En 2015, François Hollande c'est 900 euros de dette publique supplémentaire par français !
Tuesday  25 April  2017
Bonne lecture !
 
6ème Chronique

Meurtrier tabloïd irakien : US, CICR, ONU ! Morts pour...?

Kritix, le Thursday 30 October 2003 - 2237 consultations - Commenter la chronique

Death in Iraq: CICR, it's United, it's States ! Red Cross, croix rouge. Faire une croix dessus, rouge, ne plus y croire, fuir le terrorisme, fuir les fanatismes... Y aller de force et voilà que les appétits s'aiguisent... Pourquoi plus un qu'un autre ? Pourquoi l'Occident aurait-il en son sein le Devenir d'autrui ? Que veut-on ? Pour qui et pour quoi; et pourquoi ?

Influence américaine...
© kritix.com

Il n'est aujourd'hui pas bon, fleurer l'Orient parmi l'Irak qui n'en finit pas son "chemin de croix", rouge maculé; un voile noir sur cette scène macabre. Au nom de Dieu, on prétend le bien, le mal, on justifie tout: pour ne rien conserver, sinon les intérêts de quelques-uns ! Les fanatiques du libre-échange veulent se faire la peau des fanatiques religieux. L'Autre est pour les deux parties celui de trop: qui n'est pas avec moi, est contre moi ! L'obscurantisme règne, pour le plus grand malheur de tous. Depuis le 1er mai 2003, les USA ont proclamé la fin de la guerre contre la dictature déchue de Saddam Hussein. Le droit d'ingérence a servit, des fins inavouables. Résultat: le chaos ! On voile la Vérité et chacun accable l'autre de ses propres maux !

La souveraineté populaire est bien absente des enjeux. Confisqués, les droits de l'Homme ne sont toujours pas irakiens. Pourtant, on le disait... Comme si des attentats avaient foudroyé des Lendemains tant espérés. Qui dirige ? Le plus fort. Qui ? Des contempteurs oligarchiques... religieux naturellement, fanatiques évidemment, pour le bien de quelques-uns surtout. Ne cherchez plus, ils sont tous là, retranchés dans Babylone et son empire en ruine, que tous envient... Une guerre larvée, lancinante chemine parmi les esprits et tenaille les cœurs: le régime de la Terreur opère avec tact ! Et les deux parties plus fermes que jamais: à défaut de s'annuler, les fanatismes s'ajoutent à la confusion... Le chaos est bien le maître, le seul, en lieu et place du Dieu de chacun !

Géopolitique
© kritix.com

Comment en sortir ? Organisations internationales et organisations non gouvernementales sont sur le pied de guerre, elles aussi et en première ligne ! A défaut de discernement le terrorisme torpille l'Autre, l'étranger: ce qui est inconnu, différent. L'ONU, le CICR ont été tour à tour les victimes expiatoires de nos "obscurantistes déchaînés". La guerre des tranchées trace les plans d'une folie dont personne ne mesure la portée réelle. Bienheureux, celui qui saurait combien l'influence des Peurs arriverait à casser le semblant d'ordre mondial ! La guerre des religions, n'est pas loin, mais palpable. Les sociétés laïques voient leurs prérogatives et leurs champs de compétences toujours plus rétrécir... au dépend des masses silencieuses, de ces peuples meurtris qui ne comprennent plus rien à la confusion, mais qui comprennent ces conflits d'intérêts abscons ! Le jour où les "opinions publiques" crieront leurs haines des fanatismes, l'ordre reviendra enfin. Ce bourbier irakien qui attente aux libertés, se dessine chronologiquement sous ces principaux attentats perpétrés sur le sol irakien, depuis la fin de l'offensive américaine, un 1er mai 2003:
       - 7 août 2003: une voiture piégée saute devant l'ambassade de Jordanie à Bagdad, tuant 19 personnes, dont deux enfants
       - 19 août 2003: un camion piégé saute devant le QG de l'ONU à l'hôtel Canal, tuant 23 personnes, dont le représentant onusien Sergio Vieira de Mello (émissaire de l'ONU à Bagdad).
       - 29 août 2003: une voiture piégée saute devant une mosquée dans la ville sainte chiite de Nadjaf, tuant plus de 85 personnes, dont l'ayatollah Mohammed Bakr al-Hakim
       - 9 septembre 2003: une voiture piégée conduite par un kamikaze saute dans un centre des services de renseignement américains à Erbil (Nord), tuant trois personnes, dont deux enfants, et blessant quatre agents américains
       - 22 septembre 2003: un kamikaze se fait sauter à un barrage de police devant l'hôtel Canal, tuant un policier irakien et blessant 19 personnes
       - 25 septembre 2003: une bombe saute devant un hôtel abritant une équipe de NBC, tuant un vigile somalien et blessant légèrement un preneur de son de la chaîne de télévision américaine
       - 9 octobre 2003: un kamikaze lance sa voiture contre un commissariat du quartier de Sadr City à Bagdad, se tuant et causant la mort de neuf personnes
       - 12 octobre 2003: un attentat-suicide à la voiture piégée devant l'hôtel Bagdad fait huit morts et 32 blessés
       - 14 octobre 2003: un kamikaze fait exploser son véhicule devant l'ambassade de Turquie, faisant deux morts, dont lui-même, et blessant au moins 13 personnes
       - 26 octobre 2003: des tirs de roquettes contre l'hôtel Rachid tuent un officier américain et blessent 18 personnes. Le numéro deux du Pentagone Paul Wolfowitz, qui se trouvait dans le bâtiment, est indemne
       - 27 octobre 2003: cinq attentats à Bagdad, quatre contre des postes de police et un contre les locaux de la Croix-Rouge internationale, font au moins 39 morts.

Le secrétaire d'Etat américain Colin Powell a demandé le 28 octobre 2003 au CICR de rester en Irak. Les responsables du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) ont déclaré comprendre la requête de M. Powell mais souligné qu'ils décideraient en toute indépendance de l'opportunité de rester ou non en Irak. Le CICR a annoncé le 29 octobre à Genève qu'il allait adapter ses activités et réduire son personnel expatrié en Irak mais qu'il ne se retirerait pas du pays malgré l'attentat qui a visé le 27 octobre 2003 le quartier général de l'organisation à Bagdad, faisant 12 morts, dont deux de ses employés irakiens.
       Les attentats contre la coalition des faucons US, perpétrés par les Baassistes (partisans de Saddam Hussein), Al Qaïda (partisans de Ben Laden), et des états voisins équivoques, amènent la coalition des US faucons à constater l'évidence d'une guerre autrement plus dangereuse, celle des ombres; l'ennemi n'étant plus véritablement identifié ! Durant la guerre en Irak en 2003, on dénombre officiellement 11 000 morts côté irakien, dont 30 % de civils. Côté anglo-américain, on dénombre 115 morts. Or, le 1er mai 2003, la guerre est officiellement terminée. Les hostilités ne faisaient que commencer: on dénombre aujourd'hui, depuis cette "funeste paix" jusqu'à aujourd'hui, ce 29 octobre 2003, 116 morts dans les rangs US, soit plus que durant le conflit dit "officiel"!

Hébétée, l'opinion publique US s'éveille, G.W.Bush commence à s'inquiéter, pour lui-même ! Les familles endeuillées se demandant pourquoi le prétendu Bien du prédicateur Bush saigne autant ses brebis, désormais plus tellement galeuse... La paix est décrétée en Irak, alors que la paix civile est portée disparue ! Ferme, G.W.Bush comme une huître se ferme...


Pour commenter cette chronique, connectez-vous...
Pour s'inscrire, cliquez-ici.
Pseudonyme
Mot de passe
Mémoriser


Mot de passe oublié ?
 
Regrets éternels en langue de bois d'un Bourget
Sans dents et sans reproches
Élan patriotique pour un 11 janvier 2015 en « balles tragiques » à mille temps
Pragmatique
Phrygien d'airain
Gastronome en talonnette courte
PPP ou l'impuissance du Politique
Jean-Marc Ayrault, payeur de Notre-Dame-des-Landes
Lepage Corinne, courage Parménide
'Shame on you' américano-hollandais
Livre tournois de Valençay
Commandement normatif
Bilderberg, la pieuvre
Bipartisme défait
Lumières de Hollande

Être tenu informé des dernières chroniques publiées en s'abonnant à ce flux RSS

Follow kritix on Twitter