En 2015, François Hollande c'est 900 euros de dette publique supplémentaire par français !
Thursday  24 August  2017
Bonne lecture !
 
3ème Chronique

A l'eau potable, allô la Terre !

Kritix, le Thursday 23 October 2003 - 2533 consultations - Commenter la chronique

Et si l'eau potable devenait l'or bleu de Demain ? Longtemps ignorée des organisations gouvernementales, l'écologie est désormais une thématique politique incontournable. A de nombreux égards, nous devons cet état de fait au combat mené depuis de nombreuses années par la démarche gracieuse d'ONG plus que humble.

Je tiens à citer l'une d'entre elles, "Amis de la Terre" (association de protection de l'Homme et de l'environnement démocratique et solidaire) qui depuis près de trente ans, mène sa démarche citoyenne, avec constance et honnêteté. Si je suis sensible à cette ONG, c'est bien pour sa qualité de proposition notamment en matière d'accès à l'eau potable. Voici son axe politique, avec lequel je suis en totale symbiose, comme en témoigne son article du 15 avril 2003: "Ni soif ni profits: Démocratie ! " (Consultez-le sur ce lien: http://www.amisdelaterre.org/article.php3?id_article=785&var ). Une autre ONG est a signaler pour sa spécialisation sur le problème de l'Eau: "Le secrétariat international de l'Eau (SIE), au service du développement communautaire durable", que l'on peut retrouver sur http://www.i-s-w.org .

L'échec de l'OMC à Cancùn, voilà un bon mois, a démontré l'incapacité de la communauté internationale à répondre aux besoins des plus pauvres. Les insuffisances en terme d'initiatives politiques se révèlent en ce que les ressources financières des 77 pays pauvres ne sont pas à la hauteur des investissements nécessaires. Lacunes dans le transfert de technologies écologiquement saines. Manque d'assistance au renforcement des capacités humaines et institutionnelles.

Les pays du Nord peinent à reconnaître la pauvreté comme le défi le plus aigu auquel est confronté le monde. Or, régler le problème de l'accès à l'eau potable, c'est commencer par le problème de pauvreté donc celui du "développement durable". Voici en quelques mots les enjeux du développement durable au niveau planétaire:

- Le principe de responsabilité commune mais différenciée face à la conservation des ressources naturelles;
       - La nécessité de méthodes novatrices de financement pour combler le déclin de l’aide publique au développement (APD);
       - La place des programmes d’allègement de la dette comme partie intégrante du concept global de développement et d’élimination de la pauvreté;
       - L’importance d’un élargissement effectif de l’accès des produits des pays du Sud aux marchés du Nord.

Le tout tendant à améliorer la coordination entre les efforts nationaux, régionaux et internationaux. Entre autres expédients, il est a souligner que le règlement de la question de la dette peut contribuer à l’élimination de la pauvreté et il énumère les besoins particuliers de l’Afrique, des pays les moins avancés (PMA), des pays en développement sans littoral et des petits Etats insulaires en développement (PIED).

Les derniers travaux de l'UNESCO réaffirment la primauté d'un droit universel à la santé, l'éducation et à l'eau (par l'assainissement) pour tous. A ceci, la Banque mondiale répond pernicieusement en déclarant dans son dernier rapport sur le développement que seuls le secteur privé y apporte une solution adéquat. Le rapport faisant fi de tous les abus déjà connus ! Il est en effet incontestable que la gestion de ce bien commun, par le Privé augmente le coût de l'Eau, qui ne pourra plus être payée par les plus pauvres. La dégradation des sols, les aléas climatiques faisant que l'investissement ne peut pas être rentable partout. Aussi, le traitement, l'assainissement, l'acheminement de l'Eau, devrait rester l'apanage, le privilège de l'Etat.

La privatisation du Vivant est à l'orée de l'Humanité !

Fin 2003, un milliard et demi de la population mondiale n'ont pas accès à l'eau potable, dont 400 millions d'africains. Près de 2 milliards d'individus n'ont pas accès à l'assainissement. Chaque jour, 6000 enfants meurent pour avoir bu de l'eau polluée ! Alors que l'eau recouvre 70 % de la planète, seulement 2 % est constitué d'eau douce.

"Bleue comme une orange", fragile comme un fruit, voici la Terre... la pénurie de ressources en eau se fait jour après jour toujours plus criante, par la pression démographique. Or, force est de constater que la priorité n'est pas donner à l'intérêt général, mais à celui de quelques-uns ! Des moyens financiers considérables sont investis dans le tourisme, les télécommunications, l'armement, pour ne prendre que ces exemples.

En juin 2003, en France, la tenue de la réunion du G8 à Evian, sur les bords du lac Léman a réaffirmé que l'Eau devenait peu à peu une denrée rare ! Tandis que sur l'autre rive du lac se tiennent les négociations pour l'ouverture du secteur de l'eau aux grandes compagnies internationales ! Marchandisation du Vivant pour le seul profit de quelques-uns ? La libéralisation économique à tout crin semble donc bien décidée à se faire la peau des plus vulnérables d'entre nous !

Sans l'Eau, la vie n'est rien ! L'eau n'est donc pas une marchandise. Ne pas donner accès à l'Eau, revient à décider en âme et conscience l'extermination de peuples et communautés entières !

La "guerre du feu" a eu lieu. La guerre de l'Eau est déclarée ! L'éveil des Peuples est pour bientôt !


Pour commenter cette chronique, connectez-vous...
Pour s'inscrire, cliquez-ici.
Pseudonyme
Mot de passe
Mémoriser


Mot de passe oublié ?
 
Regrets éternels en langue de bois d'un Bourget
Sans dents et sans reproches
Élan patriotique pour un 11 janvier 2015 en « balles tragiques » à mille temps
Pragmatique
Phrygien d'airain
Gastronome en talonnette courte
PPP ou l'impuissance du Politique
Jean-Marc Ayrault, payeur de Notre-Dame-des-Landes
Lepage Corinne, courage Parménide
'Shame on you' américano-hollandais
Livre tournois de Valençay
Commandement normatif
Bilderberg, la pieuvre
Bipartisme défait
Lumières de Hollande

Être tenu informé des dernières chroniques publiées en s'abonnant à ce flux RSS

Follow kritix on Twitter