En 2015, François Hollande c'est 900 euros de dette publique supplémentaire par français !
Saturday  27 May  2017
Bonne lecture !
 
12ème Chronique

Guy Lengagne contre le Créationnisme

Kritix, le Tuesday 19 May 2009 - 3040 consultations - Commenter la chronique
Guy Lengagne, membre honoraire du parlement français, ancien ministre, auteur d'un rapport au Conseil de l'Europe intitulé « les dangers du créationnisme dans l'éducation ».
assemblee-nationale.fr

A l'occasion de journées d'études sur la théorie de l'évolution et ses implications contemporaines, l'élu politique Guy Lengagne intervint à Poitiers à l'espace Mendès France, le 17 décembre 2008 à 21h30. Membre honoraire du parlement français, ancien ministre, il est l'auteur d'un rapport au Conseil de l'Europe intitulé « les dangers du créationnisme dans l'éducation ». Environ 150 personnes avaient déjà pris place. « Me voilà homme politique en royaume de gauche ! » dit-il en se félicitant du public fourni. Le socialiste français reste humble sur ses compétences scientifiques. Il est un bon orateur, il sait manier le verbe et l'écoute à l'aune de la persuasion. Il est homme optimiste, agréable, subtil...

Le parlementaire britannique Andrew McIntosh déposa son rapport sur la dangerosité du créationnisme au Conseil de l'Europe. Il fut décidé d'en faire une résolution du parlement européen, laquelle fut rapportée par le socialiste Guy Lengagne.

Guy Lengagne se permit d'ironiser sur le concours d'administrateur qui serait de difficulté supérieur à celui de l'ENA : il n'est pas énarque. Ayant été professeur de mathématiques, certains l'affuble de « scientifique » de la classe politique de gauche ; il sourit de tout cela, faisant remarquer que les sciences sont diverses, bien que répondant toute de la rationalité et de l'évidence des faits. Ainsi, on pensa immanquablement à lui pour manœuvrer en eaux troubles, pour lui demander un rapport : ces qualités d'homme intègre, républicain, aux convictions bien trempées, ayant une profonde aversion pour la langue de bois si déployée par ses condisciples...

Son rapport fut présenté à Saint Petersbourg, où une altercation un peu vive avec un membre de la Douma rappela combien le sujet est sensible. Il y fut approuvé à la quasi unanimité ! Pour sa part, le premier ministre britannique Gordon Brown attaqua le rapport, le faisant ajourner lors d'une conférence de presse improvisée, alors que le PPE minoritaire dans l'Union Européenne eut usé de pressions appropriées sur le gouvernement britannique. C'est alors que Guy Lengagne nous mit dans la confidence, « J'ai un papier confidentiel. [...] Je ne le donne pas, mais je vais vous en communiquer des passages. [...] Monseigneur Jordano, pas dominicain mais jésuite, soumit des réticences sur le projet. Le Saint Siège ne trouve pas opportun un tel rapport. Le Vatican interfère avec le Laïc ! A l'origine, on chercha à ce que la résolution du parlement européen permettent des tentatives d'obstructions dans l'enseignement du créationnisme. »

« L'Atlas de la Création est envoyé gratuitement alors que c'est très cher. Il n'est qu'un tissu de contre-vérités ! L'extrémisme musulman que constitue pour partie l'harunyahya [Harun Yahya sur Wikipedia] est en liaison directe avec des sectes des USA ! ». L'homme du sérail socialiste procéda à un rappel tout académique, « L'Évolution n'a pas été définit par mes prédécesseurs [les précédents intervenants pro-créationnisme de la journée d'étude de Poitiers]... L'Évolution est le continuum de bactéries aux branches multiples... »

Espace de culture scientifique Mendès-France, en janvier 2009 à Poitiers.
© kritix.com

Son élocution était accessible, douée parfois d'une pédagogie aux accents matérialistes, « Il n'est pas interdit de parler créationnisme, mais il est un devoir d'informer sur ce qui relève de cette discipline ; Discipline qui n'est pas une science mais plutôt une histoire des religions, peu appréciée des historiens ! Le religieux ne doit pas intervenir, interférer dans la démarche scientifique. C'est une atteinte à la laïcité, mais un épiphénomène du refus du rapport. En France, certains prétendent qu'il n'y a pas péril... Ce n'est pas si sûr ! Aux USA, 60 % de l'opinion publique serait sensible aux arguments du créationnisme... Pour ce qui relève de la bioéthique dans l'Union Européenne et plus particulièrement sur ce qui procède de la recherche sur les cellules souches, dites embryonnaires, on doit parler de spécialisation ; la loi vota non sur influence de l'Église, selon moi, malgré l'avancée constituée par l'avortement et la paix des ménages induite. »

« Aujourd'hui en France, les parlementaires ne savent pas de quoi il s'agit, à cause d'une acculturation dramatique que la France porte à la science et ses progrès en terme de recherche. [...] L'ENA est une école de décervelés, elle n'a aucune culture scientifique [fit-il savoir avec dépit]. Le problème de fond est dramatique, causé par le ministre de la demi-culture scientifique, Donnedieu de Vabres. Un problème de fond car le budget est à zéro aujourd'hui ! Le cas d'espèce, c'est la « laïcité positive » appréciée par [le pape] Benoît XVI. »

« Enseigner l'Évolution relève de la chimie, des mathématiques, de tous les domaines portant sur l'humain. Il ne faut pas faire un enseignement trop abstrait, ce qui est le défaut français. Il faut partir du jeu, la curiosité de l'enfant, la pédagogie. J'ai appris la science par le concret, sinon j'en aurais jamais eu le goût ! [Par suite,] il faut s'appuyer sur l'histoire des sciences, l'épistémologie. »

Devant une assistance décontenancée, certains étant de la partie enseignement, « je tiens à faire remarquer que la connaissance scientifique est enseignée par des professeurs de niveau maternelle en philosophie. Je pourrai aussi regretter une lacune scientifique chez la plupart des journalistes : ils n'y connaissent rien [Guy Lengagne moqueur mais bienveillant] ! A la Cité des Sciences de la Villette à Paris, c'est un énarque qui dirige ! ». La vacuité de volonté politique de porter le message de l'indispensable recherche à la télévision est la directe émanation des gens qui décident.

Palais de l'Europe Strasbourg - Architecte Henry Bernard
Wikimedia Commons, publié par Council of Europe sous GNU

Le procédé de recherche fondamentale doit être inconséquent « à priori ! Si cela sert à quelque chose tant pis ! », la provocation fit mouche. Choqué par la réforme de la ministre Valérie Pécresse, il vitupéra l'absence de crédits de recherche : « l'Homme a toujours voulu savoir : curiosité de l'enfant. On ne peut pas empêcher de penser. L'Homme est condamné parce qu'il accède à l'art de la connaissance, l'arbre de la connaissance, sauf en psychiatrie [sa réserve souligne d'autant plus l'exception des aliénés]. Surtout, ne jamais empêcher l'Homme de comprendre ce qui l'entoure... Gardons-nous en ! »

Après s'être confondu en excuses sur l'étendue de son intervention, c'est avec joie que notre honnête homme laissa la parole au paléontologue Michel Brunet. L'éloquence prit ses aises à Poitiers, ce soir-là...

ANNEXE


Pour commenter cette chronique, connectez-vous...
Pour s'inscrire, cliquez-ici.
Pseudonyme
Mot de passe
Mémoriser


Mot de passe oublié ?
 
Regrets éternels en langue de bois d'un Bourget
Sans dents et sans reproches
Élan patriotique pour un 11 janvier 2015 en « balles tragiques » à mille temps
Pragmatique
Phrygien d'airain
Gastronome en talonnette courte
PPP ou l'impuissance du Politique
Jean-Marc Ayrault, payeur de Notre-Dame-des-Landes
Lepage Corinne, courage Parménide
'Shame on you' américano-hollandais
Livre tournois de Valençay
Commandement normatif
Bilderberg, la pieuvre
Bipartisme défait
Lumières de Hollande

Être tenu informé des dernières chroniques publiées en s'abonnant à ce flux RSS

Follow kritix on Twitter