En 2015, François Hollande c'est 900 euros de dette publique supplémentaire par français !
Thursday  24 August  2017
Bonne lecture !
 
1ère Chronique

François Hollande de Tulle et de Choiseul

Kritix, le Monday 17 September 2012 - 1716 consultations - Commenter la chronique

Velléitaire un jour, débonnaire toujours peut être possible. Le changement c'est hier ; légitime naturel, autorité du cours normal.

Il se trouve en Corrèze la retraite d'une France 2012 qui tarde et se languit ; et de croire, d'espérer en celui qui dut faire contre mauvaise dette, bon cœur. Voir la vie en rose et faire d'une victoire, place nette ; restaurer l'autorité en son cœur et présider au sacre de l’État... Une et indivisible, incarnée en sacralisations, somme expérimentale des siècles, la France se reprend : ventricules gauche et droit réanimés d'un coup. Voyez combien, des abîmes, cette universaliste construction sut faire croître, ritualiser le vivre-ensemble national à l'international.

Redressez-vous !

Beaucoup s'amusèrent du ministère du redressement productif, tel un sarcasme princier arrosant l'arroseur Montebourg. Il se trouve que cette marque politique renoue avec une tradition française de l’État fort. L’interventionnisme redevient un instrument assumé ; voilà qui saura fédérer les forces vives du libéralisme des villes. La République de Hollande prend le meilleur de Choiseul et porte ses Lumières de Clémenceau à Mitterrand jusqu'au Merkolland.

La crise n'est crise que dans le manquement : il n'est pas de bonne politique du ressentiment. Seule la compétence commande. Ainsi, Louis XVI paiera de sa vie la disgrâce de Choiseul : la guerre d'indépendance américaine asséchera le Trésor d'une France fossilisée du chef, revitalisée du Tiers. Ainsi, l'ingrat Lafayette de trahir son Prince d'hier pour la gloriole du pleutre, à Paris.

Grand croix de la légion d'honneur de la République Française.
© kritix.com

Traiter de Paris n'est guère aisé pour une Amérique qui opportunément se portera au secours de sa pauvre France matricielle ; secours à l'heure de son hyperpuissance en germe. Clémenceau traitera au mieux à Versailles ; Paris traitera au mieux pour l'Europe le 18 avril 1951. « Honneur et Patrie » de Maurice Schumann préparait déjà demain ; en 2012, le Trésor des fils de Washington s'est à son tour asséché. Autre temps, autres guerres...

Si Choiseul pouvait le Redressement national, alors...

Que le souverain Hollande n'oublie jamais qu'un homme d’État s'apprécie en souveraines perspectives. Considérant le peuple souverain, tout abandon de souveraineté conduit à l'implacable chute des vendus ; funeste désincarnation. La France fera sans eux, ce que le panier quinquennal oblige.

Seule une Nation assumée et puissante est généreuse. Les républicaines contradictions étanchent soif de certitudes, coutumes et progrès d'une seule et même souveraine incarnation publique ; est ainsi distingué ou la fin ou le redressement d'un patrimoine de l'Humanité, par un chef des Armées de concorde.

L'Histoire ne se répète jamais vraiment : elle mute dans la permanence du cycle politique. La France n'a que faire de l'Usurpation et saura s'en défaire à l'occasion... 2012 n'est qu'un rappel.


Pour commenter cette chronique, connectez-vous...
Pour s'inscrire, cliquez-ici.
Pseudonyme
Mot de passe
Mémoriser


Mot de passe oublié ?
 
Regrets éternels en langue de bois d'un Bourget
Sans dents et sans reproches
Élan patriotique pour un 11 janvier 2015 en « balles tragiques » à mille temps
Pragmatique
Phrygien d'airain
Gastronome en talonnette courte
PPP ou l'impuissance du Politique
Jean-Marc Ayrault, payeur de Notre-Dame-des-Landes
Lepage Corinne, courage Parménide
'Shame on you' américano-hollandais
Livre tournois de Valençay
Commandement normatif
Bilderberg, la pieuvre
Bipartisme défait
Lumières de Hollande

Être tenu informé des dernières chroniques publiées en s'abonnant à ce flux RSS

Follow kritix on Twitter