En 2015, François Hollande c'est 900 euros de dette publique supplémentaire par français !
Monday  18 December  2017
Bonne lecture !
 
4ème Chronique

OMC : de l'acier plein la Bush !

Kritix, le Wednesday 12 November 2003 - 2383 consultations - Commenter la chronique

OMC, ce redoutable regard d'acier... Quand le libéralisme économique sauvage se mord la queue, les libéraux se font d'un coup, balayer par leurs proches ! L'OMC était jusqu'à présent l'outil démagogique US permettant d'étendre l'impérialisme US de par le Monde. Mais voilà rien ne va plus pour les conservateurs US. Deux dossiers "symptomatisent" la déliquescence US de l'économie. Les OGM et l'acier. Or, il y a quelques jours, l'OMC a fait valoir le droit international, disons les accords signés entre les Puissants. L'OMC a jugé illégales les surtaxes US sur les importations d'acier. Les USA risquent désormais de subir des sanctions commerciales pouvant aller jusqu'à 2,2 milliards de dollars (1,9 milliard d'euros).Dans un rapport de 170 pages, une commission d'appel de trois membres a ainsi confirmé la décision rendue en juillet 2003 par l'OMC en première instance par laquelle elle estimait que les USA avaient enfreint les règles commerciales internationales en imposant en mars 2002 des barrières douanières pouvant s'élever jusqu'à 30%. Dans un communiqué commun, l'UE et les sept autres pays ont souligné que les USA n'avaient "pas d'autre choix" désormais que de supprimer sur le champ de ces surtaxes.

De ce pas, voyons plus après, ces vastes turpitudes, tellement significatives des nouveaux enjeux. L'OMC a donc maintenu sa condamnation, sa mise en demeure, sommant les USA de renoncer à leurs surtaxes sur les importations d'acier. Elle a ainsi confirmé, le 10 novembre 2003 sa première décision de juillet dernier qui jugeait les surtaxes US (pour protéger une industrie moribonde) sur les importations d'acier, allant de 8% à 30%, incompatibles avec ses règles. En conséquence, elle a de nouveau demandé aux USA de se conformer à ses obligations internationales. Les huit puissances qui avaient porté plainte contre Washington sont l'UE, le Japon, le Brésil, la Chine, la Nouvelle-Zélande, la Norvège, la Corée du Sud et la Suisse vont donc pouvoir (grâce à la décision de l'OMC) à leur tour mettre en place des systèmes de rétorsion (contre-mesures contre les produits US) si les USA ne se plient pas aux règles internationales.

Effrontées, les autorités US considèrent que leurs mesures constituent des règles de sauvegarde compatibles avec la législation de l'OMC, même si la colère gronde au sein des représentants de l'industrie US qui selon une étude ont plus pâti que profité de ce protectionnisme. Le gouvernement US a aussitôt fait savoir qu'il n'était pas d'accord avec les conclusions de l'OMC. «Les mesures de sauvegardes temporaires imposées il y a plus d'un an et demi par le président US étaient destinées à fournir l'oxygène nécessaire à la sidérurgie américaine pour qu'elle puisse se restructurer et se consolider afin de devenir plus forte et plus compétitive», a souligné Richard Mills, porte-parole du représentant US pour le Commerce. «Les règles de l'OMC permettent spécialement l'imposition de mesures de sauvegarde dans ce but et nous croyons que les mesures de sauvegarde sur l'acier sont compatibles avec ces règles», a-t-il ajouté, en rappelant que ces surtaxes n'étaient appliquées que pour trois ans et étaient revues à la baisse de 20% chaque année.

Si Washington ne se plie pas, l'UE et les autres pays concernés pourraient mettre en place un système similaire dès le 6 décembre prochain. Alors que Tokyo a annoncé que le Japon (deuxième exportateur d'acier vers les USA) était prêt à prendre des mesures de représailles d'ici la fin du mois de novembre 2003 à moins que Washington ne se range à ce jugement en appel. Menant le concert d'applaudissements, menaçant Washington de mesures de rétorsion nippones s'il n'accédait pas aux exigences de l'OMC: "Nous envisageons (des représailles) sur des produits d'autres secteurs (que l'acier) relevant de ministères différents", a indiqué le ministre japonais de l'Economie, du Commerce et de l'industrie (METI), Shoichi Nakagawa. Le ministre japonais n'a pas caché son intention d'exercer ce droit. "Le Japon notifiera l'OMC d'ici la fin du mois sur des mesures de rééquilibrage aux effets néfastes imposés par les mesures de protection US, à moins que les USA y mettent un terme", a précisé M. Nakagawa, disant "s'attendre fermement à ce que les USA mettent fin" à leurs surtaxes. La Corée du Sud, premier exportateur d'acier vers les USA, a salué la réaction de l'OMC. "Nous accueillons favorablement le jugement de l'OMC, qui donne le feu vert à une normalisation de nos exportations d'acier vers les USA", a déclaré Kim Sung-Woo, responsable des échanges commerciaux à l'Association coréenne du fer et de l'acier. La Chine, premier producteur mondial d'acier en 2002 mais seulement troisième exportateur asiatique vers les USA, a estimé que "l'OMC devait prendre une telle décision", selon Yang Yi, directeur adjoint chargé de l'export-import à l'Association chinoise des industriels de l'acier et du fer. Les importations US d'acier chinois ont chuté de 15% au cours des neufs premiers mois de 2003. Les USA "se protègent au détriment des autres. Ils veulent protéger leur industrie tout en augmentant leurs exportations vers les autres pays", selon M. Yang.

En mesures de rétorsion, l'UE a menacé d'introduire des droits de douane de 100% sur certaines importations de produits US, ce qui aurait pour effet de les exclure du marché UE. L'UE a fait savoir qu'elle imposerait, en cas de non suppression par le président US de ces surtaxes, des sanctions équivalentes à 2,2 milliards de dollars sur des importations de produits US, tels que les textiles, les chaussures et les fruits et légumes. l'UE a fait savoir qu'elle était prête à appliquer des taxes sur des biens produits dans les Etats clés de la présidentielle US de 2004. L'UE agira si les taxes sur l'acier UE sont encore en vigueur cinq jours après l'adoption formelle par l'OMC de cette décision, ce qui sera fait impérativement d'ici 30 jours. Anticipant la décision de l'OMC, le commissaire européen au Commerce extérieur, Pascal Lamy, avait d'ailleurs récemment rappelé que les sanctions seraient appliquées d'ici à la mi-décembre en cas de refus de Washington d'obtempérer. Dans un rapport rendu public le 10 novembre 2003, l'organe d'appel de l'OMC a jugé les surtaxes US "incompatibles avec l'accord sur les sauvegardes" de l'organisation. Ces surtaxes, de 8% à 30%, ont été imposées pour trois ans en mars 2002 par le président G.W.Bush pour protéger les emplois dans la sidérurgie aux USA. Dieter Ameling, président de la fédération de l'industrie sidérurgique allemande, a dénoncé à Duesseldorf (ouest) les "pertes de temps" des grands groupes sidérurgiques US pour se restructurer. Le président US se retrouve devant "un tas de débris" provoqué par sa politique commerciale en matière sidérurgique et doit "respecter la décision de l'OMC en retirant immédiatement les droits de douanes". Aucun des camps n'a cependant intérêt à "une escalade d'une guerre commerciale", a-t-il dit.

Le secrétariat de l'OMC a espéré qu'Européens et Américains garderont "la tête froide", au lendemain de la décision, applaudie par l'Asie, d'ouvrir la voie aux représailles de la part des pays victimes des barrières tarifaires US sur l'acier. "La manière avec laquelle les conflits transatlantiques ont été gérés jusqu'ici est la bienvenue", a indiqué Keith Rockwell, le porte-parole de l'OMC, en visite le 11 novembre 2003 à Bruxelles pour rencontrer la presse UE. L'UE est la plus susceptible d'imposer aux USA, dès la mi-décembre, les mesures de représailles allant jusqu'à 2,2 milliards de dollars autorisées par l'OMC sur des importations de produits américains, tels que les textiles et les fruits et légumes. Le gouvernement US avait manifesté son désaccord quant aux conclusions de l'OMC. "Nous ne sommes pas d'accord avec les conclusions générales de l'organe d'appel (de l'OMC), nous allons examiner attentivement le rapport de l'OMC", a indiqué Richard Mills, le porte-parole du représentant US pour le Commerce Robert Zoellick, cité dans un communiqué officiel.

La position hégémonique US, désormais passée, permettait de parader hypocritement. La donne changeant, les cartes des échanges commerciaux sont redistribuées... et la Chine rafle la mise. Voici donc l'Histoire des USA qui crédule creusèrent leur tombe ! L'économie de marché libérale mène les USA vers la banqueroute: le déficit budgétaire étant insoluble ! Vive la "politique de l'autruche", et que l'on face diversion avec des guerres, en frappant de l'Etranger, en caressant les nationalismes et les religions ! L'Amérique de Bush junior, ne veut pas la paix, ne veut pas le respect des échanges internationaux, ne veut pas partager le pouvoir mondial ! L'impérialisme US est plus que jamais avivé, parce que menacé, parce que sur le déclin, parce que vidé de sa puissance économique ! Un nouveau Monde est en marche derrière la Chine. Le tout est de savoir à l'image de quelle idéologie... A casser de l'Etranger, les USA ne tiennent plus le Monde ! Le dogme nationaliste du président Bush junior "Qui n'est pas avec moi est contre moi !", fait plus que jamais mauvaise figure... Quand la puissance vacille, s'écroule... Affaire à suivre...


Pour commenter cette chronique, connectez-vous...
Pour s'inscrire, cliquez-ici.
Pseudonyme
Mot de passe
Mémoriser


Mot de passe oublié ?
 
Regrets éternels en langue de bois d'un Bourget
Sans dents et sans reproches
Élan patriotique pour un 11 janvier 2015 en « balles tragiques » à mille temps
Pragmatique
Phrygien d'airain
Gastronome en talonnette courte
PPP ou l'impuissance du Politique
Jean-Marc Ayrault, payeur de Notre-Dame-des-Landes
Lepage Corinne, courage Parménide
'Shame on you' américano-hollandais
Livre tournois de Valençay
Commandement normatif
Bilderberg, la pieuvre
Bipartisme défait
Lumières de Hollande

Être tenu informé des dernières chroniques publiées en s'abonnant à ce flux RSS

Follow kritix on Twitter