En 2015, François Hollande c'est 900 euros de dette publique supplémentaire par français !
Friday  23 June  2017
Bonne lecture !
 
8ème Chronique

Elargissement de l’UE en "trompe l’oeil" !

Kritix, le Monday 22 September 2003 - 2583 consultations - Commenter la chronique

La réforme fait peur, mais l’inconnu aussi. L’Euro fait peur, mais l’absence d’UE aussi. Or, l’UE sans Euro n’est pas l’UE : la monnaie est le fondement d’une société nombreuse et organisée. Donc l’UE n’est rien sans l’Euro et réciproquement.

Voilà ce que l’ex-ministre des affaires étrangères suédoise Anna Lindh aura voulu défendre jusqu’à sa mort ; assassinée froidement, une semaine avant le référendum suédois sur l’adhésion à l’Euro, tandis qu’elle faisait son shopping dans un grand magasin de la capitale suédoise, sans gardes du corps. Le ministre des affaires étrangères français Dominique de Villepin et beaucoup de ses homologues se sont rendus le 20 septembre 2003 pour rendre un dernier hommage, à cette femme politique europhile que tous voyaient promise, à une brillante carrière politique dans l’UE. Émue, la Suède doute plus que jamais...

Malgré l’émoi suscité par ce meurtre, les Suédois ont voté contre l’adoption de l’Euro et pour la conservation de la Couronne suédoise, lors du référendum suédois du 14 septembre 2003. Autrement dit, la Suède ne voulait pas être diluée dans un grand espace monétaire où, faute d’être un pays important en nombre d’habitants, elle perdrait sa souveraineté pour tout ou partie de son système social, dit "à la suédoise", développé depuis 1994.

Système de redistribution des richesses, dont beaucoup d’européens admirent les bienfaits, mais qui auraient été incompatibles avec l’actuelle politique de l’Euro et les choix de libéralisations économiques "à tout crin", voulus par les grands pays de l’UE, choix de politiques économiques bégayant celle des USA !

Les Suédois ont eu raison d’avoir peur de cette situation, mais ils ont eu tort de s’exclure de l’Euro, lequel ils auraient pu faire évoluer socialement. Le savoir-faire, le "modèle suédois" aurait pu faire école dans l’UE. Par ailleurs, l’économie suédoise va souffrir comme l’anglaise de manquer une devise mondiale. L’entreprise suédoise Ericsson regrette la situation à ses dépends. Le Danemark aussi vota "non", par peur, voilà plusieurs mois !

La situation politique de l’UE étant ambiguë, les USA se réjouissent et sèment la confusion en cherchant à corrompre les pays de l’Est qui vont rentrer dans l’UE au printemps 2004. Les USA ont, sous couvert de lutte contre le terrorisme, poussé ces "pays modestes" à rentrer dans l’OTAN. Instance, ou jouet américain dont les USA disposent selon leur bon plaisir, leurs intérêts les plus inavouables. On peut voir l’illustration de cette perfidie par la Pologne qui préféra acheter ses avions militaires outre-atlantique, plutôt qu’en France.

Cette stratégie US de vouloir dompter l’UE, n’est que la suite logique d’une volonté de scission entamée par l’ère Tatcher. La Dame de fer et amie du dictateur Pinochet, n’aura eu de cesse de cracher sur l’Euro et détruire le mouvement social anglais. Résultat de cette politique : l’Angleterre perd des investissements étrangers en ne faisant pas partie de l’Euroland et le service publique anglais est dévasté : les anglais venant se soigner en France, le réseau ferroviaire anglais ayant des allures de ceux des pays pauvres, parce que privatisé par cette ultra ! Margaret, cette "rabat-joie", cette "tue la vie" !

Les années Tony Blair n’auront rien fait, rien changé à cette évolution, mais plutôt amplifié le désastre pour le plus grand malheur du peuple anglais. Que fait la reine ? Elle boit du thé... chaud. Voilà ce qu’est, le "Libéralisme économique sauvage" mêlé à l’asservissement économique américain !

L’UE doit s’affranchir des USA, pour l’intérêt général mondial. L’UE est un allié, un partenaire des USA. L’UE n’est pas la main... de fer des USA.

Les velléités conservatrices US n’ont malgré tout pas d’emprises réelles sur le sens de l’Histoire. L’UE se fera, les USA devront s’y faire... Le compte à rebours est lancé, l’élargissement se fera souverainement et dans les temps. En 2003, les référendums sur l’adhésion à l’UE s’enchaînent inexorablement.

Le 8 mars Malte approuve l’adhésion à 53,6 %. Le 23 mars la Slovénie approuve à 89,6 %. Le 12 avril la Hongrie approuve à 83,8 %. Le 10 et 11 mai la Lituanie approuve à 91,1 %. Le 16 et le 17 mai la Slovaquie approuve à 92,5 %. Les 7 et 8 juin la Pologne approuve à 77,45 %. Les 13 et 14 juin la république tchèque approuve à 77,3 %. Le 14 septembre l’Estonie approuve à 66,9 %. Le 20 septembre la Lettonie approuve à 67 %. Exception est faite pour Chypre qui n’a pas eu de référendum, car seule la partie sud de l’île sous gouvernement a ratifié l’adhésion le 14 juillet. La Démocratie triomphe : ces 10 pays seront appelés à rejoindre l’UE le 1er mai 2004. Que le Monde aspire à l’équilibre ! Vive l’UE !


Pour commenter cette chronique, connectez-vous...
Pour s'inscrire, cliquez-ici.
Pseudonyme
Mot de passe
Mémoriser


Mot de passe oublié ?
 
Regrets éternels en langue de bois d'un Bourget
Sans dents et sans reproches
Élan patriotique pour un 11 janvier 2015 en « balles tragiques » à mille temps
Pragmatique
Phrygien d'airain
Gastronome en talonnette courte
PPP ou l'impuissance du Politique
Jean-Marc Ayrault, payeur de Notre-Dame-des-Landes
Lepage Corinne, courage Parménide
'Shame on you' américano-hollandais
Livre tournois de Valençay
Commandement normatif
Bilderberg, la pieuvre
Bipartisme défait
Lumières de Hollande

Être tenu informé des dernières chroniques publiées en s'abonnant à ce flux RSS

Follow kritix on Twitter