donnera aux sans-grades, non pas le secours charitable, mais les clés du Comprendre. À dire vrai, abuser des crédulités, c'est vieux comme la civilisation. Mais ce qui a changé, c'est que l'exemplarité ne vient plus d'en haut, mais d'en bas ! Il arriva périodiquement que notre pauvre France plaça des marchands à sa tête, à défaut d'offre politique valable ; à défaut de personnels politiques à son image ! Ne vendez pas votre âme au...

Quand la fiscalité d'exception détruit la République

Debout, le béotien ira à sa survie. Assis, les oligarques sont à la manœuvre pour déconstruire un Intérêt général qui en République, n'a rien de féodal. Renoncer au Politique, c'est se taire. Un élu est au service de ses administrés, uniquement au service de la collectivité. Il ne saurait s'en départir au risque de se trahir, et lui-même, et ses administrés. La mauvaise décision est celle qui dessert plus qu'elle ne sert. Elle est celle qui aliène durablement nos libertés et nos souverainetés. Et là, la LGV sarkozyste est comme une technologie d'hier qui voudrait nous enclaver dans un avenir désindustrialisé et gueux ! La LGV de l'affairiste et très opportuniste José Manuel Barroso est comme le transport politique de quelques-uns au détriment de la plupart. Les gares de champs de betteraves acclamées, les provinces décriées, les mégapoles encensées dans cet abîme des Hommes. À ne jurer que par la ville, l'Homme s'intoxique lui-même. Le monde policier est devant vous. Bien à vous !

Tour de Vouneuil à Poitiers. Octobre 2010.
© kritix.com

La LGV sarkozyste décidée à Paris et Bruxelles, paraphée par une assemblée nationale docile, aliène dangereusement la démocratie et la République. Choisir la LGV sarkozyste, c'est choisir la féodalité, ces constantes de privilèges alloués aux oligarques du CAC40... Rappelez vous Pompidou, Rothschild, la crise financière de 2009, les ramifications parodiques du self made man et vous comprendrez votre malheur : toute hécatombe a sa logique... C'est durant les derniers grands programmes nationaux des années soixante que la financiarisation de l'économie française fut amorcée ! Regardez les héritiers pour la plupart inconséquents — très faciles à repérés par leur suivisme, leur appétit des modes consuméristes, ils vous expliqueront que l'économie est tout — qui vont et viennent pour se servir de réseaux en réseaux, que certains, non sans cynisme, appèlent respiration politique, sociabilité de bon aloi. Et ce, à la barbe du Peuple, mais en bonne police s'entend ! Les élus de talent existent, bien sûr, mais sont inaudibles. Non pas médiatiquement, mais auprès du peuple, puisqu'il ne lui répond plus ! De là à consommer le schisme, il n'y a qu'un pas.

Le CAC40, ça se domestique : l'autorité de la loi est faite pour cela. Mais comment voulez-vous que des courtisans votent contre leurs clans... À défaut, la désobéissance civile est un droit naturel duquel aucun despote ne peut se prévaloir. Et les despotes, ils font fureur du côté de l'or gris.
       Ne suivez plus ces marchands de sommeil, ces élucubrateurs de la bien-pensance qui ne font rien d'autre que d'aliéner nos souverainetés, nos libertés démocratiques. Osez dire non à la vassalité ! Osez dire non aux économistes corrompus par la Sarkozye ! L'égalité républicaine n'a de réalité que si elle est appliquée par les élus de la République. La fiscalité en est l'un des premiers glaives. Quand une puissance n'a plus toute sa tête, elle se refonde autrement. Si la République vous est plus qu'un vœu pieux, alors soyez par vos actes sa plus belle défense. N'oubliez jamais que toutes les grandes civilisations ont une fin... Ne soyez pas pas du côté des fossoyeurs !


Pour commenter cette chronique, connectez-vous...
Pour s'inscrire, cliquez-ici.
Pseudonyme
Mot de passe
Mémoriser


Mot de passe oublié ?
 
Regrets éternels en langue de bois d'un Bourget
Sans dents et sans reproches
Élan patriotique pour un 11 janvier 2015 en « balles tragiques » à mille temps
Pragmatique
Phrygien d'airain
Gastronome en talonnette courte
PPP ou l'impuissance du Politique
Jean-Marc Ayrault, payeur de Notre-Dame-des-Landes
Lepage Corinne, courage Parménide
'Shame on you' américano-hollandais
Livre tournois de Valençay
Commandement normatif
Bilderberg, la pieuvre
Bipartisme défait
Lumières de Hollande

Être tenu informé des dernières chroniques publiées en s'abonnant à ce flux RSS

Follow kritix on Twitter