En 2015, François Hollande c'est 900 euros de dette publique supplémentaire par français !
Friday  23 June  2017
Bonne lecture !
 
7ème Chronique

Reconstruction de l'Irak : la délirante

Kritix, le Thursday 18 December 2003 - 1921 consultations - Commenter la chronique

Pauvres USA, qu'êtes-vous devenus ? Ingrats enfants de la patrie des droits de l'Homme ! Pourquoi, peuple des USA, vous perdez vous dans tout ce qui s'oppose aux préceptes des fondateurs de cette belle et noble patrie américaine ? "God bless America" ? Il semble que Dieu ne bénisse plus l'Amérique... Capturé vivant, le tyran Saddam Hussein entre dans la "US propagande" de l'administration Bush, pour les élections présidentielles US de 2004 ! Mais revenons plus avant, en France...

Drapeau des États Unis d'Amériques (USA)
© kritix.com

Une délégation du Conseil de gouvernement intérimaire irakien a été reçue à Paris les 15 et 16 décembre 2003. Conduite par le président en exercice du Conseil de gouvernement transitoire irakien, M. Abdelaziz Al-Hakim (président du Conseil Suprême de la Révolution islamique en Irak), elle comprenait également d'autres membres de ce Conseil, M. Jalal Talabani (président de l'Union Patriotique du Kurdistan), M. Yonnadam Youssef Kanna (président du Mouvement Démocratique Assyrien), M. Samir Shaker Al-Soumaydi, ainsi que plusieurs ministres irakiens : M. Hoshyar Zebari, ministre des Affaires étrangères et M. Mahdi Al-Hafez, ministre du Plan. Cette délégation a été reçue par le ministre des affaires étrangères français. Des entretiens ont eu lieu avec le président du Sénat, le président de l'Assemblée nationale, et le président de la Commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale. Une rencontre avec les entreprises françaises organisée par le MEDEF a eu lieu, pour montrer à la délégation irakienne, le savoir-faire français, dont les irakiens auraient besoin pour la reconstruction de leur pays, sinistré par 30 années de dictature. Il est à noté que de nombreux contacts ont eu lieu ces derniers mois, tant à Bagdad qu'à Paris : le ministre De Villepin s'est déjà entretenu à plusieurs reprises avec des membres de ce Conseil comme M. Talabani le 15 juillet, Mme Al-Hachemi le 10 septembre et M. Pachachi le 13 septembre, à Genève, en marge de la réunion du P5 sur l'Irak que le Secrétaire général des Nations unies avait organisée ce jour-là. Les entretiens avec M. Al-Hakim et sa délégation ont été l'occasion d'un échange approfondi sur la situation en Irak et sur les perspectives d'évolution dans ce pays après la signature de l'accord du 15 novembre sur la transition politique.

Drapeau irakien
© kritix.com

Ceci constitue la première visite officielle du gouvernement provisoire irakien depuis l'arrestation de Saddam Hussein, à l'étranger. Visite prévue de longue date, mais qui tombe à "point nommé", compte tenu de cet hasard du calendrier. Comme cela, la Providence fut aussi la bienvenue, quand Jacques Chirac fut le premier chef d'état à se rendre aux USA, au lendemain des attentats du 11 septembre 2001: visite qui elle aussi, était prévue de longue date...

Après la décision des USA d'exclure la France des contrats pour la reconstruction en Irak, la position de la France consécutive aux propos de G.W.Bush du 15 décembre 2003, n'a pas changé: en doctrine française, on reconnaît les Etats et non les gouvernements... Aucun commentaire de la France ne fut fait, simplement il est examiné la compatibilité de cette décision, au regard du droit international de la concurrence, ceci en liaison, notamment, avec les partenaires de l'UE et la Commission européenne. Cette position tient, et ne changera pas. En effet, le 1er novembre, les USA ont décidé de passer cette aide pour la reconstruction de l'Irak qui normalement est gérée par le Département d'Etat et qui est donc est liée à des exportations US au Pentagone qui justement, délie cette condition et permet d'ouvrir la liste des "prime-contractors". L'étude "situationniste" est entreprise par Bruxelles et Paris, pour tout ce qui à trait de près ou de loin aux règles de l'OMC. Les USA considèrent l'Irak comme un gâteau US, qu'il ont eux-mêmes fait cuire à point: les parts du gâteau ne sont pas à partager.

On assiste donc à un tour de passe-passe par un transfert "du marché" (de la reconstruction de l'Irak) du Département d'Etat US à la gestion de celui-ci par le Pentagone ! Autrement dit, Bush junior maîtrise, de bout en bout, le marché de la reconstruction de l'Irak ! Il s'agit d'un monopole, une position abusive, qui ne permet pas aux irakiens d'être Libres, de choisir une reconstruction au meilleur coût ! Bush a privatisé l'Irak, contre les règles de l'OMC qu'il est censé appliquer et défendre !

La "directive" Wolfovitz (le chantre, l'idéologue des "ultras" chez les US faucons) a amené les uns et les autres à activer les réflexions sur le contournement de l'OMC. Les considérations de sécurité invoquées par Wolfovitz pour justifier le fait que la France et l'Allemagne soient écartées des appels d'offres sont une énième preuve des plans anti-OMC: volonté de sanctionner unilatéralement des pays démocrates dont le seul tord a été de brandir les règles onusiennes, le droit international. Mais on remarque qu'elle ne peut éviter que les pays "punis" profite de la sous-traitance: et la France de sourire, comme elle le fit aussi pour les surtaxes US sur l'acier... Le nombre des pays qui sont visés par cette directive est de l'ordre de plus de la centaine !

Géopolitique
© kritix.com

La France réclame la restauration de la souveraineté de l'Etat irakien. La France est aujourd'hui, le troisième ou quatrième créditeur de l'Irak et s'impose sur la scène internationale pour l'Irak. Il y a une première considération qui est liée au fait que le Club de Paris, historiquement, n'a jamais traité une opération d'allègement, de réduction de dette avec d'autres entités que des Etats souverains. Il y a une question juridique qui se pose.

http://www.clubdeparis.org/ est un groupe informel de créanciers publics ayant pour tâche de résoudre les problèmes de déficits budgétaires des pays en banqueroute avérée.

Deuxièmement, il y a toute une série d'aspects techniques et sur ce point, il y a du travail qui est en cours pour réaliser la ''réconciliation'' des dettes. Il s'agit de recenser de manière très précise les différentes créances, d'en faire un bilan et ensuite, il restera, le moment venu, aux pays membres du "Club de Paris" à prendre une décision sur le fond. C'est un processus et un processus qui se gère au sein du "Club de Paris" sur le principe du consensus pour toute décision. Cependant le club de Paris, dont le pouvoir d'influence est immense, a depuis son origine, pour pratique, d'aider uniquement des Etats souverains ! Or, la souveraineté irakienne n'existe pas aujourd'hui, d'où la délicate posture de l'administration Bush qui conformément à la tradition du club de Paris, ne pourrait porter secours aux finances publiques de l'Irak. Pauvre "pax americana" !

L'entretien du US émissaire, M. James Baker avec Jacques Chirac a eu lieu le 16 décembre 2003, au palais de l'Elysée. Pendant une heure, l'ami des Bush, grand négociateur et diplomate averti, a su arrondir les angles et se montrer satisfait de l'accueil que la France a bien voulu lui faire. La France est donc bien incontournable sur la scène diplomatique mondiale... Les voisins de l'Irak devaient être associés aux réflexions sur l'avenir et sur le processus de sortie de crise. C'est du reste ce que le Secrétaire général des Nations unies a fait lorsqu'il a créé tout récemment un groupe de contact sur l'Irak. Les pays voisins de l'Irak de même qu'un certain nombre de membres du Conseil de Sécurité participent à ce groupe qui a tenu sa première réunion il y a deux semaines. Il y a un processus qui est lancé mais il est clair que l'objectif global étant d'avoir un Irak retrouvant la sécurité, la démocratie et l'économie reconstruite, l'objectif est aussi d'avoir un Irak qui puisse vivre en paix avec ses voisins qui soit un contributeur à la stabilité de la région. Donc c'est nécessairement quelque chose qui implique, un dialogue avec les voisins. La notion de réconciliation des créances irakiennes, est une opération considérable en termes de traitements de documents bancaires:c'est un processus lent. Le principe de réduction de la dette irakienne est négociable, c'est pourquoi la venue à Paris du US diplomate James Baker et ami du président US, consiste à évoquer la dette irakienne, pour que la reconstruction de l'Irak soit possible.

Amériques
© kritix.com

Saddam Hussein sera-t-il être jugé par un tribunal en Irak ou par un tribunal international ? La position de Bush est que Saddam Hussein mérite la peine capitale. S'agissant de la peine de mort, remarquons la position constante de la France, qui est aussi celle de l'UE. L'Angleterre s'est opposée à une peine de mort pour Hussein. S'agissant de la peine de mort, la position constante de la France est conforme à l'abolition de la peine de mort qui eut lieu en 1981 dans l'hexagone."FINI !" déclarait le 15 décembre 2003, le journal "Libération" en couverture. L'homme de la photo ressemblait à l'un des milliers de clochards du métro parisien : pathétique. Usé. Sans défense. "On l' a eu" ! Titrait les US tabloïds". Mais avant que nous ayons une chance de nous apitoyer sur le sort de ce pauvre homme, le journal annonça qu'il faisait l'objet de l'attention du monde entier depuis six mois. A moins que Saddam ne puisse trouver un seau d'anthrax quelque part... les bonnes nouvelles en provenance d'Irak, de Washington ou d'ailleurs se feront de plus en plus rares. Fini, les baisses d'impôts. Terminé, les augmentations des dépenses. Fin des baisses de taux. Nous avons observé la hausse des marchés boursiers... et la chute du dollar... ces derniers mois. Tout semblait si doux, si modéré. Comme si les records d'endettement, de déficits fédéraux, de déséquilibres commerciaux et de faillites ne faisaient pas la moindre différence. L'incroyable déficit commercial US pourrait être résolu par un dollar plus faible... la Bourse pourrait augmenter régulièrement, en parallèle avec les profits des entreprises... quant à l'économie... n'est-elle pas déjà en reprise ? Le poisson se mord la queue, et la tête pourrie, est empêtré dans ses mensonges: le gros poisson Bush est indigeste pour les USA ! Le peuple US va-t-il enfin comprendre qu'il court à sa perte avec l'hystérique de la "White House". L'ironie du sort, est que "Bushitor" parade avec inquiétude... la propagande de Bush junior masque la putréfaction des USA: cette lente déliquescence va mener les USA vers des Lendemains douloureux ! Seulement la propagande a ses lacunes devant l'abyssal defficit budgétaire que notre poisson pourri a bien voulu creuser pour mieux se perdre lui et sa patrie ! Oui, c'est de la folie caractérisée ! Les USA sot gouvernés par des irresponsables !

Asie
© kritix.com

Nauséabonde ambiguïté... Le régime de Saddam est tombé. Bush junior gagne la partie. Chirac salue froidement par un communiqué cette réussite, menée de bout en bout en violant constamment le droit international. L'ordre mondial vacille: le droit international n'ayant pas su s'imposer ! Et Bush junior de dire, le 17 décembre en conférence de presse à Washington, qu'il en parlerait à son avocat, lui hilare, le Monde heurté ! Ce mépris du droit étant l'expression d'un Pouvoir non civilisé, obscurantiste, terroriste ! Heureusement, l'Economie US, pondère ces folies idéologiques, en cherchant à plaire aux consommateurs, et donc aux Peuples ! Les limites sont bien minces... En jouant avec le feu, les demeurés de l'administration Bush terrorisent le Monde et détruisent leur Patrie ! Nord-américains renversez – les à l'élection présidentielle de 2004 ! Il en va de votre salut !
      


Pour commenter cette chronique, connectez-vous...
Pour s'inscrire, cliquez-ici.
Pseudonyme
Mot de passe
Mémoriser


Mot de passe oublié ?
 
Regrets éternels en langue de bois d'un Bourget
Sans dents et sans reproches
Élan patriotique pour un 11 janvier 2015 en « balles tragiques » à mille temps
Pragmatique
Phrygien d'airain
Gastronome en talonnette courte
PPP ou l'impuissance du Politique
Jean-Marc Ayrault, payeur de Notre-Dame-des-Landes
Lepage Corinne, courage Parménide
'Shame on you' américano-hollandais
Livre tournois de Valençay
Commandement normatif
Bilderberg, la pieuvre
Bipartisme défait
Lumières de Hollande

Être tenu informé des dernières chroniques publiées en s'abonnant à ce flux RSS

Follow kritix on Twitter