En 2015, François Hollande c'est 900 euros de dette publique supplémentaire par français !
Monday  26 June  2017
Bonne lecture !
 
3ème Chronique

L’Illinois sauve l’Amérique !

Kritix, le Thursday 27 February 2003 - 3391 consultations - Commenter la chronique

L’Amérique veut-elle sauver son âme ? Pour notre gouverne, un gouverneur ? Le président américain G.W.Bush gracie une dinde pour la Noël en décembre dernier, tandis que le gouverneur US de l’Illinois a commué la peine de mort en prison à vie dans ses prisons, deux semaines plus tard... Entre 1976 et 1999, 683 exécutions de peine de mort ont été pratiquées ; 40% des exécutés sont des noirs. La communauté noire représente 12 % de la population totale des USA. La crainte d'erreurs judiciaires relance le débat sur la question de la peine de mort, récemment suspendue par le gouverneur de l'Illinois, tandis que le Texas bat des records dans cette procédure expéditive. Le Texas, ce bastion électoral de la "Bush family" et ancien fief de l’ex gouverneur texan G.W.Bush qui n’usa jamais de son droit de grâce: ayant trop de respect pour l’expéditive justice texane ! Le gouverneur de l'Illinois a donc gracié l'ensemble des condamnés à mort de son Etat, le 11 janvier 2003, soit plus de 150 détenus, une décision susceptible de relancer le débat sur la peine capitale aux Etats-Unis. Le républicain George Ryan (ce vilain petit canard de l’actuel parti présidentiel et conservateur qui n’apprécie pas que l’on puisse remettre en cause la peine capitale) , qui a quitté ses fonctions le 14 janvier dernier, a commué les condamnations des résidents du couloir de la mort en peines de prison à vie, au maximum. "Combien faudra-t-il encore de condamnations injustes avant de décider que ce système ne fonctionne plus en Illinois ?", s'est interrogé Ryan devant une foule réunie à la Northwestern University Law School, où se trouvaient plusieurs anciens condamnés victimes d'erreurs judiciaires. Cette décision du gouverneur fait suite à une enquête sur la peine capitale dans l'Etat décidée il y a près de trois ans après qu'il eut été démontré que 13 condamnés à mort étaient en fait innocents. Cette enquête, qui portait sur 160 affaires, a notamment démontré que la pauvreté jouait en la défaveur des condamnés et dénoncé certains abus de pouvoir de la police. Ryan "le repenti", qui avoue avoir été un fervent partisan de la peine capitale au début de son mandat il y a quatre ans, dit avoir commencé à changer d'avis en voyant des victimes d'erreurs judiciaires libérés, parfois 48 heures seulement avant la date prévue de leur exécution.

"Je ne serai peut-être jamais à l'aise avec ma décision finale, mais je sais au fond de mon coeur que j'ai fait de mon mieux pour faire le bien", a-t-il déclaré. Le démocrate Rod Blagojevich, qui a succédé à Ryan le 14 janvier 2003, a critiqué cette décision. "Il ne peut y avoir de décision valable pour tous", a-t-il déclaré. "Il s'agit de personnes qui ont commis des meurtres." Ryan avait innocenté quatre hommes condamnés pour meurtre, indiquant qu'ils avaient avoué sous la torture de la police des crimes qu'ils n'avaient pas commis. Leroy Orange, l'un de ces quatre hommes, a déclaré sur CNN être très reconnaissant à Ryan pour sa libération. Condamné pour meurtre en 1984, il a passé 19 ans en prison. Les événements de l'Illinois relancent le débat sur la peine de mort aux USA. Le sénateur démocrate du Winsonsin, Russ Freingold, a réclamé une enquête nationale sur la peine capitale et un moratoire sur les exécutions. D'après les sondages, une majorité décroissante d'Américains est toujours en faveur de la peine de mort. L'Illinois est l'un des 38 Etats américains à appliquer encore la peine capitale, qui a été réintroduite dans le pays en 1976. Depuis cette date, 820 condamnés ont été exécutés, dont 71 l'an dernier. Il y a actuellement près de 3.700 hommes et femmes dans les couloirs de la mort aux USA.

De nombreux militants contre la peine de mort à travers le monde ont applaudi le 13 janvier la décision du gouverneur de l'Illinois George Ryan de gracier 167 condamnés à mort et exhorté, sans trop y croire, le président George Bush à suivre son exemple. Pour Amnesty International, la décision historique de Ryan offre une chance au chef de la Maison blanche de "rapprocher les Etats-Unis du mouvement général contre la peine de mort dans le monde". Le président mexicain Vicente Fox lui-même, dont le pays ne pratique pas la peine capitale, et qui est opposé aux exécutions affectant de nombreux compatriotes, a félicité George Ryan. Le gouverneur républicain de l'Illinois, qui avait fait campagne pour la peine de mort, a pris sa décision deux jours avant la fin de son mandat pour dénoncer les dysfonctionnements du système de la peine de mort. Une enquête effectuée pendant trois années dans l'Etat vient de conclure que 13 condamnés à mort étaient en fait innocents. Mais George Bush, qui a présidé à 152 exécutions en six ans lorsqu'il était gouverneur du Texas, avait déjà rejeté en juin 2001 les réactions de protestation qui avaient accompagné l'exécution de Timothy McVeigh, condamné à mort pour l'attentat d'Oklahoma City. Il s'agissait alors de la première exécution fédérale depuis 1963. "Je comprends que la peine capitale suscite de nombreuses émotions chez la plupart des gens", avait déclaré Bush à l'époque. "Mais en démocratie, les questions sont débattues, les lois sont dans les livres, et c'est au pouvoir exécutif de respecter ses lois, ce que je ferai en tant que président." Pour l’actuel président US, mieux vaut assassiner un innocent, que d’épargner un coupable ! Et si la busherie n’était pas dans les livres... Il faudrait qu’il s’inspire de la méthode de son ami Berlusconi « le Macaroni » qui réécrit l’histoire, jugée trop rouge, dans les manuels scolaires !

S'il n'a pas encore réagi officiellement à la décision de George Ryan, le président Bush ne devrait pas modifier d'un iota sa décision, fort du soutien de l'opinion. Celle-ci s'interroge cependant de plus en plus sur les erreurs qui auraient pu conduire à des exécutions d'innocents, démontrées notamment par l'usage accru de recoupements à l'ADN. Un sondage Gallup en octobre de l'an dernier avait montré que 70% des Américains étaient favorables à la peine capitale. L'enquête avait toutefois été effectuée alors qu'un sniper terrorisait la région de Washington et le chiffre reste en-deçà d'un précédent sondage effectué en 1994 (80%). En mai 2001, 40% des Américains estimaient que la peine de mort était administrée dans leur pays de manière inéquitable. Conscients à la fois de l'inébranlable position de George Bush, et de ces interrogations de l'opinion, les militants américains de lutte contre la peine de mort comptent mener une campagne Etat par Etat en réclamant des moratoires, une meilleure défense des prévenues ou encore l'enregistrement vidéo des aveux. "2003 sera l'année de la réforme de la peine capitale aux Etats-Unis", promet David Elliott, porte-parole de la Coalition nationale pour l'abolition de la peine de mort. La peine capitale a été réintroduite aux Etats-Unis par décision de la Cour suprême en 1976 après un moratoire de dix années. En 2002, 71 prisonniers y ont été exécutés, contre 66 en 2001. Au 1er octobre 2002, le nombre de condamnés patientant dans les "couloirs de la mort" atteignait 3.697 très exactement. Et que la loi du bouc-émissaire fasse rage : oeil pour oeil, dent pour dent,... Chaque crime de sang US a son coupable exécuté, quel qu’il soit !


Pour commenter cette chronique, connectez-vous...
Pour s'inscrire, cliquez-ici.
Pseudonyme
Mot de passe
Mémoriser


Mot de passe oublié ?
 
Regrets éternels en langue de bois d'un Bourget
Sans dents et sans reproches
Élan patriotique pour un 11 janvier 2015 en « balles tragiques » à mille temps
Pragmatique
Phrygien d'airain
Gastronome en talonnette courte
PPP ou l'impuissance du Politique
Jean-Marc Ayrault, payeur de Notre-Dame-des-Landes
Lepage Corinne, courage Parménide
'Shame on you' américano-hollandais
Livre tournois de Valençay
Commandement normatif
Bilderberg, la pieuvre
Bipartisme défait
Lumières de Hollande

Être tenu informé des dernières chroniques publiées en s'abonnant à ce flux RSS

Follow kritix on Twitter