En 2015, François Hollande c'est 900 euros de dette publique supplémentaire par français !
Wednesday  20 September  2017
Bonne lecture !
 
3ème Chronique

Poitiers reçut Shirin Ebadi, Prix Nobel de la paix 2003

Kritix, le Wednesday 10 December 2008 - 2741 consultations - Commentaires (6)

Poitiers, les 2 et 3 décembre 2008 ; l'association Anahita, Poitiers Jeunes, en partenariat avec l'Université de Droit de Poitiers, la Ligue des Droits de l'Homme et la ville de Poitiers, accueillèrent l'avocate et professeur Shirin Ebadi, femme iranienne lauréate du prix Nobel de la paix 2003. Le 2 décembre à 14h, conférence sur l'Islam et les droits de la femme à la faculté de droit pour les étudiants. L'Université remit à Shirin Ebadi le titre et les insignes de docteur Honoris Causa (vidéos disponibles sur le site de l'Université). Shirin Ebadi eut une entrevue avec la présidente de région Ségolène Royal.

« La plus grande de toutes les menaces, c'est notre peur », Ségolène Royal parlant du courage, tel celui de Shirin Ebadi

Entrevue entre Ségolène Royal et Shirin Ebadi, à l'Université de Poitiers, le 2 décembre 2008
© vidéo Désir d'avenir

C'est au beau milieu d'un agenda très fourni que la présidente de région Poitou-charentes s'est permise, lors de son entrevue, de saluer une personnalité aux résonances universelles. A l'adresse des médias, Ségolène Royal s'est réjouie du passage à Poitiers de Shirin Ebadi qui en retour lui en fut très reconnaissante (voir l'extrait vidéo).
       Le lendemain, Shirin Ebadi tint a s'entretenir directement avec les Poitevins. Elle se rendit au collège Henri IV de Poitiers: les élèves préparèrent l'entrevue autour de la convention Internationale des Droits de l’Enfant. Desquels 112 élèves délégués participèrent au débat. Elle se rendit à l'association « toit du monde » pour parler Immigration. Les échanges furent de haute tenue.
       Avocate iranienne, « Veille des Droits de l'Homme », Shirin Ebadi fonda en 1994, la Société iranienne pour la protection des enfants. Elle reçut le Prix de l'Observatoire international des Droits de l'Homme en 1996, le Prix Rafto (Prix norvégien des Droits de l'Homme ) en 2001, puis le Prix Nobel de la Paix en 2003 pour son action en faveur des Droits de l'Homme et de la Démocratie. Elle fut aussi médaillée de la Société allemande pour la liberté d'expression et Commandeur de la Légion d'honneur .Vingt trois doctorats Honoris Causa lui ont été décernés depuis 2004, en Europe, en Australie, au Canada et en Turquie. Le dernier en date étant celui de Poitiers.

Poitiers est « honoré par la présence de cette grande figure des droits de l'Homme », Alain Claeys

Alain Claeys présente Shirin Ebadi aux Poitevins, le 3 décembre 2008.
© kritix.com

A 19h45, Shirin Ebadi fut l'invitée d'honneur d'une soirée-débat sur la situation des femmes et des Droits de l'Homme au Théâtre Auditorium de Poitiers, flambant neuf. Discrètement, elle fit son entrée comme le public, déjà assis et occupé à discourir des nouvelles infrastructures. Nul ne la vit ; quand elle vint à gravir les quelques marches la séparant de la scène, le public l'ovationna, debout. Suivie du maire de Poitiers Alain Claeys, du président de la ligue des Droits de l'Homme, de l'association Anahita et de l'interprète madame Mahssoumé Lahigi. Les Poitevins avaient pris place, la salle quasi comble.
       Visiblement ému, le maire de Poitiers Alain Claeys s'est dit « honoré par la présence de cette grande figure des Droits de l'Homme ». Le maire rappela que Poitiers fut l'escale française des conférences mondiales de Shirin Ebadi après New-York, la Pologne et que Poitiers était très honorée du privilège accordé. Il souligna le parcours exceptionnel de Shirin Ebadi ; celle qui fut à 25 ans seulement, la plus jeune avocate iranienne que l'Iran n'ai jamais porté. Avocate de ceux qui souffrent. Mais surtout, il souligna que le Prix Nobel fut pour la première fois octroyé à une femme musulmane ! Shirin Ebadi s'est dite sensible aux encouragements témoignés par le chaleureux accueil manifesté par Poitiers.

« L'égalité homme-femme en droit est un préalable à la démocratie », Shirin Ebadi

Shirin Ebadi au pupitre lors de sa conférence au TAP le 3 décembre 2008
© kritix.com

Au pupitre, pendant 45 minutes, elle fit conférence des Droits de l'Homme dans le monde, rapporté à la condition féminine qui selon elle, malgré de notables différences, n'est glorieuse ni chez les uns, ni chez les autres ! Cependant, bien que ce soit le cas dans certaines démocraties « L'égalité homme-femme en droit est un préalable à la démocratie ». Elle montre une pratique traditionnelle ancestrale, l'exemple de l'appellation dans la société musulmane: on appèle la mère ou par le nom de l'homme ou par celui de son propre fils, jamais le sien en propre ! La misogynie dans la pratique actuelle de l'Islam qu'elle constate, lui inspire les vertus de la laïcité qui veut la séparation du Temporel du Spirituel ; menant à une possible égalité des droits, tant chez les hommes que chez les femmes: une véritable démocratie juste devient possible ! La Ligue des Droits de l'Homme s'en félicita, la salle fébrile, enthousiaste, applaudissait. Rayonnante, elle s'installa à la table où siégeaint les personnalités et répondit une heure durant, aux questions fiévreuses d'une assistance poitevine très attentive...

« la culture ne reconnait pas l'égalité entre les êtres humains. », Shirin Ebadi

(De droite à gauche) Ahssoumé lahigi, Shirin Ebadi et Alain Claeys, lors de la conférence au TAP du 3 décembre 2008
© kritix.com

Shirin Ebadi se félicita que la norme des Droits de l'Homme puisse structurer le vivre juste et mieux. Puis, elle aborda avec gravité la question « structure patriarcale », pilier de sa contribution. Pilier allant au-delà de la loi puisque culturel. L'exemple international de liberté culturelle dans les fréquentations hommes-femmes consenties ; On dira à sa fille « marie toi », tandis qu'à son fils « fais attention à la maternité » ! Cette anecdote souligne comment insidieusement les mentalités se fondent dans la tradition patriarcale. Ainsi, faut-il selon elle « connaître la culture pour pouvoir la combattre ». En effet, « la culture ne reconnaît pas l'égalité entre les êtres humains ».

« les peuples ne doivent pas se décourager, se résigner » , Shirin Ebadi

Table des personnalités lors de la conférence de Shirin Ebadi du 3 décembre 2008 au TAP
© kritix.com

Shirin Ebadi se voulut optimiste, se basant sur l'Histoire plusieurs fois millénaire de l'Iran, sa terre. Elle insista sur la forte résistance des femmes en Iran ; ces femmes eurent historiquement un rôle d'influence politique : aujourd'hui toujours incontournable. On trouve davantage de femmes que d'hommes dans les études supérieures en Iran: on assiste trop souvent à des suicides de jeunes femmes ne voulant pas quitter leurs formations pour le mariage. Ce qui met souvent en difficulté les politiques parfois radicales de l'actuel régime iranien : la part féminine de l'Iran s'élevant contre certains excès de la part masculine. Les hommes sont poussés à faire des études courtes pour asseoir leur suprématie matérielle et aliéner de manière factuelle la femme, l'épouse. Aussi, insista-t-elle sur ce qu'un mémorable historien français dénomma le « temps long de l'Histoire », le lent processus de la mise en pratique des réformes: « les peuples ne doivent pas se décourager, se résigner » !
       Shirin Ebadi revint sur la place sociale importante des femmes iraniennes d'aujourd'hui, en rapport avec l'Iran comme terre d'origine des amazones: ce qui ne surprend pas Shirin Ebadi. Au foyer, la femme est décisive, arbitre ; la cellule première de la structuration sociale de l'Iran est par tradition dévolue aux femmes ! Par ailleurs, la déesse du feu Anahita dans la religion Perse est un autre exemple marquant de l'importance des femmes d'Iran: les principes de cette religion furent beaucoup repris et retenus par les monothéismes. Et ce, malgré sa disparition structurelle et institutionnelle. La situation réelle des femmes iraniennes est supérieur à ce que laisse supposer les lois discriminatoires iraniennes . L'homme sait que le foyer est aussi celui de sa femme: implique cette survivance contemporaine de cette religion Persanne révolue.

« lutter pour l'égalité des droits », Shirin Ebadi

Shirin Ebadi recevant l'interprétation d'une question du public, le 3 décembre 2008 à Poitiers.
© kritix.com

Shirin Ebadi s'exprima sur le sort des minorités en Iran. « La plupart du temps elles ne sont pas reconnues: elles n'ont donc pas de droits, comme celui d'aller à l'Université ! » Elle répondait à un membre dirigeant de la communauté Baha'is du département de la Vienne en France, présent dans l'assistance.
       Shirin Ebadi nous présenta son école de pensée. Le processus menant l'Homme des cavernes, à l'Homme de Pouvoir. On trouve dans un premier temps l'indépendance économique, par l'accès des hommes et des femmes à une activité professionnelle rémunérée: ce qui permet de « lutter pour l'égalité des droits ».
       « Tant que l'homme sera le seul pourvoyeur de fonds , la soumission perdurera »: lutter contre la mentalité patriarcale implique la disparition de cette soumission.
       Shirin Ebadi rappela être à l'origine de la création de 3 fondations, ONG en Iran et d'être l'auteur de 14 livres. A l'Université de Téhéran, elle travaille surtout avec des hommes (masculin précise-t-elle malicieusement en souriant, elle qui fut relevée de sa charge de juge iranienne).

« les parts féminines et masculines doivent pouvoir s'exprimer en chacun de nous ! EGALITE ! », Shirin Ebadi

Shirin Ebadi revint sur la condition des femmes. Selon elle, la maternité est une préparation sociale, mentale et économique. « C'est à la mère, seule, de décider ou non d'enfanter. Une femme doit pouvoir avorter si elle ne se sent pas prète. Que dire d'un orphelin condamné aux malheurs ! En Iran, un garçon ne doit pas pleurer: sensibilité et fantaisie ne sont pas les attributs culturels de la virilité ! » Poursuivant son élan, Shirin Ebadi élève la voix et invoque une fois n'est pas coutume, justice pour les hommes: « hommes et femmes sont égaux en droit, les parts féminines et masculines doivent pouvoir s'exprimer en chacun de nous ! EGALITE ! » Tonnerre d'applaudissements ! Sur sa lancée, elle s'enflamma et rappela que la coutume du Nom n'est pas affaire de religion, mais de tradition: les femmes s'appelant par l'homme en Iran. « Tout ce qui mène à un abus porté à l'être humain devrait être interdit, tout comme l'exploitation, faire publicité du corps pour vendre. Ces abus mettent à mal la dignité humaine ! »

« ...les mollahs n'ont pas tenus leurs engagements ...», Shirin Ebadi

Shirin Ebadi défendant ses convictions le 3 décembre 2008 à Poitiers.
© kritix.com

« Révolution blanche, puis islamique, que va-t-il advenir ? Si le peuple iranien se portait si bien sous le Shah, il n'y aurait pas eu de révolution. Le peuple s'élève quand il n'en peut plus. Quand le peuple n'est pas satisfait il s'insurge, sinon il ne bouge pas.» Aussi, doit-on bien se pencher sur les attentes des iraniens, avant de vouloir changer les choses. A son habitude, Shirin Ebadi mania le Verbe avec la prudence des pas feutrés d'un chat persan... tant par ses réponses que par ses prospectives. Sur la question palestinienne, elle pensa une lutte fratricide, ne pouvant se tourner vers la paix que si chacun va vers l'autre.
       Elle fut dans l'opposition au Shah d'Iran et participa à l'arrivée de la révolution islamique. Une croyante dupée par les mollahs, tournée définitivement vers les Droits de l'Homme, la séparation du religieux du politique ; laïcité « les mollahs n'ont pas tenus leurs engagements, … je suis croyante, la situation s'est dégradée mais je puis vous dire que le peuple ne fait pas de révolution quand tout va bien! » Elle fut emprisonnée plusieurs fois pour sa liberté de ton. Elle fut la cible par deux fois de tentatives d'attentats. Elle regrette que les femmes mettent toute leur énergie dans le foyer, il ne reste pas grand chose pour la vie sociale. Historiquement depuis l'antique Perse , les femmes iraniennes ont une place importante dans la structure sociale du pays et c'est ce qui lui permet de garder espoir.

« La bombe nucléaire ne doit pas exister au Moyen-Orient ! », Shirin Ebadi

« Si l'OTAN attaque l'Iran, le pouvoir du président Mahmoud Ahmadinejad se verra renforcé, alors qu'il est aujourd'hui affaibli politiquement par des querelles entre les différentes factions politiques du pays. » Critique à son égard, suppliques: « n'attaquez pas l'Iran, sa jeunesse sera sacrifiée tout comme la vôtre, cherchons les points d'accord pour ménager les conjonctures et parier sur l'avenir. L'Irak est pire après la guerre des USA que sous Saddam Hussein ! La bombe nucléaire ne doit pas exister au moyen orient ! »
       Elle termina par quatre fulgurances. « Le choix des personnalités au Pouvoir doit se faire par la compétence. Le retard social et professionnel de la femme provient pour l'essentiel du foyer. Pour que hommes et femmes jouissent des mêmes droits, il leur faut les mêmes moyens et droits. »
       « Le manque de crèche en France est l'exemple occidental d'une inégalité quant au choix du métier de la femme », le maire de Poitiers Alain Claeys, très au fait de la question acquiesce, et après un dernier hochement de tête, se leva et comme un seul homme, le public ovationna une Shirin Ebadi éreintée, émue, satisfaite, avec le sentiment du devoir accompli.

Le maire de Poitiers Alain Claeys applaudit Shirin Ebadi, le 3 décembre 2008 à Poitiers.
© kritix.com

Shirin Ebadi dédicaça son livre « Iranienne et libre » sorti en 2006. Elle fut sensible aux témoignages de sympathie. Sa lutte l'isole beaucoup: l'accueil chaleureux fut estimé.
       21h30: le TAP de Poitiers se vide

N.B: Ayons une admirative pensée pour l'interprète madame Mahssoumé Lahigi qui souligna avec clarté sa traduction, son interprétation du discours, dans un français de choix !

ANNEXE

L'association Anahita organise un Prix national, nommé « Prix Shirin Ebadi », qui récompense votre engagement citoyen. http://www.prixshirinebadi.fr/
Association Anahita

L'association Anahita organise un Prix national, nommé « Prix Shirin Ebadi », qui récompense votre engagement citoyen.

Ce Prix est établi en partenariat avec l'Université de Poitiers, la Ville de Poitiers, le Crous de Poitiers et la Fondation Poitiers Université et soutenu par la Ligue des droits de l'Homme, la Ligue de l'enseignement et le réseau des associations étudiantes Animafac.

http://www.prixshirinebadi.fr/
      


Commentaires sur
Poitiers reçut Shirin Ebadi, Prix Nobel de la paix 2003
anahita, le 27 December 2008 - 16h26 3 commentaires

Bonjour,
       C'est toujours un plaisir de vous lire. Je suis Anahita, l'association qui est à l'origine de passage de Mme Shirin Ebadi à Poitiers et l'organisatrice de cet évènement. Je voudrais tout d'abord vous remercier de votre présence lors de la soirée de 3 décembre et de ce beau regard que vous avez eu et que vous transmettez sur le sujet via votre site. Ensuite, étant en train de rédiger le rapport du projet pour mes partenaires, je souhaiterai disposer des belles photos que vous avez prise lors de cette soirée afin d'en ajouter éventuellement une ou deux au rapport. Est-ce possible?
       En vous remerciant à l'avance
       Anahita

Kritix, le 27 December 2008 - 18h46 13 commentaires

Bonsoir

Je tiens à saluer une fois encore votre organisation, Anahita, pour avoir élever le débat parmi tous les poitevins. Recevoir une personnalité telle Shirin Ebadi, n'est pas chose commune et nous grandie tous.

Vous avez exprimé le souhait d'utiliser quelques uns de mes clichés ; je me permets donc de vous les envoyer avec plaisir au courriel fourni lors de votre inscription, en sachant que vous en ferez bel usage pour cette juste Cause.

Kritix.

anahita, le 28 December 2008 - 20h53 - modifié le 28/12/08 à 21h17 3 commentaires

Bonsoir Kritix,

Je vous remercie pour vos clichés. Je note à citer la source (kritix.com) chaque fois que j'en utilise un.

Pour votre information j'ajoute que l'intervention de Mme Ebadi à l'Université est filmée et mise en ligne sur le UPtv par l'Université: http://uptv.univ-poitiers.fr/web/canal/62/theme/30/manif/203/index.html

Cordialement,

Anahita

Kritix, le 28 December 2008 - 21h15 13 commentaires

Bonsoir,

Merci pour votre attention et votre information : cette conférence à la faculté de droit était en effet réservée au public universitaire.

Kritix

anahita, le 6 February 2011 - 23h39 3 commentaires

Bonjour Kritix,
       Dans le cadre de mon projet actuel le Prix Shirin Ebadi, Madame la lauréate du prix Nobel de la Paix 2003 sera présente à Poitiers les 15 et 16 mars prochains. A cette occasion, un ensemble d'évènements est mis en place dont une grande conférence-débat autour des Droits de l'Homme mercredi le 16 mars 2011 à 19h au TAP, ouverte à tous les poitevins. Le programme complet sera publié dans Affiche Hebdo du mois de mars ainsi que dans le programme de Campus en Festival.
       Anahita

Kritix, le 9 February 2011 - 00h54 13 commentaires

Merci pour ces renseignements. Nous pensons effectivement nous y rendre...

Pour commenter cette chronique, connectez-vous...
Pour s'inscrire, cliquez-ici.
Pseudonyme
Mot de passe
Mémoriser


Mot de passe oublié ?
 
Regrets éternels en langue de bois d'un Bourget
Sans dents et sans reproches
Élan patriotique pour un 11 janvier 2015 en « balles tragiques » à mille temps
Pragmatique
Phrygien d'airain
Gastronome en talonnette courte
PPP ou l'impuissance du Politique
Jean-Marc Ayrault, payeur de Notre-Dame-des-Landes
Lepage Corinne, courage Parménide
'Shame on you' américano-hollandais
Livre tournois de Valençay
Commandement normatif
Bilderberg, la pieuvre
Bipartisme défait
Lumières de Hollande

Être tenu informé des dernières chroniques publiées en s'abonnant à ce flux RSS

Follow kritix on Twitter