En 2015, François Hollande c'est 900 euros de dette publique supplémentaire par français !
Wednesday  18 October  2017
Bonne lecture !
 
6ème Chronique

L’UE cocue !

Kritix, le Monday 3 February 2003 - 2563 consultations - Commenter la chronique

Du bout des lèvres, vous, Peuples de France et d’Allemagne, aviez du mal à le pénétrer... le complot des huit pays européens conspirateurs qui ont apporté le 30 janvier un soutien sans réserve à la position américaine contre le président irakien Saddam Hussein, auquel G.W.Bush n'accorde plus que quelques semaines pour désarmer pacifiquement. Les conjurés au grand jour, quel burlesque !

Bagdad, de son côté, a invité les chefs des inspecteurs en désarmement des Nations unies à se rendre en Irak pour des entretiens consacrés à l'amélioration de la coopération entre les deux parties mais Hans Blix, responsables des experts en armes balistiques, chimiques et biologiques, a répété que la coopération irakienne n'était à ses yeux toujours pas suffisante. Après la remise du rapport des inspecteurs au Conseil de sécurité des Nations unies, le 27 janvier 2003, les Etats-Unis se sont lancés dans une vaste offensive diplomatique pour tenter de convaincre la communauté internationale de ne plus attendre pour désarmer Saddam Hussein, que Washington, pour "alibi fossoyeur", accuse de posséder des armes de destruction massive. Le président Bush a reçu le président du Conseil italien Silvio Berlusconi. Bush a répété son espoir que "la pression du monde libre" puisse convaincre Saddam Hussein de désarmer. Il s'est également dit favorable à l'idée d'un exil éventuel du président irakien. Le président américain a aussi reçu son plus proche allié dans la crise irakienne, le Premier ministre britannique Tony Blair.

Berlusconi et Blair font partie des huit chefs de gouvernement européens qui ont signé une lettre publiée le 30 janvier 2003 dans plusieurs journaux européens, dans laquelle ils apportent un soutien sans faille à Washington. Dans cet article, Blair et ses homologues d'Italie, d'Espagne, du Portugal, du Danemark (UE), de Pologne, de Hongrie plus le président tchèque (future Europe élargie) jugent que "la relation transatlantique" ne doit pas devenir otage des "tentatives persistantes du régime irakien pour menacer la sécurité mondiale". Cette prise de position va à l'encontre de l'attitude adoptée par la France et l'Allemagne, qui souhaitent accorder davantage de temps aux inspections. Signe des divisions européennes, Paris et Berlin n'ont pas été invités à signer cette lettre, a fait savoir un porte-parole de Blair. Le Premier ministre britannique a rencontré à Madrid, Jose Maria Aznar, à l'origine de l'initiative des "Huit". Le traître Aznar avait conspiré, dans le plus grand secret, contre Chirac et Schröder et donc contre la réalité de l’UE ! Le président Chirac serait bien avisé de ne plus faire du nain Aznar, un invité d’honneur comme il a été fait lors de la création de l’UMP au Bourget, voici quelques mois déjà... Maudit sois tu, Aznar, ce Vendu à la solde des vrais faucons US, bien pourris par les pétrodollars. Aznar toi, qui aime le gluant de la matière pétrolière, en ayant émaillé tes côtes de ce linceul mortifère, ...que le cargo Prestige hante ton devenir et passe à trépas tes volontés que ton peuple ne mérite pas d’endurer !

Le roquet de Madrid s’est donc joint aux deux chiens-chiens de Rome et de Londres ! Blair, pour sa part, a estimé que le désarmement de l'Irak était "inévitable" et qu'il appartenait à Saddam Hussein de choisir s'il se produirait pacifiquement ou militairement. S'exprimant auparavant dans l'avion qui l'emmenait à Madrid, le Premier ministre britannique a souligné que la lettre des "Huit" prouvait qu'"une majorité importante de l'opinion européenne est favorable à la position que nous avons exprimée". Il semble que le perfide Blair oublie que ceux qu’il dit appartenir à la minorité de l’UE, sont majoritaires en population et puissance militaire et économique. Que celui qui crache sur l’Euro, aille s’occuper de sa vieille Reine, plutôt que de crasser la pacifique UE, depuis un ranch du Texas, propriété du dénommé G.W.Bush !

Assumant la présidence tournante de l'UE, la Grèce a en revanche parlé de coup porté à l'approche commune, formulée laborieusement à Bruxelles par les chefs des diplomatie des Quinze, et la France a tenté de minimiser la portée de l'initiative des "Huit" en parlant de liberté d'appréciation. Le Parlement européen a pour sa part adopté par 287 voix contre 209 et 26 abstentions une résolution affirmant que le bilan des inspections de l'Onu ne justifiait pas une action militaire et en priant Washington de s'abstenir de recourir unilatéralement à la force contre le régime de Bagdad. Que le nain Aznar respecte les lois démocratiques, et les peuples qu’il est indigne de présider. Qu’il aille donc jouer à gracier des dindes avec le petit Bush qui s’étouffe avec des bretzels kamikazes !

Dans leur rapport remis au Conseil de sécurité, Blix et Mohamed El-Baradeï, directeur de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), avaient dit souhaiter une coopération plus active de la part des autorités irakiennes. Blix a indiqué que Bagdad n'avait pas fait preuve d'une plus grande "coopération sur le fond - leur devoir d'essayer de nous fournir des explications et des preuves sur ce qu'il pourrait rester des armes de destruction massive." Le chef des inspecteurs a toutefois souligné qu'il était encore temps pour Bagdad de coopérer avec l'ONU.

Blix et ElBaradeï n'ont toutefois toujours pas répondu à l'invitation lancée jeudi par les autorités irakiennes pour des entretiens avant le 10 février à Bagdad sur "les moyens d'améliorer les mécanismes de coopération" et pour "des consultations visant à rétablir un système de surveillance renforcé". Les deux hommes doivent remettre un nouveau rapport au Conseil de sécurité le 14 février. ElBaradeï a renouvelé son appel à une prolongation des inspections pour plusieurs mois. Les experts, qui relèvent soit de la Mission d'observation, de vérification et d'inspection de l'ONU (Unmovic) soit de l'AIEA, ont poursuivi leur travail en visitant quatre nouveaux sites suspects dans la région de Bagdad.

Le vice-Premier ministre irakien, Tarek Aziz, a toutefois dit prendre au sérieux les menaces américaines. Les autorités irakiennes ont par ailleurs annoncé que les hôpitaux du pays étaient prêts à accueillir les victimes éventuelles d'une attaque américaine et de ses alliés. Un haut responsable américain a indiqué qu'au moins 22 pays avaient offert un soutien logistique aux Etats-Unis en cas d'offensive contre l'Irak et que neuf d'entre eux étaient prêts à fournir des soldats. Mais ce serait oublier que la Chine et la Russie voit d’un très mauvais œil l’unilatéralisme guerrier du pouvoir absolu des faucons de la White House, qui veulent jeter le Monde dans le chaos, en allumant le brasier moyen-oriental, qui sera lui cette arme de « destruction massive de la civilisation américaine », en légitimant par le manichéisme tous les fanatismes religieux. La troisième guerre mondiale sera-t-elle une guerre de religion.. . En attendant le pire, faisons en sorte l’alibi de la destruction massive hante les affres du peuple américain et formulons le vœu que les faucons états-uniens, oui les vrais, craignent pour leur popularité et leurs intérêts économiques... Alibi fanatique contre alibi de destruction, telle est la ritournelle des nouvelles mafias... Et si le Pouvoir était à assainir...


Pour commenter cette chronique, connectez-vous...
Pour s'inscrire, cliquez-ici.
Pseudonyme
Mot de passe
Mémoriser


Mot de passe oublié ?
 
Regrets éternels en langue de bois d'un Bourget
Sans dents et sans reproches
Élan patriotique pour un 11 janvier 2015 en « balles tragiques » à mille temps
Pragmatique
Phrygien d'airain
Gastronome en talonnette courte
PPP ou l'impuissance du Politique
Jean-Marc Ayrault, payeur de Notre-Dame-des-Landes
Lepage Corinne, courage Parménide
'Shame on you' américano-hollandais
Livre tournois de Valençay
Commandement normatif
Bilderberg, la pieuvre
Bipartisme défait
Lumières de Hollande

Être tenu informé des dernières chroniques publiées en s'abonnant à ce flux RSS

Follow kritix on Twitter