En 2015, François Hollande c'est 900 euros de dette publique supplémentaire par français !
Thursday  24 August  2017
Bonne lecture !
Chronique 1 - Tuesday 10 November 2009 Dalia Mogahed ou la Charia susurrée à l'oreille de Barack Obama
Chronique 1 - Tuesday 10 November 2009 Dalia Mogahed ou la Charia susurrée à l'oreille de Barack Obama
 
1ère Chronique

Dalia Mogahed ou la Charia susurrée à l'oreille de Barack Obama

Kritix, le Tuesday 10 November 2009 - 1278 consultations - Commenter la chronique

La politique est régalienne et source irréfragable de symboles. Aux USA, le président jure sur la Bible. Il ne s'agit aucunement d'un folklore, mais de la volonté de transcender les nations au sein d'une chrétienté fondatrice des États Unis d'Amérique. C'était la croyance d'un eldorado expurgé des tombereaux d'indiens exterminés...
       Le prix Nobel de la paix 2009, le président US Barack Obama, a choisi Dalia Mogahed pour le conseiller sur les préjugés et les problèmes des musulmans.

Si le 44ème président des État-Unis d'Amérique ne peut pas tout, il peut éviter le pire. Le rêve américain renaîtra-t-il de ses ruines ? (Voir Galerie)
© kritix.com

Il se trouve que madame la sondagière (analyste et directrice générale du Centre Gallup des Études Musulmanes) Dalia Mogahed prêche au sein du bureau des partenariats religieux crée par Barack Obama, le 5 février 2009, et prétend que la Charia est mal comprise des occidentaux. Madame Mogahed prêcha en Angleterre sur Islam Channel pendant 45 minutes pour vanter la Charia comme modèle de structuration sociale : la Charia comme base de législation ! En d'autres termes, les américains et le monde occidental devrait y voir davantage une richesse culturelle plutôt qu'une civilisation rivale.

Dans la plupart des dictatures du monde musulman, la Charia est utilisée pour justifier les lapidations, les amputations publiques, la tolérance de la polygamie, les répudiations arbitraires et les excisions. Ce qui semble pouvoir se discuter au pays de la peine de mort, les USA...
       Le nouveau prix Nobel, dans un pays où le religieux et la politique se confondent, écoute comme il le fait avec les autres obédiences, le discours militant afin de servir au mieux, le croit-t-il, les intérêts nationaux de son pays. Et voici, comment l'on passe d'USA très chrétien, à des USA ouverts aux préceptes de la Charia : les USA restent immanquablement dans le monothéisme politique ! Ils laissent leurs libertés à des fondamentalismes en herbe...

Le comité Nobel a octroyé le prix au président des USA pour qu'il se garde de se fourvoyer dans une guerre de civilisation, ce que son prédécesseur n'aura pas cessé de mener. Lors du discours au Caire du 4 juin 2009 à la jeunesse estudiantine, l'Islam politique fut ignoré par le président Barack Obama. La paix à n'importe quel prix ; l'ingérence de la charia n'étant plus un frein à l'ouverture au monde !

Dalia Mogahed, membre du conseil consultatif des associations religieuses et laïques auprès du président des États-Unis, Barack Obama.
© kritix.com

Étiez-vous à la Bible ? Vous n'étiez pas au Coran ? Le christianisme et l'islamisme politique moderne sont ces relents, ces ressacs réactionnaires que les guerres de religions ne sauraient leur envier ! Les religions sont là pour élever les âmes, le besoin de spiritualité des citoyens. Lesquels, en occident, le font librement.

En France, lier la religion à la politique est attentatoire à l'esprit des lois de la République. La liberté religieuse à l'anglo-saxonne détruit in extenso la liberté d'autrui : il s'agit là d'un manquement grave aux fondamentaux de la république française ! La rupture est consommée entre le sarkozysme et la France depuis le discours de Latran, le 20 décembre 2007 ; discours auquel le sénateur française Jean-Luc Mélenchon répondra avec probité [pdf]. Or, en totale violation des principes républicains, il se trouve que le président de la république française Nicolas Sarkozy de Nagy-Bocsa a déclaré, avec le cynisme du commercial sans scrupules, que « l’instituteur ne pourra jamais remplacer le curé ou le pasteur ».
       Or, comparaison n'est pas raison : ce président à la main lourde et se permet de mettre la Raison sur le même plan que la croyance. C'est une ineptie : l'une et l'autre ne sont pas comparables mais complémentaires. Les religieux, en république française, n'ont pas à avoir un rôle politique au sein des instances dirigeantes de la nation : la loi de séparation de l'Église et de l'État de 1905 l'énonce clairement. L'outrepasser, c'est répéter la révocation de l'Édit de Nantes et les dragonnades.

Avec le discours lénifiant de Dalia Mogahed, le doute n'est plus permis ! La classe dirigeante occidentale laisse l'obscurantisme gagner les souverainetés des démocraties (voir les chroniques Guy Lengagne contre le Créationnisme et Michel Morange, un biologiste éclairé sur le créationnisme).

Le conseil des ministres examinant le projet de loi de séparation des Églises et de l’État. Mars 1905. Revue "Je Sais Tout", mars 1905.
Scan Kritix.com

En démocratie française, le religieux ne doit pas être politique ! Et pourtant, nos élus s'y complaisent au nom de la tolérance. Le premier ministre François Fillon se fait recevoir en audience privée par le pape Benoît XVI ! Le chanoine d'honneur de la basilique saint Jean de Latran à Rome et accessoirement président de la république française Nicolas Sarkozy de Nagy-Bocsa, souille la mémoire des républicains de 1905 qui rompirent les relations diplomatiques avec le Vatican !
       Ces mêmes élus oublient simplement que la souveraineté dépend des lois observées ; ils oublient que les lois religieuses ne sauraient convenir à un même peuple aussi varié que le peuple de France ! Nos élus, pour la plupart, s'égarent dans la terreur des fondamentalismes !

En 1958, la France n'avait pas su donner l'égalité aux français musulmans d'Algérie. En 2009, la France préfère laisser aux mosquées la politique sociale, plutôt que de permettre une égalité des droits entre français, quelque soient leurs origines.
       La France a toujours été multiculturelle. Nos responsables politiques, par lâcheté, se laissent porter par la facilité, le communautarisme : une France contre-nature.

Croire que la France deviendra communautariste, c'est ne pas la connaître. Ce qui s'annonce sera terrible ! Les communautés s'élèveront les unes contre les autres ! La France a toujours eu ce besoin d'unicité qui reviendra par tous moyens ; et c'est bien là une terreur que nos élus ne veulent pas voir et ne pas solutionner tant qu'il est encore temps.
       Pour conjurer la guerre civile, pour sauver ce qui peut l'être, il faut rétablir les fondamentaux républicains strictement, sans ménagements, comme cela fut fait en 1905. Il faut que la sphère laïque et publique remette la sphère religieuse à la sphère privée. Ne pas le faire, c'est vouer la France aux heures les plus sombres de son histoire ! Le sens de l'histoire, nos élus, l'ont perdu de vue et se claquemurent dans une politique de gestionnaires.

Marianne, égérie de la république française.
© kritix.com

Élus, n'oubliez jamais que les mouvements historiques ne s'endiguent pas !
       Élus, la France vous en conjure, servez la concorde nationale et sachez lutter dignement contre les obscurantismes, quel qu'en soit le prix ! Notre démocratie républicaine et laïque en dépend !

Citoyens, Courage ! Levez vous ! Nos représentants vous suivront ! La politique laïque doit être rétablie avec force, conformément à nos lois, et à la république française, une et indivisible !


Pour commenter cette chronique, connectez-vous...
Pour s'inscrire, cliquez-ici.
Pseudonyme
Mot de passe
Mémoriser


Mot de passe oublié ?
 
Regrets éternels en langue de bois d'un Bourget
Sans dents et sans reproches
Élan patriotique pour un 11 janvier 2015 en « balles tragiques » à mille temps
Pragmatique
Phrygien d'airain
Gastronome en talonnette courte
PPP ou l'impuissance du Politique
Jean-Marc Ayrault, payeur de Notre-Dame-des-Landes
Lepage Corinne, courage Parménide
'Shame on you' américano-hollandais
Livre tournois de Valençay
Commandement normatif
Bilderberg, la pieuvre
Bipartisme défait
Lumières de Hollande

Être tenu informé des dernières chroniques publiées en s'abonnant à ce flux RSS

Follow kritix on Twitter