En 2015, François Hollande c'est 900 euros de dette publique supplémentaire par français !
Monday  26 June  2017
Bonne lecture !
Chronique 23 - Sunday 3 April 2016 Eric Martin, énarchique « troisième voie » Chronique 22 - Monday 15 February 2016 Fusion-acquisition : Chauvigny, Lusignan et Jaunay-Clan sont de Poitiers ! Chronique 21 - Saturday 18 April 2015 Libéral ultra combat des lys Chronique 20 - Sunday 15 March 2015 Godwin aux manettes de l'occasion Cazeneuve Chronique 19 - Sunday 26 January 2014 Social-libéral devenu Chronique 18 - Tuesday 31 December 2013 Courson Claeys ! Chronique 17 - Sunday 17 March 2013 PSMV et Bernard Cornu d'avenir ont plu Chronique 16 - Sunday 3 March 2013 Alain Claeys « le gestionnaire » face à l'opposition de gauche Chronique 15 - Monday 18 February 2013 Maxime Huille oblige Alain Claeys de Poitiers
Chronique 14 - Tuesday 27 November 2012 Claude Eidelstein JPR préside Grand Poitiers
Chronique 14 - Tuesday 27 November 2012 Claude Eidelstein JPR préside Grand Poitiers Chronique 13 - Sunday 17 June 2012 LGV Poitiers-Limoges : les féministes mènent grand train Chronique 12 - Wednesday 15 June 2011 Jean-Marie Paratte, figure de réussite Chronique 11 - Thursday 17 February 2011 La malédiction LGV taraude ses commanditaires Chronique 10 - Thursday 16 December 2010 Laurence Vallois-Rouet glacée d'effroi par une Maternelle dépecée Chronique 9 - Sunday 12 December 2010 Les officiers Cornu, Rochaud, Berthier, Macaire délivrent les HLM de l'Oppression Chronique 8 - Tuesday 23 November 2010 Train train Raffarin et viatique du code Vinci Chronique 7 - Sunday 31 October 2010 BHNS et ANR : l'élixir de richesse poitevine Chronique 6 - Saturday 25 September 2010 Richesses redistribuées, Poitiers sécurisé Chronique 5 - Thursday 23 September 2010 Stéphane Braconnier exaspéré par l'alibi national Chronique 4 - Monday 20 September 2010 Patrick Coronas ne veut plus d'un CCAS opaque Chronique 3 - Wednesday 15 September 2010 Poitiers : Maryse Desbourdes dénonce la gestion de la dette voulue par Alain Claeys Chronique 2 - Friday 10 September 2010 Francis Chalard, si sûr de son victorieux étendard Chronique 1 - Monday 30 August 2010 Alain Claeys, bâtisseur du Grand Poitiers
 
14ème Chronique

Claude Eidelstein JPR préside Grand Poitiers

Kritix, le Tuesday 27 November 2012 - 2248 consultations - Commenter la chronique

Sur les terres de JPR, sont armées vétilleuses douilles maquisardes, plus frondeuses que jamais. « Réserve d'Indiens », tu ne perds rien pour attendre ! La boîte à outils est amenée ; on avance à « un train de sénateur cadencé » le pacte offensif de cercles et réseaux des vallées vertes et giboyeuses de Grand Poitiers. L'édile Bernard Cornu le bien nommé, préviendra tout écart à la valorisation bien officielle. Le seigneur de Bonilait intéresse ses appuis, élus ruraux peu férus de désengagement de l’État : un Raffarin sarkozyste sinon rien, tient de l'ouverture du très pragmatique Éric Besson, social-démocrate atout cœur à tout rompre. La malédiction LGV bicéphale tenaille toujours plus ses commanditaires, soufflant la poitevine campagne tonitruante, que la fronde rochelaise ne saurait démentir. Bussereau en embuscade, contemple le beau théâtre d'opération. Les meneurs Dominique C. et Olivier C. signent 2014 du sceau martial copéo-filloniste. Les élections, c'est maintenant. Poitiers va suivre ses belles du val, de Chasseneuil à Ligugé. Le renard de Givray rôde, captif du charme pastoral des Sancto-bénédictins. Touche pas à ma Commune !

À l'un et l'autre...

M. Eidelstein (à droite), maire de Chasseneuil-du-Poitou, vice-président. Monsieur Francis CHALARD (à gauche), vice-président. lors du conseil de la Communauté d'Agglomération de Poitiers du 2 juillet 2009.
© kritix.com

Présidant son office d'exception, Claude Eidelstein fit voter les délibérations du 16 novembre 2012 avec tout ce qu'il sied tant de célérité que de délectation certaine. Imperturbable, il provoqua sans laisser paraître, sans détricoter. Tout passe, tout passe avec diligence devant le gentilhomme de Ligugé, « auditeur libre » qu'il dira d'un premier édile à initier, heureux d'être là. C'est que le maître de Chasseneuil-du-Poitou a de l'humour, mode JPR. Quand le chat dort, les souris dansent. Salle de l'Exil, Grand Poitiers se prit à surprendre l'alternance bonapartiste. Fin de carrière, nouvelle équipe, bons mots et idées fusent. Ce ne fut pourtant que l'écume de la discrète Commission des Finances, où semble-t-il, le maire de Mignaloux-Beauvoir aurait été tatillon... Oh ! Elle n'est pas passée loin ! Sirène en Fa dièse.

En claeysie, on ne braconne pas !

Sur les dents, le DGS Marc Barreau surveilla. Vigilent, secret, gardien du temple, le grand argentier Francis Chalard fit de la pédagogie au mieux, parant les salves de quelques « impertinents », lesquels s'étonnaient de certains points dits techniques, voire politiques. Mais comment est-ce possible à « Unanimisme-association » ? C'est que les taux obligataires fixent Grand Poitiers à un niveau qui peine à convertir. Les subtilités de l'usurier épargne peu le béotien. Migné-Auxances préférera se taire. Quand d'autres, verts de rage, se résignaient le temps d'une séance publique. Que le magistrat Chalard nous garde !

L'édile Francis Chalard, contre vents et marées du 16 novembre 2012 :
       « Nous avions décidé de participer à une émission obligataire groupée. L'objectif était à l'époque de lever 800 millions d'euros avec l'ensemble des collectivités : régions, départements et villes. […] C'était quelque-chose que nous n'avions jamais fait. […] Je vous rappelle que nous avions demandé 5 millions pour Poitiers et 10 millions pour Grand Poitiers. […] Cette émission a regroupé 44 collectivités, pour un montant de 610 millions d'euros qui sont remboursables in fine sur 10 ans. Cette émission obligataire est donc la plus importante qui n'ait été engagée à l'initiative des collectivités françaises, aussi bien en nombre de participants, qu'en montants levés. »

Poitiers, le 16 novembre 2012, salle de la traverse, séance publique de Grand Poitiers. Francis Chalard (à gauche) et Claude Eidelstein (à droite).
© kritix.com

« Par rapport aux demandes des collectivités, l'emprunt obligataire couvre la quasi totalité des besoins, à près de 90 %. […] Nous avons obtenu 9,1 millions pour Grand Poitiers (50 % pour le budget principal, 50 % pour les transports). Le taux de 4,30 % est fixe, donc sécurisé pour l'encours de la dette. Ce qui est un taux intéressant puisque il est nettement inférieur par rapport aux marges du taux de référence actuel quand on prend la caisse des dépôts et consignations, qui actuellement propose l'offre bancaire la plus attractive pour les collectivités. C'est ce que l'on attendait, mais on ne sait jamais. Quand on lance une obligation, çà représente un gain d'intérêts de moins à payer de –200 000 euros pour Grand Poitiers (économie de trésorerie).
       Le succès de cette participation a permis de couvrir nos investissements en 2012, mais aussi une partie de ceux de 2013... Cela diversifie les sources de financements. Ce qui optimise notre dette avec le taux. Cela sécurise notre encours parce que nous avons un taux fixe. Je voudrais saluer Éric Portal
[Travaille aux finances de Grand Poitiers, est enseignant à Paris-Sorbonne et est maître de conférence à l'institut national du Patrimoine, NDLR] qui a beaucoup travaillé sur ce dossier. Sur le plan national, son association [L'AFIGESE, dont il est président, NDLR], porte le dossier de la création d'un établissement public. L’État s'y intéresse. Il va encore y avoir quelques débats, mais je pense qu'on avancera vers cette solution. »

Robert Rochaud, élu écologiste, suspicion sur l'usure :
       « Moi, je suis un peu surpris par le niveau du taux qui nous est proposé là. Je pensais que sur des obligations, on aurait des taux qui seraient plus intéressants que çà... »

Valse du chemin des dames à Alésia

La conseillère "Alternative à Gauche" Maryse DESBOURDES, lors du conseil de la Communauté d'Agglomération de Poitiers (CAP) du 26 mars 2010.
© kritix.com

Animé du seul tourment d'un « désir d'avenir » et d'être plus social qu'un social-démocrate, Claude Eidelstein, premier magistrat de Chasseneuil-du-Poitou usa de tous ses talents pour envoyer à la belle assemblée les plus beaux subliminaux songes de l'alternance. Chasseresse, Diane-de-Poitiers ravie de la partie, s'en amusa avant d'en rapporter au souverain la polémique et les roses. Notre-Dame-des-Landes n'eut pas mieux fait sous l'autorité du très libéral césarion à doublure Manuel Valls enkysté par le blairisme, mode innocence et damnation DSK.

Les édiles Maryse Desbourdes et Alain Claeys avaient, le temps d'un songe d'une nuit d'automne, disparu ! Trois jours plus tard, ils étaient réunis, à la satisfaction de tous, en surplomb de la place d'Armes, salle rutilante des Échevins, constellée de jolies LED, face à face céleste : la gauche de certitudes contre la gauche de consensus glissant. Dans un esprit républicain, chacun s'exprima. Qu'est-il de meilleure Opposition que celle de logique paradoxale ?

Toute Opposition révèle.


Poitiers manifeste contre le despotisme, le 19 octobre 2010
envoyé par kritixTV.
Réforme des retraites : Poitiers manifeste contre le despotisme de Nicolas Sarközy de Nagy Bocsa, le 19 octobre 2010.


Trombinoscope de la municipalité de Poitiers (2014-...) [pdf]
Trombinoscope de la Communauté d'Agglomération de Poitiers (2014-...) [externe]
Trombinoscope de la municipalité de Poitiers (2008-2014) [pdf]
Trombinoscope de la Communauté d'Agglomération de Poitiers (2008-2014) [pdf]

Pour commenter cette chronique, connectez-vous...
Pour s'inscrire, cliquez-ici.
Pseudonyme
Mot de passe
Mémoriser


Mot de passe oublié ?
 
Regrets éternels en langue de bois d'un Bourget
Sans dents et sans reproches
Élan patriotique pour un 11 janvier 2015 en « balles tragiques » à mille temps
Pragmatique
Phrygien d'airain
Gastronome en talonnette courte
PPP ou l'impuissance du Politique
Jean-Marc Ayrault, payeur de Notre-Dame-des-Landes
Lepage Corinne, courage Parménide
'Shame on you' américano-hollandais
Livre tournois de Valençay
Commandement normatif
Bilderberg, la pieuvre
Bipartisme défait
Lumières de Hollande

Être tenu informé des dernières chroniques publiées en s'abonnant à ce flux RSS

Follow kritix on Twitter